Douglas Cardinal: Architecte du futur

Rejoignez-nous pour une conversation intime avec l'architecte de renommée mondiale, Douglas Cardinal. Organisé par Ingénieurs Canada et l'Institut urbain du Canada

5 Clé
Plats à emporter

Un résumé des idées, des thèmes et des citations les plus convaincants de cette conversation franche

1. Nature has an infinite variety of solutions

When designing, Douglas Cardinal finds inspiration by looking at each space as a cell within an organism and identifying connections that allow a specific plant or animal to thrive within that environment. His inspiration from nature goes beyond conceptual design and into problem-solving. For example, the design of St Mary’s Church was inspired by a spider web he found while out for walk, and admired its ability to support loads through tension. At the time, he was told the design would be impossible to construct. Utilizing the best engineers, computers and innovation, the unbuildable design materialized into the beautiful St Mary’s Church that stands today in Red Deer, Alberta. Although disciplines have many systems and processes, it is very important to look to nature, which as Douglas reminds us, “has an infinite variety of solutions” serving as inspiration to how we think about structure, mechanical and electrical design challenges.

2. Importance of listening to the people we design for

Douglas emphasized the importance of learning about different cultures. We often see one-way communication from the government telling Indigenous peoples what is best, but settler culture can also learn a lot from Indigenous knowledge. It is important to listen to the people we design cities for, so they can tell us what they need. Douglas shared a memory of coming across a government publication describing a house design and how to live in it. He recalls being concerned about the government’s attempt to solve peoples problem and says “it’s the new phase of Colonization 201, we already went through 101, a stage of having a bunch of intellects solve our problems for us, instead of asking us.” While there is value in awareness and design solutions, Douglas reiterated that many problems, such as the housing issue, “can’t be solved in Ottawa.” Those in power need to go to the communities and listen.

3. Planners and architects have a crucial role in reconciliation

Douglas compares our current city building practices to the cancer virus, often exploiting the planet and ignoring the health of our environment for the sake of development. However, we have also been gifted the power of creativity. He says, “We have to put our ego aside and the idea that we’re dominant over nature and understand that we are nature, that we evolved from all life on this planet.” The role of urban planners needs to focus on organic designs, learning to be in harmony with nature. In the documentary, Douglas Cardinal: Architecte du futur, Alex Janvier, an Indigenous artist who worked with Douglas, shares how they went to a highrise in 1962 and decided to change the world, using architecture and art as their medium. These ideas materialized in the Canadian History Hall, where a space that feels like water is used to tell the new Canadian story, highlighting not only the trauma but also the resurgence and strength of indigenous peoples. “We have this planet that needs to be preserve and save. And we have to start now,” warned Douglas.

4. Need for more diversity and women in architecture

Architecture remains a field dominated by males, lacking people of colour and female representation. It is important to stop creating architecture as monuments of patriarchal power over nature and create buildings as symbols of love and caring. Douglas says, “My elders taught me that the hard part of force is not as powerful as the soft power of loving and caring.” Douglas’s work follows the Indigenous tradition of honouring the female form and female values, in his matrilineal culture. He argues that we need more diversity in design fields that include maternal values that women have to offer. Douglas is very proud of how indigenous people value women and the gift economy they provide through creating life and nurturing it. Women also have a direct connection to the earth and the moon monthly, while indigenous men experience ceremonies to make sure they stay humbled to Mother Earth. Douglas says, “I thought that was fundamental in my education as an individual, and as an architect.” We can learn a lot from Anishinaabe people who have taken the course of balance with nature, making them incredibly resilient.

5. Importance of training beyond the classroom setting

Douglas is often called a genius by his peers due to his practice extending beyond the field of architecture. In an effort to design buildings holistically, he pursued an education in engineering. This knowledge allowed him to create revolutionary solutions in his buildings, learning about the latest softwares and computerizing his studio. His pursuit of creating a world where we all live together in love and caring took him beyond engineering and into spiritual quests. In his own training, he often returned to the elders in his community looking for moral guidance, understanding the importance of being a good person in his work. Douglas explains how he often felt happy and balanced in his community but became disturbed and ill within the cities where he wanted to make a contribution. Through leading by example, he reflects that “it’s very important to embrace the whole world and embrace both cultures and that it wasn’t all about living in one world or another, it was about living in a world where we all coexist together in a loving and caring way.”

Panneau complet
Transcription

Note aux lecteurs: Cette session vidéo a été transcrite à l'aide d'un logiciel de transcription automatique. L'édition manuelle a été entreprise dans le but d'améliorer la lisibilité et la clarté. Les questions ou préoccupations concernant la transcription peuvent être adressées à events@canurb.org avec «transcription» dans la ligne d'objet.

