Différents futurs: comment (ré) imaginer le logement dans un monde pandémique?

Rejoindre l'animatrice de CUI Mary W. Rowe pour notre série sur ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce qui va suivre, alors que nous (ré) imaginons le droit à la maison - Différents futurs: comment (ré) imaginer le logement dans un monde pandémique? - sont Leilani Farha, directrice mondiale de The Shift; Ruth Goba, directrice générale du Black Legal Action Center; Jeff Morrison, directeur général de l'Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine; Margaret Pfoh, PDG de l'Aboriginal Housing Management Association; et Michel Tremblay, premier vice-président, Politiques et innovation, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement. 

5 Clé
Plats à emporter

Un résumé des idées, des thèmes et des citations les plus convaincants de cette conversation franche

1. Parler d'une révolution

Ce qu'il faut pour parvenir à une approche du logement fondée sur les droits de l'homme, c'est une révolution qui change à la fois les modes de gouvernement et de pensée. Dans le contexte des droits, la mise en œuvre est le but, pas la bienveillance. L'équité et la responsabilité sont également essentielles. Toutes les décisions liées au logement deviennent des décisions relatives aux droits de l'homme, qu'il s'agisse de problèmes de propriétaire / locataire ou de réglementations sur les investisseurs institutionnels. Il ne s’agit pas de «nous et eux»; nous devons tous être touchés par le droit au logement, que notre préoccupation soit de mettre fin à l'itinérance, d'un avenir meilleur pour nos enfants ou d'une main-d'œuvre et d'une économie plus stables.

2. Objectifs nobles et actions sur le terrain

La Loi sur la stratégie nationale sur le logement du Canada reconnaît le droit au logement et fixe l'objectif d'un logement abordable et adéquat pour tous d'ici 2030. Les panélistes ont discuté du fait que ces objectifs doivent être accompagnés de stratégies de mise en œuvre concrètes, d'évaluation et de responsabilisation. Nous avons besoin de jalons et d'objectifs progressifs. Lier les obligations en matière de droits de l’homme à ces objectifs garantira qu’ils seront atteints en cours de route. Les dirigeants locaux doivent s'engager à mettre en œuvre ces droits là où ils comptent le plus.

3. Premiers résultats de la pandémie et saisir le moment 

La pandémie a prouvé ce dont les gouvernements sont capables. L'acquisition d'hôtels pour héberger les sans-abri et les moratoires sur les expulsions offrent deux exemples de telles solutions rapides. Mais les villes voient maintenant la croissance des campements de sans-abri et les moratoires sur les expulsions sont sur le point de prendre fin, ce qui soulève des inquiétudes quant à une vague d'expulsions à venir. Si nous voulons agir sur cet apprentissage pour imaginer un avenir différent, nous devons saisir le moment.

4. Autonomiser l'avenir des Autochtones

La dépossession des peuples autochtones est un élément continu de l'histoire du Canada et des réalités actuelles. L'accent continu sur les trois groupes fondés sur les distinctions (Premières Nations, Inuits et Métis) doit être complété par un accent sur les populations autochtones urbaines, qui constituent collectivement la majorité des peuples autochtones au Canada. Margaret Pfoh a expliqué comment, au cours de la prochaine décennie, 20% de la main-d'œuvre devrait être autochtone. Pour se préparer à cet avenir, il faut une stratégie de logement autochtone qui inclue les populations autochtones urbaines, et tous les partenariats gouvernementaux doivent intégrer la gouvernance autochtone.

5. Le logement en tant que droit de l'homme dans la pratique

Souvent, lorsque nous envisageons un avenir différent pour notre système de logement, nous recherchons l'innovation là où il existe peu de précédents. Les éléments clés sont simples et bien compris. Dans ce processus de réimagination, nous pouvons également nous tourner vers d'autres pays qui mettent en pratique le droit au logement. Qu'il s'agisse de la réponse dans les établissements informels en Afrique du Sud ou de la stratégie nationale du logement d'abord en Finlande, de nouvelles solutions sont rendues possibles lorsque le logement est un droit humain.