Comment la pandémie transforme-t-elle notre façon de bouger?

Rejoindre l'hôte de CUI Mary W. Rowe pour notre série continue de conversations franches - Comment la pandémie transforme-t-elle notre façon de bouger? - sont Stephanie Cadieux, députée de Surrey-Sud, Surrey BC; Eddie Robar, directeur de succursale d'Edmonton Transit Service; Amina Yasin, commissaire à l'urbanisme de la ville de Vancouver; Commission d'urbanisme de la ville de Vancouver; et Armi de Francia, coordonnatrice du transport actif à la ville d'Ajax et fondateur de Transportation Equity Toronto.

5 Clé
Plats à emporter

Un résumé des idées, des thèmes et des citations les plus convaincants de cette conversation franche

1. Le financement du transport en commun devrait être une priorité

Le transport en commun est un service essentiel au Canada, mais ces services continuent d'être sous-financés. Les agences de transport en commun restent dépendantes des recettes tarifaires - cela s'est avéré particulièrement difficile à la suite de la pandémie de COVID-19 alors que le nombre d'usagers a chuté. Cette nouvelle réalité soulève la question de savoir comment financer au mieux un transport en commun efficace et accessible, y compris si les tarifs doivent être facturés.

2. L'évasion tarifaire doit être envisagée sous l'angle de l'équité

Amina Yasin a expliqué comment les systèmes de transit ne sont pas neutres, ni les moyens par lesquels ils fonctionnent. Par exemple, le contrôle de la fraude tarifaire pose un défi particulier, car elle soutient que les conducteurs noirs, autochtones et racialisés sont souvent soumis à des niveaux de surveillance plus élevés et à des amendes plus fréquentes.

3. Le transport en commun doit être universellement accessible et abordable

Un autre problème d'équité de premier plan abordé par les panélistes est celui de l'abordabilité. Au cours des dernières années, un certain nombre de municipalités du Canada ont déployé des efforts pour offrir des transports en commun plus abordables aux Canadiens à faible revenu. Armi de Francia a expliqué comment, pendant et après la pandémie, nous devons approfondir la conversation sur les options de transport en commun abordables.

4. Nous devons réfléchir à qui nous concevons le transport en commun et pourquoi

Stephanie Cadieux soutient que les villes doivent repenser fondamentalement la conception autour des systèmes de mobilité. Cela implique de mieux savoir à qui les services de transport en commun sont conçus et pourquoi. Les conversations sur l'équité doivent devenir inhérentes à la conception des transports en commun afin de garantir que ces systèmes incluent tous les utilisateurs - l'équité et la mobilité sont inextricablement liées.

5. La mobilité évolue constamment

Au cours des quatre derniers mois, les façons dont les gens se déplacent ont fondamentalement changé et nombre de ces changements persisteront au-delà de la pandémie. En effet, Eddie Robar soutient qu'il n'y aura pas de retour à une «normale» pré-COVID en matière de transport en commun. D'autres options de mobilité, telles que le transport en commun à la demande, méritent également d'être envisagées.

Panneau complet
Transcription

Note aux lecteurs: Cette session vidéo a été transcrite à l'aide d'un logiciel de transcription automatique. L'édition manuelle a été entreprise dans le but d'améliorer la lisibilité et la clarté. Les questions ou préoccupations concernant la transcription peuvent être adressées à events@canurb.org avec «transcription» dans la ligne d'objet. 

Comment la pandémie transforme-t-elle notre façon de bouger?

 

Mary Rowe [00:00:15] Salut tout le monde. C'est Mary Rowe de l'Institut urbain du Canada. Merci de vous joindre à nous pour notre deuxième CityTalk cette semaine. Très, très heureux d'avoir quatre contributeurs fabuleux pour nous parler de ce qu'ils ont vu et vécu à travers le pays. Comme beaucoup d'entre vous le savent, l'Institut urbain canadien a son siège à Toronto, mais nous avons maintenant des chefs de file régionaux à travers le pays et nous avons de très nombreux partenaires qui se sont mobilisés pour soutenir le travail de création de tissu conjonctif et de problème collectif créatif. résoudre les défis auxquels sont confrontées les municipalités et les habitants des villes, grâce au COVID. Et comment pouvons-nous surmonter cela, émerger et vivre avec cela de manière créative et d'une manière qui améliore nos villes et les rend meilleures. Le siège social de CUI est situé à Toronto, territoire traditionnel des Mississaugas du Credit, des Annishnabec, des Chippewa, des Haudenasaunee et des Wendat. Et il abrite maintenant de nombreuses Premières nations diverses des communautés inuites et métisses ainsi que de l'île de la Tortue. Toronto est également couverte par le Traité 13, qui a été signé avec les Mississaugas of the Credit et les Traités Williams, qui ont été signés avec plusieurs nations Annishnabec. Et nous avons essayé de mener ces CityTalks pendant les 15 ou 16 dernières semaines, en essayant d'être aussi conscients que possible des histoires et des héritages d'exclusion que l'urbanisme contemporain a continué pendant un siècle ou deux à exclure les gens et à ne pas réellement construire le type de tissu conjonctif que CUI défend dans tout le pays et que nous devons construire dans les villes elles-mêmes. Et nous devons accepter cela. Nous devons tenir compte de cela. Et nous apprécions que les gens continuent à mener leurs propres luttes personnelles avec cela et comment nous allons réellement annuler le racisme anti-noir et les différentes formes d'exclusion. Et c'est un voyage et un parcours d'apprentissage. Et nous apprécions que les gens soient si francs, honnêtes et francs sur ce qui doit changer. J'étais de garde plus tôt ce matin avec un sous-ministre du gouvernement fédéral qui expliquait que chaque fissure, chaque dysfonctionnement, que chaque fissure, je pense, était le langage qu'elle utilisait, chaque fissure du système qui existait avant le COVID venait d'être maintenant grandement exacerbée. Et là où nous voyons cela plus vivement, mais dans le sujet sur lequel nous sommes aujourd'hui, comment allons-nous. Nous apprécions donc que ces quatre personnes viennent exprimer leurs propres points de vue sur ce qu'ils ont réellement vu, ce qui a été difficile de manière tangible, puis comment ils et comment imaginons-nous collectivement à quoi ressemblera la transition et à quoi l'avenir. pourrait ressembler et comment nous construisons réellement les villes. Nous sommes donc accompagnés aujourd'hui de Stephanie Cadieux, députée de Surrey-Sud à l'extérieur de la Colombie-Britannique. Vous ne savez peut-être pas quand est député, mais elle siège à l'Assemblée législative provinciale. Elle est décisionnaire et elle vient de la métropole en plein essor de Surrey, dont elle vient de me rappeler qu'elle est la deuxième plus grande municipalité de la Colombie-Britannique. Eddie Robar est ici. Il est directeur de succursale d'Edmonton Transit Service et il nous vient en direct de la nouvelle station de transport en commun ou d'une succursale, peu importe comment vous pouvez l'appeler, Eddie. Il nous dira ce qu'ils ne sont pas. Ce n'est pas le bureau, pas la cour. Quoi qu'il en soit, vous êtes en transit.

 

Eddie Robar [00:03:16] Garage.

 

Mary Rowe [00:03:17] Comment appelez-vous cela? Garage.

 

Eddie Robar [00:03:19] Transit Garage.

 

Mary Rowe [00:03:20] Vous êtes dans un garage de transit dans un endroit mystérieux de la banlieue d'Edmonton. Super de vous avoir là-bas. Et Amina Yasin. Qui est commissaire à l'urbanisme à la ville de Toronto. Désolé. Pardon. Horrible erreur à faire depuis le centre de Can. Ville de Vancouver. La Commission d'urbanisme de Vancouver. Et elle nous vient de New Westminster. Et Armi de Francia, qui est le coordonnateur du transport ACT à la ville d'Ajax, fondateur de Transport Equity Toronto, et venant du centre en plein essor de la RGT, Pickering. Nous n'allons pas très longuement sur la biographie ici sur ces choses. Les gens du chat le publieront pour que vous puissiez rechercher. Ce que nous constatons toujours, c'est que les gens commencent frénétiquement à vous rechercher et nous essayons toujours de faire comprendre aux gens que le CityTalk. La conversation commence ici. Ça ne finit jamais. C'est en cours. Alors continuez cette conversation, à #CityTalk. Et nous publierons une vidéo à partir de cela. Merci de contribuer au chat, de poser des questions, de commenter et nous publions le chat. Gardez cela à l'esprit pour que les gens le voient pendant longtemps. Et nous apprécions la franchise, la courtoisie et le respect. Mais nous voulons aussi aborder les vrais défis, les vrais problèmes pour que les panélistes ne se retiennent pas. Dites-nous ce que vous pensez vraiment et commençons par aller vers l'ouest et parler. Allons à vous, Stephanie. Et réactivez-vous s'il vous plaît. Et écoutons simplement quel est votre point de vue sur ce que vous avez regardé, sur la façon dont nous évoluons et que pensez-vous qu'il y a à venir?

 

Stéphanie Cadieux [00:04:42] Bien sûr. Eh bien, merci de m'avoir invité. Et salut à tous ceux qui se joignent à nous. Je viens des territoires traditionnels des Salish de la côte, ici à Surrey, tout près de la frontière. Donc, en fait, ce dernier moment a été un véritable défi pour tout le monde à coup sûr. Et certainement pour moi, je suis une personne handicapée. J'ai donc pris des précautions supplémentaires pendant ce processus. Mais certainement observer et je dirais écouter et entendre les gens de partout dans le Lower Mainland et en Colombie-Britannique au sujet des problèmes de transport et de la façon dont nous nous en sortons, et qu'est-ce que cela signifie pour l'avenir? Quelles sont les choses qui vont durer? Quelles sont les choses que nous allons devoir considérer de façon continue? Que cela signifie les voyages transfrontaliers et ces problèmes ou si nous parlons des changements que nous apportons au niveau de l'achalandage des transports en commun, des voitures et de la façon dont nous et pour les personnes handicapées en particulier. De toute évidence, c'est mon genre de domaine d'intérêt personnel. Et il y a certainement des défis importants avec beaucoup de changements que nous constatons pour les personnes handicapées et il y a des implications sur la façon dont elles peuvent vivre leur vie dans nos communautés.

 

Mary Rowe [00:06:06] Alors, juste avant de vous quitter, qu'est-il arrivé au système de transport en commun pendant le COVID à Surrey? Pouvez-vous nous dire quelles mesures ils ont prises?

 

Stéphanie Cadieux [00:06:13] Eh bien, dans le Lower Mainland, je vais aller dans le Lower Mainland et à l'échelle provinciale, l'achalandage des transports en commun vient de tomber complètement, bien sûr, ce qui est extrêmement problématique pour le transport en commun, ce qui signifie qu'ils ont dû réduire certains de leurs services. Pour notre système de transport adapté, c'était certainement un défi parce que leur incapacité à s'éloigner socialement lorsque les gens interagissent et aident les autres. Et le défi, bien sûr, le fait qu'il y ait autant de coureurs avait compromis le système immunitaire au départ. Il y a donc là de réelles préoccupations. Et mais nous avons certainement vu notre système de transport en commun faire ce qu'il pouvait pour s'adapter, pour baisser les tarifs, comment les gens entraient par l'entrée arrière du bus, une capacité limitée, etc. Je pense donc que ce que nous avons vu était une tentative de tout le monde de s'ajuster le plus rapidement possible. Mais je pense que les gens doivent vraiment repenser la façon dont nous allons faire cela à l'avenir si ce n'est pas une situation à long terme dans laquelle nous vivons.

 

Mary Rowe [00:07:24] Et vous avez un handicap physique, donc vous êtes en fait pour que votre entrée et votre sortie dans les véhicules soient compromises. Je ne sais pas dans quelle mesure les services de transport adapté et les hébergements spéciaux pour les personnes ayant des problèmes de mobilité peuvent monter dans les voitures. Ont-ils pu maintenir cela dans le système de votre juridiction, ou non?

 

Stéphanie Cadieux [00:07:43] Je crois comprendre qu'ils ont fourni des personnes assez indépendantes et que le système de transport adapté a certainement continué à fonctionner pour des travaux de type d'urgence. Mais je ne suis pas sûr de son efficacité. Et franchement, je ne sais pas à quel point les gens se sentent en sécurité. Et je pense que la plus grande question était: est-ce que les personnes handicapées et nécessitant des options de transport modifiées le faisaient si elles se sentaient en confiance et en sécurité pour sortir ou non? Et je ne pense pas que la plupart des gens l'ont fait. Je pense qu'il y avait beaucoup d'anxiété. Et je pense que cela persiste aujourd'hui.

 

Mary Rowe [00:08:23] Je vois que Gil Penalosa, l'un de nos habitués de la ville, est sur le chat aujourd'hui. Et Gil, ce serait formidable si vous pouviez participer au chat si vous connaissez des données indiquant au niveau international si le virus se propage ou non. Sont là. Existe-t-il des preuves de propagation communautaire du virus sur les systèmes de transport en commun du monde entier? Parce que je crois comprendre que certaines études suggèrent en dehors de l'Europe que cela ne se transmet pas de cette façon, ce qui témoigne de la préoccupation de Stephanie quant à la façon dont nous allons rétablir le soutien public pour se sentir en sécurité pour prendre le transport en commun. Allons à Amina maintenant, si nous le pouvions, et parlons-nous simplement, Amina, de votre point de vue en tant que défenseur du transport en commun et de tous les types de défis que nous avons rencontrés concernant les travailleurs essentiels et les types de personnes qui ont continué à utiliser le transport en commun et le reste de l'infrastructure. Alors merci Stéphanie. Nous reviendrons vers vous. Amine, pouvez-vous nous donner votre point de vue?

