COVID Signpost 200 jours : Comment concrétiser le droit au logement dans les 100 prochains jours ?

Mary W. Rowe, animatrice à l'IUC, se joint à la deuxième série de COVID Signpost, 200 jours : Comment concrétiser le droit au logement dans les 100 prochains jours ? sont Micheal Vonn, PDG de PHS Community Services à Vancouver ; Nakuset, directrice du Foyer pour femmes autochtones à Montréal ; Martin Blake, vice-président de Daniels Corporation à Toronto ; Derek Ballantyne, associé de New Market Funds et président de la SCHL à Toronto ; et Catherine McKenney, conseillère municipale du quartier Somerset, à Ottawa.

 

5 Les clés
à retenir

Un tour d'horizon des idées, thèmes et citations les plus convaincants de cette conversation franche.

1. COVID-19 a amplifié la crise du sans-abrisme

Michael Vonn affirme que la pandémie de COVID-19 a entraîné la "sortie des pauvres non publics". On voit apparaître dans les rues des personnes qui ne figuraient pas dans les précédents recensements des sans-abri : ceux qui logeaient avec des personnes en situation précaire ou qui surfaient sur un canapé vivent désormais dans des campements de tentes aux côtés de ceux qui n'ont pas pu payer leur loyer parce que leur colocataire est parti le mois dernier, et de ceux qui sont confrontés à des problèmes de santé mentale et de toxicomanie.

2. La situation est grave à l'approche de l'hiver

Catherine McKenney soutient que la crise urgente du sans-abrisme doit bénéficier du même niveau d'urgence et d'attention que la pandémie. À Ottawa, 2,5 % des 128 000 ménages locataires n'ont pas été en mesure d'effectuer leurs paiements pendant la période COVID-19. Ces ménages risquent de devenir des sans-abri à mesure que les saisons changent et que l'Ontario s'apprête à lever son moratoire sur les expulsions. De même, il y a une pénurie de centres de répit dans la ville, où les gens peuvent avoir accès à des toilettes et à une douche. "C'est plus qu'une urgence", dit-elle.

3. L'alignement intergouvernemental est essentiel

Derek Ballantyne note que les municipalités sont confrontées aux besoins immédiats des sans-abri dans les rues de leur ville. Mais compte tenu de l'organisation constitutionnelle du Canada, les municipalités se sont retrouvées à la limite de leur capacité à financer ou à fournir des solutions. Les politiques et les programmes du gouvernement fédéral sont utiles, mais si les cadres provinciaux ne sont pas alignés et que les priorités ne sont pas à la hauteur, comment pouvons-nous nous assurer que tous ces éléments fonctionnent ensemble pour combler les lacunes importantes qui nous attendent encore ? Il est essentiel que les gouvernements s'organisent entre eux pour faire le lien entre les annonces fédérales et l'action sur le terrain.

4. Regarder vers l'horizon à long terme

Martin Blake note que face à des crises instantanées, les promoteurs sont incapables de réagir dans l'environnement des immeubles de grande hauteur pendant plusieurs années. Confrontés à un horizon à plus long terme, les promoteurs livrent aujourd'hui des logements qui ont été conçus il y a six ans. Il préconise une approche systémique. Les changements de politique et de zonage feront toute la différence - le zonage d'inclusion, par exemple, s'il est mis en œuvre correctement, changera la donne.

5. Idées clés pour la prochaine phase de COVID-19

Chaque panéliste propose une idée sur la manière d'aller de l'avant au cours des 100 prochains jours de la pandémie. Selon Mme Vonn, "il faut mettre l'accent sur le partenariat". Blake et Ballantyne préconisent des changements de politique et de zonage. McKenney propose l'importance des acquisitions comme solution immédiate. Quant à Nakuset, il estime que ce dont nous avons besoin au cours des 100 prochains jours, c'est de compassion les uns envers les autres, et en particulier envers les plus vulnérables d'entre nous.

Panel complet
Transcription

Note aux lecteurs : Cette session vidéo a été transcrite à l'aide d'un logiciel de transcription automatique. Une révision manuelle a été effectuée afin d'améliorer la lisibilité et la clarté. Les questions ou préoccupations concernant la transcription peuvent être adressées à events@canurb.org en indiquant "transcription" dans la ligne d'objet.

Mary Rowe [00:00:18] Hi, everybody, it’s Mary Rowe from the Canadian Urban Institute originating here in Toronto from the traditional territory of Mississaugas of the Credit, the Annishnabek, the Chippewa, the Haudenosaunee and the Wendat peoples. And as you know, home now to many diverse First Nations; Inuit and Metis people from across Turtle Island. Toronto is also covered by Treaty 13, which was signed with Mississaugas of the Credit and the Williams Treaties, which were signed with multiple Annishnabek nations. We’re very conscious here at CityTalk, it’s to, we- we set these sessions up the first month into the pandemic to learn and to learn together and to learn collectively. And it’s been quite a several months for all of us to have to come to terms more and more with the extent to which urbanism has not fostered equality and equity. In fact, it’s often reinforced systemic discrimination and exclusion. And those are tough, tough, tough conversations to have. Tough, tough lessons to learn, but also just tough practices to change and tough questions that we have to continue to grapple with. And I know in our capacity at CUI having conversations with people across the country that there are no easy solutions here and we have to get really serious and committed to how we’re going to try to do things differently after, you know, after these kinds of sudden shocks that in this case, the pandemic is an extended shock. You know, the tendency is to regress back to the mean. You know, people want to go back to normal, whatever the hell normal was. And I think part of our conversations with folks here in CityTalk is to say that normal won’t do. And what are we imagining? How are we going to imagine and then concretize the kinds of achievements that we think have to happen as we come through this? How do our cities need to change? So obviously housing is fundamental to that. Earlier this week, we published COVID200 every two hundred, every hundred day CUI is working with partners across the country to see if we can zero in on key things that we think are indicators of how we’re doing and what are the changes that are happening. What are the new challenges and how do we have to address them. And so we started earlier this week talking about that. Yesterday we had a fabulous session on winter, which everyone is very apprehensive about. How are we going to cope with winter as we continue to have to adjust? And- and the other thing I think that was interesting about yesterday’s session, is the first one we’ve done where we were doing it simultaneously in both languages, which is really what the Canadian Urban Institute, l’Institut Urbain de Canada, should be doing. So hopefully we’ll get some resources so that we can do that as often as we possibly can, so that we continue to stitch together this narrative across both official languages and across diversities of all kinds on these conversations. And we always are conscious that there are people on the front lines who are keeping us safe and trying to keep us healthy, and that as the second wave hits, that intensity is returning to communities across the country. And we always want to acknowledge that, that we’re aware that while these conversations are taking place, there are life and death decisions being made on the streets and in communities across the country, including the neighborhoods that some of these folks are going to speak about, because housing and homelessness is one of the most significant challenges that pre-existed COVID, and has now just been exacerbated, magnified. It’s on everyone’s doorstep. And let’s just find our way to solve this, because we’ve known it’s a problem for some time. What it honestly is, is it take a global pandemic to get us to solve it? Let’s see. So please participate in the chat. We always are interested to here what you have to say, let us know where you’re watching from. That’s always great. And then put questions up there for each other and for the panelists and I’ll try to weave them in. We got five panels today, so that’s always tricky because there’s only so much airtime. So they’re going to be as cogent as they can and we’ll get as much out as we can. And remember, the conversation doesn’t end here. It only starts here. So keep going. And hashtag CityTalk. We will post the video from the session and the five takeaways and the chat. So if you put a comment up in the chat, just know it’s up there for perpetuity and thousands of other people will read it after you’ve said it. So joining me today, as you can see. Coast to coast, we’re very appreciative of these folks. They come from different sectors. They come from very different perspectives. And it’s important for us to hear what they have to say about the right to home and what are, what have you seen over the last hundred days. But also, what do you think for the next hundred days? You know, we’re going to be at COVID300 at the end of January and then we’ll be at COVID365. Good heavens, in the spring. So what do you think should be a realistic goal that we should be working towards? And talk to us about how you think that can be achieved and what the priorities are for me- for you going forward. So, Michael, I’m going to start with you, please. And you’re from Vancouver and from the Portland Society. And I know you’re beaming into us from the Downtown Eastside. So we’re- you know, remember, you have a national audience here, often an international audience. I’m not sure how many international guests we have, but just set a context for people, if you could. And then let’s talk about the right to home from your perspective. Thanks, everybody, for joining us at CityTalk, and over to you, Michael.

 

Michael Vonn [00:05:10] Bien sûr. PHS travaille dans le centre urbain de Victoria, en Colombie-Britannique, ainsi qu'à Vancouver. Et dans le downtown eastside, qui est l'un des - l'un des centres urbains qui a la plus forte concentration de pauvreté du pays. Nous souffrons d'une crise du sans-abrisme ici. Chaque année, tout le temps. Ce que COVID a vraiment apporté, ce sont plusieurs choses. Évidemment, la préoccupation majeure d'une population aussi marginalisée est son état de santé sous-jacent. Leur vulnérabilité massive au COVID s'ajoute à l'impossibilité de s'isoler lorsque l'on est sans-abri ou logé de façon précaire dans des maisons de chambres, où l'on partage des installations telles que les salles de bain. Tous ces éléments combinés nous ont permis d'observer un phénomène surprenant pour de nombreuses personnes, à savoir l'exclusion des pauvres non publics. Toutes les personnes qui ont surgi de nulle part, qui n'ont jamais fait partie du recensement des sans-abri dont nous avions connaissance, étaient soit en train de surfer sur le canapé, soit hébergées par des personnes qui se trouvaient dans des logements supervisés ou dans d'autres logements précaires. Ce que nous avons vu, ce sont des villages de tentes, avec un grand effort pour trouver des logements temporaires, dans la plupart des cas, mais avec, dans le meilleur des cas, un continuum pour un logement plus permanent. Mais une fois qu'un village de tentes a fait l'objet d'options de logement, d'une sensibilisation intensive et de toutes les mesures nécessaires pour essayer d'amener les gens vers des options plus sûres, un autre village de tentes surgit. C'est ce que nous constatons, le sentiment que les quartiers se rapprochent également. Il y a un quantum de besoin et la diversité des personnes dans ces villages de tentes est un autre changement dans les cent derniers jours, je dirais. Bien sûr, il y a toujours des gens différents qui se retrouvent dans cette situation. Mais aujourd'hui, on voit le genre de personnes ordinaires - je ne veux pas dire ordinaires, le genre de populations avec lesquelles nous travaillons traditionnellement et qui ont des besoins de santé intensifs, des problèmes de santé mentale, des lésions cérébrales, des toxicomanies. Ces personnes côtoient celles qui ne peuvent tout simplement pas payer leur loyer parce que leur colocataire est parti le mois dernier. C'est vrai ? Donc la population de personnes que nous servons dans ces villes de tentes en essayant de leur trouver un logement a des besoins très, très différents dans cette sorte de, comme vous le dites, phase deux, deuxième centaine de jours de COVID en termes de ce que nous voyons.