Mary Rowe [00:00:46] Salut tout le monde, c'est Mary Rowe de l'Institut urbain canadien qui appelle aujourd'hui de Toronto, le territoire traditionnel de plusieurs nations, dont les Mississaugas du Crédit, les Annishnabec, les Chippewa, les Haudenasaunee et les Wendat peuples, qui abritent de nombreuses Premières Nations, Métis et Inuits divers. C'est un moment très sombre et poignant pour les Canadiens avec les découvertes cette semaine des tragédies visibles associées aux pensionnats. Et cela continuera, j'en suis sûr, à être découvert, et nous continuerons d'essayer de faire face aux héritages de l'exclusion et à la façon dont ceux-ci ont été renforcés par la façon dont nous construisons nos villes et nos communautés. Nous avions prévu cette session il y a quelque temps, elle est tombée cette semaine. Mais nous apprécions le fait qu'il y aura des gens à l'écoute aujourd'hui qui ont une expérience personnelle viscérale de cela, des membres de leur famille, des personnes qu'ils connaissent… Ou ce peut être la première introduction des gens pour vraiment voir de près la portée de ce qui s'est passé et ce qui continue à se produisent de différentes manières à travers le pays. Nous nous réunissons donc aujourd'hui avec de nombreux partenaires pour comprendre ce à quoi Vérité et Réconciliation doit ressembler au Canada, et en particulier ceux d'entre nous qui sont impliqués dans la construction communautaire et la construction de villes. Cette session est co-organisée avec Ingénieurs Canada, et je tiens à les remercier, Cassandra et ses collègues, d'avoir travaillé à l'élaboration de cette session. Nous faisons ce que nous n'avons fait que quelques fois, nous faisons une projection de film et une conversation. Nous apprécions donc vraiment que les gens soient prêts à expérimenter ce format et à essayer différentes manières de partager nos apprentissages et nos connaissances et de développer notre compréhension des implications de la façon dont nous construisons réellement des communautés. Les producteurs du film, notamment Andrée Cazabon, que vous pouvez voir à l'écran ici, nous ont rejoints. Elle fait partie d'un programme intéressant, ce film fait en fait partie d'un programme offert dans le cadre du programme d'éducation à la réconciliation, programme éducatif en ligne, et si vous le prenez, c'est une base de base antiraciste en classe sur la réconciliation avec les voix autochtones. Il dure trois heures et comprend dix modules interactifs conçus pour éduquer tous les Canadiens. Vous y avez tous accès, et il est accompagné d'un certificat d'achèvement de l'Université des Premières Nations, c'est donc un incitatif supplémentaire. J'espère que non seulement vous le regarderez, mais que vous pourrez suivre les liens vers ce programme et que vous pourrez également partager le film avec d'autres personnes pour le regarder. Nous, l'Institut urbain du Canada, travaillons non seulement avec les ingénieurs, mais aussi avec l'Institut canadien des urbanistes, la Royal Architectural Society of Architects, la Société canadienne des architectes paysagistes, le National Trust, l'Urban Land Institute, l'Urban Development Institute à Victoria sur la façon dont nous, en tant que personnes qui travaillons avec les personnes qui construisent et conçoivent des villes, comment devons-nous changer ? Comment devons-nous nous adapter ? Comment devons-nous être beaucoup plus conscients de ces types de pratiques d'exclusion et comment elles doivent changer ? Et le 21 juin, il y aura une prochaine session sur la plate-forme CityTalk pour parler des approches interdisciplinaires, en particulier avec des praticiens autochtones, des personnes qui ont suivi les traces de Douglas Cardinal et qui construisent actuellement des villes et qui sont à le cœur de leur métier. C'est donc le 21, vous verrez cela à CityTalk Canada. Maintenant, vous le savez, sur ces sessions, nous avons une fonction de chat active et nous vous encourageons à utiliser ce chat. Nous voulons juste vraiment appeler les gens à être respectueux et à honorer le moment dans lequel nous nous trouvons et l'opportunité que nous avons de nous écouter les uns les autres et de respecter les points de vue de chacun. Si vous souhaitez utiliser des sous-titres codés, ce qui est une nouveauté pour nous, cela fonctionne très bien, ils devraient apparaître en bas de l'écran et vous pouvez les supprimer, il suffit d'activer cet interrupteur et de dire off puis tu n'auras pas à lire ça. Nous apprécions que les gens s'enregistrent et nous disent d'où ils regardent et reconnaissent les territoires ancestraux que, s'ils sont des colons, ils occupent. Toutes les vidéos et les transcriptions et tout, rappelez-vous, tout ce qui entre dans le chat reste dans le chat, ce sera également à CityTalk Canada. Et nous publierons une vidéo de la session, que nous espérons que vous partagerez avec vos collègues et que vous regarderez à nouveau et tout ce genre de choses. Nous allons regarder ce merveilleux film, Douglas Cardinal, architecte du futur, suivi d'une conversation entre Douglas, l'événement principal, et Randy Hermann, qui est du programme d'accès en ingénierie de l'Université du Manitoba. Je vais vous passer la parole, Randy, pour nous donner quelques mots pour commencer. Comme je l'ai dit, je suis vraiment reconnaissant à vous tous, Douglas, Randy et Andrée, d'être venus aujourd'hui et pour tout ce que nous allons vivre ensemble à l'avenir. A vous, Randy. Merci à tous.

Randy Hermann [00:05:40] Merci, Marie. Tout d'abord, j'aimerais souhaiter la bienvenue à tout le monde ici aujourd'hui et faire savoir à tous à quel point c'est un honneur pour moi d'être assis ici, du moins virtuellement avec Douglas Cardinal. Il est et a été pendant de nombreuses années, en quelque sorte un de mes héros, donc c'est absolument fantastique pour moi. Avant de commencer, j'aimerais commencer par saluer les peuples autochtones de toutes les terres sur lesquelles nous nous trouvons aujourd'hui. Alors que nous nous rencontrons aujourd'hui sur une plate-forme virtuelle, j'aimerais prendre un moment pour reconnaître l'importance des terres que nous appelons tous chez nous. Nous faisons cela pour réaffirmer notre engagement et notre responsabilité dans l'amélioration des relations entre les nations et pour améliorer notre propre compréhension des peuples autochtones locaux et de leur culture. D'un océan à l'autre, nous reconnaissons le territoire ancestral et non cédé de tous les Inuits, Métis et Premières Nations qui habitent cette terre. Reconnaissons les méfaits et les erreurs du passé, et considérons comment nous sommes et pouvons chacun à sa manière essayer d'aller de l'avant dans un esprit de réconciliation et de collaboration. J'aimerais également prendre un moment de silence pour reconnaître le traumatisme historique et continu du système des pensionnats, y compris la découverte tragique la semaine dernière de 215 restes d'enfants à l'ancien pensionnat indien de Kamloops, sur les terrains de la Première nation Tk'emlúps te Secwépemc. Ensemble, pleurons les familles et les communautés autochtones pour cette perte tragique.