 

Amina Yasin [00:09:11] Je viens donc aussi du pays des peuples salish de la côte, les Musqueam, Squamish et Semiahmoo. Je n'ai aucun problème que vous me qualifiez de Torontois, car je suis également Torontois. Je suis vraiment multi-citoyen de cette façon. Deuxièmement, au cours de cette conversation et à la lumière des manifestations de rue, j'espère faire la lumière sur le mouvement de libération des noirs que nous avons vu descendre dans la rue et s'engager sérieusement dans cette conversation attendue depuis longtemps sur le racisme et l'abélisme qui a conduit au développement de villes profondément inéquitables dans lesquelles nous sommes obligés de naviguer tous les jours de notre vie avant le COVID et pendant le COVID. Cette inégalité existe dans l'environnement bâti, les transports, la santé, l'insécurité alimentaire et dans la manière dont la sécurité publique a été définie. Et qui peut se déplacer dans les villes sans harcèlement au niveau de l'État tout en tenant compte des personnes qui ont été forcées de déménager pendant le COVID-19, y compris ici à Vancouver, à Toronto et à travers le Canada. Nous en sommes aujourd'hui au point où il est urgent de mettre en évidence la nature intersectionnelle de la sécurité routière. Soulignant les intersections entre les questions sociales, les infrastructures routières, la conception et la police. Mais avant de creuser plus profondément, j'aimerais prendre un moment pour demander à tous ceux qui participent de vraiment, de vraiment considérer combien d'entre vous ont réellement eu un appel étroit avec la police ou se sont sentis en danger dans l'espace public, y compris en transport en commun, en raison à la sur-surveillance et à la sur-police. Vraiment, pensez-y vraiment. Je dois admettre que je l'ai dans mon rôle et en tant que citoyen et amoureux des villes. Et pour ceux qui ont vécu cette panique dans l'espace public, cet inconfort et ce sentiment de sur-surveillance et de manque de sécurité découle d'une série de politiques et de règlements, y compris des règlements de rues plus sûrs, des règlements de distance physique COVID-19, un public surpeuplé et peu fiable. transport dans les quartiers les plus touchés par le COVID-19, concept inéquitable tel que les programmes de rues ouvertes et lentes qui profitent du COVID-19 pour perpétuer le privilège d'un segment précieux de la population de nombreuses villes. La billetterie et l'évasion tarifaire, comme nous l'avons vu avant le COVID, et qui sont tous le résultat direct du racisme, de l'abélisme et de la violence d'État. Et pour ceux qui ne sont pas familiers avec cela, avec la lutte qui existe dans l'espace public, je vous invite tous à vivre dans les villes et dans les champs d'urbanisme, en particulier ceux qui épousent les villes pour tous, et ouvrent les rues aux personnes de tous âges, les capacités et les antécédents pour vraiment réfléchir aux raisons pour lesquelles les Noirs et les personnes handicapées sont harcelés et meurent dans les espaces publics en marchant, en faisant du jogging, en faisant du vélo, en montant dans un bus et même en conduisant. Pour aller de l'avant, je demande beaucoup, comme je l'ai fait dans mon article, aux planificateurs, aux élus et aux amoureux de la ville d'envisager sérieusement ce qu'ils peuvent faire pour répondre à ces appels à la justice, à la réparation et à l'équité.

 

Mary Rowe [00:12:15] Merci Amina. C'est intéressant, votre transit pour vous et la transfusion pour vous est un espace public. Vous faites ce point correctement. Donc, de toute évidence, la privatisation du transport en commun est une préoccupation, je suppose, comme cela peut être, que dans les contraintes que nous allons être là maintenant, nous allons voir plus de transport privé parce que les systèmes de transport en commun sont en panne. Et comme vous le suggérez, le niveau de surveillance et le manque de sécurité publique sont vécus de manière disproportionnée par les personnes de couleur. Et c'est comme dans un parc ou une rue ou dans un tramway ou dans un métro. Droite.

 

Amina Yasin [00:12:49] Absolument. L'anti-noirceur spatiale est une réalité réelle, comme je le dis dans mon article sur Tyee, et aussi pour les personnes handicapées car la grande majorité de ceux qui le font sont agressés dans les espaces publics par la police sont également handicapés de manière disproportionnée. Et oui, la privatisation d'un service public essentiel est absolument une menace, je pense, pour notre démocratie et nos systèmes. Mais quelle plus grande menace est le fait que, vous savez, nous continuons de prioriser et de ne pas financer le transport en commun pour commencer. Et, vous savez, j'espère approfondir cette discussion. Mais nous, mais nous finançons ce que nous valorisons, vraiment, et puis et puis nous contrôlons ce que nous ne pouvons pas financer.

 

Mary Rowe [00:13:33] C'est vrai. Droite. Et on nous pose des questions comme celle-là à CUI pour savoir si nous voulons continuer à faire valoir que les villes stimulent les économies du pays et que la dépendance d'une ville à son système de transport en commun est fondamentale, par conséquent, il faut être un investissement dans le transit. Armi, parlons avec vous. Vous êtes en fait dans la région du Grand Toronto. Mon erreur, Amina. Vous êtes à Pickering. Et parlez-nous simplement de votre point de vue particulier et de ce que vous avez observé, et je suis sûr que vous allez reprendre ce que les deux autres ont dit. Et ils rentraient à la maison avec toi, Eddie. Alors passons à vous, Armi, d'abord. Vous devez y réactiver le son et nous avons hâte d'entendre ce que vous avez à dire.

 

Armi de Francia [00:14:09] Merci. Je suis donc un peu nerveux, mais ravi de participer à cette discussion avec des gens de partout au pays. Je parle de la terre, de la terre qui est couverte par le traité Williams. Et aussi, je représente une ville qui compte l'une des populations noires les plus élevées au Canada. Donc, le principal défi que je constate dans l'ensemble est qu'il est nécessaire d'avoir plus d'accès à des options de transport abordables. Nous constatons des limites avec les transports en commun, la conduite automobile peut être assez coûteuse, les transports en commun avec des limitations physiques de distance et même avec le vélo, car je ne sais pas comment c'est à travers le pays, mais dans la région du Grand Toronto, il y a un nombre limité de les vélos et les vélos sont épuisés. Il est donc très difficile pour beaucoup de gens d'accéder à un vélo qui ne l'avait pas auparavant. Dans le même temps, il est également important que, lorsque nous pensons à la post-pandémie, nous travaillons à un avenir où nous nous concentrons sur la fourniture d'options abordables qui sont également sûres pour les gens à utiliser sans crainte d'être harcelés, sans craindre d'être confrontés à des problèmes négatifs. tensions avec l'application de la loi, ou quelque chose du genre. C'est donc important d'aller de l'avant. La ville, je pense que c'est en termes de ce qui fonctionne, il est plus important d'entendre ce que les habitants ont à dire à ce sujet. Donc au lieu de cela, je vais me concentrer davantage sur ce qui pourrait être une opportunité potentielle. Et notre réseau de transport actif est une très bonne base. Nous recevons des inquiétudes de la part des résidents quant à la nécessité de l'améliorer pour le rendre plus continu, mais cela montre au moins qu'il y a une préoccupation et qu'il y a un désir pour plus d'options de transport au-delà du transport en commun et de la conduite. C'est donc ce que nous voyons ici jusqu'à présent. Et nous avons aussi nous avons également eu la création récente de, bien le Conseil a récemment approuvé une motion pour créer un Congrès anti-racisme noir. Nous allons donc explorer les moyens de s'engager avec les communautés noires pour y parvenir.

 

Mary Rowe [00:16:15] Merci. Je suis intéressé par votre commentaire sur les vélos. Vous savez, nous avons souvent eu cette conversation à ce sujet sur CityTalk sur la façon dont une certaine circonscription privilégiée et l'urbanisme ont essayé de faire pression pour que les rues soient fermées et pour plus de déplacements à vélo. Et c'est perçu comme hébergeant une très petite partie de la population urbaine. Donc, les gens qui n'ont pas accès à des vélos ou ceux qui ont trois enfants et qui doivent les amener quelque part et qui ne les transportent pas sur un vélo. J'ai remarqué que certaines des files d'attente les plus importantes actuellement, du moins à Toronto, sont destinées aux magasins de vélos. Comme de longues files d'attente pour que les gens réparent leurs vélos et diverses choses. Et celui que je cherchais est l'un de ceux qui réparent vos propres emplacements de vélo. Et je ne pouvais pas m'en remettre. Il y avait une longue file d'attente pour cela. Donc, cette question de la répartition équitable des options de mobilité, je suppose que c'est le grand défi. Comment pouvons-nous quelle est la relation entre les transports en commun et ces approches individualisées et non standardisées pour aider les gens à se déplacer? J'imagine. Eddie, vous êtes dans le ventre de la bête et vous exécutez vous exécutez un système. Alors parlez-nous des défis auxquels vous êtes confrontés là-bas. Et je sais que votre système et vous devriez peut-être dire aux gens quel est le niveau de fonctionnement actuel du système d'Edmonton et que comptez-vous faire pour aller de l'avant avec toutes les dépenses que vous avez dû engager avec la réduction de la tarification?

 

Eddie Robar [00:17:31] Nous sommes assis sur les terres du Traité 6 ici à Edmonton et je viens de la Kathleen Andrews Transit Facility, qui est notre plus récent garage de transport en commun nommé d'après notre première conductrice de transport en commun. Tellement excité à ce sujet. Il se passe certainement beaucoup de choses à Edmonton et au travail. Toute la conversation ici est fantastique, car c'est certainement là que les sociétés de transport en commun et les établissements de transport en commun doivent commencer à concentrer leurs efforts sur cette approche équitable et veiller à ce que nous ayons un programme qui soutient vraiment la mobilité dans les villes où nous sommes. Et nous avons un grand La population autochtone également ici. Et certainement être attentif à cela et comprendre les impacts que cela représente pour un système de transport en commun. En regardant ce qui s'est passé et ce qui se passe à Edmonton, très semblable à la plupart des réseaux de transport en commun à travers le pays, une énorme diminution de l'achalandage pour nous. Nous sommes descendus à environ 25 pour cent de ce que nous avions normalement pour l'achalandage. Et maintenant, nous sommes en quelque sorte en train de revenir à ce taux de 50%, mais cela présente certainement de nombreux défis en tant que personne en transit. Vous savez, notre objectif est d'essayer de faire voyager autant de personnes que possible. Et c'est la première de ma carrière où je devais me concentrer sur la limitation du nombre de personnes sur un véhicule et essayer de m'assurer que nous avions suffisamment de service pour garder une distance possible sur notre service lui-même. Nous fonctionnons actuellement à environ 50% de notre niveau de service, toujours selon notre calendrier amélioré du samedi. Donc un horaire un peu chargé le samedi pour nous. Cela semble être valable pour ce que nous avons actuellement pour l'achalandage. Mais nous envisageons une reprise du service en août, fin août. Revenez donc aux services normaux. Et certainement, l'accent mis sur une partie de la conversation ici, autour, vous savez, à quoi ressemble l'évasion tarifaire et comment nous gérons cela et nos politiques tarifaires est quelque chose dont nous discutons à partir de cette optique GBA plus et essayons vraiment de nous assurer que nous ne poussons pas davantage les gens dans des domaines qu'ils n'ont pas besoin d'être. Et je pense que, vous savez, une partie du travail que nous faisions avant le COVID était vraiment axée sur la tentative de mettre en place un système abordable, un programme abordable. Nous avons fait des choses comme notre programme de transport en commun, qui, à mon avis, est probablement la meilleure chose que nous ayons jamais mise en œuvre dans ma carrière de transport en commun. Et je fais cela depuis environ 18 ans maintenant. Mais certainement donner aux gens accès à la mobilité en ville. Ce programme fournit des laissez-passer aux gens à un tarif très avantageux, et c'est plus de vingt-deux mille personnes par mois qui l'utilisent. Et cela a vraiment un impact sur les gens qui doivent choisir entre l'épicerie ou, vous savez, aller travailler contre leur loyer. Et je pense que, vous savez, ces programmes et l'objectif du transport en commun d'Edmonton, non seulement il s'agit de fournir le bon service là-bas, mais il s'agit vraiment de donner aux gens l'accès à la mobilité dans la ville et comment nous le développerons à l'avenir. . Ainsi, certains de nos plans se sont un peu arrêtés avec l'épidémie. Et cela nous a certainement posé de nombreux défis. Mais cela n'a certainement pas arrêté notre progression en essayant de maintenir ce progrès que nous avons déjà eu. Et certains des avantages qui découlent du COVID-19 est certainement qu'il a mis en évidence de nombreuses inégalités et défis sociaux dans notre communauté et le met vraiment au premier plan pour les gens lorsque vous n'avez pas d'endroit où aller et que vous le voyez. Et je pense que, vous savez, quand tous les magasins sont fermés et que vous voyez que cette inégalité sociale comme devant votre visage, cela vous fait vraiment faire attention et cela regarde vraiment une capacité pour nous de prendre ça, courir avec lui et regardez comment nous pouvons améliorer ce monde pour nous en matière de logement social. Et à quel point cela devient important à l'avenir.

 

Mary Rowe [00:21:34] Merci. Vous savez, c'est intéressant, ces conversations que nous avons sur l'urbanisme et nous avons eu, avant COVID, articulé pour CUI que l'urbanisme est pour tout le monde et le dilemme est que vous pouvez vous pouvez aspirer à cela, mais ce n'est pas nécessairement se produire. Vous savez, cela n'arrive que si tout le monde est engagé dans la création d'environnements urbains. Et l'une des choses que nous avons regardées à travers le monde est que pendant le COVID parce que nos services d'aide aux sans-abri étaient inadéquats, que beaucoup de sans-abri montaient dans les métros et les tramways et y passaient toute la journée parce que c'était un endroit sûr et qu'il n'y avait pas d'autre endroit. . Donc, il y a une sorte d'effet en cascade, hein, et comment allons-nous donner la priorité à cela? Je suis intéressé par vous, à votre avis, si nous ne le faisons pas si nous allons passer plus de temps à la maison, si nous n'allons pas entrer dans la voiture comme beaucoup pour le prochain avenir prévisible, pensez-vous que cela devrait influer sur la façon dont nous allouons les ressources aux systèmes de transport en commun? Laissez-moi juste pourquoi je ne commence pas à demander ça à Armi. Je veux dire, avez-vous une idée de la façon dont vous définiriez les priorités, comment vous dépenseriez de l'argent? Quelle partie d'un système reconstruiriez-vous en premier? Vous y avez déjà pensé?