 

Mary Rowe [00:07:45] Oui, oui, et votre zone de chalandise, Michael, c'est Vancouver et Victoria. C'est donc votre domaine de compétence. Et est-ce que vous constatez le même genre d'apparition de tentes dans d'autres municipalités du Lower Mainland, par exemple dans le cadre du GVRD ? Est-ce que Burnaby le voit, est-ce que Surrey le voit de la même manière ?

 

Michael Vonn [00:08:05] Absolument. Euh... moins, moins nombreux. Mais c'est un phénomène que nous observons dans toute la province.

 

Mary Rowe [00:08:12] Mhm, et est-ce que c'est parce que les gens rejettent les refuges parce qu'ils ne sont pas sûrs, est-ce que les refuges sont fermés, ou est-ce que les gens disent simplement qu'ils en ont marre du système des refuges ?

 

Michael Vonn [00:08:21] Il y a un manque de capacité dans les refuges et un manque de refuges à faibles barrières. Les barrières qui ne sont peut-être pas les plus importantes pour beaucoup de gens sont les suivantes : accepte-t-on les animaux de compagnie, peut-on apporter ses affaires, peut-on venir en couple, peut-on consommer de la drogue ? Il existe toute une série de possibilités d'hébergement. Ceux-ci sont déjà pleins, et les possibilités d'hébergement à bas prix sont à la limite de l'acceptable.

 

Mary Rowe [00:08:47] Je voudrais juste encourager les participants au chat à adresser leurs commentaires à tous les panélistes et participants. Il y a un petit interrupteur en bas, à droite, qui vous permet de le faire et de poser toutes les questions que vous voulez, et comme je l'ai suggéré, tapez simplement. Faites-nous savoir d'où vous venez. Merci, Michael. Passons maintenant à l'autre côté. Allons au Québec, à Nakuset. Parlez-nous, Nakuset, de votre expérience - et je dois aussi rappeler aux gens que je ne donne pas de longues biographies ici, elles sont affichées dans le chat pour que vous puissiez voir qui sont les gens et d'où ils viennent, et ils vous le diront. Alors Nakuset, je peux te passer le prochain à Montréal.

 

Nakuset [00:09:20] Bien sûr, je suis au refuge pour femmes autochtones et à Résilience Montréal, qui est un refuge de jour pour les sans-abri. Une bonne partie d'entre eux sont autochtones. Ce que nous avons vu la première fois avec COVID, c'est que tout a fermé. Maintenant, il faut comprendre la situation à partir du Québec. Nous nous trouvons donc dans la zone rouge. Nous avons le plus grand nombre de cas. Et pendant la première vague, nous étions littéralement dans les rues. La ville a donc décidé de créer des parcs extérieurs pour les sans-abri. Et nous avons en quelque sorte été le fer de lance de cette initiative en quittant le petit abri dans lequel nous nous trouvions pour accueillir les groupes de personnes qui se présentaient parce que tout était fermé, et en allant dans le parc. Cela faisait six mois que nous étions dans le parc et c'était tellement difficile d'être dehors à affronter le temps, si cela a un sens. Il fallait faire face au temps, au froid intense, comme en mars, avril et même mai, où il faisait vraiment froid ici, et à la chaleur incroyable. Et puis, vous savez, nous avions tout notre personnel dans le parc. Nous intervenons, nous accompagnons les gens dans les différents hôtels et nous nous battons pour qu'ils aient une place à l'hôtel, qu'ils reçoivent des médicaments et des services. À Montréal, le 31 août, ils ont fini par fermer tous ces refuges, mais ils n'ont rien mis à la place. Nous entrons donc lentement dans la deuxième vague. Nous avons repris la construction de Résilience Montréal. Nous l'avons aménagé de manière à ce qu'il soit sûr pour le COVID, mais nous ne pouvons accueillir que 60 personnes dans le bâtiment, alors que nous en avons eu le triple. Alors comment faites-vous ? C'est ça. Les gens entrent par la cour, se désinfectent les mains, mettent le masque, entrent, prennent des statistiques, leur font prendre de la nourriture et les emmènent dans une autre section où ils peuvent prendre des vêtements et sortir par la porte. Nous avons environ 18 endroits où les gens peuvent se reposer, puis la personne suivante entre et fait la même chose. Nous laissons donc la cour devenir une sorte d'espace chaud où nous avons des radiateurs et quelque chose au-dessus de la tête pour qu'il ne pleuve pas sur eux. Mais il fait de plus en plus froid et je pousse vraiment la ville. Quelle est votre solution ? Parce que plus il fait froid, plus les travailleurs vont souffrir et maintenant nous sommes dans la zone rouge. Il y a donc moins d'espaces où ils peuvent aller. Ils ne peuvent pas aller dans le métro pour se réchauffer. Ils ne peuvent pas, vous savez, tous les autres abris ont également une capacité réduite. Ainsi, s'il y avait eu 100 lits, il n'y en a plus que 60. Il y a un débordement qui n'est pas pris en compte. Et je ne cesse d'insister auprès de mes partenaires. Je leur ai littéralement dit : pourquoi ne pas demander à la Croix-Rouge ou à l'armée de construire une grande tente, d'y installer des chaises de jardin comme en été, de la chauffer et d'y faire entrer les gens ? Je l'avais suggéré la première fois et ils n'en ont pas tenu compte. Je leur ai dit : vous devriez m'écouter maintenant parce que quelque chose de grave va se produire et que vous devez faire quelque chose. Je vais donc probablement avoir une réunion avec mes partenaires la semaine prochaine et je vais continuer à en parler et nous verrons s'ils continuent à m'ignorer. Mais c'est... ça va être précaire.

 

Mary Rowe [00:12:57] Oui. Je veux dire, vous savez, nous - nous, nous savons, nous étions conscients qu'au printemps il faisait froid, mais ce n'était pas un froid aussi glacial qu'il va l'être dans les deux prochains mois. Je pense que les gens oublient que nous n'étions pas confrontés à ce problème au cœur de l'hiver et que seules les villes de Montréal et d'Ottawa, d'Edmonton et d'un certain nombre de villes comme Saskatoon, sont confrontées à un hiver brutal au Canada et, bien sûr, dans le Nord. Comme vous l'avez suggéré, ces idées de tentes, si c'était le cas - vous souvenez-vous qu'on en a parlé au tout début, qu'ils allaient installer des tentes dans les parcs et dans d'autres endroits, et pour je ne sais quelles raisons, cela ne semble pas s'être concrétisé. Les gens ont donc monté leurs propres tentes. Allez savoir. Mais, vous savez, mais... mais comme vous le dites. Serons-nous capables, et je suppose que c'est en partie une question d'argent, de savoir si l'argent sera injecté dans le système pour mettre en place le soutien nécessaire ?

 

Nakuset [00:13:39] Ils ont l'argent ! Vous savez, ils ont l'argent. Et le problème, c'est qu'ils ne nous consultent pas parce que lorsqu'ils ont dit qu'ils allaient monter une tente, ils ont monté une petite tente. On ne peut y mettre que quatre personnes. Et en ce moment, à Montréal, si vous ne pratiquez pas la distanciation sociale, ils donnent des amendes de mille dollars. Nous allons donc voir toutes les personnes qui reçoivent ces amendes, n'est-ce pas ? Mais je veux dire que si vous avez une grande tente, il est plus facile de se mettre à l'abri du froid, de la pluie ou de la neige quand c'est une grande tente. Évidemment, les gens vont se précipiter sur une petite tente et essayer d'y mettre le plus de monde possible, ce qui est contre-productif ! C'est un peu comme si vous nous prépariez à l'échec.

 

Mary Rowe [00:14:17] Oui.

 

Nakuset [00:14:17] Donc, vous savez, je les pousse vraiment à faire mieux la prochaine fois.

 

Mary Rowe [00:14:22] Oui, il va falloir faire preuve d'agilité, comme vous l'avez dit, cette fois-ci. J'aimerais donc m'adresser à vous, Derek, si vous le permettez, pour avoir une vue d'ensemble de la situation. Je sais que vous travaillez dans tout le pays, à la fois en tant qu'entrepreneur et directeur d'un grand fonds qui investit dans des solutions de logement, mais aussi en tant que président de la SCHL. En fait, je sais que vous devez quitter votre poste à l'heure pile pour assister à une réunion à la SCHL. Nous allons donc nous tourner vers vous pour connaître votre point de vue, à la fois en tant qu'entrepreneur privé, en tant qu'homme d'affaires privé et en tant que président de l'agence du logement du Canada.

 

Derek Ballantyne [00:14:51] Je ne peux qu'admettre que les problèmes auxquels sont confrontés ceux qui n'ont pas de logement ou qui ont un logement précaire s'aggravent. Et on le voit visuellement. Je veux dire, j'ai déjà mentionné que je partageais mon temps entre Vancouver et Toronto et dans les deux endroits, je suis dans des endroits centraux, dans les deux endroits on peut voir et entendre l'effet de COVID, qui est, vous savez, comme Michael l'a expliqué à Vancouver, la perte de logement, pas seulement parce que les gens ne peuvent pas trouver leur - ils ont été dans la rue ou ils sont près de la rue. Mais, vous savez, ils ont été chassés de ce qui était des solutions de logement précaires et se sont retrouvés à la rue. Et nous n'avons trouvé aucune solution, comme nous l'avons entendu à Montréal. Je pense donc que la première prise de conscience est que la première partie de la crise a été consacrée à l'élaboration d'une réponse, comme si nous étions dans une sorte de situation temporaire qui allait se résoudre. Je pense que les cent derniers jours ont été marqués par une prise de conscience de plus en plus profonde du fait que nous sommes maintenant dans cette situation. Nous avons à la fois un problème systémique profond et un problème qui a été accentué par le COVID et que les solutions sont - il est absolument nécessaire d'avoir recours à des solutions temporaires. Le point qui a été soulevé à Montréal, c'est qu'il faut trouver des solutions pour abriter les gens immédiatement, mais qu'il y a exactement cela, des solutions temporaires. Je pense donc, et c'est intéressant, que cela a un effet sur l'élaboration d'une politique. Je pense que ce n'est pas une défense d'une quelconque politique gouvernementale, mais vous avez vu à la fois un engagement financier significatif pour ce que l'on a appelé le logement rapide, et une accélération des solutions de logement permanentes, plus permanentes. Plus d'argent dans le système était donc un objectif très spécifique pour générer des solutions de logement plus permanentes. L'autre objectif est enfoui dans le discours du Trône, un engagement à dire que nous devons mettre fin au sans-abrisme chronique, ce qui devra éventuellement se traduire par un ensemble de politiques et d'actions. Je pense qu'il aurait été difficile, même il y a un an ou deux, d'imaginer que nous obtiendrions ce genre d'engagements aussi explicitement et aussi rapidement. Cela ne va pas sans difficultés car, comme on l'a souligné, une grande partie de la mise en œuvre se fait dans les municipalités et les villes, au sein des administrations locales. Et, vous savez, une décision ou une initiative au niveau fédéral ne se traduit pas toujours par une action immédiate ou, ou même une action possible au niveau local. Il y a donc encore des lacunes et des ponts à construire, ce qui est important. Mais je pense, vous savez, que l'expérience que nous avons et que nous voyons, comme vous le savez, les citoyens dans nos communautés se traduit par un autre type de pression et un autre type de détermination quant à la manière dont les gouvernements abordent ces solutions. Maintenant, vous savez, la preuve sera dans la façon dont nous passerons de l'annonce à l'action, qui est, et cela doit se produire relativement rapidement. Ce que nous savons, et Martin ne fera que le confirmer, c'est qu'essayer de créer des logements du côté de l'offre est un voyage long et tortueux. Nous allons donc devoir essayer de comprendre comment résoudre ce problème à plus grande échelle et ce qui existe déjà dans l'inventaire des logements, ce qui sera également un grand défi et un grand prix à payer.

