Quel est l'avenir de l'immigration dans nos villes ?

Avec Queenie Choo, PDG de S.U.C.C.E.S.S., Lisa Lalande, PDG de Century Initiative, Yasir Naqvi, PDG de l'Institut pour la citoyenneté canadienne, et Ratna Omidvar, sénatrice indépendante de l'Ontario.

5 Les clés
à retenir

Un tour d'horizon des idées, thèmes et citations les plus convaincants de cette conversation franche.

1. Nous sommes une société de plus en plus âgée

Avec le vieillissement de la population et la baisse du ratio travailleurs/retraités, les communautés du Canada continueront à avoir des difficultés à faire croître leur économie et à maintenir les services que nous attendons de nos gouvernements sans un réservoir de talents diversifiés d'un océan à l'autre. Nous devons redoubler d'efforts en matière d'immigration afin d'alimenter la croissance économique et la prospérité partagée.

2. La peur alimente la désinformation

Les inquiétudes liées au COVID-19 exacerbent le racisme, la discrimination et la diffusion d'informations erronées. Les immigrants et les nouveaux arrivants semblent en faire les frais dans tout le pays. Les Canadiens ne doivent pas perdre de vue les valeurs nationales qui nous distinguent en tant que leader mondial : la compassion, la diversité et l'inclusion

3. Les villes canadiennes ont un rôle à jouer

Les villes ont un rôle à jouer dans cette conversation. Les solutions politiques discutées par les panélistes vont des programmes de nominations municipales à l'amélioration de la reconnaissance des diplômes étrangers, en passant par l'extension du droit de vote aux élections municipales.

4. Travailleurs essentiels, salaires essentiels et conditions essentielles

De nombreux postes de travailleurs essentiels sont occupés par des immigrés. Tout au long de la période COVID-19, ces travailleurs se sont révélés être l'épine dorsale de nos villes. Il est peut-être temps de relancer les conversations sur le salaire de subsistance au niveau municipal et d'offrir des salaires essentiels aux travailleurs essentiels.

5. Population + croissance = prospérité

Il existe un lien entre la population, la croissance et la prospérité lorsqu'il s'agit de l'avenir à long terme du Canada. L'augmentation de l'immigration se traduit par une augmentation de la main-d'œuvre et un élargissement de l'assiette fiscale pour financer les services essentiels dont tout le monde dépend.

Panel complet
Transcription

Note aux lecteurs : Cette session vidéo a été transcrite à l'aide d'un logiciel de transcription automatique. Une révision manuelle a été effectuée afin d'améliorer la lisibilité et la clarté. Les questions ou préoccupations concernant la transcription peuvent être adressées à events@canurb.org en indiquant "transcription" dans la ligne d'objet.

Mary W. Rowe [00:00:49] Bonjour à tous les habitants du centre du Canada et bonjour à ceux qui nous écoutent depuis l'Ouest. Nous sommes très heureux de vous retrouver à City Talk. Je m'appelle Mary Rowe. Je suis la présidente de l'Institut urbain du Canada. Nous organisons ces sessions deux fois par semaine et j'apprécie vraiment que les gens prennent le temps de participer avec nous à ces sessions. Et pas seulement les panélistes, mais aussi les personnes qui se joindront à nous dans le cadre de la fonction de chat et de la fonction de participant. CUI travaille dans le domaine du tissu conjonctif, ce que nous faisons depuis COVID. Nous avons mis en place deux plateformes : CityWatchCanada.ca et CityShareCanada.ca. La troisième est CityTalkCanada.ca. Il s'agit pour nous d'apprendre les uns des autres, de créer des plateformes qui nous permettent de comprendre ce qui se passe, comment les gouvernements municipaux réagissent, comment les institutions communautaires, les individus et les groupes de toutes sortes interviennent pour démontrer ce qu'est réellement la résilience communautaire. La série CityTalk, à laquelle ces personnes ont accepté de participer aujourd'hui, porte sur la manière de donner un sens à ce qui se passe. Chaque jour apporte son lot de nouveaux défis et de nouvelles opportunités. C'est donc de cela que nous voulons parler aujourd'hui. Nous avons mis en place ces plateformes avec des partenaires et toute l'énergie des partenaires et des bénévoles à travers le pays. Si vous disposez d'une bande passante et que vous souhaitez nous aider à contribuer à ces projets, nous serions ravis de vous compter parmi nous. Il vous suffit d'envoyer un courriel à COVIDResponse@cui.org - COVIDReponse@CUI.org. Nous avons certainement quelque chose à vous proposer. Nous serions ravis d'avoir une demi-heure ou une heure de votre temps. Tout ce que vous pouvez faire pour nous aider à construire ce type d'intelligence collective que nous sommes en train de faire. Ce programme est né à Toronto, mais des personnes de tout le pays y participent et ont donc leurs propres attaches. Mais nous entendons à Toronto les territoires traditionnels des Mississaugas du Crédit, des Annishnabec, des Chippewa, des Haudenosaunee et des Wendat. Toronto accueille aujourd'hui de nombreuses et diverses Premières nations - les Innuits et les Métis de toute l'île de la Tortue. Nous reconnaissons également que Toronto est couverte par le traité 13, signé avec les Mississaugas du Crédit, et par les traités Williams, signés avec plusieurs nations Annishnabec. Nous sommes toujours conscients de l'héritage que nous aimons, de la terre sur laquelle nous nous trouvons, et nous continuons à travailler et à nous efforcer de parvenir à la vérité et à la réconciliation avec les communautés indigènes et nos Premières nations.