 

Armi de Francia [00:22:47] Je ne sais pas quelle partie du système nous reconstruirions en premier. Même si je pense qu'il est toujours important d'envisager des moyens d'élargir ces options abordables de mobilité, que les gens restent ou non chez eux. Après tout, pour beaucoup, rester à la maison est un privilège, n'est-ce pas, que beaucoup de gens n'ont pas. Il y a donc encore des gens, comme les travailleurs essentiels, qui ont besoin de se déplacer et qui doivent encore se rendre à l'hôpital, à des rendez-vous chez le médecin ou à l'épicerie, tous ces différents types de voyages essentiels. Je pense que la prochaine direction qui aiderait est de travailler sur la politique. Donc, actuellement, du moins dans le contexte ontarien, nous avons des politiques et des lignes directrices sur la marche, la LAPHO, donc l'accessibilité dans une certaine mesure, les transports en commun, la conduite et les vélos également. Mais il y a d'autres modes de transport qui émergent ou qui sont utilisés dans d'autres pays depuis un certain temps pour lesquels nous n'avons tout simplement pas de lignes directrices, qui émergent ou qui ne sont pas encore très clairs. Ainsi, par exemple, les vélos électriques sont une étude au Royaume-Uni en 2019 qui a révélé que les vélos électriques avaient des avantages pour la santé mentale des personnes âgées. Et actuellement en Ontario, il y a beaucoup de municipalités qui n'ont pas encore vraiment de réglementation sur les vélos électriques à vélo ou qui les créent encore. Et puis il y a bien sûr les scooters électriques et il y a aussi les cycles de chargement. Donc, les cycles de cargaison. Ils peuvent être alimentés par des pédales ou par des moteurs électriques. Mais il y en a actuellement. Le règlement, du moins en Ontario, est que les vélos n'ont que deux, peut-être trois roues. Donc, ils ne tiennent pas vraiment compte des cycles de fret, qui pourraient avoir des roues en métal et des options de mobilité très faibles en carbone qui pourraient transporter des personnes qui pourraient transporter des marchandises à un coût beaucoup plus bas. Donc, juste pour ouvrir, nous avons besoin d'une volonté politique afin de créer des lignes directrices et des politiques qui soutiennent ces autres options de transport abordables qui pourraient profiter à une grande variété de groupes, qu'il s'agisse de personnes handicapées ou de personnes non conformes au genre, de personnes âgées ou d'autres personnes qui ont toujours été négligé systématiquement.

 

Mary Rowe [00:25:02] Vous connaissez le dilemme, cependant, je peux le sentir se cacher là-bas, c'est que si nous quittons en quelque sorte nos yeux en nous concentrant sur investir dans le système majeur, ne laissez pas notre notre tranit ne laisse pas notre système de métro s'effondrer, afin que nous puissions rater l'occasion que vous venez de laisser entendre, qui est peut-être que nous avons besoin de tout un mélange de choses différentes, vous savez. Que pensez-vous, Amina? Et puis je vais venir voir Stéphanie. Avez-vous pensé à cela? À propos. Aimez-vous avoir un mélange de système, un mélange de choses? Ou préférez-vous simplement remettre la colonne vertébrale principale du système en marche? Quel est ton instinct?

 

Amina Yasin [00:25:32] Je suis tout à fait d'accord avec Armi. Je pense que nous devons examiner plusieurs forums. Nous devons examiner la mobilité, puis examiner les modalités sous de multiples et multiples formes et comment celles-ci se nourrissent les unes des autres. Mais je pense, encore une fois, en revenant à la question initiale. Dans mon article, je nous ai demandé de reconnaître fondamentalement notre rôle dans la perpétuation des inégalités environnementales et de la lutte contre la noirceur spatiale et j'affirme que les gouvernements et les villes financent ce qu'ils valorisent et, par conséquent, qui ils valorisent, puis contrôlent ce qu'ils refusent de financer. . Droite. Et donc, tout comme Armi l'a mentionné aujourd'hui, comme pendant ces crises convergentes, y compris le COVID, nous nous retrouvons, une fois de plus, dans les pauvres qui sont disproportionnellement racialisés et handicapés et handicapés ont été absolument enrôlés par la force économique et le racisme pour accomplir le devoir patriotique de risque de mort pour les consommateurs de la classe moyenne et supérieure. Ce sont nos services essentiels. Ce sont les gens qui utilisent principalement nos systèmes de transport en commun. Ce ne sont pas ces personnes que nous sommes capables de faire pivoter très rapidement et de puiser dans le travail des défenseurs de la justice pour personnes handicapées qui préconisaient essentiellement un style de travail à domicile pour répondre à leurs besoins. Mais nous avons pivoté très rapidement pour un groupe de personnes très privilégié. Et donc, encore une fois, les racialisés et les plus marginalisés sont ceux qui utilisent les transports en commun. Nous devons donc vraiment nous pencher là-dessus, car si leurs services sont déclarés essentiels, les services dont ils ont besoin pour effectuer leur travail, qui est le transport en commun, sont essentiellement non essentiels. Et cela demeure non essentiel car le gouvernement fédéral a essentiellement préféré renflouer les millionnaires en accordant à des entreprises comme Loblaws douze millions de dollars et d'autres moyens, ce qui s'est traduit par Loblaws en achetant davantage de réfrigérateurs écoénergétiques. Lorsque le gouvernement aurait facilement pu utiliser ces fonds, ainsi que d'autres programmes de sauvetage lancés aux plus privilégiés pour soutenir les systèmes de transport à travers le Canada qui ont moins d'achalandage, mais avec un achalandage constant, qui sont ces groupes racialisés, qui sont ces groupes marginalisés , qui s'avèrent être ces travailleurs des services essentiels que nous sortons tous les jours et applaudissons à 7h00, mais ne nous interrogeons pas vraiment sur ce que cela signifie. Qui sont les employés des épiceries et cela mène à une discussion plus large sur la provenance de nos aliments et ce qui se passe actuellement avec les travailleurs migrants. Et donc cela alimente tant de carrefours différents dans l'insécurité alimentaire et toutes sortes de mesures qui, encore une fois, ne peuvent pas travailler à domicile et ont été conscrits essentiellement pour faire ce travail et compter sur le transport en commun pendant une crise de santé publique qui nécessite également une distance physique. . Donc, et il y a de nombreuses organisations à travers le pays, y compris ici dans la région métropolitaine de Vancouver, qui font ce travail, qui militent jour après jour pour des transports en commun abordables et accessibles, comme le projet All On Board par le biais de BC Poverty Reduction. Groupe ici qui, même avant COVID, a plaidé pour un système de pass mensuel à échelle mobile basé sur le revenu, le transport gratuit pour les jeunes et une redéfinition des priorités en ce qui concerne les utilisateurs du transport en commun et parfois son travail d'équité que les gens sont juste, vous savez, eh bien, vous savez ce que j'appelle un urbaniste blanc et un urbaniste statu quo qui ne peut pas s'asseoir dans la complexité. Ils ne savent tout simplement pas comment s'asseoir dans la complexité tant qu'ils n'ont pas vraiment de mal à comprendre que nos rues et notre système de transport en commun ne sont pas neutres. Et c'est pourquoi nous devons réitérer complètement et constamment ces réalités et que bon nombre des façons dont nous avons pu pivoter sont attribuables à des organisations de base qui sont en fait des groupes opprimés de personnes qui ne sont pas des cyclistes, car les cyclistes le sont aussi. pas un groupe de personnes opprimées. Alors que je suis à vélo et que j'en vois l'importance, je ne vais pas donner la priorité à une discussion à ce sujet par rapport à une question de droits de la personne que nous voyons.

 

Mary Rowe [00:29:22] Amina, recommanderiez-vous que le transit soit rendu gratuit?

 

Amina Yasin [00:29:27] Je le ferais. Je pense que cela revient exactement à mon point de vue, vous savez, la redéfinition des priorités. Et je pense qu'une fois que nous commencerons à redéfinir les priorités et à vraiment examiner cela et à élaborer, vous savez, des cadres et des outils d'équité comme base d'un système de transport en commun, nous pouvons le faire parce que nous avons vu que nous avons vu où le gouvernement fédéral a a pu intervenir comme COVID nous l'a montré, COVID nous a montré qui est valorisé correctement. Encore une fois, qui renflouons-nous? Nous avons renfloué les compagnies aériennes. C'est une forme de transport. Alors pourquoi n'avons-nous pas pu faire de même pour nos systèmes de transport en commun?

 

Mary Rowe [00:30:02] C'est vrai. Je veux dire, nous avons tous, vous savez, le gouvernement fédéral a également réussi à mettre de l'argent entre les mains de millions de Canadiens très rapidement grâce au CERB. Donc, je vous entends dire que toutes ces décisions reflètent un ensemble de valeurs et avons-nous l'occasion de pivoter maintenant et d'insister pour que les investissements des gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux s'alignent autour de l'équité et du maintien permettant à la ville de bouger? et générer la richesse qui paie réellement les impôts pour que nous investissions réellement dans ces choses? Stephanie, que pensez-vous de ce que vos collègues disent ici? Que voyez-vous que la perspective. Je veux dire, vous êtes un législateur provincial, et je sais qu'en Colombie-Britannique, le gouvernement provincial investit dans le transport en commun, mais il y a aussi toujours une dépendance à l'égard de la grille tarifaire. Et avez-vous un sens. Je veux dire, je sais que vous vous êtes assis à ces tables fédérales provinciales, aussi stupéfiantes qu'elles soient, pour essayer de déterminer quelle devrait être la part. Mais qu'est ce que tu penses? Pensez-vous qu'à l'avenir, nous devrions investir et obtenir plus de dollars fédéraux et provinciaux dans les réseaux de transport en commun locaux?

 

Stéphanie Cadieux [00:31:01] Je pense que nous devons repenser fondamentalement la façon dont nous planifions les choses. Et de ce point de vue, ce que je veux dire par là, c'est que je pense que nous devons inverser la façon dont nous retournons et recommençons, comment nous envisageons de concevoir comment nous bougeons. Nous devons donc commencer par le réseau piétonnier, puis nous devons examiner les vélos multimodaux et les vélos électriques et ce que vous avez et comment cela s'intègre-t-il. Ensuite, nous devons examiner le réseau automobile et automobile, qui est indispensable, la voiture, le bus, le réseau motorisé. Et j'inclus cela parce que cela inclut les routes. Et même si, vous savez, ce ne sont pas seulement les choses qui se passent sur les routes, le transport en commun, ce n'est pas seulement le train aérien comme nous l'avons ici ou d'autres options de transport en commun. Ce sont toutes les options. Mais je pense que nous devons commencer à regarder comment nous voyons les choses. Pourquoi le faisons-nous et pour qui? Parce que nous ne le faisons pas pour tout le monde. Droite. Et à mon avis, du point de vue du handicap, le handicap est toujours une réflexion après coup sur toutes ces choses. Et je sais que c'est la même chose pour les groupes en quête d'équité, les minorités et les personnes marginalisées. Et COVID a soulevé ces problèmes. Il les a mis au premier plan parce que, oui, le transport en commun en Colombie-Britannique est subventionné dans une certaine mesure par le gouvernement provincial. Mais 33 pour cent des revenus du métro sont à la bonne boîte et 17 pour cent pour le transport en commun rural sont à la bonne place. C'est donc encore une part importante de ce dont ils ont besoin pour fonctionner. Le gouvernement provincial a tendance à chercher davantage à investir dans les éléments d'infrastructure. Les gros investissements de plusieurs milliards de dollars et la participation là-bas, comme avec le gouvernement fédéral. Et c'est la répartition des pouvoirs que nous constatons au Canada et c'est une question complexe en soi. Mais si nous regardons pour qui nous concevons et pourquoi, incluons-nous tout le monde dès le début. Si nous ne construisons pas correctement les trottoirs, les gens ne peuvent pas se rendre à l'autobus. Si nous ne construisons pas correctement les pistes cyclables, les personnes handicapées ne peuvent pas traverser la rue en toute sécurité parce que certainement les pistes cyclables, même si je suis favorable à ce que les gens aient la possibilité d'utiliser des vélos et des vélos électriques et toutes ces sortes. des choses peuvent être un obstacle incroyable pour les personnes handicapées. Donc, si nous commençons à regarder stratégiquement tous les utilisateurs et utilisateurs les plus touchés avant de regarder OK et maintenant, qu'en est-il des voitures et des routes et de quoi avons-nous besoin? Parce que, vous savez, tout est nécessaire. Tout cela est essentiel pour l'économie. Droite? C'est tout ce que nous avons pour avoir une autoroute et une structure routière massive et nous devons y investir parce que nous devons déplacer les gens entre les villes. Nous devons déplacer des marchandises. Nous devons déplacer des ambulances et toutes ces sortes de choses. Mais nous avons également besoin de très bonnes options de transport en commun pour les gens, pas pour ceux qui en ont besoin parce qu'ils n'ont pas les moyens de se payer une alternative. Et pour les gens parce qu'ils veulent faire ce choix et utiliser ces options. Nous voulons que les gens fassent cela. Et alors, comment allons-nous nous assurer qu'il y a assez d'achalandage et assez et assez d'argent investi? Et comment pouvons-nous nous assurer que lorsque nous faisons cela, nous n'excluons pas les groupes qui en ont probablement le plus besoin? Et cela inclut les personnes handicapées qui sont souvent laissées pour compte dans le dans le froid dans ce domaine et ensuite nous essayons de nous ajuster et de nous adapter. Et l'ajustement et l'adaptation sont beaucoup plus coûteux et moins efficaces. Et cela laisse les gens, vous savez, marginalisés. Ce n'est pas le plan. Donc, je pense que nous avons une tâche énorme devant nous en tant que société et elle ne peut être dirigée vers aucun niveau de gouvernement ou un groupe en particulier, car vous savez, être le créateur d'erreurs ici. C'est ainsi que cela a évolué au fil des siècles et nous devons réévaluer notre façon de faire les choses. Nous devons y jeter un œil plus large. Et nous ne pouvons pas. On ne peut pas. Je ne pense pas, vous savez, pointer du doigt et dire qu'ils devraient faire cela ou qu'ils devraient le faire, car en fin de compte, il y a un contribuable et c'est-à-dire que chaque individu paie en fin de compte dans le système et devrait avoir la possibilité d'y participer. conception et cela et finalement dans l'utilisation de ce système à leur avantage. COVID nous a montré que nous avons besoin de l'essentiel pour nous mettre au travail. S'ils ne peuvent pas se rendre au travail en transport en commun, nous n'avons pas de gens qui gèrent des épiceries. Nous avons regardé vous savez, c'est une plus grande question d'équité en termes de qu'est-ce que nous pensons être essentiel? Encore une fois, je peux travailler à domicile. Je suis dans un travail qui le permet. Bien grande. Mais, vous savez, le travailleur essentiel de l'épicerie qui travaille au salaire minimum ne peut pas faire ça. Et ils gagnent le salaire minimum, pourquoi, mais nous ne parlons pas de la façon dont nous gérons le coût de la nourriture si nous voulons payer davantage ces travailleurs. Ce sont donc des questions tellement complexes pour les gouvernements et pour la société en général. Mais je pense que trop souvent nous nous concentrons sur des débats politiques très partisans, très, très pointus sur ce qui est une priorité et ce qui ne l'est pas. Nous devrions avoir une conversation de manière plus globale sur les raisons pour lesquelles nous devons faire ces choses en tant que société.