 

Mary Rowe [00:18:11] Cette séance est coparrainée par The Shift, une initiative internationale visant à défendre le droit au logement à l'échelle internationale et à déterminer dans quelle mesure le logement s'est financiarisé à l'échelle mondiale. Ce droit, ce droit humain fondamental d'être logé, est bafoué. Et le gouvernement, comme vous venez de le reconnaître, a en quelque sorte pris la tête de la stratégie nationale pour le logement. Il a affirmé le droit au logement. Comme vous le dites, c'est une chose de le reconnaître. C'en est une autre de le mettre en œuvre, je suppose. Et je voudrais vous poser la question, Derek, en ce qui concerne votre leadership au niveau fédéral. Je passerai ensuite la parole à la conseillère McKenney, qui va nous parler de son expérience à Ottawa. Et ensuite, Martin, tu vas nettoyer, juste pour que tu saches, ne- ne t'endors pas, nous venons à toi. Et Derek, est-ce que vous... quel genre de résistance y a-t-il eu ? Ou est-ce qu'il y en a encore au niveau local ? Nous venons d'entendre Nakuset parler de ses batailles constantes avec la municipalité dans laquelle elle se trouve. Dites-nous quel genre d'accueil vous avez reçu.

 

Derek Ballantyne [00:19:08] Eh bien, vous savez, je n'ai pas une connaissance directe de toutes les municipalités et de ce qui se passe exactement dans chacune d'entre elles. Mais je pense qu'en termes généraux, les municipalités sont confrontées au problème immédiat. Ce sont elles qui sont le plus immédiatement confrontées aux problèmes des sans-abri, des personnes à la rue. Et, vous savez, raisonnablement, elles ont le sentiment d'être à la limite de leur capacité à financer ou à fournir des solutions. Je pense donc que l'on reconnaît que les mesures mises en place par le gouvernement fédéral, qu'il s'agisse de programmes ou de cadres législatifs, sont utiles. Et les cadres législatifs sont utiles et utiles. Je ne pense donc pas qu'il y ait eu beaucoup de réactions négatives. Je pense que le défi pour les municipalités est, vous savez, comment pouvons-nous - comment pouvons-nous réellement affecter ces solutions ? Si les cadres provinciaux ne sont pas tous alignés, si les priorités sont légèrement décalées ou si des structures et des systèmes différents sont en place dans les différentes régions du pays, comment pouvons-nous tenir compte de tous ces éléments ? Et je ne pense pas que nous ayons travaillé tout cela de manière cohérente ou d'une manière qui permette de maximiser l'impact de ces financements qui diminuent. Je le reconnais donc. Je pense que c'est vrai. Je pense également que les municipalités doivent jongler avec toute une série de priorités. Il est donc facile pour nous, vous savez, pour les autres ordres de gouvernement, de déplacer des fonds et des programmes pour des pipelines spécifiques. Mais lorsqu'ils se retrouvent entre les mains des municipalités, ils doivent souvent jongler avec une multitude de problèmes. Et ce serait l'intersection entre les questions de santé publique et la façon dont...

 

Mary Rowe [00:21:04] J'ai perdu le son de Derek. En tout cas, moi je l'ai perdu. Est-ce que vous l'entendez et pas moi ? Non, ok, Derek est devenu silencieux. On va devoir envoyer un message, Derek. Derek, on ne t'entend pas. Tu nous entends, Derek ?

 

Derek Ballantyne [00:21:19] Oui, désolé.

 

Mary Rowe [00:21:20] C'est bon. Vous savez, je veux juste vous dire qu'après 70 de ces sessions, la seule fois où l'Internet a l'air d'aller, c'est avec des hommes blancs à Toronto, je dis ça comme ça.

 

Derek Ballantyne [00:21:30] Comme il se doit.

 

Mary Rowe [00:21:33] C'est peut-être le fruit du hasard. Mais pouvez-vous lancer un rôle ici ? Vous souvenez-vous de ce que vous disiez ?

 

Derek Ballantyne [00:21:38] Je ne sais pas où vous m'avez perdu. Je veux dire que vous m'avez demandé en quelque sorte comment nous pouvons voir ces choses se déployer sur l'ensemble du territoire. Et je pense qu'il y a encore des problèmes politiques et systémiques d'organisation entre les gouvernements pour obtenir un impact, vous savez, de l'annonce fédérale à l'action sur le terrain, de la capacité de la communauté à répondre sur la base d'une réponse législative. Je pense qu'il y a encore des lacunes importantes que nous n'avons pas encore trouvé comment combler.

 

Mary Rowe [00:22:08] Oui. Et nous avons, vous savez, envoyé à Catherine Soplet un article sur une loi que le gouvernement de l'Ontario a introduite. Elle exacerbe en fait les expulsions...

 

Derek Ballantyne [00:22:17] Je me suis donc dit qu'il y avait un décalage entre les trois composantes et que, si nous voulions vraiment agir, nous devions faire preuve de plus de cohésion dans notre façon de penser.

 

Mary Rowe [00:22:26] Parlons donc de la manière dont nous pouvons assurer cette cohésion. Catherine, vous avez participé à ce processus, ce groupe de travail municipal canadien sur le logement. Il s'agit d'une petite équipe hétéroclite intéressante, car elle est composée d'élus, de membres du personnel et de diverses personnes de tout le pays, de grandes villes, de petites villes, que le groupe de travail a convoquées et que nous avons aidées. Vous avez lancé un appel à l'action. Je sais que c'est le cas et j'espère que quelqu'un le mettra dans le chat pour que les gens puissent le voir. Vous êtes nombreux à signer. Parlez-nous de la façon dont vous voyez le caoutchouc frapper la route littéralement à Ottawa. Et comment avez-vous pu agir en tant que membre du conseil municipal ?

 

Catherine McKenney [00:22:59] Eh bien, je dois admettre que je n'ai pas encore pu faire grand-chose dans la ville d'Ottawa. Nous avons déclaré une urgence en matière de logement à la fin du mois de janvier. À l'époque, nous avions environ 1900 ménages, y compris des enfants, qui dormaient dans un lit d'abri, vous savez, près de trois cents familles. En fait, à l'époque, trois cent vingt-cinq enfants vivaient dans des chambres de motel dans notre ville. Ils allaient donc à l'école. Ils mangeaient dans des micro-ondes. Il y avait des toilettes et rien d'autre. Je ne sais pas combien d'entre nous ont séjourné dans un motel dernièrement, mais c'est, c'est- c'était leur existence et cela continue d'être le cas aujourd'hui. Et vous savez, le nombre de personnes sans domicile chronique dans la ville a augmenté d'environ 95 % entre 2014 et 2019.

 

Mary Rowe [00:24:04] Avant la pandémie ?

 

Catherine McKenney [00:24:05] Avant la pandémie, avant la pandémie. Et, vous savez, je dis toujours, vous savez quoi ? Nous ne sommes pas Vancouver ni Toronto. Mais nous sommes à un point où je crois que s'il y avait un engagement sérieux en matière de financement, si nous pouvions faire ce qu'il faut, juste pour égaler les engagements de la Stratégie nationale pour le logement, ce que nous sommes heureux de faire. Si nous pouvions le faire, vous savez, ce serait, ce serait significatif. Et dans une ville de cette taille, nous pourrions réellement changer les choses. Nous pourrions mettre fin au sans-abrisme chronique si nous avions la volonté politique d'une ville, d'un conseil municipal et si nous avions le financement et la capacité de le faire. Aujourd'hui, nous sommes à une toute autre époque. Nous n'aurions jamais pu savoir, à la fin du mois de janvier, quand nous avons déclaré cette urgence, ce que nous aurions à faire aujourd'hui. Aujourd'hui, nous avons plus de 200 personnes qui dorment dehors. Elles ont dormi dehors la nuit dernière et sans plan hivernal, comme l'a dit Nakuset, nous devons commencer à construire des tentes. Nous devons faire quelque chose pour nous assurer que les gens ne meurent pas dans cette ville. En Ontario, nous sommes confrontés à la levée de la suspension des expulsions. Et rien qu'à Ottawa, nous avons 128 000 ménages locataires, dont 2,5 pour cent n'ont pas été en mesure d'effectuer un paiement depuis - depuis la pandémie, depuis le blocage. Les emplois de la liste n'avaient pas d'argent. Cela représente, vous savez, deux mille ou trois mille, deux cents ménages. Nous risquons de devenir des sans-abri du jour au lendemain ou d'ici un mois, à l'approche de l'hiver. Nous sommes donc dans une situation désespérée. Honnêtement, je ne vois pas d'urgence de la part de mon niveau de gouvernement, vous savez, d'ici. Je ne vois tout simplement pas l'urgence, quel que soit le niveau de gouvernement, dont nous avons besoin en matière de logement ou de sans-abrisme. Je ne l'ai pas vu il y a un an, mais je ne le vois certainement pas aujourd'hui. Quand on y pense, quand on pense au droit au logement, quand on y pense, vous savez, si - si ce qui vous intéresse est l'économie, vous savez, j'ai eu une réunion avec notre maire hier au sujet de notre prochain budget et il m'a demandé ce que je voulais voir. Et je voulais voir, vous savez, des dizaines de millions de dollars investis dans le logement. Il m'a demandé si j'avais des économies à réaliser. J'ai répondu : "Vous savez quoi ? Logez ces gens et vous verrez des économies, je n'ai rien d'autre à vous proposer. Je n'ai rien d'autre à vous proposer. Donc, si vous, si vous vous souciez de l'aspect économique de la chose, cela nous fera économiser de l'argent. Mais si vous connaissez l'aspect humain de la chose, comme nous avons ouvert des centres de répit dans la ville ou un centre que nous fermerons demain, je me bats pour qu'il reste ouvert. Il permet aux gens d'avoir accès à des toilettes et à des douches, et des centaines de personnes y vont dans la ville d'Ottawa. Nous sommes une ville riche, très riche, et nous avons des centaines de personnes chaque semaine qui n'ont pas de toilettes. Je me souviens d'une époque où nous étions inquiets que les gens doivent aller dans des abris, puis nous nous sommes inquiétés qu'il n'y ait pas assez de capacité d'accueil, et maintenant nous n'avons pas assez de toilettes et de douches pour les gens. C'est, vous savez, c'est... c'est... c'est plus qu'une urgence. Je pense qu'il faut la même urgence que pour la pandémie et que rien ne se passe.