Mary W. Rowe [00:03:07] L'autre chose que nous reconnaissons dans ces programmes, c'est que des dizaines de milliers de Canadiens sont toujours engagés dans des interventions de première ligne. Ils sauvent des vies. Ils veillent à la sécurité des gens. Et ces conversations se déroulent en parallèle. Mais il ne s'agit en aucun cas d'en faire abstraction ou de ne pas reconnaître que de très nombreuses personnes continuent de s'engager à ce niveau d'activité intense et nous les soutenons. Ces conversations sont un complément. Ces discussions ont tendance à être axées sur l'aspect pratique et nous demandons aux gens de nous parler des différents domaines que nous abordons, de ce qui fonctionne, de ce qui ne fonctionne pas et de ce que nous pensons être la prochaine étape. Nous essayons d'éviter les grands pronostics audacieux et les hypothèses farfelues. Nous essayons de rester ancrés dans la réalité et c'est pourquoi nous vous avons demandé de participer avec nous, parce que vous avez un engagement direct avec les gens qui travaillent sur le terrain dans les villes et les communautés à travers le pays. C'est donc une mise en garde. Et cette conversation n'est qu'un début. Nous disons toujours, vous savez, que nous voulons que tout le monde s'engage et vous pouvez le faire sur les médias sociaux avec #CityTalk. Ces émissions ne sont pas seulement diffusées en direct, elles sont aussi enregistrées et publiées sur CanUrb.org/CityTalk. Nous avons également une fonction de clavardage très active et ceux d'entre vous qui ont participé à l'une d'entre elles savent que toutes sortes de choses intéressantes sont discutées dans le clavardage. N'hésitez donc pas à activer votre système et à venir nous rejoindre sur le chat. Lorsque vous postez un commentaire sur le chat, nous vous demandons de ne pas le poster uniquement sur "Tous les panels". Vous verrez ce petit interrupteur à bascule ici - vous pouvez choisir "Tous les groupes et tout le monde" et s'il vous plaît faites-le, parce que souvent les gens sur le chat peuvent répondre très rapidement, quelle que soit la question que vous avez. Et souvent, les gens publient des ressources ici et c'est vraiment très, très riche. En fait, nous affichons également les chats sur CanUrb.org. Cela signifie que contrairement à Vegas, les choses qui restent à Vegas, si vous publiez sur le chat, cela va vivre sur le chat et les gens vont le voir sur le chat. Gardez donc cela à l'esprit lorsque vous chattez.

Mary W. Rowe [00:05:04] Et l'autre chose que je pense qu'il faut préciser ici, c'est que personne - nous avons tous des points de vue différents. Et ces personnes viennent en tant qu'individus. Ils ont des emplois particuliers. Ils ont des affiliations. Ils ont des clients. Ils peuvent avoir des groupes de clients, ils peuvent avoir des membres. Mais nous encourageons les gens à parler en tant qu'individus pour comprendre qu'à notre époque, il est souvent difficile d'obtenir une clarté totale au sein d'une organisation quant à la position officielle. Nous essayons donc toujours d'encourager les gens à être francs avec nous. Il ne s'agit pas d'un secret de polichinelle. Mais simplement à être francs et à ce que nous, en tant que public, l'apprécions. Les choses se déroulent en temps réel et nous essayons tous de nous y retrouver. Nous voulons donc que tout le monde sache que vous avez la permission de penser à voix haute avec nous et de voir où nous en sommes.

Mary W. Rowe [00:05:57] Commençons. Cette session est consacrée à l'immigration. Il s'agit d'un sujet urgent qui, je pense, est visible pour nous tous les jours, car nous savons que le Canada est un pays qui a connu un succès remarquable, remarquable, grâce à des stratégies d'établissement ambitieuses et à des mesures de soutien qui sont en place depuis des décennies. Nous avons ici quatre personnes qui sont profondément engagées dans ces questions. Nous sommes impatients d'entendre ce qu'elles ont à dire sur ce qu'elles considèrent comme le défi le plus pressant à l'heure actuelle, tout en sachant que nous allons parler, bien entendu, des immigrants et des nouveaux arrivants, mais aussi de la politique d'immigration à l'avenir. Commençons donc, si possible, par cela, par ce que vous voyez en ce moment. Je vais d'abord m'adresser à Queenie. C'est vrai, nous allons toujours vers la plus éloignée, la plus lointaine. Nous sommes donc heureux de vous recevoir de Vancouver. Vous pouvez peut-être nous dire en quelques minutes ce que fait votre organisation, mais aussi sur quoi vous vous concentrez pendant la COVID. Qu'avez-vous vu, Queenie ? J'en suis ravie. Et bienvenue à City Talk.

Queenie Choo [00:06:56] Merci beaucoup. Merci encore, vous savez, à l'Institut urbain du Canada de m'avoir invitée à venir faire cette merveilleuse présentation. C'est très opportun et très pertinent par rapport à ce qui se passe, en particulier la réussite de COVID-19. Nous sommes l'une des plus grandes organisations de services sociaux à but non lucratif qui aide à soutenir les nouveaux arrivants - les nouveaux Canadiens ici tout au long de leur voyage. Il s'agit donc d'un sujet très important, notamment en raison de la crise qui sévit dans le monde entier. Elle touche tout le monde, aussi bien les communautés que les Canadiens de souche ou les nouveaux arrivants. Tout d'abord, je pense que personne n'ignore qu'avec les pertes d'emplois et les fermetures d'entreprises, la vulnérabilité économique est importante. Même avant COVID-19, les immigrants, en particulier les immigrants récents, vous savez, cinq ans ou moins au Canada, sont plus susceptibles d'avoir un faible revenu par rapport à la population née au Canada. Selon le recensement de 2016, dans la région métropolitaine de Vancouver, la prévalence des faibles revenus parmi la population née au Canada est d'environ 12, 11,9 ou 12 %. La population immigrée représente environ 20,5 %. Et la population immigrée récente, c'est-à-dire depuis cinq ans ou moins au Canada, est d'environ 33,6 %. Vous pouvez donc constater que le pourcentage différentiel du niveau de revenu a un impact sur les nouveaux arrivants. Avec le COVID-19, nous constatons que ce phénomène est plus fréquent que jamais. 40 % des nouveaux immigrants disent avoir du mal à payer leurs factures. Et aussi avec la crise actuelle, contre 24 % des non-immigrés. Il s'agit donc de faits concrets. Ainsi, 42 % des immigrés récents ont déclaré avoir du mal à payer leur hypothèque ou leur loyer pendant la crise du COVID-19, contre 18 % des non-immigrés. Vous pouvez donc constater que la crise frappe durement les nouveaux arrivants, en particulier les immigrants récents. Les nouveaux immigrants ont également eu beaucoup de mal à s'y retrouver dans le système pour obtenir des subventions. Je pense donc que, d'une part, c'est une très bonne chose que les gouvernements fournissent ces dispositions de soutien financier. Mais d'un autre côté, il est très difficile pour les nouveaux immigrants d'arriver et de ne pas avoir les compétences linguistiques et numériques nécessaires pour naviguer et accéder au système. C'est donc un défi supplémentaire pour les nouveaux immigrants, en particulier en cette période de COVID-19, qui a un impact significatif sur les questions de santé et de sécurité. Et il est certainement très important que tout le monde soit au courant, en matière de santé, plus que jamais, des infections croisées, de la manière de considérer les EPI et de ce qu'il faut faire en termes de toux, d'éternuement et de distanciation sociale. Et la distanciation sociale. Ainsi, toutes les questions de sécurité concernant le racisme et le COVID-19 sont racialisées. Je vais m'arrêter un instant parce que ce sont les principales préoccupations que nous avons entendues dans notre communauté.