Randy Hermann [00:07:48] Nous sommes ici aujourd'hui pour projeter le film Douglas Cardinal: Architect of the Future, écrit par sa femme, Idoia Arana-Beobide, et produit par Andrée Cazabon, que nous avons également ici aujourd'hui. Comme beaucoup d'entre vous le savent, l'aîné Douglas Cardinal est un architecte reconnu à l'échelle nationale et internationale, beaucoup d'entre vous savent peut-être aussi qu'il est un homme autochtone d'ascendance métisse, annishnabec, pied-noir, algonquine et allemande. Elder Cardinal est un fils, un mari, un père, un grand-père et un arrière-grand-père. Il est un aîné de la nation Kainai du sud de l'Alberta. Douglas est un leader et un visionnaire. Contribuer aux mouvements canadiens et internationaux de durabilité, de bâtiments verts et de planification communautaire écologique. Son architecture est une source d'inspiration pour beaucoup et découle de son observation de la nature et de sa compréhension de l'équilibre, de la beauté naturelle et, en fin de compte, du respect de la Terre Mère. En reconnaissance de son travail, Douglas Cardinal a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux, dont 20 doctorats honorifiques, des médailles d'or en architecture au Canada et en Russie et un prix de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, UNESCO, pour le meilleur village durable. Il a également reçu le titre d'Officier de l'Ordre du Canada, l'une des récompenses les plus prestigieuses décernées à un Canadien. Et il a reçu la déclaration de maître mondial de l'architecture contemporaine par l'Association internationale des architectes. Dans la tradition de nombreux peuples autochtones de l'île de la Tortue, nous avons transmis le tabac à l'aîné Cardinal. J'ai une pochette de tabac ici, et je sais, Douglas, que vous avez reçu du tabac par la poste. Je vous l'offre avec gratitude pour les connaissances et la sagesse que vous partagerez avec nous aujourd'hui. Après cet événement, je prendrai ce tabac et offrirai une prière au créateur dans le bon sens. Aujourd'hui, nous sommes également rejoints par la productrice du film, Andrée Cazabon. Andrée est en nomination aux Gémeaux et ses films ont rassemblé plus d'un million de téléspectateurs sur CBC Newsworld, TVA, Canal D, Radio-Canada et CBC Television, et ont été présentés dans des festivals de cinéma à travers le monde. Andrée sera en ligne avec nous lors de l'événement aujourd'hui. Donc, si vous avez des questions pour elle ou pour Douglas, n'hésitez pas à les entrer dans le chat. Merci de vous joindre à nous, Andrée. Et merci de vous joindre à nous, Douglas. Sur ce, je vais le retourner et nous pouvons commencer à regarder le film.

Randy Hermann [00:41:12] Eh bien, bienvenue à tous. Je dois juste dire quel beau film et quel témoignage émouvant de la carrière du Cardinal aîné. Je tiens à remercier Andrée pour sa vision et sa création, ainsi qu'Idoia, l'épouse de Douglas pour le travail qu'elle a fait pour mettre tout cela ensemble. Juste incroyable. Maintenant, si vous voulez, nous allons commencer une petite discussion avec Douglas Cardinal. J'ai quelques questions que nous avons déjà préparé à lui poser, mais si le temps le permet à la fin, nous examinerons le chat et poserons des questions en dehors du chat, mais je ne peux pas garantir que nous répondrons à la question de tout le monde . Si vous avez des questions que vous souhaitez poser et qu'elles ne sont pas couvertes, n'hésitez pas à les poster dans le chat et nous verrons comment y répondre.

Randy Hermann [00:42:02] Douglas, j'ai entendu une histoire une fois sur votre conception pour l'église St. Mary, qui, si ceux dans le public ne le savent pas, était l'un de vos premiers projets. Et c'était un projet difficile pour vous, les ingénieurs en structure vous ont dit que la conception de votre toit proposée était inconstructible et que cela ne fonctionnerait pas. Ainsi, conformément à votre éducation autochtone, vous êtes allé sur le terrain pour méditer sur la situation. En marchant, vous avez observé la nature et vous avez vu une araignée tisser une toile. Et vous vous êtes dit, eh bien, regardez cette araignée parcourir de si longues distances avec un morceau de fibre si fin. Cela vous a conduit à l'idée révolutionnaire que vous avez utilisée pour concevoir le toit de St. Mary's. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre philosophie d'utilisation de la nature, de ses courbes et de ses idées dans votre conception ?

Douglas Cardinal [00:42:58] La nature a une variété infinie de solutions. Structure, mécanique, électrique. Comment ils sont tous intégrés comme l'architecture, a toujours été ma source d'inspiration pour voir comment la nature l'a résolu. Je savais que le problème que nous avions était que nous devions le résoudre analytiquement, en tant qu'ingénieurs, nous devions le résoudre analytiquement. Et analytiquement, nous avions 81 000 équations simultanées qui devaient se fermer. Nous avions autant d'inconnues, en géométrie, X, Y et Z, résoudre trois inconnues est déjà assez compliqué, mais qu'en est-il de 81 000 ? Ils ont dit qu'il faudrait sept hommes travaillant à plein temps, cent ans pour résoudre les équations, et c'était impossible. Nous avons donc cherché partout des ordinateurs pour résoudre ce que je savais que notre technologie informatique serait capable de résoudre, ces équations. On a regardé partout et on a trouvé un ordinateur à Chicago, c'était en fait un bâtiment et ils avaient inventé les transistors à l'époque, donc il y avait des tubes. Vous vous souvenez des vieilles radios à tubes et des vieilles télévisions à tubes avant d'inventer les transistors ? C'était des planchers et des planchers de tubes. Donc tout le bâtiment était un ordinateur. Et nous avons utilisé les cartes, vous savez, les cartes perforées, et c'était très complexe, mais ils l'ont résolu en quelques jours, donc nous avons pu le résoudre analytiquement. Nous avions les meilleurs ingénieurs. En fait, je me souviens qui a fait les tours un et aussi Toronto et Calgary. C'étaient juste des ingénieurs incroyables et nous avions besoin des meilleurs, des meilleurs esprits pour résoudre le problème et ce sont eux qui l'ont résolu, avec tous ces ingénieurs et cette technologie où nous avons utilisé des câbles suédois recouverts de plastique pour pouvoir glisser dans le béton pour être en mesure de rassembler la structure. C'était presque comme une de ces poupées qui ont des ficelles dedans, puis vous les serrez et elles se tiennent debout. Nous avons donc post-tendu le toit. Et j'avais un professeur mexicain très puissant, qui faisait de la conception de cellules. J'ai pensé que les architectes devraient se renseigner sur la structure, la mécanique, l'électricité, que nous devrions connaître toute l'ingénierie afin de pouvoir résoudre un bâtiment de manière holistique. C'était très important pour moi de suivre cette formation, cette formation d'ingénieur car, comment vais-je construire un bâtiment ? Et c'est ainsi que j'ai compris les disciplines de l'ingénierie, qui étaient si primordiales. Je pense que les architectes devraient savoir que ces disciplines et je suis donc allé dans une université qui l'a fourni. Et parce que nous devons voir les choses d'une manière holistique, vous savez ? Comment pouvez-vous concevoir un bâtiment et le faire tenir debout sans aucune connaissance en ingénierie et j'apprécie donc beaucoup votre discipline.