 

Mary Rowe [00:27:46] Nous avons, comme l'un d'entre vous, je crois que c'est Derek, qui l'a dit, vous savez, quand nous avons commencé au début du mois de mars et que nous avons entamé ces discussions et que vous êtes allés avec 100, je crois qu'on avait l'impression que c'était, vous savez, nous allons nous en sortir, nous allons passer l'été qui sera difficile, tout se stabilisera et nous reviendrons à une sorte de normalité à l'automne. Je ne sais pas si les gens se rendent compte qu'il s'agit en fait d'un marathon, et non d'un sprint, et que nous allons devoir apporter des changements permanents, évidemment, à notre façon de faire les choses. Et je ne sais pas si nous nous sommes rattrapés, vous savez ? Et comme vous le dites, s'il n'y a pas un élément que nous voyons tout le temps au sud de la frontière, c'est que si vous continuez à dire que les choses vont mieux, elles iront mieux. Mais en fait, nous sommes toujours, nous sommes coincés dans une situation beaucoup plus difficile. Et bien sûr, l'autre chose, c'est que les ressources sont rares. Je peux donc comprendre que votre maire vous dise : "Vous avez de l'argent ? Martin, parlons un peu du logement, qui est l'un des sujets préférés des responsables des politiques publiques au Canada. Ils en parlent à tort et à travers, et nous en parlons tout le temps. Mais il s'agit d'un domaine où l'emploi est historiquement extraordinaire pour le pays. Des milliers et des milliers de personnes ont été employées dans la création de logements pendant des décennies. L'industrie, l'industrie développée est un acteur important, très important, et vous, en grande partie maintenant, financez le logement. Vous ne vous contentez pas de les construire, vous les financez. Et vous travaillez avec des corps de métier dans le monde entier, dans tout le pays. Quel est le point de vue du secteur et en particulier d'un promoteur comme vous, qui est progressiste et qui travaille sur des communautés à revenus mixtes depuis des décennies ? Parlez-nous de votre point de vue - voyez-vous des changements ? La pandémie vous donne-t-elle l'occasion de construire différemment ? À quoi vous heurtez-vous dans le secteur ?

 

Martin Blake [00:29:24] Je pense que notre principal défi est le temps qu'il faut pour changer les choses. Derek y a fait allusion tout à l'heure. Vous savez, nous livrons aujourd'hui des logements que nous avons commencé à conceptualiser en 2014, 2015. C'est un horizon de six ans. Donc, vous savez, les collègues panélistes d'aujourd'hui font face à des crises instantanées qui sont devant nous. Et notre industrie ne sera pas en mesure d'y répondre dans un environnement de grande hauteur avant cinq ans. Et je pense que ce que cela a mis en évidence pour nous, alors que nous écoutons les conversations entre les provinces et les municipalités, c'est l'incapacité de l'industrie dans son ensemble à avoir un plan convaincant pour être en mesure de mettre en œuvre une stratégie de logement. Vous savez, Derek a parlé tout à l'heure de l'approche fédérale en matière de financement et de création de programmes. Mais la réalité, c'est que le logement est fourni par la municipalité dans un environnement mal plié. Donc, à moins que la ville de Toronto, et nous sommes basés, vous savez, ici je suis - je suis à Toronto et dans la région du Grand Toronto ou dans n'importe quelle région travaillant bien avec la province, n'accède à l'argent du gouvernement fédéral. Nous étions paralysés. Et c'est ce que nous constatons. J'aimerais souligner des éléments tels que le zonage inclusif, dont je sais que nous sommes d'ardents défenseurs. Il permet de construire des villes correctement, mais nous n'avons pas été en mesure de le mettre en œuvre correctement parce que nous ne sommes pas, nous ne sommes pas... nous ne sommes pas là. La mise en œuvre d'un tel projet nécessite l'intervention d'un grand nombre de niveaux de gouvernement.

 

Mary Rowe [00:30:59] Oui, je veux que tout le monde réalise, se souvienne que Martin est un développeur. Il vient de l'industrie. Il dit qu'il veut un zonage inclusif. Est-ce que tout le monde peut l'entendre ? Alors toutes les suggestions que l'industrie est en quelque sorte, je veux dire, je suis sûr qu'il n'y en a pas, certains le sont. Mais dans ma vie antérieure, je me souviens très clairement que les promoteurs veulent simplement établir des règles. Ils veulent des règles cohérentes, et ensuite ils trouveront des moyens de le faire. Michael, pouvons-nous parler un instant de la situation à Vancouver, du contexte ? Parce qu'il y a aussi un promoteur progressiste dans cette ville. Il y a Ian Gillespie de Westbank et il y a eu des tentatives pour essayer de créer, certainement, des actions rapides sur le logement modulaire, par exemple, à Vancouver. C'est un modèle qui est en train de se répandre, et je pense que Derek en parlera probablement, parce qu'il a contribué à le promouvoir. Vous voyez où je veux en venir ? Je crains que nous ne soyons tous des suppliants permanents. Quelque chose doit changer. Quelque chose doit changer. Et j'essaie de comprendre où le changement peut commencer et être efficace. Et ensuite, d'autres commenceront à copier. Michael ?

 

Michael Vonn [00:31:54] Il ne fait aucun doute, comme vous l'avez souligné, que les logements modulaires sont une réussite. Si vous apportez des services sur place pour que vous puissiez - vous puissiez aider les quartiers à faire face aux problèmes qui se posent si souvent, lorsque vous arrivez avec des logements modulaires dans un quartier qui n'en a pas - qui n'en a pas eu avant. Vous avez besoin d'une sorte de courtier communautaire. Et si vous avez de bons prestataires de services et des prestataires de services expérimentés sur le terrain, vous réussirez cette transition. Cela ne fait aucun doute. Notre expérience le confirme. En outre, il y a des choses qui ne viennent pas nécessairement de Vancouver, mais je tiens à souligner quelque chose qui vient de Victoria pour revenir sur le scénario de Montréal dont nous avons entendu parler, vous savez, quatre personnes dans une tente. Ce genre de scénario d'horreur. Nous avons eu beaucoup de succès à Victoria avec quelque chose dont nous étions très sceptiques au départ, à savoir l'utilisation d'un aréna. Il s'agit d'un espace inutilisé dans lequel nous avons installé des unités modulaires très, très réfléchies. Il s'agit d'un abri. Ce n'est pas un logement. Ce n'est pas tout cela à la fois. Mais notre expérience en la matière nous a permis, une fois encore, avec la confiance d'un prestataire de services qui sait ce qu'il fait et qui connaît la communauté, d'y installer des personnes en guise de transition vers certains de ces hôtels ou auberges rénovés, etc. Ce que nous apprenons, c'est que nous avons besoin d'un continuum. Nous devons disposer d'un endroit où les gens peuvent avoir l'espoir d'obtenir un logement permanent, où nous traitons certaines de ces situations d'urgence parce que nous ne pouvons pas attendre indéfiniment. Même les logements modulaires prennent du temps. Il faut de l'espace, tout cela. Mais plus notre continuum s'élargit et plus nous comblons les lacunes là où il y a un creux et où les gens n'ont pas d'endroit où aller dans ce domaine particulier, ou pour cette communauté diverse, plus nous pouvons commencer à être exhaustifs en ce qui concerne le logement sérieux des gens.

 

Mary Rowe [00:33:52] Le logement modulaire que vous avez expérimenté, vous l'avez fait en six mois, je crois.

 

Michael Vonn [00:33:58] Oui.

 

Mary Rowe [00:33:59] Derek, est-ce qu'il y a... Je veux dire, vous êtes plus proche de cela que moi. Est-ce qu'on parle de ce modèle ? Je crois que Toronto a jeté un coup d'œil et parle de le copier. Est-ce que le logement modulaire et l'accélération du processus d'approbation font partie de la solution ?

 

Derek Ballantyne [00:34:15] Je veux dire, je pense que oui. Vous savez, la construction modulaire est l'une des solutions. Et je pense qu'aujourd'hui, lorsque nous pensons au logement rapide, nous devons penser à réaffecter les structures construites existantes dans un délai relativement court pour pouvoir faire face au volume du problème auquel nous sommes confrontés. Je pense que ce qui a été révélé dans COVID est un mag- vous savez, nous avons toujours compris que le problème avait une certaine ampleur. Mais à bien des égards, il était facile de cacher l'ampleur réelle du problème parce qu'il y avait beaucoup de logements précaires, qui n'ont jamais été comptabilisés. Il y avait beaucoup de systèmes informels qui s'occupaient d'une partie des besoins en matière de logement, ce qui est aujourd'hui beaucoup plus évident pour nous. C'est pourquoi les chiffres, je pense, sont - sont ce qui est stupéfiant pour nous. Mary, lorsque vous parlez de supplications, il ne s'agit pas vraiment de supplications, il s'agit simplement d'être confronté à un volume beaucoup plus important et à un ensemble de problèmes beaucoup plus complexes. Je pense donc que le logement rapide est l'une des solutions. Et je pense que la construction modulaire est tout à fait sensée. Et Vancouver l'a fait intelligemment en utilisant ses propres terrains, en contournant de nombreux obstacles de zonage et de planification et en procédant à un déploiement relativement rapide. Et je pense que Michael pourra me corriger, je pense qu'il y a maintenant environ 800 unités à Vancouver et dans toute la Colombie-Britannique, quelque chose comme 1500 ou près de 2000 en termes de réponse rapide. Mais étant donné le contexte dans lequel nous nous trouvons, je pense que nous devons maintenant nous pencher sur l'acquisition de motels et d'hôtels, sur les conversions, sur d'autres formes de construction pour effectuer ce genre de changement. Et cela fournira une sorte de station d'ondes, si vous voulez, seulement en termes de ce qui est un ensemble beaucoup plus permanent de solutions de logement. Et pour répondre à la remarque de Michael, ce qui est un continuum plus large de logements. Je pense donc que nous devons envisager la résolution des problèmes de logement non pas comme un nouveau sprint, mais comme une réponse réfléchie à long terme à la fois à la crise immédiate du logement, mais aussi à la manière d'aider les solutions axées sur le marché qui commenceront à combler les lacunes à l'intérieur et autour de nous et qui nous ramèneront à un marché du logement plus sain en général.