Mary W. Rowe [00:11:06] Très bien. Je vous remercie. Queenie, lorsque vous parlez de ces statistiques, s'agit-il de celles de la Colombie-Britannique ?

Queenie Choo [00:11:10] En fait, cela provient du recensement de 2016. Et il indique que c'est dans la région métropolitaine de Vancouver.

Mary W. Rowe [00:11:18] Oh, je vois. JE VOIS. Il s'agit donc de tendances qui préexistaient. L'une des choses dont nous avons parlé lors de ces entretiens, c'est que COVID a été un accélérateur de particules. Il a pris toutes les choses qui existaient déjà avant COVID et qui se manifestent maintenant comme des fous. D'ACCORD. Merci pour cela. Nous allons vous mettre sur la voie. Yasir, pouvons-nous vous passer le relais ? S'il vous plaît ? Yasir Naqvi. Où es-tu, Yasir ? Êtes-vous à Ottawa aujourd'hui ?

Yasir Naqvi [00:11:39] Merci, je suis à Ottawa, ma ville natale. Merci, Mary. Et merci à l'équipe de l'Institut urbain du Canada d'avoir permis cette conversation très importante. Je suis le directeur général de l'Institut pour la citoyenneté canadienne. Cet institut a été cofondé par notre ancien gouverneur général, le très honorable Adrian Clarkson, et par John Ralston Saul, il y a près de quinze ans. L'objectif de notre organisation est de promouvoir et de favoriser la citoyenneté active, l'inclusion et l'appartenance de tous les citoyens canadiens. Mais bien sûr, nous nous concentrons beaucoup sur les nouveaux citoyens canadiens. Je pense que vous venez de soulever un point très pertinent, à savoir qu'une grande partie des défis que nous voyons s'exacerber en raison du COVID-19, quelque chose qui s'envenime depuis un certain temps. L'un des domaines sur lesquels nous avons travaillé pour favoriser l'inclusion a donc été d'examiner comment la désinformation et les fausses informations en ligne et hors ligne existaient depuis longtemps, à l'égard des immigrés, des personnes d'origine différente, et comment le racisme se développe dans ce type de forum. Et ce que nous voyons pendant la crise du COVID-19, c'est que l'anxiété résultant de cette crise est exploitée par les mêmes personnes qui ont montré de la peur envers l'autre, et qui utilisent maintenant la maladie - et ce n'est pas nouveau, la maladie a souvent été utilisée dans le passé comme un moyen de diviser les gens - comme étant, est amplifiée en ce moment. C'est pourquoi, à l'Institut pour la citoyenneté canadienne, nous nous attaquons à ce problème particulier en veillant à éduquer et à sensibiliser les gens au fait qu'il s'agit d'une crise sanitaire qui a de graves répercussions économiques et sociales. Mais ce n'est pas la faute d'un groupe particulier. Et pour sortir de cette crise avec succès, nous devons vraiment embrasser l'inclusion comme nous l'avons fait au Canada, célébrer les différences que nous avons et travailler ensemble en tant que société, en tant que pays et en tant que citoyens afin de sortir renforcés de cette crise.

Mary W. Rowe [00:13:46] Merci. Lisa, pouvons-nous passer à vous maintenant ? Lisa Lalande de Century Initiative.

Lisa Lalande [00:13:52] Bien sûr. Merci beaucoup également. Je me fais l'écho des remerciements pour nous avoir inclus, moi et Century, dans le panel d'aujourd'hui. J'ai pensé commencer par un bref aperçu de Century, car tout le monde ne sait pas qui nous sommes. L'initiative Century se veut la voix de l'avenir du Canada, encourageant les Canadiens à réfléchir à long terme au type de pays que nous voulons laisser à nos enfants, à nos petits-enfants et à leurs enfants. Si nous voulons que les générations futures, celles que nous ne verrons peut-être plus, jouissent du même Canada que nous connaissons et que nous aimons - un Canada qui offre des libertés individuelles et une qualité de vie qui fait l'envie du monde entier - nous devons le prévoir. Nous devons donc préparer l'avenir. Notre travail est donc simple. Nous nous concentrons sur les initiatives et les priorités, sur les questions qui aideront le pays, qui aideront les décideurs politiques, les chefs d'entreprise et les responsables locaux à penser à long terme et à prendre aujourd'hui des mesures qui créeront l'avenir des futures générations canadiennes. Concrètement, cela signifie que nous visons à informer et à faire progresser les politiques et les priorités qui créeront les conditions nécessaires à la prospérité du Canada et à l'épanouissement de chacun dans l'avenir. Nous sensibilisons les Canadiens à l'importance de la planification à long terme et de la croissance démographique intelligente, de la croissance démographique stratégique, et nous nous concentrons sur des domaines spécifiques. Nous nous concentrons sur des domaines spécifiques : l'immigration, le développement urbain, l'aide à la petite enfance, l'emploi, l'esprit d'entreprise et l'éducation. Nous organisons des réunions pour mieux comprendre les enjeux, partager les connaissances et amplifier le travail d'autres experts dans ces domaines. En ce qui nous concerne, vous savez, ce que nous avons vu, parce que je sais que l'objectif est d'être vraiment pratique, et je suis sûr que certains de ces éléments seront répétés, mais ce que nous voyons, c'est que cette pandémie a un impact radical sur les communautés de toutes sortes. Pour les communautés immigrées, je pense que les défis auxquels on est normalement confronté en arrivant dans un nouveau pays sont exacerbés dans la situation actuelle. Leur situation sociale, économique et professionnelle est déjà beaucoup plus précaire. L'impact de cette fermeture prolongée aura donc un impact majeur sur les finances personnelles et familiales. C'est d'ailleurs ce qui ressort d'une récente étude de Statistique Canada, publiée en début de semaine, je crois, selon laquelle les personnes nées au Canada et les immigrants sont beaucoup plus susceptibles que les personnes nées au Canada de déclarer que le COVID-19 aura un impact majeur ou modéré sur leurs finances. [00:16:55]Et nous savons, comme cela a été mentionné plus tôt, que les immigrants sont employés de manière disproportionnée dans les industries de services de première ligne. Cela signifie qu'ils sont exposés à des réductions d'horaires, voire à des licenciements dans certaines circonstances. Et pour ceux qui travaillent dans les services essentiels, cela signifie qu'ils sont plus exposés à l'infection par le virus. Nombre d'entre eux ne peuvent donc pas s'abriter sur place et ne peuvent pas travailler à domicile. Cela signifie que de nombreux immigrés et nouveaux arrivants sont confrontés à des choix très, très difficiles - entre gagner un revenu d'une part et risquer leur vie d'autre part. [En outre, je pense que ce que nous constatons, c'est que beaucoup de nouveaux arrivants dépendent de services tels que les cours de langue, les services sociaux, etc. Ces services sont généralement fournis en face à face, et ils n'y ont donc pas accès, ce qui peut être très isolant. Comme cela a été souligné précédemment, nous constatons malheureusement une augmentation du racisme à l'égard des immigrants, en particulier des communautés asiatiques. Certains groupes d'immigrants et de nouveaux arrivants font l'objet d'une stigmatisation et d'une discrimination accrues. Je vais donc donner un exemple. Certains employés des entreprises de conditionnement de viande Cargill et JBS ont signalé qu'ils n'avaient pas le droit d'entrer dans les épiceries et les banques de leur communauté locale, quel que soit leur statut, leur statut COVID-19. Les communautés immigrées sont donc confrontées à de très nombreux défis que la crise actuelle ne fait qu'exacerber.