 

Mary Rowe [00:37:04] Eh bien, je peux sentir les gens applaudir d'entendre un politicien provincial parler aussi hardiment que vous venez de le faire. Stéphanie, merci. Et vous ne faites que faire écho au point d'Amina selon lequel il s'agit de complexité et sur la fonction de chat, nous avons eu un discours intéressant ici pour savoir si les gens sont prêts à apprécier qu'il s'agit d'une conversation complexe et interdépendante et que nous ne pouvons pas il suffit de parler de transport de manière cloisonnée. Il faut que ce soit toutes ces choses. Tout est lié. Et comment recommencer? Et mon conseil serait de commencer par des endroits locaux et de construire. De quoi les endroits ont-ils besoin et voir si nous pouvons commencer à parler de lieux équitables et de tout ce qui y est lié. Et ce n'est que mon parti pris personnel, mais Eddie, je suis intéressé, de votre point de vue, que vous entendez vos collègues ici faire beaucoup de commentaires qui, je pense, ne concernent pas seulement un système de transport en commun. Il s'agit en fait, je suppose, de cette notion de mobilité en tant que service. Droite? C'est plus que juste. Mais vous êtes au cœur du système. Droite? Par exemple, si votre système est défectueux, aucune somme de travail ad hoc ne nous mènera probablement là où nous devons aller, n'est-ce pas?

 

Eddie Robar [00:38:12] Ouais, je pense que j'aime ce que j'entends. Et Amina a fait de très bons points. Je pense que cette échelle mobile, vous savez, nous avons une échelle mobile ici à Edmonton, ce qui est excellent. Et cela a eu un impact énorme sur la mobilité dans la ville, certainement au point où nous offrons le transport en commun gratuit pour les personnes vivant sous le seuil de faible revenu et pour les personnes âgées.

 

Mary Rowe [00:38:29] Eddie, machaniquement, comment ça marche? Vous entrez donc dans le système et comment sait-il où vous vous situez dans l'échelle?

 

Eddie Robar [00:38:39] Donc, vous ne connaissez pas la différence entre quelqu'un qui a un laissez-passer à faible revenu et un cycliste régulier. Il y a donc des moyens d'obtenir le laissez-passer pour tous nos ah ah qui participent au programme. Mais lorsque vous prenez l'autobus, personne ne connaîtrait la différence avec quelqu'un qui serait à faible revenu ou non.

 

Mary Rowe [00:38:57] Et il n'y a pas de transfert de stigmatisation là-bas?

 

Eddie Robar [00:39:00] Non, pas de transfert de stigmatisation. Nous essayons donc d'éviter cela autant que possible avec le programme. Mais certainement quand nous parlons de services essentiels et je veux dire, je l'ai souligné, vous savez, il y a des privilèges en fin de compte, quand vous regardez le système que nous avons créé en transit, nous devions réduire notre service de moitié. Et nous avons des personnes qui sont des travailleurs essentiels et des personnes qui doivent aller travailler. Et, vous savez, cette flexibilité est diminuée sur le service lui-même. Donc, vous savez, nous comptons sur ce financement pour être en mesure de fournir le service. Et certainement, avoir cette subvention et chercher à mieux subventionner les systèmes de transport en commun nous permet d'offrir un meilleur service. Et je pense que cette inégalité sociale est très répandue dans le monde d'aujourd'hui dans lequel nous sommes. Et cela en dit long sur ce sur quoi nous devons travailler d'un point de vue politique pour l'industrie du transport en commun. Si nous pensons que notre achalandage et notre mobilité à travers la ville seront les mêmes à partir de maintenant, nous nous faisons des illusions. Je pense qu'il y a beaucoup de changements dans la façon dont les gens vont se déplacer dans la ville. La façon dont nous fournissons les services a changé. Il est certain que même en ce qui concerne les réductions de service que nous avons, la façon dont nous redéployons nos services de différentes manières a également été un problème avec lequel nous nous sommes occupés. Vous savez, nous avons réduit notre service, mais ce service a un impact, vous savez, sur nos employés hospitaliers et sur les personnes qui doivent se rendre au travail et nous avons en quelque sorte réorienté notre service de transport adapté pour fournir un service à la demande aux travailleurs des services essentiels. afin qu'ils puissent utiliser notre service à la demande que nous avons maintenu au niveau que nous aurions normalement, même si notre service est réduit de 80%, pour fournir un service à la demande aux travailleurs des services essentiels. Il y a donc beaucoup de différences dans la façon dont nous allons aborder les six prochains mois, un an, deux ans. Et cela consiste en grande partie à garantir l'abordabilité de notre système de transport en commun, à examiner les moyens de subventionner le service afin de fournir le meilleur service aux personnes et la meilleure mobilité à travers la ville. Et je pense que cette mobilité est en train de changer. Nous devons donc surveiller et surveiller la prévisibilité de ce nombre d'usagers. Vous savez, nous serons probablement à environ 60% d'ici la fin de l'année de notre achalandage. Et il nous faudra probablement quelques années pour récupérer au point que nous étions il y a six mois. Mais la seule et la différence entre nous qui réinstituons les services du point de vue du transport en commun ne peut pas être simplement de se concentrer uniquement sur le retour à l'endroit où nous étions. Vous savez, les changements dans l'environnement et dans le monde vont forcer tout le monde à prendre ce second regard sobre sur la façon dont nous fournissons nos services, la façon dont nous nous déplaçons dans la ville. Et comment nous assurer que nous sommes attentifs aux nouvelles mobilités, aux nouveaux changements, à la façon dont les gens se déplacent vers la ville et que nous fournissons ce service de différentes manières. Nous examinons des choses comme le transport en commun à la demande, les quartiers à faible achalandage, comment pouvons-nous obtenir des options de service abordables dans les collectivités pour assurer la mobilité des gens? Il est certain que du côté des aînés et du travail que nous faisons sur l'abordabilité des aînés, il s'agit de leur donner la possibilité de vieillir chez eux, vous savez. Et en donnant cette mobilité à travers la ville aussi. Il y a donc beaucoup de changements dans la façon dont nous menons nos activités, simplement dans la façon dont nous fournissons le service, mais certainement dans le domaine social et en veillant à ce que nous ayons un système de transport en commun abordable pour tous et pas seulement pour les privilégiés. , cela le met en évidence de bout en bout, et en veillant à ce que nous y ayons accès.

 

Mary Rowe [00:42:28] Eddie, je vais devoir vous demander de parler un peu. Je sais que c'est parce que vous faites partie d'un panel avec toutes les femmes que vous parlez un peu plus doucement, mais vous devrez peut-être simplement beugler un peu. Donnez-nous votre grand arc hors de ce garage de transit, car j'ai un peu de mal à vous entendre. Mais puis-je simplement vous poser une question sur cette peur? Vous êtes un opérateur de transport en commun. Vous dépendez des décisions de votre conseil et de la façon dont il dépense son argent. Pensez-vous qu'un peu de bunfight se produirait en ce que vous et vos patrons deviez vraiment faire valoir qu'ils doivent donner la priorité à investir de l'argent dans un système de transport en commun équitable? Vous allez vous heurter à des défenseurs du logement et à des gens qui disent que les impôts doivent baisser et ... Comment prévoyez-vous de défendre cette cause en tant que personne dans un système?

 

Eddie Robar [00:43:13] Eh bien, je pense que nous sommes très chanceux à Edmonton. Je pense que nous avons un secteur de services aux citoyens très favorable. Notre maire est un fervent défenseur de l'équité sociale et je pense que nos politiques et directives ont été très axées sur l'adoption de cette optique holistique complète de l'ACS plus afin de garantir que tout ce que nous prenons aura cette approche modifiée. Je suis donc moins préoccupé par cela ici. Je pense que c'est une perspective globale du système. Ce n'est pas seulement une question de transit. Il s'agit de cet environnement urbain. Je pense que nous devons l’envisager de manière globale. C'est certainement un domaine et je n'ai jamais pensé que j'entrerais dans ce domaine social aussi profondément que je l'ai fait au cours des derniers mois et je pense que nous essayons d'aider du mieux que nous pouvons pour nous assurer que notre secteur des services sociaux a le soutien total du transit derrière lui. Et notre ville est très concentrée sur cet effort holistique. Nous avons eu, à travers cette crise COVID, environ vingt-six personnes autour d'une table se réunissant chaque jour sur la façon dont nous traitons ces problèmes sociaux et comment pouvons-nous soutenir et non pénaliser les gens pour, vous savez, dans un système c'était vraiment cassé. Et cela montre et souligne que chaque jour, nous traversons en quelque sorte cette crise à coup sûr. Et c'est en quelque sorte une bonne chose car cela nous aide à mieux nous concentrer sur cet effort et à nous concentrer sur les domaines où nous pouvons vraiment avoir un impact en tant que système complet.

 

Mary Rowe [00:44:44] Ouais. Je veux dire, tout est si inextricablement, inextricablement lié, comme vous le dites. Et je t'aime en suggérant que tu n'as jamais pensé que tu serais dans le social business, mais maintenant tu y es. Je pense donc que je suis bienvenu dans l'urbanisme contemporain. Et nous devons tous penser à tout cela tout le temps et tout le monde ne peut pas le faire, mais c'est le défi. Armi, quand vous regardez votre plaidoyer et où vous vous concentrez, où votre circonscription veut que vous alliez, pouvez-vous voir une sorte de fusion de la défense du logement, de la défense des transports, de la défense des transports en commun? Pensez-vous que cela redevient orienté vers le lieu? Le succès des lieux a besoin de tout cela? À quoi penses-tu?

 

Armi de Francia [00:45:20] Donc, mon travail de construction de la ville avec Transportation Equity Toronto, il s'agit davantage de sensibiliser à l'équité en matière de transport à travers une lentille intersectionnelle et absolument. Il y a des moyens de. Eh bien, nous devons le regarder de manière holistique. Nous devons tenir compte de la sécurité alimentaire ainsi que du logement abordable. Les logements abordables affectent donc ceux qui les obtiennent, c'est un indicateur fort actuellement de ceux qui ont accès à ces options abordables, qui ont accès à ces zones piétonnes, qui ont accès à ces zones qui sont plus susceptibles de répondre aux normes d'accessibilité de la LAPHO, désolé, les normes d'accessibilité. Il est donc nécessaire de le regarder de manière holistique. Et pour être honnête, le transport s'en occupe, il le fait, il a de toute façon un impact énorme sur bon nombre de ces problèmes.

 

Mary Rowe [00:46:05] Je veux dire, je suppose que l'une des craintes des gens est que c'est peut-être une peur existentielle, c'est que d'une manière ou d'une autre, les gens cesseront d'utiliser les transports en commun. Ils arrêteront, nous arrêterons de construire des communautés compactes. Nous reviendrons tous à vivre en banlieue. Et nous allons… Oh, OK. Amina, tu secoues la tête. Vous ne pensez pas que cela va arriver?

 

Amina Yasin [00:46:23] Je ne pense pas que cela va arriver parce que nous ne le voyons pas se produire. Encore une fois, les plus vulnérables utilisent encore le transport en commun. Et si nous redéfinissons la priorité de notre objectif et regardons qui a toujours compté sur le transport en commun et aussi qui est maintenant, encore une fois, obligé d'être mobile en ce moment et fortement tributaire du transport en commun, alors nous pouvons vraiment commencer à avoir une situation vraiment complexe. conversation sur le maintien de notre système de transport grâce à des considérations multimodales, mais surtout à travers les transports en commun pour les plus démunis.