Randy Hermann [00:48:08] Pour ceux qui ne savent pas, je ne sais pas si c'était assez clair, c'est que je travaille de l'autre côté de la médaille. Je suis ingénieur et j'aborde les choses avec un état d'esprit très technique. L'autre chose que je voudrais juste souligner, lorsque Douglas Cardinal a conçu l'église St Mary, je crois que c'était au début des années 60 et les ordinateurs n'étaient pas nécessairement utilisés à l'intérieur des bureaux d'architecture ou d'ingénierie à cette époque. Donc c'était vraiment assez révolutionnaire, son idée de les utiliser. Vous savez, une autre chose que j'ai retenue et encore une fois, nous ne nous connaissons pas très bien personnellement, nous nous sommes rencontrés plusieurs fois. Mais pourtant, quand nous avons parlé hier brièvement et même à travers ce film, il est assez évident que l'influence des femmes a eu sur votre vie personnelle et l'importance des femmes dans votre culture. Dans le documentaire, vous mentionnez la domination patriarcale dans l'architecture occidentale et en quelque sorte l'idée avec la domination patriarcale vient l'assujettissement de la terre en dessous. Et je suis presque sûr que même de nos jours, l'architecture, comme l'ingénierie, est toujours un domaine dominé par les hommes. Et probablement majoritairement par des hommes, des hommes blancs, probablement. Je sais que cela pourrait être une très grande question, mais si plus de femmes, de peuples autochtones et de personnes de couleur étaient mieux représentés dans le domaine de l'architecture, comment pensez-vous que ce domaine changerait ?

Douglas Cardinal [00:49:32] Je crois que nous avons besoin de cette diversité et aussi, je sens que nous avons besoin des valeurs maternelles que les femmes ont à nous offrir. Et je sens qu'il est si important de venir du cœur parce que mes aînés m'ont appris que la partie dure de la force n'est pas aussi puissante que la puissance douce d'aimer et de prendre soin. Et nous avons besoin de cet amour et de cette sollicitude très puissants que nos mères et les mères de nos enfants doivent nous enseigner. Je pense donc qu'il est si important d'honorer la position vraiment traditionnelle des femmes à travers le temps. Parce qu'ils ont fourni toute une économie de dons consistant à offrir la vie au monde et à la nourrir, et vraiment il n'y a pas assez de reconnaissance de leur énorme valeur dans notre société. Ce que j'embrasse vraiment, c'est la façon dont nos peuples autochtones embrassent le pouvoir des femmes et embrassent le pouvoir de leurs voix dans la gouvernance de notre peuple. La mère de clan était si importante pour nos communautés, les mères de clan et leur position, leur point de vue. Toute notre société était basée sur les principes de l'amour et de l'attention et que tout ce que nous faisons devait venir du cœur, devait provenir de l'amour et de l'attention. Parce que la création consiste à respecter, à aimer et à prendre soin de tous de la même manière. C'est si important d'embrasser et c'est pourquoi nous, les hommes, allions dans les huttes de sudation pour nous asseoir sur la Terre, et les anciens qui la dirigeaient s'assureraient que nous nous humilions envers notre mère, la Terre, et comprenions le pouvoir de l'humilité pour aller aux forces de la planète. Alors que les femmes, vous savez, on leur rappelle, on leur rappelle chaque mois non seulement leur connexion à la Terre, mais leur connexion à la lune. On leur rappelle toujours cela et, par conséquent, ils n'ont pas besoin d'être rappelés autant que nous, les hommes, c'est pourquoi nous devrions vivre ces cérémonies qui nous rendent humbles à la Terre, comme nos très puissantes huttes à sudation et cérémonies. J'ai senti qu'il était très, très important d'être formé par les anciens et de passer par ces cérémonies parce que j'ai senti qu'il était très important de me former en tant qu'architecte et d'apprendre tout ce que je pouvais dans cette profession pour pouvoir fournir cette discipline dans mon travail . Mais après cette formation, je suis retourné chez les anciens et j'ai dit, j'ai cette formation et je veux pouvoir vous servir, pouvez-vous me former dans mon cœur pour être un meilleur être humain. J'ai senti qu'il était très important de suivre la formation des anciens, de faire les huttes à sudation, les quêtes de vision et les danses du soleil et toutes ces choses qui nous relient les uns aux autres et nous relient à la Terre. J'ai pensé que c'était fondamental dans mon éducation en tant qu'individu et en tant qu'architecte.

Randy Hermann [00:54:36] Oui, et vous y êtes revenu plusieurs fois dans le documentaire dont je vous ai parlé, vous revenez sur cette importance dans ce rôle de cérémonie. Et je pense que c'est absolument vital, et cela fait de vous qui vous êtes et votre architecture, ce qu'est votre architecture. Je suis donc content que vous le mentionniez, parce que je pense que nous avons un public qui peut peut-être débuter dans leur profession, peut-être même commencer leur voyage. Et ils peuvent en quelque sorte comprendre l'importance que cette cérémonie a jouée dans votre vie. J'aimerais revenir un instant en arrière et reparler de l'église Sainte-Marie. Tout ce que j'ai lu sur l'église St. Mary indique en quelque sorte que ce n'était pas un projet facile à concevoir et à construire. Et je ne peux qu'imaginer que les forces alignées contre vous étaient redoutables. Dans le documentaire, vous parlez de résilience, d'autant plus qu'il fait référence aux peuples autochtones, cette résilience que vous avez doit vous avoir aidé en tant que jeune architecte à devoir littéralement dévisager des bureaucrates, des administrateurs, même des ingénieurs chevronnés pour construire votre conception. J'aimerais dire que les jeunes professionnels autochtones ont plus de facilité maintenant qu'ils ne l'ont fait dans votre cas, mais je crains de mentir si je disais cela. Quelles paroles de sagesse pourriez-vous partager avec ces jeunes autochtones face à l'adversité que vous avez rencontrée dans votre premier projet ?

