COVID Signpost 100 Days: Pleins feux sur l'Ontario

Animé par Arielle Kayabaga, conseillère du quartier 13, London, ON. Avec Rino Bortolin, conseiller du quartier 3, Windsor, Shelley Carroll, conseiller du quartier 17, Toronto, Shelby Ch'ng, conseiller du quartier Northwood, Thunder Bay, et Kemi Akapo, conseiller du quartier 3, Peterborough.

5 Clé
Plats à emporter

Un résumé des idées, des thèmes et des citations les plus convaincants de cette conversation franche

1. La pandémie a amplifié les problèmes qui existaient avant le COVID

Les problèmes que les villes avaient avant le COVID ont été exacerbés au cours des 100 derniers jours. Ceux-ci incluent les problèmes d'accessibilité au logement, le sans-abrisme, le transport en commun, l'insécurité alimentaire, etc.

Il est important de se rappeler que ce sont des problèmes de longue date au sein des municipalités canadiennes et qu'ils doivent continuer d'être traités une fois que le COVID sera derrière nous. Il est également important de se rappeler que ces questions sont toutes interconnectées et sont étroitement liées aux discussions en cours sur l'équité dans les villes.

2. Nous avons besoin de stratégies pour lutter contre le racisme au niveau local

À ce jour, trois travailleurs migrants sont décédés des suites d'un COVID dans la province de l'Ontario. En partie en raison du nombre de cas confirmés parmi les travailleurs migrants, Windsor n'a pas encore entamé la phase deux de son plan de réouverture. Cela a provoqué la colère de certains résidents qui ont hâte de voir leur économie rouvrir et, dans certains cas, entraîné des réactions racistes. Les villes canadiennes doivent continuer à se concentrer sur les impacts différentiels du COVID et réagir directement à la discrimination subie par certains groupes en quête d'équité pendant cette période.

3. Les communautés éloignées ont leurs propres expériences uniques avec COVID

Les villes du nord de l'Ontario, comme la ville de Thunder Bay, ont vu relativement peu de cas de COVID, mais d'autres crises émergent à la suite du virus. Par exemple, la ville de Thunder Bay compte une importante population autochtone et bon nombre des ressources précédemment dédiées à ces communautés ont été redirigées pendant le COVID. La ville est également confrontée à une crise des opioïdes en cours, qui a entraîné un nombre beaucoup plus élevé de décès au sein de leurs communautés que le COVID.

4. Les pertes d'emplois doivent être envisagées au niveau des ménages

Les millions d'emplois canadiens perdus au cours des 100 derniers jours ont été parmi les effets les plus importants du COVID, mais il est également important que les villes examinent les pertes d'emplois au niveau des ménages. «COVID Signpost 100 Days», un rapport publié par l'Institut urbain du Canada, examine le nombre de Canadiens vivant en milieu urbain qui déclarent qu'un membre de leur ménage a perdu son emploi à la suite du COVID. Il est important de tenir compte de l'incidence que la perte d'emploi peut avoir sur les familles canadiennes, en particulier celles qui ont de jeunes enfants, qui dépendent souvent de deux revenus.

5. Le système de soins de longue durée doit être réformé

Il est devenu extrêmement clair que le système de soins de longue durée du Canada doit être réformé. Des changements doivent être apportés pour garantir des normes de soins adéquates dans tous les établissements de soins de longue durée au Canada. Les discussions sur la réforme des soins de longue durée doivent également prendre en compte ceux qui travaillent dans ces établissements, car ces travailleurs essentiels continuent d'être sous-estimés et sous-payés.