 

Mary Rowe [00:47:00] Mais quand vous dites qu'ils sont obligés d'être mobiles, c'est-à-dire que leurs emplois sont éloignés d'eux et qu'ils n'ont que le transport en commun pour s'y rendre?

 

Amina Yasin [00:47:08] Oui. Cela entre autres. Oui.

 

Mary Rowe [00:47:11] Alors voyez-vous la solution? Je veux dire, encore une fois, je ne sais pas qu'il n'y a pas de solution simple. Mais pensez-vous que nous devrions avoir des emplois plus près de chez nous? Je suppose que c'est une question. Alors, voulons-nous aller davantage vers le soutien au développement économique des quartiers pour que vous n'ayez pas à vous rendre si loin dans votre travail? C'est une chose. Ou voulons-nous continuer de répartir les emplois dans une région métropolitaine et que vous puissiez choisir. Dans la mesure du possible, vous choisissez de vivre dans une certaine région. Et votre travail peut, en fait, être dans une partie différente de la région, tant qu'il y a une option de transport en commun.

 

Amina Yasin [00:47:42] C'est un faux choix, encore une fois, car nous avons besoin de logements abordables et nous avons besoin de tous ces autres éléments qui fonctionnent à l'intersection, vous savez, de façon intersectionnelle pour que la conversation ait tendance à se reproduire avec un segment très privilégié de notre société . Nous savons que les villes, vous savez, nous savons que ce qui était autrefois considéré comme le centre-ville ne ressemble pas au centre-ville. Nous comprenons que ce sous-groupe de personnes a été mis à l'écart. Il suffit de regarder la ville de Toronto, qui est l'une des plus ségrégées économiquement et racialement et où j'ai beaucoup grandi. Donc, la ville de Toronto ne ressemble pas à ce que j'ai compris et a grandi au fur et à mesure que, vous savez, certains groupes spécifiques de personnes ont été déplacés pour devenir des banlieusards. Je ne me suis jamais considéré comme une banlieue où j'ai grandi. Mais moi, vous savez, nous étions nous avons grandi en marge et dépendions fortement des transports en commun, c'est donc très important. Et donc je vais pivoter vers Toronto parce que je suis aussi un Torontois, peu importe où je vis dans le monde, et les transports en commun surpeuplés et peu fiables et les quartiers à faible revenu et racialisés. Encore une fois, exactement ce que je dis ici était un problème avant que COVID-19 ne soit encore exacerbé, comme nous le savons. Comme, regardons simplement, par exemple, le couloir Jane, qui a été l'un des plus négligés depuis des années pour un transport en commun décent, fiable et équitable. J'ai pris le Jane Corridor quand j'ai grandi. Droite. Et a également vu de nombreux cavaliers noirs à faible revenu, noirs, racialisés et handicapés continuer à souffrir énormément pendant COVID-19. Une des façons dont nous commençons à voir ce changement est un projet mené par des champions. Droite. Je ne suis vraiment pas d'accord avec tout ce plaidoyer. Nous avons vraiment besoin que cela soit cimenté en tant que norme. Mais par un champion nommé Matthew Davis de la direction des services de transport de la ville de Toronto, qui, grâce à l'établissement de relations, à l'écoute et au recadrage du transport comme une question d'équité, travaille fondamentalement à l'instauration d'un outil de cadre de transport et d'équité et à une redéfinition des priorités des projets dirigé par l'équité et ses fondations pour faire pression pour des voies réservées aux bus dans les quartiers les plus mal desservis, y compris la région de Jane et Finch, qui continue de voir des taux élevés de COVID-19 et de surpeuplement et de transport peu fiable que ce corridor spécifique, comme depuis que je grandi, vous verriez des gens se répandre sur les trottoirs en attendant un transport peu fiable. Ainsi, dans le cadre du développement de l'outil du cadre d'équité et sur la base des appels passionnés de la communauté de Jane et Finch à exclure des voies d'autobus exclusives hier, hier encore, lors de la réunion du conseil d'administration de la Toronto Transit Commission, l'équité en tant que priorité peut commencer à être normalisée. Une façon d'y parvenir est de mettre en place de bons programmes de réparation ou des projets de transport tels que le bus rapide, la voie des bus et Jane et d'autres projets de planification peuvent en fait se greffer à des programmes de travaux publics en bon état qui vont au-delà de l'entretien des routes, du resurfaçage et du pavage. . Et en fait, évoluez avec détermination vers l'utilisation de l'équité comme une lentille pour déterminer la priorité de ces projets, car nous savons que les rues et le travail de rue ne sont pas neutres. Donc c'est à peu près. Ce n'est vraiment pas sorcier. C'est une question de priorisation.

 

Stéphanie Cadieux [00:50:34] Je veux aussi intervenir, Mary, parce que je pense que ce que dit Amina est très, très vrai. C'était une sorte de fausse question dans le sens où, oui, je pense que tout le monde comprend en quelque sorte le concept de vivre et de travailler ensemble, de marcher et tout ça, si vous le pouvez. Et l'idée de construire des villes de cette façon est excellente. C'est que ce serait l'idéal. Droite. Mais nous ne vivons pas dans l'idéal. Et même si nous voulons vivre dans l'idéal, cela n'arrivera probablement que pour certaines personnes. Donc, en ce moment, par exemple, j'ai un projet de loi sur le logement que je vais réintroduire cette semaine au sujet de la codification dans la loi du fait que vous devez construire des logements qui fonctionnent pour tout le monde. Et par cela, je ne parle pas du logement du point de vue de l'abordabilité, ce qui est une toute autre question. Mais si nous ne faisons même pas la loi, vous devez construire des logements qui fonctionnent pour les personnes handicapées ou vieillissantes. Alors, comment une personne handicapée peut-elle vivre à proximité de son travail? Ils n'ont pas le choix. Ils ne le font pas. Ils n'ont pas la possibilité de savoir où vivre. Ils ont un seul endroit où vivre. C'est là qu'ils vivent actuellement. Et il est peu probable qu'ils puissent trouver un endroit où déménager parce que nous ne construisons pas de logements. Il y a dix mille nouveaux logements dans ma région. Ma propre petite circonscription, Surrey, est en cours de développement. Aucune de ces maisons en rangée n'est visitable. Qu'à cela ne tienne adaptable ou habitable. Alors, comment les personnes handicapées rendent-elles visite à leurs amis? Comment vivent-ils à proximité du travail? Ce sont donc des choses. C'est là que nous parlons de cette complexité. Le tout doit fonctionner ensemble. Et nous devons être réalistes sur le fait que même lorsque nous construisons l'idéal, nous essayons de construire l'idéal, à moins de planifier pour tout le monde depuis le début, nous laisserons les gens de côté et il y aura un besoin pour d'autres choses. Alors je pense que c'est pour moi. C'est la grande question, encore une fois, pourquoi laissons-nous ces choses de côté? Nous sommes sur lesquels nous nous concentrons entièrement. Eh bien, cela fonctionne pour cette personne avec une formation universitaire et un salaire de cent mille dollars par an. Mais ça marche pour tout le monde? Cela fonctionne-t-il pour quelqu'un qui est à la retraite? Cela fonctionne-t-il pour quelqu'un qui travaille au salaire minimum à l'épicerie? Parce que nous avons également besoin de ces personnes dans nos communautés. Droite. Nous avons besoin de toutes ces personnes pour faire fonctionner notre société. Et il y a tellement d'éléments que le marché doit équilibrer et des endroits où les législateurs doivent intervenir parce que le marché ne peut pas. Et ce sont, je pense, certains des problèmes dont nous parlons aujourd'hui: où ce transport en commun doit-il être et à quel point ce transport en commun est-il abordable? Que signifie l'abordabilité du transport en commun et pour qui? Pourquoi est-ce important? Pourquoi est-il important d'avoir des réseaux de réseaux cyclables? Mais à qui servent-ils? Parce que ce n'est pas universel.

 

Mary Rowe [00:53:37] C'est vrai. Beaucoup d'activité dans le chat ici. C'est toujours génial de voir autant de conversations animées dans le chat. Et celui-ci a été particulièrement fougueux et j'apprécie que chacun ait pris le temps de le faire. Beaucoup d'intérêt pour les ressources. Donc, si les gens ont, avant nous, nous n'avons que six minutes de plus. Donc les gens sur le chat, si vous avez des liens vers des ressources, tout le monde veut voir l'outil d'équité de Matthew Davis et il dit que je travaille dessus. Merci pour le cri. Je veux dire, il tape maintenant frénétiquement pour essayer de garder les gens du chat heureux. Si quelqu'un a d'autres outils dont il a connaissance, des outils d'équité, je vois que Tamika Butler vient des États-Unis, pourriez-vous les publier dans le chat, s'il vous plaît? Nous allons donc les mettre en ligne pour que les gens les regardent, pour les lire plus tard. Ces conversations sont toujours aussi fabuleuses car elles ne font que découvrir tout un tas de nouvelles questions et tout un tas de nouvelles choses. Vous savez, nous n'allons pas reconstruire nos villes du jour au lendemain, heureusement parce que parfois quand vous le faites trop vite, vous le faites mal. Et ça va être tout un processus. Alors que nous entrons dans le suivant. Vous avez encore cinq minutes ici. Je vais donc demander à chacun de vous une minute, alors que nous abordons les cent prochains jours. Vous savez, nous avons publié un rapport intitulé COVID 100 à la centaine de jours, et il parle d'énormes défis en matière de mobilité. Et nous allons maintenant en quelque sorte arriver aux cent prochains jours. Pour chacun de vous, quelle serait votre priorité, pensez-vous? Qu'est-ce que tu vas défendre? Selon vous, qu'est-ce qui est faisable dans les cent prochains jours, alors que nous terminons l'été et entrons à l'automne? Laissez-moi commencer par vous, Eddie. Quelle est votre priorité sur laquelle vous allez vraiment vous concentrer?

 

Eddie Robar [00:54:59] Eh bien, nous sommes certainement immédiatement concentrés sur le retour de notre service et la réembauche d'opérateurs que nous avons dû licencier. Nous avons eu un impact assez important. Nous avons dû licencier environ 500 de nos opérateurs dans notre service maintenant. Donc, ramener cela à un endroit où nous pouvons rendre le service que les gens méritent en retour est l'un de ces éléments pour nous. Alors que nous commençons à aller au-delà de cela, une partie de nos plans avant cela consistait vraiment à réévaluer notre système de transport en commun et à redéployer nos ressources d'une manière qui a plus de sens et cela en optant pour un réseau mieux intégré qu'auparavant. Et cela signifie certainement tout, depuis l'intégration des services à la demande, qui est sur le radar pour nous pour le probablement le plus grand déploiement de services basés sur la demande à Edmonton en Amérique du Nord. Donc certainement entrer dans les communautés et avec une option abordable pour les gens qui est vraiment intégrée dans le système de transport en commun. Mais même au-delà de cela, la ville d'Edmonton est vraiment reliée à l'échelle régionale à notre système de transport en commun. Nous avons donc environ huit, neuf réseaux de transport en commun différents dans la ville d'Edmonton. Et cette région se conforme à une commission régionale de transport en commun et cherche à fournir un système de transport en commun, un système tarifaire, un système d'abordabilité, et envisage vraiment d'intégrer cela dans toute la région et la région d'Edmonton elle-même afin que nous obtenions des déplacements fluides quelle que soit la frontière. ou la frontière que vous traversez, dans quelle municipalité vous vous trouvez, et en veillant à ce que les gens puissent voyager sans heurts, que ce soit et vraiment avoir une solution sur mesure pour les gens, dans quel type de communauté ils se trouvent et qu'ils aient tous accès à un transport en commun abordable un service.

 

Mary Rowe [00:56:38] OK. Juste une minute, juste un peu. Je dois amener chacun de vous à le tenir pendant une minute. Stéphanie à une minute de toi puis Armi puis Amina. Allez Steph.

 

Stéphanie Cadieux [00:56:46] Bien sûr. Eh bien, je pense juste en remarquant le chat et une conversation. Pour moi, c'est une des choses qui m'inquiètent vraiment à l'échelle provinciale ici, et je me concentre sur la province parce que, bien sûr, c'est là que je me préoccupe quotidiennement. Mais nous assistons à une réduction réelle des besoins. Droite. Ainsi, par exemple, la nécessité d'avoir des places de stationnement accessibles a été supprimée de notre code et laissée aux municipalités, ce qui signifie maintenant que cent quatre-vingt-deux municipalités doivent créer un nouvel ensemble de réglementations pour elles-mêmes et comprendre comment faire cela correctement. La réalité est, comme je le dis, avec toutes ces choses, rien ne l'est. Il n'y a pas de solution miracle. Il n'y a pas une chose dont nous avons besoin et une chose dont nous n'avons pas. Ce que nous devons commencer à faire, c'est de chercher dès le début à inclure tout le monde dans notre planification et à inclure tout le monde dans notre planification signifie que, oui, il va être nécessaire d'avoir des places de stationnement accessibles parce que tout le monde n'utilisera pas les transports en commun ou le trajet. un vélo. Ce sont des choses que nous devons considérer et nous devons les comprendre. Nous devons réfléchir au début, pas après coup ou bien, c'est bien d'avoir. Ce n'est pas. C'est absolument essentiel depuis le début. Et mon objectif est d'essayer de faire comprendre aux bureaucrates et aux politiciens provinciaux que cette planification doit être cimentée dans la mesure où ce désir de servir tout le monde doit être cimenté au début.

 

Mary Rowe [00:58:16] Et nous avons un moment. Nous avons un moment pour réinitialiser. D'ACCORD. Je suis tout à fait d'accord avec les gens qui suggèrent qu'il n'y a pas de solution miracle ici. Et ces panélistes n'auraient jamais suggéré qu'ils avaient la solution miracle. Ok toi. Écoutons ce que vous pensez, Armi. Et puis Amina pour terminer. A une minute de toi, Armi.