Mary W. Rowe [00:18:28] C'est une question intéressante de savoir à quel point nous serons vulnérables lorsque nous traverserons cette période, et je remercie Yasir et Lisa. Sénateur Omidvar, pouvez-vous être le dernier à prendre la parole, puis nous ouvrirons le débat ? Allez-y, sénateur.

Sénatrice Ratna Omidvar [00:18:36] Merci, Mary. C'est toujours un plaisir d'être en si bonne compagnie. On en a assez de se parler à soi-même à notre époque. Je vois en quelque sorte deux choses, un certain nombre de contradictions et quelques opportunités. Vous nous avez également demandé d'être pragmatiques. Je pense donc que je ne me souviens pas d'une autre époque où la portée et la profondeur de la réalité de l'immigration ont été mises en évidence de manière aussi complète qu'aujourd'hui. Je parlais à une de mes voisines qui a été infectée et qui a reçu un traitement, et elle m'a dit que dès le départ - depuis l'intervenant, les premiers intervenants et les urgences jusqu'aux médecins, aux infirmières, aux diététiciennes, à l'administration, jusqu'à la sortie de la pharmacie et à l'entrée dans sa maison - chaque point d'interaction a été abordé par quelqu'un qui n'était manifestement pas né au Canada, de la première ou de la deuxième génération. Ainsi, la réalité immigrée en première ligne, que vous la définissiez comme les médecins et les infirmières, ou que vous la définissiez comme je le fais maintenant plus globalement en termes de fermeture des épiceries, de ramassage des ordures, c'est le visage immigré de nos villes urbaines. Et je pense que cela a été mis en évidence. D'un autre côté, comme l'ont souligné Yassir et Lisa, ainsi que Queenie, on assiste à une montée du protectionnisme, du nativisme, quel que soit le nom qu'on lui donne. D'un côté, nous avons donc cet étalage complet d'immigrés au front, qui nous protègent et nous sécurisent. D'autre part, nous assistons à une montée des sentiments racistes. Et je prédis que les discussions sur la politique d'immigration - qui est admis, comment il l'est - seront gravement affectées à court et peut-être même à long terme. Après tout, ces questions ne dépendent pas uniquement de notre pays. Les candidats à l'immigration peuvent choisir de sacrifier la prospérité dans un nouveau pays au profit de la sécurité dans leur propre pays. Je veux dire que tous ces éléments entrent en ligne de compte. [Quand je pense à nos villes et à leur avenir, je crois certainement, comme la plupart d'entre vous, que l'immigration a été un moteur de prospérité dans les villes du Canada. Il n'y a absolument aucun doute à ce sujet. Ils ont créé des inégalités, ils ont créé des défis, mais dans l'ensemble, l'histoire de la réussite des immigrants est parallèle à l'histoire du Canada, à la réussite des villes canadiennes. [Et il y a là une opportunité, parce que les villes sont capables de gérer cette gouvernance et leurs processus d'une manière plus inclusive, parce que la gouvernance locale est la plus proche des gens - ils sont capables d'inclure les gens, ils sont capables de parler directement aux gens. Les mots "citoyenneté" et "villes" sont étroitement liés. Ce n'est pas un hasard s'ils sont étroitement liés, mais ils sont exprimés différemment qu'au niveau national. Je pense donc que l'une des grandes opportunités du moment sera que les villes s'adressent davantage à leurs citoyens, qu'elles les associent davantage à la redéfinition des politiques d'espacement urbain, des politiques de zonage urbain. Car tout cela va entrer en ligne de compte. Il existe également une opportunité politique. Comme nous le savons tous, l'immigration au Canada est une compétence partagée entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux. Il existe un solide programme pour les candidats des provinces. Il existe un tout petit programme de 5 000 places pour les candidats des municipalités. Je pense que le moment est venu d'élargir à nouveau la conversation, de permettre aux municipalités de jouer un rôle plus dynamique à la table de sélection des immigrants que par le passé, et d'élargir quelque peu ce levier à mesure que nous repensons, dans ce pays, à la question "Qu'est-ce qu'une profession essentielle ?

Mary W. Rowe [00:23:12] Oui.

Sénatrice Ratna Omidvar [00:23:13] Toute notre politique de sélection des immigrants est dépendante, et j'utilise ce mot avec précaution, mais c'est le cas, nous sommes dépendants des immigrants qualifiés. Eh bien, devinez quoi ? Qui sont les immigrants essentiels dont nous avons besoin ? Nous avons besoin de ces travailleurs agricoles saisonniers pour protéger notre approvisionnement alimentaire. Nous avons besoin de ces aides à la personne. Nous avons besoin de ces médecins qui ne sont pas en mesure d'exercer en raison d'obstacles à l'obtention d'une licence, afin qu'ils puissent travailler dans nos maisons de soins de longue durée pour apporter un niveau et une profondeur de soutien à nos citoyens âgés. Il s'agit donc de défis ou d'opportunités. Mon nom de famille est Omidvar, qui signifie "espoir" en persan. Je chercherai donc à saisir les occasions qui se présentent.

Yasir Naqvi [00:24:04] Mary, si je peux me permettre ?