 

Mary Rowe [00:36:33] Et l'une des contraintes auxquelles les villes sont confrontées ici, c'est qu'il y a souvent un manque de terrains, et qu'une partie du dilemme que nous avons aujourd'hui est : allons-nous voir seulement des logements sur ces terrains ?

 

Derek Ballantyne [00:36:47] Je ne sais pas - je ne sais pas vraiment si nous sommes objectifs en regardant nos villes, il y a un manque de densité disponible. Et je peux, je regarde Vancouver et je sais, et ce n'est pas pour isoler Vancouver par rapport à quoi que ce soit d'autre. Mais, vous savez, je me promène et je traverse des parties de cette ville qui sont magnifiquement, proprement organisées comme des espaces de deux étages sur de grandes parcelles. Ils sont situés à proximité immédiate des services de transport en commun rapide et des zones productives. Ce n'est pas un manque de densité. C'est un manque de capacité, je pense, à façonner la ville du futur et à l'habiter de manière humaine et réfléchie. Mais en augmentant la capacité d'introduire - d'introduire plus de densité. Nous avons ce débat à Toronto autour de la ceinture jaune. Vous savez, pourquoi ? Pourquoi supprimons-nous la possibilité d'insérer plus d'espace habitable ? Je pense que la terre est utilisée comme un argument qui n'était pas toujours, vous savez, très précis dans tous les cas.

 

Mary Rowe [00:37:50] C'est intéressant. Vous savez, je parle aux syndicats de la construction qui s'inquiètent du manque de mises en chantier, de mises en chantier commerciales, parce qu'il y a, vous savez, une question de savoir si c'est le cas ou non. Et en particulier parce que les quartiers d'affaires centraux et les centres-villes sont en quelque sorte, vous savez, est-ce qu'ils vont revenir et si oui, comment ? Une partie de la question pour eux, bien sûr, pour ces travailleurs, est de savoir s'il y aura des possibilités de modifier et de rénover les espaces commerciaux pour en faire des espaces résidentiels. Et si quelqu'un a commencé à y réfléchir sérieusement. Avant COVID, Calgary comptait 400 étages de bureaux vides. Pendant COVID et au-delà, il y en aura beaucoup plus. Ottawa est aux prises avec ce problème. Montréal a certainement commencé à le faire et, nous le savons, Toronto le fera aussi. Je sais que vous êtes principalement un fournisseur de refuges, mais est-ce que... dites-moi quel est l'état d'esprit à Montréal en ce qui concerne les solutions permanentes et l'augmentation de l'offre d'options de logement alternatives afin que les gens ne dépendent pas du système de refuges mais puissent trouver un logement avec services de soutien ? Où en est la discussion dans la ville ?

 

Nakuset [00:38:57] Tout récemment, l'hôpital, l'hôpital Royal Victoria a été utilisé, fermé et ouvert pour devenir un refuge. Et puis, pour COVID, et puis il a changé son mandat, il ne veut que la population sans-abri qui peut être référée, donc vous ne pouvez pas simplement vous présenter, et ils doivent être prêts à ne plus être sans-abri. C'est donc difficile, parce que cela semble être un excellent service, mais tout le monde n'est pas prêt à renoncer à tout et à emménager dans ces logements supervisés. Et il faut presque faire un triage pour s'assurer que l'organisation dit qu'untel est prêt à cesser d'être sans-abri et qu'elle l'envoie là-haut. On ne peut pas marcher. Il y a donc cette approche. Mais nous voulons simplement rencontrer les gens là où ils en sont. Et il y a toujours un problème avec le manque de refuges normaux. Je veux dire, vous savez, comme je dirige le refuge pour femmes autochtones, nous ouvrons une deuxième phase de logement. Et cela va se faire, vous savez, presque dans deux ans à cause de COVID, vous savez, et de la construction. Tout est lent. Ils ne peuvent pas... ils ne peuvent pas commencer les travaux avant le mois d'avril. Il s'agira alors de logements supervisés. Il sera holistique. Julian Foundation pour aider les indigènes, les mères et leurs enfants dans le cadre de la protection de la jeunesse. Mais c'est une longue période. Que faisons-nous donc d'ici là ? Et, vous savez, il y a beaucoup de besoins de base, comme quelqu'un l'a mentionné à propos des douches, c'est vrai. Il est très difficile de trouver une douche. Nous en avons construit une dans la cour de Resilience. Nous avons acheté un de ces cabanons que l'on trouve chez Home Depot. Nous y avons installé une pomme de douche et nous leur avons donné des serviettes et du savon. Les gens ne se rendent pas compte que la population n'a nulle part où aller pendant la deuxième vague, ou qu'elle a moins de possibilités d'aller n'importe où et d'être traitée avec dignité. Je pense donc qu'il s'agit d'une crise dans laquelle les gens, avant de commencer à penser à un lieu permanent, ont juste besoin d'un endroit sûr où dormir pour la nuit. Et ces endroits sont un peu rares. Vous savez, ils ont ouvert un autre refuge indigène - il y a un refuge appelé PAQ et ils ont ouvert un deuxième emplacement à Montréal juste pour le COVID. Et il n'y a presque personne d'autochtone qui se présente, si ce sont d'autres personnes qui se présentent, c'est vrai. Je ne sais pas exactement pourquoi, en ce qui concerne les personnes non autochtones. Nous avons aussi un village de tentes qui a été créé dans les rues de Notre-Dame et, vous savez, la ville devait d'abord, en quelque sorte, organiser un festival de musique. La ville a d'abord voulu le démolir, puis l'a laissé en place. Les gens lancent des bombes incendiaires, c'est comme s'il devait y avoir quelque chose de mieux et il faut vraiment, comme quelqu'un d'autre l'a mentionné à propos des problèmes de santé mentale, que les gens souffrent. La première vague a été brutale. Et maintenant que nous entrons dans la deuxième vague, j'espère vraiment que la ville va faire mieux. Lorsque je me suis promenée dans le quartier de Cabot Square, nous avons créé un lieu secondaire où les gens pouvaient se reposer pendant la journée, un siège qui était vide. J'essaie en quelque sorte de pousser la ville à retourner dans les écoles. Toutes les écoles de Montréal sont fermées. Tout le monde suit l'enseignement Zoom. Toutes ces écoles sont donc vides. Il faut mettre les gens au même endroit. Mais je me promenais et je voyais des gens, des sans-abri qui pleuraient comme mon enfant pleure quand il est dévasté, comme je suis habitué à ce genre de pleurs. Alors, vous savez, c'est déchirant. C'est vraiment dur ici. Et je... ce que nous surveillons vraiment et nous... nous avons tendance à surcompenser parce qu'il n'y a pas assez de services. Mais maintenant, j'interroge vraiment la ville pour lui demander, par exemple, ce que vous avez prévu ? Qu'allez-vous faire ? Et avez-vous besoin de mon aide ? Parce que je peux vous donner un million d'idées. Et, vous savez, encore une fois, la question de l'argent. L'argent est là, vous savez, et, vous savez, comme- de toute façon.

 

Mary Rowe [00:43:38] C'est le dilemme que nous avons, je pense, sur presque tous les fronts : comment faire face à la crise immédiate et commencer à planifier ce que devrait être la nouvelle normalité. Nous avons aussi des tendances, n'est-ce pas ? Les gens ont besoin de se rendre au travail. Ils doivent se rendre au travail en toute sécurité. Mais nous devons prendre les transports en commun pour le faire. Quelles sont les solutions de contournement pour leur permettre de se rendre au travail ? Mais en même temps, les transports en commun doivent probablement changer. Et nous nous trouvons dans une situation où il y a une inadéquation entre les personnes qui ont besoin d'un logement et - et ce dont nous disposons réellement, pour soutenir l'offre dont nous disposons. J'aimerais donc revenir à vous, Catherine, si je peux me pencher sur cette notion de transition, vous savez, si ce que Nakuset décrit exactement, elle a - elle a les mains pleines, merci, à s'occuper de la population pour l'aider à faire face aux pressions actuelles et à assurer cette transition pour les placer dans un logement supervisé. Et... envisagez-vous, et votre conseil est-il disposé à adapter les espaces existants, à faire un inventaire, par exemple, des terrains et des espaces vacants, pas seulement des étages commerciaux, mais aussi d'autres choses ? Et pensez-vous qu'il y a une chance que nous puissions retirer la spéculation du marché du logement, du logement et décommodifier le logement, en fait ? Votre conseil est-il en train d'avoir cette conversation ?

 

Catherine McKenney [00:44:54] Nous avons donc eu cette conversation il y a quelques années, un rapport nous a été remis avec 20- nous avons en fait identifié ou demandé à notre personnel d'identifier 20 anciens terrains de la ville - des terrains situés à moins de six cents mètres d'un transport en commun rapide. C'est donc l'espace idéal pour - pour que nous puissions ensuite le remettre aux fournisseurs. Mais, vous savez, je veux juste vous mettre en garde. Je comprends que nous devons passer l'hiver, et je pousse le personnel à élaborer un plan d'hiver, mais je ne suis pas un spécialiste des refuges. J'en ai fini avec les refuges. Nous investissons tellement dans les refuges que nous n'avons jamais logé les gens. Et en Ontario en particulier, au niveau municipal, tout a été téléchargé. L'itinérance a été transférée aux municipalités. Ainsi, rien que pour la ville d'Ottawa, notre budget pour les sans-abri s'élève à 36 millions de dollars par an. Je veux dire, nous pourrions loger - nous pourrions loger chaque sans-abri chronique avec 36 millions, mais ce changement est presque impossible. Alors, vous savez, je sais que c'est sans cœur, mais je m'oppose tout le temps aux logements de transition et aux abris. Évidemment, on ne peut pas laisser les gens rester dehors tout au long de l'hiver, mais je pense qu'il est vraiment important de se rappeler que nous avons des terrains, que nous pouvons faire des acquisitions, qui vont nous aider à traiter le sans-abrisme chronique. Nous pouvons aussi faire de l'éparpillement. Je veux dire, le logement d'abord. Nous savons ce qui fonctionne, n'est-ce pas ? Nous pouvons faire de l'habitat dispersé. Nous avons dans cette ville des organisations qui s'occupent de logements supervisés et qui font du très bon travail. Nous n'en avons pas assez et nous construisons tous les logements que nous voulons, mais sans l'argent pour le soutien qui ne vient jamais dans les villes.