Douglas Cardinal [00:56:08] Eh bien, je pense que vous avez la force et la résilience en vous tournant vers le pouvoir de votre propre culture et de vos propres aînés. Je veux dire, je pense que notre peuple a traversé tellement de choses et a toujours ce beau pouvoir venant du cœur, toujours aimant et attentionné, et le pardon. Une chose très importante est de toujours garder votre cœur ouvert afin que vous puissiez communiquer et parler avec le cœur, car cela nous rend tous pareils. Lorsque vous parlez de cœur à cœur, vous parlez à une nature spirituelle que nous avons tous, nous sommes tous des êtres spirituels et il est très important de parler de cœur à cœur. Pour parler à cet esprit de l'individu qui est devant vous et croire en cela et croire que nous sommes à égalité les uns avec les autres et que nous parlons de cœur à cœur. Et de cette façon, je crois que vous pouvez, en partageant cela, créer une meilleure compréhension avec la personne à qui vous vous adressez et j'ai senti que c'était la seule façon de communiquer avec les personnes avec qui j'ai travaillé et les gens que je sers. En effet, les anciens m'ont demandé de parler à Pierre Elliott Trudeau d'un livre blanc et de la façon dont cela n'allait pas du tout servir notre peuple, cela effacerait simplement toutes nos traditions et notre culture. Et donc on m'a demandé d'aller à une cérémonie avec les anciens et de préparer une déclaration forte du cœur pour pouvoir faire une soumission au Premier ministre et au Cabinet. Et donc à travers la cérémonie et le jeûne et quoi que ce soit, et avec les anciens, nous avons eu une vision ensemble pour pouvoir choisir les bons mots au Premier ministre pour répondre à nos préoccupations. Et immédiatement, il l'a compris, il l'a vraiment compris, et il nous a soutenus et il a inscrit les droits autochtones dans la Constitution, et c'est tout à cause des enseignements de mes aînés. C'était eux. Je n'étais qu'un véhicule pour leurs enseignements dans mes discussions avec le premier ministre. Et il a juste changé sa façon de penser et a cessé de penser avec sa tête et a commencé à penser avec son cœur. Et il a fait une telle différence en inscrivant les droits autochtones dans la Constitution, donc cela a commencé par mes aînés. Et c'était si difficile à l'époque parce que nos aînés ne pouvaient pas pratiquer leurs traditions, ils n'en avaient pas le droit. Et donc mes aînés ont tous quitté les réserves et sont allés dans les montagnes et y ont pratiqué toutes les cérémonies. Et donc pour être entraînés, nous devions traverser des rivières et faire tout ce que nous pouvions pour arriver au camp. C'était le camp de Robert Smallboy qui rassemblait tous les anciens de l'Alberta à ce moment-là et gardait les enseignements et les suivait tous les jours. Et donc nous venions là-bas et avec et nous apprenions les enseignements et serions impliqués dans les cérémonies. Et c'était tout simplement incroyable qu'ils aient fait cela parce qu'ils ont maintenu les enseignements en vie, vous savez, dans des conditions très difficiles, dans les montagnes avec des tipis et des tentes. Et leurs familles et leurs enfants étaient là, et c'était parfois, vous savez, comme moins 40, moins 50. Et c'était une chose très difficile qu'ils ont vécue pour pouvoir garder la culture et nous former tous à comment être capable de parler d'une voix très forte au nom du peuple et je dois donc vraiment les remercier pour leur contribution.

Randy Hermann [01:02:06] Super. Je vois qu'il y a une question qui revient un peu dans le chat, et elle est très proche d'une question que je vais poser. C'est la prochaine, vous savez, les villes ont beaucoup changé au cours des 50 dernières années ici au Canada et dans le monde. L'expérience des peuples autochtones dans les villes est souvent associée à des taux élevés de pauvreté urbaine, à un faible niveau d'instruction et à d'autres formes d'obstacles systématiques. Bien sûr, tout cela fait partie d'une histoire longue et complexe qui reste irrésolue. Les peuples et les communautés autochtones sont résilients et tracent leur propre chemin. Mais les inégalités urbaines restent un véritable défi. Que diriez-vous aux urbanistes et architectes d'aujourd'hui lorsqu'ils conçoivent les villes canadiennes? Quel est le rôle des professions dans la réconciliation et l'autonomisation des peuples autochtones dans les villes ?

Douglas Cardinal [01:02:55] Je pense que nous devons concevoir nos villes de manière plus organique pour être en harmonie avec la nature. À l'heure actuelle, ils ressemblent à des excroissances cancéreuses qui se présentent sous forme de grilles qui engloutissent simplement les environnements qui les entourent et polluent et détruisent toute vie autour d'eux. Nous sommes des créatures plus intelligentes et nous nous considérons comme un virus, un cancer sur la planète, cela met vraiment en péril notre hôte, notre mère, la Terre. Je veux dire, le cancer est un groupe de cellules plutôt stupide qui tue son hôte et meurt ensuite dans le processus. Nous avons certainement plus d'intelligence que cela. Et nous avons la capacité de le faire, nous sommes des créatures merveilleuses et nous avons ce don de créativité. Le créateur nous a fait ce merveilleux cadeau, aucun autre être sur cette planète n'a de don de créativité. Et donc nous devons être responsables de ce don puissant que nous avons, vous savez, nous devons être responsables du fait que nous avons reçu ce don de créativité et qu'allons-nous en faire ? Allons-nous être irresponsables comme nous l'avons fait avec ce pouvoir que nous avons ? Nous sommes les créatures les plus puissantes de cette planète, nous sommes des êtres divins et nous pouvons faire des choses incroyables. Et alors pourquoi ne pas mettre ce pouvoir dans le bon sens pour vivre en harmonie avec toute la vie qui nous entoure. Et nous devons le faire pour sauver notre planète parce que nous la détruisons. Et nous, comme on dit, nous façonnons notre environnement, mais à son tour, il nous façonne. Ainsi, en tant qu'architectes, nous pouvons façonner notre environnement d'une manière magnifique qui fonctionne en harmonie avec la nature et créer de belles villes qui aiment et prennent soin de chaque individu dans la ville. Et cela signifie que nous devons mettre notre ego de côté pour ne pas avoir le sentiment de dominer la nature et comprendre que nous sommes la nature, que nous avons évolué à partir de toute vie sur cette planète. Et que nous devons respecter tous nos donneurs de vie, c'est-à-dire toutes les choses que nous utilisons autour de nous et tous les animaux et plantes qui doivent mourir pour nous donner la vie. Nous devons respecter tous nos donneurs de vie. Et c'est la connaissance que notre peuple a qui vivait en harmonie avant l'arrivée des colons et nous devons réapprendre à le faire, apprendre à être en harmonie. Et dans nos villes, il n'y a pas d'êtres exploiteurs qui exploitent non seulement notre environnement, mais ils exploitent les gens qui s'y trouvent. Et c'est le problème que nous avons. Et nous pouvons changer cela, nous devons croire que nous pouvons changer cela, pour l'amour du ciel. Nous sommes des gens créatifs. Nous pouvons faire n'importe quoi. Nous pouvons aller sur la lune et revenir. Nous pouvons aller sur d'autres planètes. Mais nous avons cette planète que nous devons préserver et sauver. Et nous devons commencer maintenant.