Mary W. Rowe [00:24:05] Oui, allez-y, Yassir.

Yasir Naqvi [00:24:06] Vous savez, je pense que le sénateur soulève un très bon point en ce qui concerne la façon dont les villes se trouvent dans cette crise et, plus important encore, les solutions autour des villes. Elles sont en première ligne pour la fourniture des services et elles sont touchées par la question des ordres de gouvernement. Elles sont les plus touchées parce qu'elles n'ont pas de véritable pouvoir d'imposition, à l'exception de l'impôt foncier et des frais d'utilisation. Et si vous regardez les villes, si vous regardez certaines des données qui proviennent des villes à travers le pays, grandes et petites, elles sont dans une situation très, très difficile en ce moment. Je suis convaincu, et je pense que le sénateur sera d'accord avec moi, qu'en termes de solutions, nous devons redoubler d'efforts pour trouver les solutions sur lesquelles nous avons travaillé, notamment en ce qui concerne les niveaux d'immigration. Je veux dire qu'il est encourageant de voir que le Canada a déclaré, que le ministre a déclaré que nous n'envisagerons pas de réduire nos niveaux d'immigration. C'est une bonne chose - notre tendance se poursuivra pour atteindre environ 390 000 personnes par an en moyenne d'ici 2022, contrairement aux États-Unis qui ont mis un terme à l'immigration, ce qui est une mauvaise décision politique de leur part. Nous pourrions envisager de faire venir davantage de personnes afin d'alimenter la croissance économique, et le sénateur a récemment écrit un très bon article dans l'IRPP exactement sur cette question : vous savez, l'un des ingrédients clés de la croissance économique, ce sont les gens, c'est la main-d'œuvre. Et la plus grande source est notre, est les immigrants que nous faisons venir. Mais le deuxième grand problème auquel nous sommes confrontés, et nous en parlions il y a encore huit semaines, mais nous avons cessé d'en parler pendant la crise mondiale, c'est le logement, le logement abordable. En termes de marché locatif, mais aussi de propriété abordable. Cette crise continue de se profiler et elle est même devenue encore plus grave maintenant que les gens ont perdu leur emploi. Là encore, il convient de trouver des solutions à ce problème. Et je pense que nous devrions peut-être élargir un peu notre horizon, en envisageant à la fois une plus grande intensification, qui est une façon durable de faire les choses, mais peut-être aussi d'autres façons d'augmenter l'offre de logements. Je sais que dans ma ville, par exemple, à Ottawa, on envisage d'étendre les limites de la ville, et je sais que c'est une question controversée, mais nous savons qu'il y a un problème autour de l'offre et de la demande. Et beaucoup d'immigrants qui viennent au Canada viennent avec le grand rêve de posséder une maison, ce qu'ils n'ont pas eu l'occasion de faire dans leur pays d'origine, mais l'accessibilité financière devient un problème. Tout cela pour dire que je pense que nous devrions peut-être envisager de doubler les solutions plutôt que de nous rétracter par rapport au type de solutions de politique publique sur lesquelles nous travaillions il y a encore huit semaines, avant que cette crise ne nous frappe.

Lisa Lalande [00:27:06] Mary, cela vous dérange si j'interviens ?

Mary W. Rowe [00:27:08] Non.

Lisa Lalande [00:27:10] C'est bon ?

Mary W. Rowe [00:27:11] Oui.

Lisa Lalande [00:27:11] Très bien. J'aimerais revenir sur les deux derniers points évoqués par les deux panélistes. Il y a beaucoup d'anxiété en ce moment. Beaucoup de gens ont peur, ils sont anxieux. C'est pourquoi parler de l'élaboration d'un argumentaire en faveur de la croissance démographique, vous savez...

Mary W. Rowe [00:27:33] Très difficile.

Lisa Lalande [00:27:33] Il se peut qu'elle ne soit pas en phase, c'est vrai, avec ce que vivent les Canadiens, parce que certains d'entre eux veulent simplement survivre. Ils ne savent pas comment payer leurs factures. Mais je veux dire qu'il y a de solides arguments économiques en faveur de la croissance démographique. Et en fin de compte, le fait est que notre ratio travailleurs/retraités est en baisse. Par conséquent, si l'on ne stimule pas l'immigration ou les taux de fécondité, la population du Canada diminuera et sa main-d'œuvre s'amenuisera. Cela signifie que nous ne pourrons plus financer nos programmes sociaux ou nos soins de santé au Canada. J'en reviens donc à ce que je disais tout à l'heure, à savoir que nous avons besoin d'un plan pour l'avenir et que nous devons réfléchir de manière vraiment stratégique à ce que signifie la croissance démographique, parce que la croissance démographique en soi n'est pas la solution. Il s'agit d'un programme politique à multiples facettes qui comprend la planification urbaine, une planification urbaine efficace, l'emploi et l'esprit d'entreprise, l'innovation réglementaire et l'esprit d'entreprise. Il s'agit d'une multitude d'opportunités différentes.

Mary W. Rowe [00:28:44] Mais Lisa, vous avez dit vous-même que c'est une période de stress pour les gens. Nous avons donc, et vous savez, tout le monde n'est pas nécessairement d'accord avec votre hypothèse. Je pense que c'est la vulnérabilité que nous avons maintenant. Et je me demande si le sénateur veut en parler. Il y a quelqu'un sur la piste qui dit, c'est John Meyer, avez-vous vu le commentaire ? Il dit en fait : "Attendez une seconde. Depuis que nous avons beaucoup d'immigration, notre revenu par habitant a en fait baissé. Et vous identifiez tous les vulnérabilités de notre système. Et les nouveaux arrivants, comme l'a dit Yassir, voient se manifester toutes sortes de choses qui existaient déjà et qui sont bien pires aujourd'hui. Les nouveaux arrivants, les personnes de couleur et les immigrants sont ceux dont nous dépendons aujourd'hui. Et ce sont eux qui sont les plus vulnérables". Alors, Ratna, si vous voulez parler un peu de cela, il s'agit au moins d'un argumentaire à long terme, mais j'aimerais connaître votre point de vue. Allez-y, sénatrice.