 

Mary Rowe [00:46:45] Catherine, je peux juste...

 

Catherine McKenney [00:46:45] Qu'allons-nous faire ?

 

Mary Rowe [00:46:47] Je ne veux pas m'étendre sur le sujet. Et je crains que ce ne soit qu'une sorte de conversation complaisante que les décideurs politiques ont. Mais puis-je simplement dire ceci ? Il est frustrant pour moi d'entendre des politiciens municipaux se plaindre du téléchargement de certaines choses. Je comprends que le dilemme auquel vous êtes confrontés est que vous avez l'autorité sans les ressources. Mais de l'autre côté de la bouche, nous disons que nous voulons que les autorités municipales et locales prennent des décisions et fournissent les services dont les gens ont besoin, parce qu'elles sont le niveau le plus proche des citoyens.

 

Catherine McKenney [00:47:15] Absolument.

 

Mary Rowe [00:47:15] Et vous devriez probablement vous occuper du logement, vous savez. Et le dilemme qui me préoccupe au Canada, c'est que l'argent est un fardeau tellement écrasant. Nous disons, non, non, non, non, ne téléchargez pas. Mais n'avez-vous pas besoin de le prendre et de trouver un moyen de le demander ?

 

Catherine McKenney [00:47:31] Oui. Non, je suis désolée. Oui. Je ne voulais pas...

 

Mary Rowe [00:47:36] Non, non, non.

 

Catherine McKenney [00:47:36] Devrions-nous télécharger ? Je dirais que non.

 

Mary Rowe [00:47:39] Oui, je veux que vous soyez là. Je veux que les communautés locales proposent des solutions locales.

 

Catherine McKenney [00:47:46] Absolument.

 

Mary Rowe [00:47:47] L'expérience de Nakuset sur le terrain et l'expérience de Michael sur le terrain. Ils savent ce dont les gens ont besoin dans la maison... Et Ottawa, désolé, ne le sait pas. La question est donc de savoir si nous pouvons - c'est une toute autre conversation, que CUI essaie de défendre, si l'argent doit être distribué différemment. Et...

 

Catherine McKenney [00:48:04] Bien sûr ! C'est une question d'argent, c'est toujours une question d'argent. Il ne s'agit pas de ne pas savoir quoi faire. Il ne s'agit pas de ne pas avoir d'exemples. Nous avons de merveilleuses organisations de logement supervisé qui font du très bon travail. Nous avons juste besoin de plus d'entre eux.

 

Mary Rowe [00:48:17] Oui.

 

Catherine McKenney [00:48:17] Nous savons comment construire des logements dans la ville et comment soutenir les gens. Mais nous ne pouvons pas - sur la base de l'impôt foncier, vous ne pouvez pas le faire correctement. Ce n'est pas possible.

 

Mary Rowe [00:48:27] J'ai compris, j'ai compris.

 

Catherine McKenney [00:48:28] Vous savez ce que je dis ? C'est l'argent qui compte. C'est l'argent qui compte. Nous devons tous investir. Mais rien que pour l'Initiative de logement rapide, nous pourrions obtenir environ 20 millions dans la ville d'Ottawa. Nous avons probablement besoin d'environ 150 millions. Vous savez, les aides dont nous avons besoin, les suppléments au loyer dont nous avons besoin pour atteindre les objectifs de la stratégie nationale du logement visant à réduire le besoin impérieux de logement de 50 pour cent. Nous avons obtenu un pour cent de ce dont nous avions besoin cette année. Ce n'est donc pas - ce n'est pas comme si, absolument, je ne pense pas qu'il devrait être téléchargé. Mais vous le téléchargez, mais vous devez le faire avec le financement.

 

Mary Rowe [00:49:07] Je sais. Je sais.

 

Catherine McKenney [00:49:07] Ou la capacité - ou la capacité parce que je suis heureuse d'augmenter les impôts, cela ne me pose aucun problème.

 

Mary Rowe [00:49:13] De générer vos propres revenus afin que nous, citoyens et résidents, puissions vous demander des comptes. Martin. Martin, vous êtes... Vous êtes du côté positif de l'équation. Vous êtes une industrie qui gagne de l'argent en créant des logements. Il y a beaucoup d'incitations pour que l'industrie fasse des choses. Y a-t-il un moyen de les galvaniser ? Nous pouvons entendre que nous sommes pris au piège. Cette question est coincée entre les niveaux politiques, qui se chamaillent les uns les autres et leurs propres - leurs propres limites. Existe-t-il un moyen pour l'industrie d'être vraiment celle qui fait avancer les choses ?

 

Martin Blake [00:49:45] Les industries mises au défi. Nous sommes confrontés au fait que nous devons travailler dans le cadre des règles établies par les niveaux municipal, régional et provincial. Vous avez parlé tout à l'heure du nombre d'étages commerciaux vacants à Calgary. Eh bien, ce n'est pas... un promoteur ne peut pas soudainement passer d'une désignation commerciale à une désignation résidentielle, ces choses-là... vous savez, ça prend du temps, ça... ça doit être réfléchi. Nous sommes donc...

 

Mary Rowe [00:50:15] Peut-on l'accélérer ?

 

Martin Blake [00:50:17] Absolument, cela peut être accéléré. Mais pour revenir à la conversation précédente, ce qui est important pour nous, c'est d'avoir une stratégie qui donne des résultats. Et nous - quand nous nous en tenons à cette stratégie, vous savez, nous ne - nous - notre industrie ne peut pas agir aussi rapidement dans une - dans une situation de crise à cause du temps qu'il faut pour construire. C'est impossible. Mais si nous mettons en place quelque chose aujourd'hui en reconnaissant les défis que nous avons, dans cinq ans, dans dix ans, nous n'aurons pas les conversations que nous avons si nous introduisons des choses qui abordent les questions de logement comme le zonage inclusif ou d'autres choses de ce genre. Nous n'aurions pas la même crise que celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui. Nous n'avons pas construit de logements pour les personnes qui en ont besoin et nous devons être en mesure de le faire. Vous pensez à la terre, vous parlez de la terre tout à l'heure. Les terres publiques. Est-ce que les terrains publics sont réellement - c'est l'importance de créer des logements pour les personnes qui en ont besoin. Les sans-abri, les personnes à revenus modérés, les personnes à faibles revenus. Les terres publiques sont-elles réellement mises à disposition pour ces fonctions ? La réponse est que ce n'est pas toujours le cas.

 

Mary Rowe [00:51:22] Et iriez-vous jusqu'à dire que c'est presque une violation du droit au logement, qu'il incombe aux gouvernements de mettre ces terres à disposition. Et s'ils ne le font pas, ils violent ce droit ?

 

Martin Blake [00:51:35] Je ne sais pas si je pourrais dire cela, mais je dirais que, si je comprends bien, les pressions exercées par les municipalités sont dues au fait qu'elles essaient de vendre des terrains pour soutenir un problème budgétaire afin de pouvoir fournir des services. Mais en même temps, lorsque nous faisons cela, nous ne créons pas de logements. Et à ce moment-là, nous les perdons pour toujours.

 

Mary Rowe [00:51:52] Oui.

 

Martin Blake [00:51:52] Les logements les moins chers que nous pourrons jamais refaire sont ceux que nous avons déjà construits. Si nous pouvons trouver des moyens d'accéder aux logements existants pour en modifier la désignation et l'utilisation, nous pourrons agir dès aujourd'hui. C'est ainsi que nous pourrons agir aujourd'hui.

 

Mary Rowe [00:52:10] D'accord. Si... si dans les cent prochains jours, alors que nous faisons face à l'hiver, alors que nous faisons face à une aggravation de la crise de l'inégalité urbaine, toutes les choses qui vont inévitablement se présenter à nous dans les cent prochains jours pour nous faire entrer dans le vif de l'hiver. S'il y a une chose que vous pensez que nous devrions - que le groupe collectif devrait préconiser pour prendre des mesures, quelle serait-elle ? Je vais poser la question à chacun d'entre vous. Martin, je vais commencer par toi. Est-ce le zonage inclusif ? Et si le zonage inclusif était rendu obligatoire, cela changerait-il la donne pour l'industrie ?

 

Martin Blake [00:52:44] Je pense qu'un zonage inclusif correctement mis en place changerait la donne pour les municipalités de tout le pays, absolument.

 

Mary Rowe [00:52:54] Que pensez-vous des modèles de codes basés sur la forme ?

 

Martin Blake [00:52:58] Désolé, à propos de quoi ?

 

Mary Rowe [00:52:59] Il y a toute une approche, Lori Girvan en parle dans le chat, qui consiste à passer à un code basé sur la forme. Mar- peut-être que Derek voudrait faire un commentaire à ce sujet en termes de- à quel point un changement de zonage serait-il efficace pour débloquer plus d'activité ? Derek, c'est à vous que je donne la parole. Martin, je reviens à vous parce que je me rends compte que je vous ai coupé la parole. Allez-y, Derek.