Randy Hermann [01:07:16] Oui, j'aime votre déclaration selon laquelle notre plus grand attribut en tant que race est cette idée de créativité. Et pour moi, j'y pense aussi depuis des années. Et peu importe que vous créiez une œuvre d'art ou un bâtiment ou quoi que ce soit, c'est notre plus grande force, c'est cette idée de créativité et d'utiliser cette idée pour créer des choses meilleures et plus grandes. Je vois sur les chats une autre question que je pense qu'il va être important de poser, car elle revient, et ce n'était pas une question dont nous avons parlé précédemment. Mais c'est cette idée qui a été évoquée aussi dans le film, cette idée de la nature terrible du logement dans les réserves. Et en tant qu'architecte, que pensez-vous que l'on peut faire pour remédier au problème des logements dans les réserves qui sont, vous savez, inefficaces et ne répondent pas aux besoins de la population, et cetera? Alors, quelles sont vos réflexions à ce sujet ?

Douglas Cardinal [01:08:18] Eh bien, d'abord, c'est que les gens disent, et les gouvernements à Ottawa ne peuvent pas être si égoïstes pour croire qu'ils peuvent résoudre les problèmes de logement dans leur tête ici à Ottawa. Ils doivent se rendre eux-mêmes dans la communauté et demander aux gens de concevoir le type d'installations dont ils ont besoin, d'écouter les gens. C'est toujours une communication à sens unique entre le gouvernement et notre peuple, ils ont toujours l'impression qu'ils connaissent le mieux. Et ils ne le font pas à cause des preuves que nous voyons, ils ne savent pas mieux. Ce sont donc les gens qui connaissent le mieux leurs besoins, demandent aux gens ce dont ils ont besoin et travaillent avec eux pour qu'ils puissent participer à la conception de leurs communautés et à la conception de leurs logements et. Dans le nord, je travaillais avec les gens et je suis tombé sur un livre du gouvernement, ils avaient une conception de maison qui n'était tout simplement pas adaptée aux gens, à la région, à quoi que ce soit. Cela ne convenait qu'à quelqu'un à Ottawa qui avait une idée en tête de la façon dont les gens devraient vivre. Et puis il y avait un livre qui accompagnait cette maison qu'ils essayaient d'imposer aux gens, comment vivre dans une maison. Vous savez, comme je l'ai dit, les gens n'avaient même pas les connaissances et l'intelligence pour vivre dans une maison conçue par les colons alors qu'ils vivaient sur cette terre depuis des milliers d'années et y ont prospéré, vivant dans leur environnement naturel. logements qu'ils ont aménagés. Et c'est le comble de l'arrogance, vous savez, quand les gens croient savoir ce qui est le mieux pour les autres au lieu de leur demander. Vous savez, et c'est le problème que nous avons. Et maintenant, ce qui me préoccupe, c'est que tout le monde comprend nos problèmes et maintenant nous allons obtenir un tas d'expertise de personnes qui viennent pour résoudre nos problèmes, vous savez, c'est que la nouvelle phase de la colonisation 201, nous avons déjà traversé 101, une étape d'avoir un tas d'intellect pour résoudre nos problèmes au lieu de nous demander. C'est le prochain défi auquel nous sommes confrontés, c'est peut-être, on devrait apprendre ses échecs, et c'est un énorme échec entre la culture des colons, qui ont décidé qu'ils savent ce qu'il y a de mieux et je pense que nous pouvons apprendre les uns des autres. Je pense que pour moi, il était si important de découvrir la contribution de l'architecture européenne en remontant, même à l'époque des Égyptiens, en apprenant ce que les architectes ont fait et les grands architectes et leur contribution à leurs cultures et à tout. J'ai senti qu'il était essentiel de savoir tout ce que je pouvais sur l'architecture et l'ingénierie. Et je pense que ces deux visions du monde devraient se réunir, pourquoi le meilleur des deux mondes ne se réunirait-il pas pour créer ensemble une culture incroyable ? Je veux dire, je pense que la culture des colons peut apprendre beaucoup de notre culture qui existe depuis des milliers d'années, vous savez, et je pense que c'est ce qui devrait arriver. Je me souviens avoir été assez malade et assez bouleversé lorsque les aînés me guérissaient parce que j'étais tellement bouleversé par ce que je voyais dans la culture dominante et comment ils se comportaient, que je suis devenu très, très malade. Et donc j'ai continué rapidement avec les anciens pour que je sois en harmonie et j'ai senti qu'une vision du monde était en harmonie avec moi, et chaque fois que j'entrais dans la culture des colons, j'étais dérangé et malade. Alors je suis retourné voir les anciens et je leur ai dit, eh bien, je me sens vraiment heureux, bien et équilibré dans votre communauté ici, mais je suis un architecte, pour l'amour du ciel, et je ne supporte même pas de marcher dans nos villes, et comment puis-je être architecte et apporter une contribution au monde là-bas quand je vis dans cette belle bulle hors du monde autochtone. Alors l'aîné m'a mis un long jeûne et m'a dit, vous savez, vous devez continuer ce long jeûne. Et donc alors que j'étais en jeûne dans cette bulle que l'aîné m'a fournie, tout d'un coup la bulle est entrée dans une bulle deux fois plus grosse, elle est devenue bloop. Donc j'ai pu voir que, vous savez, c'est très important d'embrasser le monde entier et d'embrasser les deux cultures et qu'il ne s'agissait pas uniquement de vivre dans un monde ou un autre, c'était de vivre dans un monde où nous coexistons tous ensemble dans une manière aimante et attentionnée.

Randy Hermann [01:15:17] Excellent. Ouais, je regarde, je suis très conscient de l'époque. Je déteste vous interrompre, Douglas, mais c'était génial et exceptionnel. Et j'aime juste ajouter une pensée avant de partir, je ne pense pas qu'un architecte au Canada devrait obtenir son diplôme d'une école d'architecture sans avoir d'abord construit une structure autochtone traditionnelle qui vient de la région où il vit avec une personne autochtone et a tout fait les enseignements de cette structure. Je pense que cela aiderait tous les architectes du monde entier. Et moi et moi disons la même chose à propos des ingénieurs. Alors merci beaucoup. Merci à tous ceux qui ont participé. Merci beaucoup, frère Cardinal. Cela a été un honneur pour moi et j'espère qu'un jour je pourrai prendre du temps et vous rencontrer en personne quelque part. Cela a été un honneur absolu. Merci, Andrée, pour cela et Idoia pour l'avoir mis en place. Au revoir tout le monde.

Douglas Cardinal [01:16:08] Au revoir. Merci Randy.

Randy Hermann [01:16:13] Oh, pas de problème, Douglas.