Sénatrice Ratna Omidvar [00:29:36] J'aimerais faire deux remarques et répondre à la question du panel, du chat, pardon. Le premier est que la peur est un facteur de motivation énorme pour faire ou ne pas faire des choses. Je vais revenir à l'histoire. En 1907, le Premier ministre Wilfrid Laurier s'est engagé à doubler la population du Canada, et il y est parvenu en faisant venir des immigrants de régions agricoles au climat froid comme l'Ukraine, la Pologne, l'Allemagne, etc. Mais il y a une petite note en bas de page : l'urgence de coloniser l'Ouest n'était pas seulement due à un désir de croissance économique et démographique, mais aussi à la crainte d'être vulnérable à l'infiltration américaine si l'on n'établissait pas de frontières avec les gens, l'opposition au Manitoba, à la Saskatchewan et à l'Alberta. Il s'agit donc maintenant d'une autre forme de crainte.

Mary W. Rowe [00:30:42] C'est vrai. Nous avons un autre type de peur. Cette peur peut-elle nous motiver d'une autre manière ? Je veux dire que j'entends Lisa, ton argument à long terme, si nous n'augmentons pas la population. Mais pour l'instant, les gens diront : " Mais attendez une seconde. Nous n'arrivons pas à subvenir aux besoins de la population que nous avons. Alors comment faire..." Queenie, qu'en est-il ? Vous nous avez donné ces statistiques au début sur la représentation disproportionnée des nouveaux arrivants, des personnes de couleur et des immigrés dans toutes les façons dont le système échoue. Qu'en pensez-vous ?

Queenie Choo [00:31:11] Je pense qu'il est important, et je suis d'accord avec Lisa, de parler du système de soutien social qui doit être mis en place. Quand on jette quelqu'un sur le chemin, cela ne veut pas dire que la personne est capable de s'autopropulser le long de ce chemin. Je pense qu'en tant que communauté et pays responsables, nous devons permettre à ces personnes de réussir leur parcours au Canada. C'est donc d'une importance vitale. Mais il y a aussi des études qui démontrent que même s'il s'agit d'immigrants ou de réfugiés qui viennent au Canada, à long terme, ils vont contribuer encore plus que jamais, par rapport à d'autres Canadiens. Je pense donc que nous devons envisager le long terme. La seule chose que je voulais également souligner est le vieillissement de notre population. Je pense que l'article de la sénatrice Ratna Omidvar l'indique très bien. Vous savez, si nous ne nous préoccupons pas de notre population, elle diminuera considérablement dans 20 ou 30 ans. Je pense qu'en tant que pays, nous devons penser à long terme. Nous devons nous demander comment nous préparer pour l'avenir. Pas seulement maintenant, mais dans le futur. Je pense qu'il est important que nous examinions comment nous allons, comment nous allons faire fonctionner notre économie, comment nous allons faire travailler les gens. Et surtout, une fois que nous aurons ouvert le pays à la reprise du COVID, dans une nouvelle normalité, qu'en est-il des facteurs habilitants pour aider non seulement les nouveaux Canadiens, mais aussi les Canadiens de souche ? Comment allons-nous y parvenir dans le cadre d'une communauté inclusive ? Et c'est important. Ce n'est pas le moment de semer la discorde entre nous.

Mary W. Rowe [00:33:28] Avant de vous laisser la parole, Yassir -

Queenie Choo [00:33:30] C'est le moment où nous devons nous serrer les coudes pour montrer la façon dont les Canadiens font les choses. Et cela passe par la diversité et l'inclusion.

Mary W. Rowe [00:33:41] Avant de passer à Yassir, Queenie, faites-vous la différence entre les réfugiés et les immigrants ? Parce que nous recevons beaucoup de questions à ce sujet. Vous savez, les nouveaux arrivants ne sont pas tous les mêmes. Avez-vous une idée particulière de la façon dont vous abordez cette question en fonction des différentes façons dont les gens arrivent ici ?

Queenie Choo [00:33:58] Nous sommes tous différents. Chaque Canadien est différent. Je pense donc qu'étiqueter les gens n'est pas une bonne façon de faire les choses. Je pense que nous devons examiner les besoins des individus, qu'il s'agisse d'immigrants, de réfugiés ou de Canadiens de souche. Je pense qu'il est important de tenir compte de l'individualité, de la contribution, des talents qu'ils apportent à notre pays. Je pense qu'il s'agit là d'un atout important pour notre communauté et que nous devons l'accepter. Plutôt que de dire "vous êtes des réfugiés" et de porter cette étiquette, je pense qu'il est important d'examiner les atouts qu'ils apportent à notre pays.

Mary W. Rowe [00:34:46] Oui. Yassir, puis Ratna. Allez-y, Yassir.

Yasir Naqvi [00:34:49] Vous savez, le fait est que chaque fois qu'il y a de l'anxiété économique, les immigrants sont les premiers à être blâmés. Lorsque le taux de chômage est élevé, les gens se demandent pourquoi quelqu'un d'autre leur prend leur emploi. Cette crise est encore plus difficile, je pense, parce qu'il y a aussi une crise sanitaire en même temps, donc il y a une anxiété associée à la pandémie. Il y a donc une anxiété liée à la pandémie et à la question de savoir ce que cela signifie pour ma santé. Nous voyons donc, en ce moment même, cette anxiété se manifester en blâmant quelqu'un d'autre, en particulier les personnes d'origine chinoise, en disant : "D'une certaine manière, vous avez apporté cette maladie et vous devez être blâmés pour cela". C'est du racisme à l'état pur. Il n'y a rien, rien à faire. Et nous devrions l'appeler ainsi. Et nous le combattons et le controns. Mais il se transformera en anxiété envers les autres, envers les immigrés, lorsque nous sortirons de notre monde physiquement éloigné et que nous nous réintégrerons dans la société et que les gens commenceront à chercher du travail. Nous devons donc être extrêmement attentifs à cela, au fait que ce n'est pas nouveau et que cela se produira.