 

Armi de Francia [00:58:33] Donc, dans la ville d'Ajax, nous travaillons actuellement à la promotion des itinéraires de transport actif existants pour faire connaître aux gens leurs options et faire savoir aux gens que ce sont des moyens pratiques pour les amener à se déplacer en ville. Et nous investirons également dans de nouvelles façons de mieux impliquer les résidents, en particulier les résidents noirs. Il y a donc aussi des occasions de parler avec le Conseil de la circulation de l'Ontario sur la façon dont nous pouvons améliorer l'équité et comment nous pourrions améliorer notre réseau de transport global. Et je vais en rester là.

 

Mary Rowe [00:59:01] Merci. Amina.

 

Amina Yasin [00:59:03] Cette conversation pour moi porte sur la mobilité, pas sur les modalités, même si nous devons examiner cela. Je vais signaler que bon nombre de personnes lisent «Les rues sûres ne sont pas sûres pour les vies noires». Dr Destiny Thomas. Participez au travail de Tamika Butler, qui discute de la vision zéro et du maintien de l'ordre depuis des années maintenant. Revue «A Tale of Two Truths: Transportation and Nuance in the Time of COVID-19» d'Ariel Ward qui discute de la complicité. Veuillez prendre en considération et creuser dans «L'appel au courage» de Jay Pitter. J'ai sorti mon article, «Whose Streets? Rues noires. ' Veuillez vous impliquer dans le travail de Stephanie Allen, cofondatrice et membre du conseil d'administration de Hogan's Alley Society. Sa thèse `` Combattre le pouvoir de la réparation des déplacements et construire une ville pour les vies noires à Vancouver '', qui redresse le projet de renouvellement urbain d'éliminer la seule communauté noire de la ville de Vancouver grâce à un projet d'autoroute qui a échoué. Cette année, en juin, nous occupons et ouvrons les viaducs de Géorgie et les entretenons pour les cyclistes et les personnes à pied. Mais aussitôt, ce groupe de personnes à majorité noire qui s'organisait a été criminalisé. Et donc, lorsque certains sont criminalisés pour avoir ouvert des rues, tandis que d'autres sont félicités et récompensés, c'est une vraie conversation que nous devons avoir cette conversation de patio que nous devons avoir sur qui cela affecte et qui peut se déplacer librement. Donc, oui, la mobilité est au centre de mes préoccupations ici et je pense qu'elle devrait l'être pour beaucoup.

 

Mary Rowe [01:00:33] Merci. Eh bien, la conversation continue, comme je l'ai dit, alors je veux juste vous remercier tous, tous les quatre, d'avoir mis votre cœur et votre âme dans cette affaire. Et il y a beaucoup de références à des matériaux qui viennent d'être fabriqués. Amina vient d'en énumérer quelques-uns. Nous verrons si nous pouvons les récupérer et les mettre sur le chèque. Et si l'un de nos panélistes a d'autres suggestions, donnez-nous-les et envoyez-les nous et nous les publierons. Et comme tout le monde le sait, le chat est également mis en ligne. Alors ne vous inquiétez pas, vous ne perdrez pas ces liens. Je veux juste dire que la fille de Phenix Wong. Je pense que c'est une fille de 10 mois qui vient d'entrer dans le chat. Je pense que c'est la première fois que nous avons une entrée de 10 mois dans le chat. L'urbanisme est pour tout le monde. Juste dire. La semaine prochaine, nous revenons avec CityTalk et nous allons nous concentrer sur un autre thème de notre rapport sur les heures supplémentaires, à savoir comment nous nous soucions. Et nous allons avoir un panel composé uniquement de jeunes. Et puis nous allons parler des personnes âgées. Où nous savons qu'il y a eu une incidence disproportionnée de COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée à travers le pays et apparemment à travers le monde. Donc, évidemment, pas encore tout à fait là, en ce qui concerne la façon dont nous vieillissons réellement sur place. L'un de vous l'a mentionné, je pense, avant et nous avons des tonnes de défis devant nous. La conversation ne fait donc que se poursuivre. La construction de la ville n'est jamais terminée. Merci beaucoup de vous joindre à nous alors que nous essayons de réinventer et de nous réengager à construire des villes qui soient pour tout le monde et qui impliquent tout le monde. Alors merci, Stephanie, Armi, Eddie et Amina. Vraiment, vraiment un plaisir de vous avoir. Et merci de nous rejoindre. Et passez un bon week-end à tous. Si vous pouvez avoir un week-end, j'espère que vous en aurez un.

 

Audience complète
Transcription du chat

Note au lecteur: les commentaires de chat ont été modifiés pour plus de lisibilité. Le texte n'a pas été modifié pour l'orthographe ou la grammaire. Pour toute question ou préoccupation, veuillez contacter events@canurb.org avec "Commentaires de chat" dans le sujet lin

De l'Institut urbain du Canada: Vous pouvez trouver des transcriptions et des enregistrements de nos webinaires d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à https://canurb.org/citytalk

12:01:49 De Abby S: Bonjour de Tkaronto
12:01:58 De Laurel Davies Snyder: Bonjour de Stratford, ON
12:02:19 De l'Institut urbain du Canada: Bienvenue! Mes amis, veuillez modifier vos paramètres de chat sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.
12:02:27 De [Commentaire supprimé]
12:02:31 De Lisa Slater à tous les panélistes: Bonjour de Guelph, ON
12:02:39 De Yuri Artibise à tous les panélistes: Salut Amina!
12:02:43 De l'Institut urbain du Canada: Vous pouvez trouver les transcriptions et les enregistrements des webinaires d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à https://www.canurb.org/citytalk
12:04:03 Anika Abdullah: Tellement excitée pour cette discussion! Salutations de St. Catharines
12:04:23 De l'Institut urbain du Canada: Poursuivez la conversation #citytalk @canurb
12:04:25 De Matthew Sweet: bonjour de Mississauga! excité d'entendre tout le monde
12:04:30 De Rida Khan: Bonjour de Kitchener! merci pour ce discours
12:05:21 De Caroline Poole, personnel du CUI: Les panélistes d'aujourd'hui sont:

Stéphanie Cadieux: https://twitter.com/Stephanie4BC

Armi de Francia: https://twitter.com/a_defrancia

Amina Yasin: https://twitter.com/bambinoir

Eddie Robar: https://www.linkedin.com/in/eddie-robar-4195a732
12 h 05 h 30 De Jonathan Giggs: Jonathan Giggs de Port Credit à Mississauga
12:05:30 De Kulwinder Sarai à tous les panélistes: Salut à tous. Kulwinder de Calgary
12:05:31 De Bernice Paul: Bonjour de Vancouver! Salut spécial à Stéphanie et Amina sur la côte ouest.
12:06:08 d'Anneke Smit à tous les panélistes: Bonjour de Windsor et du Windsor Law Centre for Cities. Merci à CUI d'avoir accueilli cette importante discussion.
12:06:35 De l'Institut urbain du Canada: Rappelez aux participants de changer vos paramètres de chat sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires. Merci!
12:07:09 D'Anneke Smit: Bonjour de Windsor et du Windsor Law Centre for Cities. Merci à CUI d'avoir accueilli cette importante discussion.
12:07:31 De Gil Penalosa: Merci à CUI et Mary Rowe pour l'excellente série de webinaires sur plusieurs semaines. Excellente opportunité d'apprendre et de «rencontrer» de nombreuses personnes formidables, comme les panélistes d'aujourd'hui. Le maintenir.
12:09:25 De Catalina Parada: Super! à Toronto Wheel-trans (la succursale de transport adapté de ttc) adapté pour offrir des trajets simples
12:09:59 De Anneke Smit: https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-09/japan-and-france-find-public-transit-seems-safe
12:10:11 De Justin Jones: D'après ce que j'ai compris de l'OMC, avec les masques en transit, cela peut être assez sûr
12:10:17 De Justin Jones: OMS pas OMC
12:11:27 De [Commentaire supprimé]
12:11:28 De Catalina Parada: vrai! Je pense que cela a beaucoup à voir avec les perceptions des gens sur la sécurité
12:12:46 De Joe Arruda à tous les panélistes: pensez-vous que le transport en commun gratuit aiderait les gens qui n'ont pas de voiture et qui vivent dans des zones avec une infrastructure cyclable dangereuse?
12:12:47 De Luna Aixin à tous les panélistes: J'ai eu de nombreuses expériences à faire un arrêt après m'être mis en route en raison de me sentir très en danger avec mes identités croisées avec la race et le sexe.
12:13:08 De David Crenna: Il est essentiel de voir les preuves de la ville de New York où la croyance initiale était que le système agissait comme un super diffuseur, peut-être en raison de l'absence de précautions prises. Des données scientifiques plus récentes?
12:13:18 De Lin Wong: Amina 👏👏👏👏👏👏👏👏
12:13:20 De [Commentaire supprimé]
12:13:36 De Catalina Parada: * applaudissements d'emoji * à Amina
12:13:46 De Luna Aixin à tous les panélistes: merci Amina.
12:14:00 De Daniella Fergusson: Bonjour [Utilisateur], peut-être devrions-nous avoir le transport gratuit à la place. Problème résolu.
12:14:06 De mary margaret gelinas à tous les panélistes: Merci Amina.
12:14:07 De Sarah Webb à tous les panélistes: La privatisation absolue du transport en commun est une préoccupation majeure - pas seulement pour le BIPOC et les personnes handicapées
12:14:10 De Justin Jones: Sauf votre respect, [Utilisateur], c'est un point de vue incroyablement privilégié. Si vous pensez que les gens qui obéissent aux lois n'ont rien à craindre, vous n'écoutez pas les préoccupations du BIPOC.
12:14:12 De mary margaret gelinas à tous les panélistes: https://thetyee.ca/Analysis/2020/06/18/Whose-Streets-Black-Streets/ son article
12:14:21 De Yuri Artibise: article d'Amina's Tye: https://thetyee.ca/Analysis/2020/06/18/Whose-Streets-Black-Streets/
12:14:38 De Matthew Sweet: transport en commun = espace public. aimer
12:14:39 De Safeeya Faruqui: Merci Amina!
12:16:19 De [Commentaire supprimé]
12:17:02 De Luna Aixin à tous les panélistes: quelqu'un peut-il s'adresser à [Utilisateur] qui vient d'abandonner le racisme anti-noir?
12:17:36 De Sabat Ismail à tous les panélistes: @ [Utilisateur] arrêtez de vous concentrer, il y a des disparités entre le centre-ville embourgeoisé et le centre-ville de Detroit et le reste de la ville
12:17:56 De l'Institut urbain canadien à [Utilisateur] et à tous les panélistes: [Utilisateur], veuillez vous abstenir de faire des déclarations anti-noires ici. ils ne sont pas les bienvenus. Vous serez supprimé si cela continue.
12:17:59 De Justin Jones: Si c'est votre POV, je me demande pourquoi vous êtes ici.
12:18:17 De Gil Penalosa: Il n'y a pas eu d'épidémie en transit. Les villes de Corée du Sud, de Taiwan, de Singapour, etc., se déplacent à une capacité de 90-100%; BC à 66%; Ontario au 33%. Si les gens portent un masque, c'est très sûr. Une mesure supplémentaire, le transit silencieux. Il est irresponsable d'avoir permis le mythe du «transit non sécuritaire». Les villes perdent des centaines de millions de dollars, ce qui représentera moins de fonds pour l'éducation, les parcs, le logement, les nouveaux transports en commun, etc. Besoin urgent de réactiver les transports en commun. transit. Voitures? Géométrie simple, ils ne rentrent pas. En complément du transport en commun, nous avons besoin de réseaux urbains de voies cyclables protégées. À Toronto, toutes les pistes cyclables protégées et les rues ouvertes du week-end se trouvent dans des régions plus riches; question d’équité. Doit se concentrer sur les quartiers prioritaires.
12:18:19 De Sabat Ismail à tous les panélistes: et la fuite des blancs comme sous-produit du racisme anti-noir est la raison pour laquelle la ville est là où elle est
12:18:25 De l'Institut urbain canadien à Luna Aixin et à tous les panélistes: là-dessus. On lui a dit d'arrêter.
12:18:30 De [Commentaire supprimé]
12:18:41 De Luna Aixin: merci modératrice
12:19:54 De Lin Wong: [Utilisateur]: les problèmes raciaux sont absolument des problèmes de transport. Si tu ne vois pas ça alors je te demande aussi pourquoi tu es là
12:19:56 De Matthew Sweet: tout est connecté [User], c'est pourquoi.
12:20:07 De Daniella Fergusson: Bonjour [Utilisateur], je ne sais pas pourquoi vous êtes ici. Si vous vous interrogez sur Chicago, vous voudrez peut-être consulter Colour of Law de Richard Rothstein. Voici une vidéo résumant https://vimeo.com/328684375 et voici une discussion à ce sujet https://la.streetsblog.org/2017/09/28/america-walks-walking-toward-justice-series-the- couleur-de-droit-et-ségrégation-résidentielle /
12:20:10 De Sarah Webb à tous les panélistes: Le soutien aux programmes de réparation de cyclistes et aux centres de bricolage est élevé, mais ceux-ci sont presque exclusivement gérés par des organisations à but non lucratif. Les programmes de subventions sont inexistants et le soutien pour gérer les espaces avec COVID-19 est limité. Il est essentiel d'investir dans des programmes communautaires pour soutenir l'augmentation de l'achalandage et l'accès aux vélos
12:20:25 De Justin Jones: Lisez l'article d'Amina. Lisez les articles récents du Dr Destiny Thomas. Ce n'est pas le travail des gens ici de vous renseigner sur les bases. Si vous n'êtes pas prêt à écouter avec empathie et à comprendre que les expériences des gens sont différentes des vôtres, alors il n'y a rien ici pour vous.
12:20:34 De Leigh Stickle: Merci Daniella et Justin
12:20:45 De Cibele Donato: Je me demande comment les villes vont-elles aller de l'avant et rétablir les normes d'accès pour la largeur des trottoirs? Daniel Rotsztain a fait une expérience très intéressante à Toronto en se promenant avec un cerceau de 2 m de diamètre pour mettre en évidence la question du maintien d'une distance sociale appropriée.
12:20:59 De Michael Roschlau: Question à Eddie - si l'achalandage est à 50% et les niveaux de service à 50%, cela signifie-t-il que le niveau de surpeuplement est le même qu'il était avant COVID?
12:22:19 De [Commentaire supprimé]
12:22:34 De Sarah Webb à tous les panélistes: Eddie - comment abordez-vous les changements dans la conception des abris de transport en commun / de la conception des arrêts - maintenant et à l'avenir, alors que nous considérons la santé publique, mais aussi les impacts du changement climatique et les changements d'usagers?
12:22:36 De Gil Penalosa: Montréal et Paris édifient plus de 200 kilomètres de pistes cyclables protégées. D'autres villes font plus de 100 kilomètres comme Bogota, Londres, Berlin, New York, Mexico… La plupart des villes canadiennes manquent le moment; sinon dans toute la ville, si aucune connectivité, ils ne fonctionnent pas. Plus de la moitié des trajets dans les villes canadiennes font moins de 5 km, facilement réalisables en 15 min à vélo. C'est l'équité si la ville donne la priorité aux zones à faible revenu
12:22:42 De Justin Jones: Les rues sûres ne sont pas sûres pour les vies noires - Dr Destiny Thomas https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-08/-safe-streets-are-not -sécurité-pour-les-vies-noires
12:22:52 De David Crenna: Voici un article sur ce que les autorités de transport de New York ont fait pour augmenter l'achalandage: https://www.nytimes.com/2020/06/08/nyregion/mta-subway-riding-health- coronavirus.html.
12:24:22 De Luna Aixin: Je tiens à souligner que la présence de [Utilisateur] ici crée une insécurité avec des remarques racistes flagrantes.
12:24:33 De l'Institut urbain du Canada: Il a été renvoyé.
12:24:36 De Cheryl Cohen: Si le transport en commun avait été rendu gratuit il y a des années, il n'y aurait pas de problème avec une moindre utilisation pendant Covid19.
12:24:38 De Justin Jones: Merci
12:24:41 De Laurel Davies Snyder: merci
12:24:42 De Lin Wong: merci !!!
12:24:44 De Luna Aixin: merci.
12:24:45 De Matthew Sweet: merci
12:24:47 De Clara Kwon à tous les panélistes: merci.
12:24:49 De Angela Jarvis: Merci
12:24:51 De Cheryl Cohen: Merci d'avoir supprimé [Utilisateur].
12:24:58 De Elizabeth MacLeod: Merci!
12:25:02 De Shilpa Dogra: Incroyable, merci!
12:25:15 De Jamilla Mohamud à tous les panélistes: il n'y a pas de «déclaration de privilège contre les Blancs». vous ne vous engagez pas dans le contenu de la foi et faites de votre mieux pour faire dérailler le discours pour centrer vos opinions racistes. Juste vas-t'en.
12:25:20 De Jyoti Pathak: Merci!
12:25:25 De Jamilla Mohamud à tous les panélistes: * non
12:25:47 De Alheli Harvey: vous avez pris trop de temps, mais merci
12:25:48 De Lisa Slater: Merci de l'avoir appelé et de l'avoir enlevé. Nous devons tous avoir le courage de dénoncer le racisme lorsqu'il se présente.
12:25:48 De Steven Farber: Un programme massif de subvention des vélos électriques, axé sur les revenus, aiderait à offrir des options tangibles
12:26:01 De jay pitter à tous les panélistes: Hello Baby Sis xo
12:26:15 De Jamilla Mohamud à tous les panélistes: * de bonne foi
12:26:24 De Justin Jones: Non seulement les vélos électriques, mais aussi le cyclisme adaptatif. Les vélos adaptatifs peuvent coûter très cher!
12:26:28 De Abby S: Merci de l'avoir enlevé.
12:27:11 De jay pitter à tous les panélistes: Absolument Amina !!!!!
12:27:46 De Matthew Davis: Une victoire rapide serait de supprimer les barrières en place qui empêchent même les gens d'utiliser le vélo en libre-service.
12:27:58 De Matthew Davis: Aucune raison pour laquelle il faut une carte de crédit pour accéder à un vélo
12:28:01 Anika Abdullah: Bien dit, Amina!
12:28:37 De Abby S: Oui Matthew… la carte de crédit est le premier obstacle. Je voudrais également voir où se trouvent les stations de vélo.
12:28:42 De Justin Jones: Il existe un excellent modèle pour un programme sans obstacle (aucun CC requis) pour Bike Share à Hamilton, en Ontario.
12:28:43 De Justin Jones: https://www.everyonerides.org/
12:28:58 De Ryan Hanna à tous les panélistes: Ce que je n'ai jamais compris, c'est pourquoi la plupart des programmes de vélos en libre-service coûtent $3 pour un trajet de 30 minutes, contre le même montant pour environ 2 heures d'accès en véhicules de transport en commun
12:29:01 De jay pitter: La classe est en session. Oui Amina !!! Allez bébé sis.xo
12:29:02 De Sarah Webb à tous les panélistes: AMEN - Le rôle du gouvernement fédéral dans l'investissement dans le transport en commun est fondamental. Ils sont absents de la conversation et du tableau d'investissement
12:29:23 De Abby S: Les vélos contribuent-ils de manière significative au transport accessible?
12:29:34 De Abby S: Je veux dire des programmes de vélos en libre-service.
12:29:42 De Mike Prescott: Du point de vue des personnes handicapées, je pense que nous avons besoin d'une approche stratégique et multimodale, ce qui signifie plus de recherche, car aucune n'existe actuellement.
12:30:05 De jay pitter: Oui, il est important d'embrasser la complexité.
12:30:26 De Leigh Stickle: Aucune décision n'est neutre. Un point si important, merci Amina
12:30:55 De Cheryl Cohen: Oui, transit gratuit!
12:31:05 De Elizabeth MacLeod: Oui!
12:31:16 De Justin Jones: Si nous considérons vraiment la mobilité comme un droit humain, comment pouvons-nous faire un choix conscient de ne pas rendre le transit gratuit?
12:31:16 De Clara Kwon: Amina, oui. 💯 l'incapacité à retenir et à percevoir la complexité est un déficit majeur. des voix plus diverses doivent être à la table de prise de décision.
12:31:31 De jay pitter à tous les panélistes: Yes Amina - schoolin '
12:31:48 De Lisa Slater: Oui, le transport en commun gratuit aidera tout le monde ainsi que l'environnement!
12:31:54 D'Abby S: Y a-t-il des systèmes de transport qui facturent moins si vous êtes loin? En d'autres termes, rendez les déplacements gratuits depuis les zones prioritaires, mais les systèmes financiers du centre-ville coûtent plus cher… peut-être trop complexes.
12:32:05 De Abby S: Du noyau (devrait lire)
12:32:11 De David Crenna: Oui, il est essentiel d'avoir les données sur l'utilisation réelle du vélo par les groupes les plus vulnérables pour les activités de routine, comme emmener leurs enfants à la garderie, et en hiver…
12:33:43 De Michael Roschlau: Offrir des tarifs adaptés au revenu est bien meilleur que le transport en commun gratuit. Rendre les choses libres abaisse leur valeur perçue. En outre, cela découragerait la marche et le vélo, surchargerait le système et imposerait un fardeau énorme à l'assiette fiscale alors que de nombreux cyclistes peuvent se permettre de payer.
12:34:02 De Daniella Fergusson: Hé Abbt, dans la région métropolitaine de Vancouver, le contraire était vrai pendant longtemps à cause du fonctionnement des zones tarifaires. Mais le système tarifaire est désormais davantage basé sur la distance parcourue. Certains endroits rendent le noyau libre. Comme le MAX (tramway) de Portland est gratuit dans le noyau. Certains endroits le font avec des bus. Un autre tout est le niveau de service et le coût du transport en commun dans les zones rurales
12:34:34 De Gil Penalosa: Le seul mode de mobilité INDIVIDUEL pour la plupart des gens est de marcher et de faire du vélo, y compris tous les enfants et jeunes de moins de 16 ans. Il doit être sûr et agréable pour tous, en tant que droit. À moins que quelqu'un ne pense que la mobilité individuelle est réservée à ceux qui ont l'âge, l'argent et le désir d'avoir une voiture
12:34:40 De David Crenna: L'OMS et d'autres se concentrent désormais beaucoup plus sur la transmission aérienne en tant que principale source d'infections au COVID-19, alors quelles nouvelles recherches ont été effectuées sur la filtration de l'air dans les systèmes de transport en commun?
12:34:58 De Kulwinder Sarai: De Kulwinder… merci beaucoup.
12:35:01 De Jamilla Mohamud à tous les panélistes: oui! des questions aussi critiques «pour qui concevons-nous et pourquoi?»
12:35:02 d'Anika Abdullah: Oui Stéphanie !! Si nous ne prévoyons pas l'accessibilité dès le départ, comment allons-nous créer des options accessibles?
12:35:13 D'Abby S: @Daniella, oui conscient que la distance est plus ... mais je me demande si cela devrait être inversé pour amener ceux qui sont en dehors du noyau dans le noyau ...
12:36:25 De Leigh Stickle: Un effet secondaire négatif possible pourrait être d'encourager l'étalement et d'augmenter les émissions
12:36:37 De Shilpa Dogra: Et n'oublions pas les personnes âgées. Les options de transport sont essentielles pour éviter l'isolement social.
12:36:52 De Abby S: Nous avons besoin de volonté politique et de beaucoup d'imagination…