Audience complète
Transcription du chat

Note au lecteur: les commentaires de chat ont été modifiés pour plus de lisibilité. Le texte n'a pas été modifié pour l'orthographe ou la grammaire. Pour toute question ou préoccupation, veuillez contacter events@canurb.org avec "Commentaires de chat" dans le sujet lin

De l'Institut urbain du Canada: Vous pouvez trouver des transcriptions et des enregistrements de nos webinaires d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à https://canurb.org/citytalk

00:41:02 Institut urbain du Canada : Bienvenue! Chers amis, veuillez modifier vos paramètres de discussion en « tous les panélistes et participants » afin que tout le monde puisse voir vos commentaires. Participants : d'où êtes-vous à l'écoute aujourd'hui ?
00:41:19 Laurel Davies Snyder : Bonjour de Stratford, ON. Laurier
00:41:30 Tracey Conn : Regina, SK
00:41:44 Yasmine Izmeth : Bonjour de Toronto, ON !
00:41:58 Kevin Kim : Mississauga, ON 🙂
00:42:02 Tyson McShane : Saskatoon, Saskatchewan
00:42:06 Xenia Chan : Bonjour de Richmond Hill, ON
00:42:06 Dianne Johnstone : Edmonton, Alberta
00:42:17 Institut urbain du Canada : L'UIC remercie chaleureusement notre partenaire pour la séance d'aujourd'hui, Ingénieurs Canada!
00:42:20 Cassandra Polyzou : Territoire non cédé et traditionnel des peuples algonquins Anishinaabeg
00:42:30 Rowan Pratt : Amour et guérison de K'jipuktuk 🧡
00:42:30 Chris Herringer : Bonjour de Calgary
00:42:44 Lisa Landrum : Territoire du Traité 1, terres d'origine des peuples Anishinaabeg, Cris, Oji-Cree, Dakota et Dene, et patrie de la Nation métisse (Winnipeg)
00:43:20 Cassandra Polyzou : Consultez le cours : https://www.reconciliationeducation.ca
00:43:22 Institut urbain canadien : Le film fait partie d'un programme d'offres de Reconciliation Education, un outil éducatif en ligne pour la formation antiraciste en entreprise, communautaire et en classe en fournissant les bases de base 1:0:1 sur la réconciliation avec voix autochtones authentiques. 3 heures. 10 modules interactifs. Conçu pour éduquer tous les Canadiens. La réussite de ce programme se traduira par un certificat de l'Université des Premières Nations. Pour plus d'informations : https://www.reconciliationeducation.ca
00:43:39 Jody Patterson : Territoires traditionnels des peuples salish de la côte, y compris les Squamish, les Musqueam et les Tsleil-Waututh, à Vancouver, C.-B.
00:44:01 Melanie Coates: Bonjour de Toronto
00:45:05 Amarpreet Guliani : Bonjour de Regina, SK
00:45:10 Maria Alonso Novo : Bonjour de Madrid 🙂
00:45:21 Derek Blais : Bonjour de Toronto ! Oneida !!
00:45:44 Brandon Umpherville : Bonjour de Kjipuktuk (Halifax) et territoire traditionnel et non cédé des Mi'kmaq
00:46:10 Institut urbain du Canada : J'aimerais commencer par reconnaître les peuples autochtones de toutes les terres sur lesquelles nous nous trouvons aujourd'hui. Alors que nous nous rencontrons aujourd'hui sur une plate-forme virtuelle, j'aimerais prendre un moment pour reconnaître l'importance des terres, que nous appelons chacun chez nous. Nous faisons cela pour réaffirmer notre engagement et notre responsabilité à améliorer les relations entre les nations et à améliorer notre propre compréhension des peuples autochtones locaux et de leurs cultures. D'un océan à l'autre, nous reconnaissons le territoire ancestral et non cédé de tous les Inuits, Métis et Premières Nations qui habitent cette terre.
00:46:22 Ralph Cipolla: salut
00:46:23 Jeremy Guth : Bonjour du comté de Prince Edward. Ravi de te voir, Marie !
00:46:41 Ralph Cipolla: bonjour de
00:46:49 Tanya Markovic: Bonjour d'Anishinaabe et Haudenosaunee (St Catharines, ON)!
00:48:07 Roberta Sager : Salutations de Hamilton – territoires traditionnels des Érié, Neutre, Huron-Wendat, Haudenosaunee et Mississaugas
00:48:31 Ralph Cipolla : bonjour de Ralph Cipolla Orillia Ontario
00:59:08 Andree Cazabon : Note technique : les images sont parfois en retard dans la lecture à cause de la lecture Zoom – excuses pour cela – les images s'affichent bien à vitesse normale en général mais au moins nous pouvons regarder tout cela ensemble !
01:00:28 Rowan Pratt : J'ai grandi en allant dans ce musée à la fois pour jouer et assister à des programmes d'art gratuits avec ma mère. Je suis incapable de trouver les mots pour décrire ce que ce bâtiment signifiait pour ma famille
01:00:33 Cassandra Polyzou : Merci Andrée !
01:00:48 Rowan Pratt : Qu'est-ce qui m'a poussé à me lancer dans l'art et l'ingénierie
01:03:33 Shannon Bassett : Bonjour d'Ottawa, le territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin Anishinabek
01:15:11 Elizabeth Martelluzzi : Je n'avais pas réalisé qu'un bâtiment dans lequel j'ai grandi avait été conçu par Douglas Cardinal Inc. Bâtiment administratif de la région de York. Merci.
01:18:04 Joel Henderson : Alex Janvier disant qu'il n'en a pas encore fini avec le Canada est un réconfort et une inspiration bien nécessaires en ce moment.
01:19:08 Andree Cazabon : @Joel – oui c'est ma réplique préférée dans le film ! Ça et quand il dit : « Le propriétaire est en mouvement !
01:20:58 Diane Dyson : Grand-père Commanda : https://www.anishinabenation.ca/en/history/william-commanda/
01:21:21 Nelson Edwards : Merci.
01:21:33 Mary W Rowe : Merveilleux film !
01:21:48 Cassandra Polyzou : Comme Mary l'a dit, cela fait partie d'un cours complet et vous pouvez voir plus de films/consulter le cours ici : https://www.reconciliationeducation.ca
01:22:04 Sonja Kruitwagen : C'était beau et émouvant. Merci.
01:22:11 Rowan Pratt : Je suis tellement honoré et reconnaissant d'être ici
01:22:12 Roberta Sager : Présentation inspirante du génie, de la vision et de l'émotion de Douglas Cardinal. Merci!
01:22:23 Rowan Pratt : Mon cœur est si plein
01:23:29 Jody Patterson : Comment pouvons-nous accéder au mieux à ce documentaire important pour une utilisation en classe ?