Yasir Naqvi [00:35:57] Mary, je vais vous mettre au défi. Le point que vous soulevez est celui de Lisa. Lisa ne parle pas de l'avenir. Lisa parle d'aujourd'hui. Nous avons besoin des immigrés aujourd'hui pour faire croître l'économie. Nous avons autant besoin des immigrés que de ceux qui nous aident actuellement à sortir de la crise des soins de santé en étant des travailleurs de première ligne dans les soins de santé et dans tous les autres secteurs. Je veux dire qu'il est vraiment intéressant de voir que tout d'un coup, nous sommes en mesure d'accorder des licences temporaires aux personnes qui pratiquent la médecine ou les soins infirmiers, mais qu'à long terme, nous n'avons pas été en mesure de le faire. J'espère que nous ne reviendrons pas en arrière et que nous ne leur retirerons pas leur licence, car s'ils ont été assez bons pour sauver des vies aujourd'hui, ils seront assez bons pour sauver des vies demain et après-demain et pour aider à construire nos villes, nos communautés et notre pays. C'est de ce double effort dont je parle que nous devons nous engager pour faire valoir ces points importants et contrer les inquiétudes. Et pour répondre aux points soulevés par Lisa, ainsi qu'au point soulevé par Century Initiative, il ne s'agit pas d'un défi pour l'avenir, mais bien d'un défi pour le présent, en raison de la baisse du taux de natalité. Je pense que cette crise a montré, en particulier à l'égard des personnes âgées et de leur impact disproportionné, que nous devons faire plus pour les soutenir, que nous ne pouvons pas leur tourner le dos. Ce sont aussi des citoyens. Il s'agit d'une démonstration très négative de l'âgisme auquel nous assistons. La meilleure façon d'y parvenir est de veiller à ce qu'il y ait davantage de personnes dans ce grand pays qui est le nôtre, qui soient correctement formées et qui aient la possibilité de contribuer et d'aider à la croissance de cette économie afin que nous ayons une base fiscale, mais aussi d'exercer des professions qui leur permettent d'aider des personnes telles que nos personnes âgées.

Mary W. Rowe [00:37:53] Merci, Yassir. Sénateur, je vais m'adresser à vous. Avant de le faire, vous avez mentionné le fait que la citoyenneté et les villes sont si étroitement liées en termes de racines. Je me souviens d'un travail que vous et moi avons effectué ensemble il y a de nombreuses années et au cours duquel nous avons abordé ce sujet. Mais n'est-il pas intéressant que nous fassions référence aux citoyens d'une manière générale, alors que nous savons que des centaines de milliers de personnes vivant dans les villes ne sont pas des citoyens. Ce sont des résidents. Cela soulève en quelque sorte la question suivante, soulevée sur le chat : "Devrions-nous modifier les conditions d'éligibilité aux élections municipales ? S'agit-il d'un autre outil, en plus de celui dont vous avez parlé, un programme de candidats aux élections municipales ? Pour renforcer la capacité des villes à accueillir davantage d'immigrants. Quoi qu'il en soit, allez-y

Sénatrice Ratna Omidvar [00:38:33] Cela me ramène une vingtaine d'années en arrière, je crois, Mary. Et je pense, peut-être un peu différemment, à cette question aujourd'hui, et c'est peut-être parce que je respire l'air raréfié d'Ottawa. La citoyenneté est, je dirais, soumise à une certaine pression et à un certain stress en raison des politiques nationales et des politiques migratoires mondiales. Je voudrais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour maintenir l'adoption actuelle de la citoyenneté au niveau national, qu'elle soit améliorée ou non. Je ne sais pas si les citoyens locaux sont autorisés à voter aux élections locales, mais j'ai entendu cet argument. Mais je crois certainement que "plus de participation vaut mieux que moins". Et je me souviens que l'un des arguments les plus succincts que j'ai entendus au sujet de la citoyenneté locale et du droit de vote local était qu'il y avait des lotissements entiers à Toronto, Vancouver et Montréal, où vivaient des immigrés qui n'étaient pas citoyens. Par conséquent, les politiciens locaux se donnaient rarement la peine d'aller visiter ces tours ou ces lotissements car, après tout, ils ne votaient pas. Je pense donc qu'il y a une certaine tendance à reprendre cette discussion. Mais je voudrais ajouter à certaines discussions que, oui, l'immigration a créé une prospérité commerciale, je n'en disconviens pas. Mais il est juste de souligner qu'elle a un revers, celui de l'inégalité et de la privation économique au bas de l'échelle. Je pense que le moment est peut-être venu pour nous de penser que le travail essentiel et le salaire essentiel devraient aller de pair. Je sais que des mouvements urbains ont vu le jour à Londres, puis à Los Angeles et à Vancouver, autour de salaires de subsistance locaux qui permettraient de déterminer, dans notre ville, par exemple à Toronto, que notre conseil municipal est parfaitement habilité à créer un salaire de subsistance pour les travailleurs essentiels. Il ne s'agit donc plus seulement du salaire minimum, mais d'un salaire supérieur au salaire minimum, éventuellement dans une certaine mesure. Cela permettrait à la ville de travailler avec les fournisseurs qui y souscrivent, de sorte que la marée montante soulèverait tous les bateaux. Je pense que nous ne pouvons pas, d'une part, dire que nous voulons absolument qu'ils travaillent dans nos villes ou dans nos institutions et qu'ils assurent notre sécurité et, d'autre part, ne pas les rémunérer en conséquence. Je pense donc qu'il y a là une opportunité à saisir. Il y a d'ailleurs beaucoup de questions sans réponse concernant l'avenir de l'immigration au Canada, l'avenir de l'immigration dans les villes, basées sur un grand nombre de questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre. Je pense qu'il est important de les mettre sur la table. Nous ne savons pas, par exemple, si les entreprises commerciales, les sociétés, adopteront la possibilité de travailler à distance, car cela semble avoir très bien fonctionné. Elles se demandent donc pourquoi nous avons besoin de ces biens immobiliers à prix élevé sur Bay Street.

Mary W. Rowe [00:42:07] Certains d'entre eux le pensent. Certains d'entre eux se posent la question

Sénatrice Ratna Omidvar [00:42:11] Et si les logements à prix élevé de Toronto, Vancouver ou Montréal étaient touchés parce que les gens ou les entreprises choisissent de travailler à domicile ? Cela libérerait plus de logements, plus de logements abordables. Quel serait l'impact sur les transports ? Peut-être que moins de gens utiliseraient les transports urbains. Il y a donc tout un tas de choses que j'ignore et j'aimerais avoir cette conversation dans un an, lorsque nous en saurons un peu plus. Enfin, nous ne savons pas - j'ai parlé à beaucoup de gens à l'étranger. Ils ont suspendu leurs projets de migration. Pas seulement leurs projets de voyage, mais aussi leurs projets de migration, parce qu'ils ne savent pas à quoi ils vont être confrontés en voyageant dans un nouveau pays. Il y a donc tout un tas de choses que nous ne savons pas. Et je serais ravi d'avoir à nouveau cette conversation.

Mary W. Rowe [00:43:09] Nous avons votre numéro. Nous ferons en sorte de l'avoir à nouveau. Et nous n'attendrons probablement pas un an parce que le temps COVID accélère tout. Ce qui était un an est maintenant deux mois. Lisa ?