 

Derek Ballantyne [00:53:19] Vous m'avez demandé quels seraient les cent prochains jours, et je pense que vous savez ce qui nous attend. Qu'est-ce qui est à notre disposition ? Eh bien, nous savons qu'il y a des annonces concernant le logement rapide. Catherine - point - qui n'a pas besoin de finir dans un refuge, qui pourrait être un logement permanent et qui devrait l'être. Mais, vous savez, je pense qu'il faut un effort concerté et coordonné pour identifier ces cibles et les réaliser. Et cela nécessite une grande collaboration entre les municipalités, si vous voulez. La seconde, je dirais, est celle qui consiste à commencer à travailler dès maintenant sur ce que nous pensons pouvoir obtenir en matière de zonage. Vancouver a une certaine expérience en la matière. La ville a récemment adopté un zonage de plein droit pour les logements multiples à des fins locatives, pour les logements sur un seul lot. Je veux dire qu'il y a un tas de - un tas de choses en matière de logement que l'on pourrait simplement éliminer. Maintenant, vous savez, je dirai ceci à Catherine. Il faut un certain courage politique parce que ce n'est pas - ce ne sera pas une solution universellement acceptée. Mais je pense qu'il y a un certain nombre d'éléments de la planification qui pourraient ouvrir la voie à des approbations plus simples et plus directes. D'après mon expérience à Toronto et virtuellement, et Martin peut le confirmer ou non, il n'y a pratiquement aucun endroit où l'on peut construire ce qui devrait être construit dans le cadre des approbations existantes. Vous êtes donc presque toujours confronté à une longue période de procédure d'approbation. Les municipalités pourraient commencer à s'attaquer à ce problème. Cela ne nous aidera pas dans les six prochains mois. Cela nous aidera dans deux ans, lorsque ces projets seront mis en œuvre ou lorsqu'ils seront encouragés à le faire. Je pense qu'il y a deux choses. Vous en avez demandé une. Il y a deux choses sur lesquelles je pense que nous pourrions commencer à travailler tout de suite. La troisième est la plus évidente : si le système a besoin de plus d'argent, il faut se mettre d'accord sur la provenance de cet argent et sur la manière dont il est distribué. Je ne sais pas si nous avons un accord collectif. Nous avons eu de nombreuses conversations collectives à ce sujet.

 

Mary Rowe [00:55:05] Et plusieurs des personnes qui y ont contribué au fil des ans autour de la boîte de dialogue, j'apprécie cela. C'est... c'est très réfléchi. Je veux dire, ce n'est pas comme si, ce n'est pas comme si vous étiez restés assis à ne rien faire. Les gens essaient de résoudre ce problème depuis un certain temps. Martin, voulez-vous ajouter quelque chose à ce sujet ? Ou êtes-vous d'accord avec le zonage inclusif, si vous avez autre chose à ajouter ?

 

Martin Blake [00:55:20] Non, je me ferai l'écho des commentaires de Derek sur les difficultés que nous rencontrons lorsque nous essayons de construire dans une municipalité où il n'y a pas vraiment de zonage en place. Et c'est... c'est une partie du défi.

 

Mary Rowe [00:55:32] Oui. Catherine, une chose.

 

Catherine McKenney [00:55:35] Vous savez, une chose dans les 100 prochains jours, évidemment, c'est, vous savez, je suis d'accord avec ce que Derek a dit sur les acquisitions. Je veux dire que c'est vraiment le meilleur moyen que nous ayons dans chaque ville. Dans celle-ci, il y a des chambres d'hôtel vides, des tours de bureaux vides dans le centre-ville et des gens qui dorment dehors ou dans des abris. Donc, encore une fois, c'est... ce serait... ce serait une solution immédiate et presque immédiate. Absolument. Les municipalités sont remplies de règles et de règles de zonage. Je siège au conseil d'administration de notre organisme de logement communautaire, Ottawa Community Housing, et pour obtenir - pour obtenir la construction d'un bâtiment dans ce quartier, il m'a fallu 18 mois pour passer à travers le processus de planification, et je suis aussi, vous savez, aussi frustré que n'importe qui, je peux - je peux vous l'assurer. Je ne pense pas que le zonage d'inclusion soit une bonne chose pour l'inclusion, pour s'assurer que tous nos nouveaux quartiers sont inclusifs. Je mets toujours en garde contre le fait qu'il ne s'agit pas d'une solution miracle, à moins qu'il ne s'agisse d'un niveau d'accessibilité de vingt-cinq pour cent.

 

Mary Rowe [00:56:43] Oui.

 

Catherine McKenney [00:56:43] Ce n'est pas la solution miracle. Et je m'inquiète toujours du fait que tout le monde s'y intéresse et oublie en quelque sorte les soutiens et tous les fonds de fonctionnement qui sont nécessaires.

 

Mary Rowe [00:56:53] Nous sommes dans la dernière ligne droite. Je sais que Derek a sa réunion avec le conseil d'administration. Il a probablement déjà en tête les procès-verbaux, les procès-verbaux d'adoption et les questions de procédure qui l'attendent. Nakuset, puis Michael, une chose dans les cent prochains jours. À votre avis, sur quoi devrions-nous nous concentrer ?

 

Nakuset [00:57:07] Compassion. Vous savez, je veux dire. C'est la chose la plus flagrante et la plus évidente, c'est vrai. Et pour les gens, il suffit d'écouter, vous savez, ce qui s'est passé au cours des cent derniers jours. Et comment faire mieux à l'avenir. Donc, et ce que vous avez dit à propos du zonage. Oui au zonage, parce que nous avons tellement de "Pas dans ma cour" ici. Et vous n'arrêtez pas de parler de terres ; ce sont toutes nos terres. Vous utilisez tous nos terres. Alors "Pas dans ma cour", sur nos terres. C'est vraiment dans...

 

Mary Rowe [00:57:42] Le jardin de tout le monde !

 

Nakuset [00:57:45] Oui, c'est... c'est une conversation étrange, mais... Oui. Oui au zonage parce que cela nous aiderait vraiment à nous déplacer dans les zones urbaines que nous sommes, et à être, vous savez, forcés d'être accueillis parce que nous sommes de bonnes personnes.

 

Mary Rowe [00:57:58] Exactement, obligés d'être accueillis. C'est une bonne façon d'être de bons voisins. D'ACCORD. Michael, un dernier mot : une chose dans les cent prochains jours.

 

Michael Vonn [00:58:06] S'il y a des obstacles aux acquisitions dont nous avons besoin pour le type de logement d'urgence à l'approche de l'hiver, alors laissons la santé publique intervenir. Ils ont des pouvoirs extraordinaires et des temps extraordinaires, et si nous devons rendre ce partenariat plus express, nous devons le faire.

 

Mary Rowe [00:58:20] C'est vrai. Alors, vous savez, je voudrais juste dire que cette session m'a fait comprendre que j'avais tort de suggérer que nous pensions qu'il s'agissait d'un sprint et qu'il s'agissait en fait d'un marathon. Ce que vous me dites vraiment, c'est qu'il s'agit d'un sprint et d'un marathon. Et que nous devons nous attaquer à ces problèmes dans l'immédiat, dans l'urgence, mais aussi à long terme. C'est difficile, mais cela nous permettra d'utiliser nos cerveaux différemment. Merci à tous. Ce sont des sujets vraiment importants. J'apprécie que vous les abordiez avec nous à CityTalk. Il va de soi que ce débat sera mis en ligne. Le Shift avec lequel nous sommes partenaires et qui a co-sponsorisé la session a lancé son appel à l'action, un certain nombre de personnes l'ont signé. N'hésitez pas à y jeter un coup d'œil. Il se trouve dans le chat ou dans Google The Shift, juste à la maison, et vous le trouverez. Vous pouvez aussi aller sur Canurb, vous le trouverez là aussi. La semaine prochaine, nous publierons notre rapport Bring Back Main Street, qui traite de la façon dont les quartiers sont touchés, de toutes les activités qui se déroulent dans les rues principales, de toutes les personnes qui y vivent. Il s'agit d'un sujet très important pour nous tous dans le Canada urbain et beaucoup de problèmes dont ces personnes ont parlé se manifestent dans ces rues. Je tiens donc à remercier Michael, ainsi que Derek, qui vient d'être déposé, Nakuset, Martin et Catherine, pour leur présence parmi nous. Jeudi prochain, à l'occasion de la Journée mondiale de l'architecture, nous serons ici pour parler du rôle que l'architecture doit jouer, des concepteurs dans la réhabilitation urbaine, ce qui fait partie de notre projet Bring Back Main Street dans le cadre du défi de la conception, qui consiste à faire participer toutes les voix, tous les talents, à la manière dont nous allons faire fonctionner cette réhabilitation. Merci d'avoir participé à CityTalk. Il s'agit d'une conversation très importante. Je vous remercie de vous être joints à nous.

 

Audience complète
Transcription de la salle de discussion

Note au lecteur : Les commentaires sur le chat ont été édités pour faciliter la lecture. Le texte n'a pas été modifié pour des raisons d'orthographe ou de grammaire. Pour toute question ou préoccupation, veuillez contacter events@canurb.org en mentionnant "Chat Comments" dans l'objet du message.

De l'Institut urbain du Canada : Vous trouverez les transcriptions et les enregistrements de la conférence d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à l'adresse suivante : https://canurb.org/citytalk.

12:01:32 De l'Institut urbain du Canada : Bienvenue ! Veuillez changer vos paramètres de chat pour "tous les panélistes et participants" afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

12:02:56 De l'Institut urbain du Canada : CUI est très fier de son rapport COVID Signpost 200 Days ! Vous pouvez le lire sur https://covidsignpost.ca/

12:04:17 De l'Institut urbain du Canada : Participants, dites-nous d'où vous venez !

12:04:35 De l'Institut urbain du Canada : Pour soutenir CityTalk et les autres initiatives de l'Institut urbain du Canada en matière de développement urbain, faites un don à l'adresse www.canurb.org/donate .

12:04:50 De Peggy DuCharme à tous les panélistes : Peggy DuCharme, ED, Downtown Rideau B.I.A., Ottawa

12:04:54 De Maria Bravo : Bonjour de Montréal ! Merci à tous pour vos contributions.

12:04:56 De l'Institut urbain du Canada :

Micheal Vonn, PHS Community Services

Homepage

 

Nakuset, refuge pour femmes autochtones de Montréal

@NakusetS

linkedin.com/in/nakuset-sohkisiwin-0392a185

 

Martin Blake, Daniels Corporation

Accueil

 

Derek Ballantyne, New Market Funds et SCHL

@DBallant

linkedin.com/in/derek-ballantyne-4855459

 

Catherine McKenney Somerset Ward, Ottawa

@cmckenney

linkedin.com/in/catherine-mckenney-1706132

 

 

12:05:33 De l'Institut urbain du Canada : Vous trouverez les transcriptions et les enregistrements de la conférence d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à l'adresse https://www.canurb.org/citytalk.

12:06:20 From Canadian Urban Institute : Keep conversation going #COVIDSignpost #citytalk @canurb

12:06:37 De Julieta Perucca à tous les panélistes : Bonjour à tous - Julieta Perucca de The Shift. Merci à CUI pour cette excellente table ronde ! www.maketheshift.org

12:10:12 De l'Institut urbain du Canada à Julieta Perucca et à tous les panélistes : Bonjour, Julieta ! Pouvez-vous modifier les paramètres de votre chat ? Seul le panel l'a vu. Merci de votre compréhension.

12:10:26 De Julieta Perucca : Bonjour à tous - Julieta Perucca de The Shift. Merci à CUI pour cette superbe table ronde ! www.maketheshift.org

12:10:51 De Aimée González Ferriol : Bonjour de Montréal ! Merci d'avoir organisé ce panel.