01:23:50 Nady Dadmehr : Une si belle présentation. Merci à tous.
01:23:53 Cassandra Polyzou: @Jody https://www.reconciliationeducation.ca/ ​​​​​​​
01:25:43 Institut urbain du Canada : rappel aux participants de bien vouloir modifier vos paramètres de discussion en « tous les panélistes et participants » afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.
01:26:35 Anne-Marie Parent : Ma firme était une co-agence d'architectes paysagistes qui a conçu le site du Musée canadien de l'histoire à Gatineau. Je n'oublierai jamais nos réunions de travail avec Douglas Cardinal… une vision si sensible et réfléchie de la nature vers la conception d'un concept significatif et d'un chef-d'œuvre intemporel. Ravi d'en avoir fait partie !
01:27:27 Andree Cazabon : @Mary W. Rowe nous serions heureux de le rendre disponible gratuitement à l'extérieur du Canada. Les films font partie d'un cours sur la vérité et la réconciliation et nous les proposons également en visionnage gratuit lors des mois spéciaux. S'il y a un intérêt à donner une visite gratuite en juin et en septembre le jour du maillot orange, veuillez me le faire savoir. Vous pouvez également vous connecter avec nous et demander le lien : 4Seasons@ReconciliationEducation.ca
01:28:06 Diane McMordie : J'ai la chance de pouvoir travailler dans notre magnifique hôtel de ville de St. Albert, en Alberta, qui a été conçu par M. Cardinal
01:28:16 Adriana Gomez : Le film sera-t-il disponible sur YouTube, ou sur une autre plateforme accessible, pour être partagé sur les réseaux sociaux. Peut-il être visionné au Canada et à l'étranger?
01:29:08 Joe Castaldo : Douglas Cardinal peut-il parler de l'inspiration pour Cardinal House, sa conception de maison durable pour les communautés des Premières Nations ? A-t-il été construit dans des Premières nations? Merci à tous pour l'organisation !
01:30:24 Rowan Pratt : La diversité des genres au-delà du binaire/femmes ! ❤️
01:30:56 Susan Healey : Sur ce sujet, je dois mentionner le livre The Death of Nature (1980) – il a eu un impact énorme sur moi et je le recommande vivement. https://en.wikipedia.org/wiki/The_Death_of_Nature
01:35:41 Nady Dadmehr : S'il est possible de mettre cette présentation sur YouTube, ce serait parfait. Chaque étudiant en architecture devrait regarder cette présentation.
01:37:52 Andree Cazabon : Chi-meegwetch et merci pour tous les commentaires honorant Douglas Cardinal. C'était la vision du film : le mettre en valeur et l'éclairer d'une lumière vive. Parce qu'il était un avocat et qu'il a trouvé le colonialisme - aidant à faire tomber les pensionnats dans l'ouest - autonomisant les nations avec lesquelles il travaillait - il était considéré comme un paria et a été puni de plusieurs manières pour son plaidoyer et pour avoir été le premier architecte du pays. . Vous l'honorez tous par vos commentaires et votre célébration de lui. C'est un leader incroyable !
01:37:53 Jeremy Guth : Une question pour M. Cardinal : y a-t-il un besoin d'aménagement paysager dirigé par les Autochtones et de planification urbaine et régionale au Canada. Cela peut-il aider à réconcilier tous les Canadiens avec les valeurs autochtones et la nature sur le territoire?
01:39:34 Laurel Davies Snyder : Pour faire suite à la question de Jeremy ci-dessus, comment pouvons-nous commencer à intégrer cela dans nos écoles, notre pratique, etc. ? Belle séance.
01:42:09 Institut urbain du Canada : rappel aux participants de bien vouloir modifier vos paramètres de discussion en « tous les panélistes et participants » afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.
01:43:21 Ifeanyi Ossai : Pouvons-nous obtenir un certificat de participation à cet événement ?
01:44:07 marveh farhoodi : Je vais réécrire ma question, comme je l'ai posté précédemment sur le réglage « panéliste » : Douglas pourrait-il toucher de la part du film, montrant les mauvaises conditions des réserves. Existe-t-il au Canada un projet axé sur des projets « communautaires » et non sur des bâtiments institutionnels, pour revitaliser le cadre de vie des communautés autochtones et célébrer les cultures autochtones ?
01:44:39 Institut urbain du Canada : @Ifeanyi, nous ne fournirons pas de certificat de participation à cet événement, mais nous vous encourageons à consulter le cours disponible via Reconciliation Education, qui est accompagné d'un certificat de l'Université des Premières Nations du Canada . http://www.reconciliationeducation.ca/
01:45:16 Sandra Miller : En tant que passionnée d'architecture depuis toujours, c'était passionnant d'apprendre que Elder Cardinal présenterait le discours de collation des grades lorsque j'aurais obtenu mon diplôme de l'Université Western en 2001. Vous pouvez accéder à son discours en ligne : https :/ /atwestern.typepad.com/convocation_addresses/2007/10/june-5-am—dou.html
01:45:45 Cassandra Polyzou : Excellent article sur l'architecture autochtone : https://www.canadianarchitect.com/1003757537-2/
01:49:54 Diane Dyson : L'enregistrement, le chat et les notes de cette discussion entre Elder Cardinal et Randy Hermann seront publiés sur https://canurb.org/citytalk-canada/ dans les jours à venir. (La vidéo est disponible ailleurs comme indiqué ci-dessus.)
01:50:18 Cassandra Polyzou : Une autre ressource : Voices of the Land : Indigenous Design and Planning from the Prairies. https://news.umanitoba.ca/voices-of-the-land/
01:51:00 Rowan Pratt : Le sauveur blanc me fait bouillir le sang
01:51:26 marveh farhoodi : Exactement !
01:54:05 Sandra Miller : Nous pouvons tous apprendre les uns des autres… Nous avons tellement à apprendre des peuples autochtones.
01:55:55 Sandra Miller : Merci !
01:55:56 Shannon Bassett : Merci Douglas
01:55:58 Catherine Mavriplis : Merci beaucoup – très utile
01:56:00 Susan Healey : Merci beaucoup, cela a été une source d'inspiration.
01:56:02 Tim Davis : Merci BEAUCOUP, tout le monde !!
01:56:07 Diane Dyson : <3