12:37:03 De jay pitter à tous les panélistes: le vrai ajustement et l'adaptation sont attribués à une conception inéquitable. L'accessibilité physique et sociale doit être centrée et ancrée dans la conception de TOUTES les infrastructures.
12:37:11 De Abby S: @leigh Vrai vrai.
12:37:20 De Jay Pitter à tous les panélistes: * un signe
12:37:38 D'Abby S: (bien que dépend du mode de transport par rapport aux émissions)
12:37:38 De Daniella Fergusson: Merci Shilpa - il est tellement moralisant de savoir si les gens peuvent prendre le bus à un ou deux arrêts alors qu'ils «pourraient simplement marcher à la place» - et pour les personnes handicapées ou les personnes âgées, c'est peut faire une vraie différence juste pour prendre le bus pour un arrêt ou deux
12:37:41 De David Crenna: L'ensemble du système de transport en commun interurbain s'est essentiellement effondré, ce qui est important pour ceux des zones rurales et des petites villes qui ne conduisent pas. Quelle est la situation de ces personnes, dont beaucoup sont âgées et qui ont besoin de se rendre chez le médecin dans les villes…
12:37:43 De Catalina Parada: Merci Stephanie! Il est impératif de tenir compte des besoins de chacun dès le début des décisions de transport
12:38:02 Anika Abdullah: @Shilpa c'est plus important que jamais. L'isolement social a des impacts importants sur les communautés et les individus
12:38:27 De Catalina Parada: c'est triste de voir des projets où les sections «accessibilité» et «équité» ne font qu'un paragraphe ou moins
12:39:01 D'Amina Yasin à Jay Pitter et à tous les panélistes: Salut grosse soeur
12:39:07 De Sarah Webb à tous les panélistes: N'oublions pas que les villes ont de l'espace, cela nous oblige simplement à redéfinir la priorité de l'espace loin des voitures privées et dans des espaces sûrs pour les personnes handicapées, les transports en commun, le cyclisme et d'autres modes de transport. Nous devons également être honnêtes sur les impacts sur la santé et la sécurité de nos systèmes de mobilité aujourd'hui et sur l'ampleur des investissements nécessaires si nous voulons vraiment créer des espaces et des lieux équitables.
12:39:11 De David Crenna: «Lieux équitables» est une grande priorité!
12:40:12 D'Elizabeth MacLeod: Est-il facile de s'inscrire au programme?
12:40:14 De jay pitter à tous les panélistes: une subvention digne est la clé.
12:40:56 De l'Institut urbain du Canada: Rappelez aux participants de changer vos paramètres de chat sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.
12:42:12 De Gil Penalosa: Equity. Tous les Canadiens contribuent à Toronto pour déplacer Gardiner surélevé de 100 mètres au nord au coût de $2 milliard pour économiser 3 minutes à 2% de navetteurs. Payer également $6Billion pour un métro de 1 à 3 arrêts qui atteindra un petit segment de résidents de Scarborough au lieu de 17 à 24 arrêts de train léger pour atteindre tous, en particulier les quartiers prioritaires. Aussi $2 milliard pour avoir Eglinton W LRT enterré au lieu de terre, facile à faire. De meilleures options de 3 exemples permettraient d'économiser $7,5 milliards à tous les Canadiens. Nous devons exiger du gouvernement de meilleures décisions, mais la plupart des élus et des `` dirigeants civiques '' sont muets
12:42:52 De Mike Prescott: Quels paramètres existent pour l'équité?
12:43:04 De David Crenna: Les services «à la demande» pour les travailleurs essentiels semblent être un bon point de départ, surtout compte tenu des liens entre d'autres questions!
12:43:05 De Jay Pitter: @Gil OUI !!!!
12:43:06 De Lisa Slater: Personne n'a mentionné la possibilité de taxer les voitures à haute émission, les voitures au-dessus d'un certain prix, l'essence à des tarifs plus élevés comme moyen de subventionner davantage le transport en commun ou est-ce une option politiquement toxique?
12:43:08 De Laurel Davies Snyder: Oui, nous avons besoin d'une volonté politique. Doit-on également se demander quelles décisions devraient réellement faire l'objet d'un débat (c'est-à-dire si elles sont clairement conformes au bien public, à la crise climatique, etc.)?
12:43:31 De Matthew Davis: Gil ce sont de bons points, mais la question devrait être de savoir quel type d'analyse d'équité a été entreprise pour éclairer ces décisions?
12:43:43 De Tamika Butler: Pas seulement un privilège! Oui!!!
12:43:44 De jay pitter: Hahahahaha…
12:43:58 De Tamika Butler: ci-dessous. Lol…
12:44:03 De Mike Prescott: Mesures d'équité pour le transport inclusif?
12:44:24 De jay pitter: @Tamika - oui sis.x
12:44:44 De Bernice Paul: Les besoins de transport et de logement réunis en un seul sujet. Nous devons cesser de les considérer comme deux choses différentes.
12:45:05 De Matthew Davis: @Gil Je conviens que ces grands changements en matière de transport en commun (provincial) nécessitent plus de diligence raisonnable du point de vue de l'équité. Dépenser ce genre d'argent quand il y a d'autres besoins dans la ville et la région en a besoin
12:45:46 De Luna Aixin à tous les panélistes: «Comment pouvons-nous soutenir et ne pas pénaliser les gens pour qu'ils traversent un système cassé?» - bon.
12:45:59 De Michael Roschlau: Arrêtons de parler de «subventionner» le transport en commun. Le service comprend deux éléments de financement: les frais d'utilisation (tarifs) et une contribution de la société. En moyenne au Canada, ce ratio est d'environ 60 à 40. Qu'est-ce que c'est pour les routes ???
12:46:24 De Matthew Davis: @Bernice Paul absolument !!! mais l'argent qui les soutient provient de différents pots, surtout avec la grande partie du logement provenant du secteur privé (du moins à Toronto). Donc, les priorités en regardant les deux sont différentes selon qui paie, malheureusement ...
12:47:11 De Jamilla Mohamud: oui logement et transit vont de pair
12:47:48 De Elizabeth MacLeod: Les gens auront TOUJOURS besoin d'utiliser le transport en commun et si nous le construisons, il sera utilisé.
12:48:06 De Tamika Butler: Dis ça, Amina!
12:48:50 De Luna Aixin à tous les panélistes: c'est aussi un problème d'abordabilité
12:48:53 De Sébastien Pentland-Hyde à tous les panélistes: Il y aura toujours des utilisateurs du transport en commun, souvent pour les plus nécessiteux, mais l'utilisation l'a probablement fait et diminuera non?
12:49:00 De David Crenna: Concentrez-vous sur ceux qui sont forcés de se déplacer en transport en commun: un excellent point de départ… le problème est donc de les garder en sécurité?
12:49:01 De Daniella Fergusson: oui Amina!
12:49:09 De jay pitter: Oui Amina !!!!!
12:49:13 De Luna Aixin à tous les panélistes: tant d'amis à moi qui travaillent à Vancouver finissent par devoir déménager en banlieue pour faire fonctionner les coûts
12:49:36 De Jamilla Mohamud: ouais!
12:49:38 De Jacqueline Canales à tous les panélistes: Amina, merci d'avoir ajouté votre point de vue à cette session
12:49:45 De jay pitter: Oui sis -
12:50:12 De l'Institut urbain du Canada: Vous pouvez trouver les transcriptions et les enregistrements des webinaires d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à https://www.canurb.org/citytalk
12:50:46 De Catalina Parada: Et Jane est l'un des couloirs surpeuplés!
12:50:54 De Elizabeth MacLeod: Merci Amina!
12:51:08 De Mary Margaret Gelinas: Salut les participants, quel était le nom de ce «champion» s'il vous plaît?
12:51:15 De Mikaila Montgomery: Outil d'équité dans le transport à partir de Toronto - quelqu'un a-t-il plus d'informations à ce sujet?
12:51:41 De Matthew Palm à tous les panélistes: Exactement. Ce n'est pas sorcier!
12:51:45 De Katie Wittmann à tous les panélistes: Matthew Davis :)
12:52:02 De l'Institut urbain du Canada: Poursuivez la conversation #citytalk @canurb
12:52:30 De Cibele Donato à tous les panélistes: merci Amina! la neutralité est-elle aussi un problème de conception?
12:52:38 De Matthew Davis: Merci Amina! Nous faisons de notre mieux pour changer les choses ici à Toronto
12:52:42 De Sarah Webb à tous les panélistes: @ Mikaila - Je suis également intéressé si vous le trouvez.
12:52:46 De l'Institut urbain du Canada:… mais pendant que vous êtes ici, veuillez modifier vos paramètres de discussion sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.
12:52:59 De Sarah Webb: @ Mikaila - Je suis également intéressé si vous le trouvez.
12:53:10 De Cibele Donato: merci Amina! la neutralité est-elle aussi un problème de conception?
12:53:28 De Lisa Cavicchia: Matthew Davis, Ville de Toronto Twitter: @ drtjrz6
12:53:59 De Mary Margaret Gelinas: @lisa merci! je l'ai vu dans les commentaires aussi
12:54:02 De Tamika Butler: Notre travail n'est pas neutre, ne peut pas l'être. Ça fait déjà trop de mal et le garder neutre perpétue ce mal
12:54:11 De Matthew Davis: @Mikaila, c'est un outil émergent que nous développons. À l'heure actuelle, il est davantage destiné à un usage interne, mais nous espérons pouvoir le partager avec le public grâce à notre prochaine soumission de budget d'investissement.
12:54:20 De Luna Aixin à tous les panélistes: Panélistes, je suis curieux de savoir ce que vous pensez de la gestion de la croissance régionale en relation avec la planification des transports? Tenir compte de toutes les questions interconnectées du logement, de l'emploi, etc. Les impacts de la planification et de la conception des transports en commun et de l'embourgeoisement qui contribuent à l'insuffisance des logements, creusent le fossé et poussent les gens qui ont été marginalisés par les systèmes oppressifs hors des transports abordables.
12:54:39 De Gil Penalosa: Plus de 80% de Toronto sont classés en tant que famille unique! Nous devons être audacieux et faire comme Minneapolis en 2019, en mettant fin au zonage unifamilial à l'échelle de la ville, capable de se subdiviser en 2, 3, 4. Logement et transport deux faces d'une même médaille
12:54:46 De Matthew Davis: Cela fait partie d'un processus plus large de priorisation du programme d'immobilisations, mettant l'équité au premier plan dans la prise de décision
12:55:42 De maisa barbosa à tous les panélistes: oui Amina! Mais comment faire en sorte que le transit ne soit pas seulement «dû à un manque d'options»? Et si nous avions une autre vague de «fuite blanche» et encore plus de défunding du transit (parce qu'il y a un déséquilibre du pouvoir politique que nous ne pouvons pas résoudre tout de suite)?
12:55:44 De Mikaila Montgomery: Également intéressé par les cadres d'équité et de climat pour les programmes d'incitation pour les vélos électriques. Merci tout le monde!
12:55:54 De David Crenna: Une innovation politique clé et pertinente récemment par Edmonton est la suppression de toutes les exigences de stationnement, un vestige des années 1970… Voir: https://nationalpost.com/opinion/colby-cosh-edmontons -règlement-de-marche-sur-le-parking-et-l'économiste-qui-l'a-rendu-possible / wcm / 36f80a2c-9faf-4cc9-b1b4-9a95bf58ee01 /.
12:56:06 De Catalina Parada: https://www.ttc.ca/Coupler/PDFs/DiversityandInclusionLens.pdf
12:56:09 De l'Institut urbain du Canada: Qu'avez-vous pensé de la conversation d'aujourd'hui? Aidez-nous à améliorer notre programmation avec une courte enquête post-webinaire - https://bit.ly/3fAOVkp
12:56:21 De Gil Penalosa: Ces 3 minutes concernent l'opportunité actuelle bbc.in/2AyUQHj
12:56:41 De Sébastien Pentland-Hyde à tous les panélistes: David a-t-il également supprimé les exigences de stationnement dans d'autres villes du Canada?
12:56:44 De Lisa Cavicchia: Edmonton avait également un programme de rabais sur les vélos électriques: https://www.edmonton.ca/city_government/environmental_stewardship/electric-vehicles.aspx
12:56:48 De Lisa Slater: Comment pouvons-nous avoir accès à tous les liens de discussion une fois le podcast terminé?
12:57:20 De Judith Farvolden à tous les panélistes: Mobilizing Justice développera une vision commune de l'équité sociale et des technologies de transport émergentes, et identifiera les futurs besoins de recherche dans ce domaine. https://mobilizingjustice.ca/
12:57:32 De l'Institut urbain du Canada: tout sera affiché ici, les gens: https://canurb.org/citytalk-news/?type=recent_discussions
12:57:32 De Yuri Artibise: Lisa, Vous pouvez enregistrer le chat en cliquant sur les 3 points à droite de la zone de saisie du chat. ->
12:58:11 De Caroline Poole, du personnel de CUI à Lisa Slater et à tous les panélistes: Lisa, tout sera publié sur le blog CityTalk de CUI après la conférence! Cela inclut l'enregistrement zoom, la transcription du chat et la transcription vidéo!
12:58:32 De Caroline Poole, du personnel de CUI à Lisa Slater et à tous les panélistes: Vous pouvez tout trouver ici: https://canurb.org/citytalk-canada
12:58:49 De Matthew Palm: Oui! Fatigué du discours de balle magique ici.
12:59:21 De Sarah Webb: Pas pour nous sans nous :)
12:59:33 De Cheryl Cohen: Bonjour, je dis toujours que l'une des choses les plus intelligentes que Toronto a faites avec le transport a été de mettre de la place pour un métro sous le viaduc de Bloor avant que les métros ne soient là. Pouvons-nous maintenant planifier avec une telle vision avant-gardiste?
12:59:45 De Luna Aixin à tous les panélistes: cela ne peut pas non plus être une approche Instant Pot
12:59:46 De Phoenix Wong: \ '[
13:00:02 De Bernice Paul: Salut @Sarah Webb !!
13:00:09 De Luna Aixin à tous les panélistes: Merci Armi
13:00:32 De Phoenix Wong: Désolé, c'était mon fils de 10 mois, elle a pris le clavier.
13:00:42 De Luna Aixin à tous les panélistes: Oh mon Dieu. L'appel au courage de Jay Pitter.
13:00:53 De Luna Aixin à tous les panélistes: Tellement bon
13:00:58 De Catalina Parada: merci beaucoup pour le partage de ces ressources !!
13:00:58 De Lin Wong: aww :)
13:00:59 De Abby S: @phoenix essayait de comprendre la signification de cet emoji
13:01:03 De Leigh Stickle: Merci à tous les panélistes! Grande conversation, à poursuivre.
13:01:16 De Carmichael Polonio: Elle avait quelque chose à dire @Phoenix
13:01:21 De Caroline Poole, personnel de CUI: Vous pouvez trouver l'appel au courage de Jay Pitter ici: https://canurb.org/wp-content/uploads/OpenLetter-ACallToCourage-Final-June2020.pdf
13:01:27 De Tamika Butler: Merci, Amina! Vous êtes venu prêt pour votre minute !!! Aimez la façon dont nous nous donnons toujours l'amour et nous nous mettons les uns les autres! Ce panel était génial! Il ne s'agit pas de l'un de nous, mais de nous tous et de notre peuple essayons toujours de nous libérer!
13:01:29 De Caroline Poole, Personnel du CUI: Une lecture indispensable pour tous les urbanistes!
13:01:46 De Tamika Butler: https://medium.com/at-the-intersections/a-tale-of-two-truths-transportation-and-nuance-in-the-time-of-covid-19 -9bc99ff8c005
13:01:47 De David Crenna: En fait, je pense qu'elle vient de créer une nouvelle forme courte pour Trump ...
13:01:51 De Matthew Davis: Génial, merci à tous les panélistes!
13:01:51 De Sarah Webb: Avec appréciation à tous
13:01:57 De Tamika Butler: https://medium.com/at-the-intersections
13:02:02 De Jackson Foster: Merci à tous! C'était génial.
13:02:06 De Daniella Davila Aquije à tous les panélistes: Oui, s'il vous plaît, postez la liste
13:02:14 De Shafaq Choudry à tous les panélistes: Merci à tous!
13:02:15 De Luna Aixin à tous les panélistes: Yay! Bébés!
13:02:19 De Tamika Butler: https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-08/-safe-streets-are-not-safe-for-black-lives
13:02:22 De Daniella Davila Aquije à tous les panélistes: Merci à tous les panélistes, excellente session
13:02:38 De Shannon Holness à tous les panélistes: Amina et Armi—> BIG LOVE
13:02:42 Anika Abdullah: Merci, Tamika! Et, Mary et tous les panélistes !!
13:02:45 De Elizabeth MacLeod: Merci aux panélistes!
13:02:45 De Matthew Davis: Merci à toutes les voix du chat aussi! Tellement de partage d'informations !!
13:02:48 De Tamika Butler: https://usa.streetsblog.org/2020/06/24/op-ed-whose-streets-black-streets/
13:02:51 De Luna Aixin à tous les panélistes: Merci beaucoup!
13:02:54 De Lin Wong: merci, session incroyable :)
13:02:54 De David Crenna: Bonne conversation!
13:02:56 De Matthew Palm: Merci beaucoup.
13:02:59 De Martha Sickles à tous les panélistes: Merci, ce sont d'excellentes communications.
13:03:00 De Elizabeth MacLeod: Merci aussi Tamika!
13:03:01 De Clara Kwon: merci!
13:03:03 De Jc Elijah Bawuah: Merci à tous!