12:11:37 De LoriAnn Girvan : Bonjour de Gatineau - conversation importante - merci, CUI

12:19:26 De Julieta Perucca : Des élus et des employés municipaux de tout le Canada se sont réunis pour expliquer comment les villes peuvent être des agents de changement afin d'aider le gouvernement fédéral à respecter ses engagements. Ils ont publié la semaine dernière une lettre d'appel à l'action. Vous pouvez la lire ici : https://www.make-the-shift.org/righttohome/

12:20:15 De Maria Bravo : Le taux d'inoccupation des immeubles du centre-ville de Montréal est élevé. Un comité pourrait-il demander à la municipalité et aux propriétaires d'adapter certains lieux pour aider les personnes vulnérables au moins pendant cet hiver.

12:21:04 De Catherine Soplet : Ici Catherine Soplet, de Mississauga dans la région de Peel.

En Ontario, l'impact de la loi 184 se traduit par un tsunami d'expulsions - le 8 octobre, un cadre d'intervention pour préparer l'hiver est attendu dans un rapport du personnel.

Le rapport sera présenté dans le même ordre du jour que la réponse à l'infestation de rats, due aux travaux de terrassement pour les infrastructures et à la perturbation de l'approvisionnement en nourriture des rongeurs, l'approvisionnement en nourriture humaine s'étant également modifié avec la pandémie.

Le 10 septembre, les conseillers et le personnel ont été ébranlés lorsqu'ils ont réalisé l'ampleur et le risque sanitaire encore plus grand qu'ils ne l'avaient imaginé au départ. Voici le tweet de ce matin https://twitter.com/Soplet/status/1311642971088060417

12:21:53 De Leilani Farha : pas de son

12:22:11 De David Crenna : Comme l'indique Derek, il existe une importante "surcharge" réglementaire au niveau municipal qui limite considérablement les actions rapides par le biais de changements dans le stock existant, indépendamment de l'intention de la politique et du programme...

12:23:59 De Julieta Perucca : Voici l'appel à l'action de la municipalité de Right to Home ! https://www.make-the-shift.org/righttohome/

12:24:23 de Leilani Farha : Je suis d'accord avec Derek sur la nécessité de travailler sur la cohésion - et la pandémie est le bon moment ou le moment nécessaire pour le faire. Les lignes de démarcation entre les différentes juridictions doivent être davantage atténuées. Je suis curieux de savoir comment nous y parviendrons.

12:24:38 De l'Institut urbain du Canada à Nakuset(Privé) : Bonjour, Nakuset ! Est-ce que tu vas bien ? Pourrais-tu te replacer dans ton cadre vidéo ?

12:25:17 De Leilani Farha : Le fait, à mon avis, que tous les ordres ont des obligations internationales en matière de droits de l'homme devrait être un bon point de départ.

12:32:15 De Catherine Soplet : MARTIN VEUT UN ZONAGE INCLUSIF ! !!!

MERCI !

12:33:49 De Catherine Soplet : SUGGESTION : Obliger toutes les nouvelles constructions et les rénovations extrêmes à respecter la conception universelle - afin que la maladie qui conduit à l'immobilité ne conduise pas automatiquement à une crise du logement - un déménagement, et parfois l'expérience du sans-abrisme.

12:37:24 de Leilani Farha : Encore une fois, je suis d'accord avec Derek. Commencez par un audit rapide de toutes les unités vacantes qui pourraient être utilisées immédiatement ou réaffectées rapidement. Ensuite, il faut agir rapidement.

12:38:05 de Leilani Farha : Mais j'inclus TOUS les logements vacants dans cette catégorie. Les logements inoccupés appartenant à des investisseurs, par exemple.

12:39:09 De LoriAnn Girvan : Oui - acquisition/réhabilitation - y compris les immeubles de bureaux et les grandes surfaces commerciales du centre-ville. Fin du zonage familial à la Minneapolis.

12:39:39 De David Crenna à tous les panélistes : Oui, en effet ! Voici le calcul de base : toutes les solutions basées sur de nouvelles unités vont nécessiter jusqu'à 3 ans, même avec des approbations très rapides. Les sans-abri vont commencer à mourir dans 3 mois ou moins !

12:40:22 De l'Institut urbain du Canada à David Crenna et à tous les panélistes : Bonjour, David ! Pouvez-vous modifier les paramètres de votre chat ? Votre commentaire n'a été envoyé qu'aux panélistes. Merci de votre compréhension.

12:41:20 De David Crenna : Oui, en effet ! Voici le calcul de base : toutes les solutions basées sur de nouvelles unités vont nécessiter jusqu'à 3 ans, même avec des approbations très rapides. Les sans-abri vont commencer à mourir en 3 mois ou moins.

12:42:23 De David Crenna : Avec la fermeture de tant de restaurants, même lorsqu'ils laissent les gens utiliser les toilettes, celles-ci disparaissent aussi !

12:43:20 De Lisa Cavicchia : Notre bonne amie Mary Wiens vient de produire cette charmante vidéo de 9 minutes montrant une femme indigène qui passe d'un campement COVID à un logement supervisé. https://www.youtube.com/watch?v=j-xFPV7FRZU

12:45:51 De LoriAnn Girvan : Existe-t-il des exemples de coordination et de solutions régionales ? La migration des ménages ayant la possibilité de travailler à distance vers d'autres villes urbaines/secondaires, des communautés suburbaines et périurbaines est réelle et a des répercussions immédiates sur la valeur des terrains et la disponibilité d'un parc de logements abordables.

12:46:05 De David Crenna : L'offre techniquement disponible se chiffre en centaines de milliers d'unités, mais le COVID-19 a, à juste titre, rendu les gens très réticents à partager...

12:46:51 De Leilani Farha : Merci d'avoir partagé cela @LisaCavicchia. Les campements qui apparaissent dans tout le pays sont le fait de sans-abri qui nous disent très clairement que les refuges ne sont pas l'endroit où ils veulent être.

12:46:53 De Catherine Soplet : Hier, Jay Pitter a soulevé la question de l'obtention de données racialisées pour les personnes qui vivent dans la rue et qui sont sans-abri - que pensent les participants d'aujourd'hui de cette question ?

12:48:19 De Catherine Soplet : Cela aiderait-il, alors que certaines municipalités ont répondu à l'appel pour mettre fin au racisme, en particulier au racisme anti-noir -

et aussi les municipalités qui ont déclaré que le changement climatique est une crise - parce que les personnes racialisées et marginalisées et les personnes à faible revenu sont les plus touchées par les phénomènes météorologiques extrêmes.

12:48:45 De Janice Campbell : Oui, une initiative de type "saisir et partir" doit voir le jour.

12:50:15 From Canadian Urban Institute : Keep conversation going #COVIDSignpost #citytalk @canurb

12:50:35 De Christina Sisson : Il faut comprendre le processus et les besoins pour s'assurer que les fonds correspondent à l'activité téléchargée !

12:51:45 De Leilani Farha : Bien sûr, ce n'est pas seulement une question d'argent ou d'offre. Les crises du sans-abrisme et du logement ne seront pas résolues par des solutions basées sur l'offre. Il y a toute une pléthore de choses à faire. Regardez l'abandon des locataires dans tout le pays. Ils sont confrontés à des expulsions sans protection au milieu d'une pandémie. Certains survivront à l'expulsion, d'autres feront partie de la population des sans-abri. Où est la réglementation des sociétés de capital-investissement et de gestion d'actifs qui possèdent, par l'intermédiaire de fonds de placement immobilier, environ 20 % de notre parc de logements et qui demandent des augmentations de loyer supérieures à la norme plus souvent que les autres propriétaires ?

12:52:32 De l'Institut urbain du Canada : CUI est très fier de son rapport COVID Signpost 200 Days ! Vous pouvez le lire sur https://covidsignpost.ca/

12:52:51 De Catherine Soplet : en 2011, l'ancienne maire de Mississauga, Hazel McCallion, a déclaré que "le logement est un droit".

12:52:52 De LoriAnn Girvan : Le moment est venu de remplacer le zonage traditionnel par des modèles de codes basés sur la forme - utilisés dans toute la ceinture de rouille aux États-Unis.

12:53:42 De l'Institut urbain du Canada : Vous trouverez les transcriptions et les enregistrements de la conférence d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à l'adresse https://www.canurb.org/citytalk.

12:55:49 De Catherine Soplet : regrouper les logements abordables autour des écoles publiques - c'est ainsi que les premiers villages ont été créés - les villages historiques sous-jacents sont là où la base du pouvoir subsiste après 200 ans.

12:56:09 De l'Institut urbain du Canada : Qu'avez-vous pensé de la conversation d'aujourd'hui ? Aidez-nous à améliorer notre programmation grâce à un court sondage post-webinaire - https://bit.ly/2GqGI5W .

12:57:35 De l'Institut urbain du Canada : Pour soutenir CityTalk et les autres initiatives de l'Institut urbain du Canada en matière de développement urbain, faites un don à l'adresse www.canurb.org/donate .

12:59:19 De Andréa Callà : Zonage inclusif - établir des politiques de plan officiel (PO) pour soutenir le zonage inclusif telles que les exigences de contribution, les accords pour les unités locatives ou abordables, les incitations par unité, les processus de soutien tels que les normes de développement ou le prézonage, la renonciation aux contributions de l'article 37Mettre en œuvre des outils

comme le prézonage, le zonage inclusif et un système de permis de développement pour les terrains situés dans des endroits appropriés de la ville et à proximité des services de transport en commun, afin de permettre les formes construites et les densités nécessaires pour produire des logements abordables et soutenir le développement d'unités de logement de taille familiale.

12:59:19 De David Crenna : C'est le défi majeur : être contraint d'être accueilli !

12:59:23 De Catherine Soplet : OUI MICHEAL c'est l'argument qui sera soulevé à la Région de Peel le 8 octobre.

12:59:37 De Catherine Soplet : santé - la pauvreté est la première cause de mauvaise santé

12:59:44 De Julieta Perucca : https://www.make-the-shift.org/righttohome/

12:59:49 De Rajini Tarcicius à tous les panélistes : Merci d'avoir organisé cette session.

12:59:53 De Maria Bravo : Merci à vous !

13:00:08 De Catherine Soplet : la pauvreté est une cible mouvante - le sans-abrisme la retient - Peel Poverty Action Group

13:00:11 De LoriAnn Girvan : Merci ! Merci !

13:00:26 De Marie-Josée Houle à tous les panélistes : Merci ! C'était super !

13:00:28 De Fernando Cirino à tous les panélistes : Merci à tous !