Lisa Lalande [00:43:17] Oui, je voulais juste dire -

Mary W. Rowe [00:43:21] Je voudrais d'abord vous poser une question. Sur le chat - les gens sur le chat demandent, devons-nous - la croissance est-elle nécessairement un fait acquis ? Peut-être que la croissance n'est pas une bonne chose et que notre coût de croissance devrait être envisagé différemment ? Je vois que cela a fait bouger les choses. Yassir secoue la tête. Lisa ?

Lisa Lalande [00:43:41] Je veux dire que Yassir a soulevé un bon point. Nous sommes une société vieillissante et nous devenons un pays de personnes âgées. Et le vieillissement de la société a des conséquences économiques. Cela signifie qu'il y aura plus de gens qui travailleront pour essayer de couvrir les dépenses de notre population vieillissante. Nous ne serons plus en mesure de financer les programmes que nous avons mis en place aujourd'hui. Il s'agit donc de savoir quel avenir nous voulons pour nos enfants, nos petits-enfants et leurs enfants. Le fait est que si nous maintenons le rythme actuel de l'immigration, la croissance du PIB du Canada devrait ralentir.

Mary W. Rowe [00:44:24] Je veux dire que c'est COVID - c'est pré-COVID dont vous parlez. Vous parlez du taux pré-COVID, n'est-ce pas ?

Lisa Lalande [00:44:29] C'est vrai. Et donc, je veux dire, nous étions déjà, vous savez, nous nous attendions déjà à une augmentation. Pour les soins de santé, les coûts allaient augmenter chaque année, en moyenne de 4 % au cours de la décennie à venir, en raison du vieillissement de la population. À combien s'élèvent ces coûts aujourd'hui ? Je voudrais aborder un point, et je pense qu'il est important. Il s'agit des attitudes, des attitudes des Canadiens à l'égard de l'immigration. Il est possible que la pandémie exacerbe la xénophobie et les sentiments anti-immigrés. C'est une question légitime : cela se produira-t-il au Canada ? Car nous constatons déjà, de manière anecdotique dans les nouvelles, que cela se produit dans certaines communautés. Mais le fait est que nous ne savons pas vraiment jusqu'où cela ira pour les Canadiens. En 2019, Environics a réalisé une étude sur les perceptions des Canadiens à l'égard de l'immigration. Dans l'ensemble, et nous sommes en 2019, nous sommes avant la pandémie, je sais. Mais dans l'ensemble, les Canadiens continuent d'être plus positifs que négatifs quant au nombre d'immigrants arrivant au Canada et aux avantages qu'ils apportent. Et les préoccupations du public quant à la question de savoir si les nouveaux arrivants adoptent correctement les valeurs canadiennes et la légitimité des demandeurs d'asile n'ont pas augmenté de 2018 à 2019. Elles sont restées les mêmes. Et ce n'était pas, ce n'était pas une partie - les questions d'immigration n'étaient pas du tout une partie importante de notre dernière élection. Je pense donc que, lorsque les choses sont bien faites, la plupart des Canadiens accepteront la notion d'immigration et reconnaîtront les contributions économiques et autres qu'ils apportent à notre pays. Mais je pense que Ratna a raison, à la lumière de COVID, il y a tellement de facteurs, tellement de choses qui changent et tellement d'anxiété qu'il est difficile de faire des prévisions.

Mary W. Rowe [00:46:13] Oui. Yassir.

Yasir Naqvi [00:46:15] Oui. Vous savez, je voudrais aborder la question de la croissance parce que j'en entends souvent parler. Je pense que les membres du panel le savent : dans mon ancienne vie, j'étais politicien. Je représentais une circonscription du centre-ville ici à Ottawa. Par conséquent, je frappais aux portes tous les week-ends. Et le plus souvent, j'entendais deux choses lorsque je demandais aux gens : "Comment puis-je vous aider ? Un jour, ils diront : "Réduisez mes impôts", comme beaucoup de gens le disent. Et deuxièmement, ils diront : "Et j'ai attendu neuf heures aux urgences, j'ai donc besoin de meilleurs soins de santé". Collecter moins d'argent, dépenser plus. C'est ça ? Une fois que j'ai eu suffisamment confiance en moi pour défier, commencer à défier les gens, j'ai dit : "Eh bien, ça n'arrivera pas." Si nous, vous savez, l'argent entre, l'argent sort. Si nous avons besoin d'argent pour payer ces services - les soins de santé sont le service le plus coûteux à fournir - et que vous ne pouvez pas réduire vos impôts, il y a une autre façon de procéder. Mais il y a une autre façon d'y parvenir, c'est d'augmenter l'assiette fiscale. Si vous avez plus de gens, plus de gens qui travaillent, ils paieront plus d'impôts et cet argent servira à financer les services sociaux. Pour répondre à la question de Lisa, alors que nous vivons dans un pays vieillissant où nous devons, à juste titre, prendre soin de nos aînés, et je pense que COVID a vraiment montré les failles de notre système, la solution n'est pas d'arrêter l'immigration, mais de préserver les quelques emplois que nous n'avons pas assez de personnes pour préserver et que l'activité fiscale est suffisante. Parce qu'ils seront confrontés à un grave problème. La solution consiste à faire venir plus de gens et à s'assurer que nous ne les faisons pas venir pour qu'ils deviennent des chauffeurs Uber, et il n'y a rien contre les chauffeurs Uber, mais pour créer une voie qui leur permette de réaliser leur potentiel économique. Ils peuvent ainsi exercer la profession qu'ils ont choisie, être performants et faire partie de la société, d'une société inclusive, au niveau qu'ils méritent. Ainsi, ils gagnent bien leur vie, paient plus d'impôts et ces impôts servent à financer nos services. Je veux dire que c'est une situation gagnant-gagnant pour nous tous. Et parfois, je trouve que, je ne sais pas, nous tous qui siégeons, vous savez, nous ne faisons peut-être pas un bon travail pour défendre cette cause ou démontrer que le résultat est un pays plus inclusif et plus prospère que nous sommes tous absolument déterminés à construire.

Mary W. Rowe [00:48:45] Je vais suggérer pour les prochaines minutes que nous nous concentrions, si possible, sur les spécificités des nouveaux arrivants et sur ce qu'ils vivent aujourd'hui, alors qu'ils se rétablissent. Au CUI, comme je l'ai dit, nous avons eu plusieurs conversations et le logement était l'un d'entre eux. Nous avons identifié toutes sortes de défis en matière de logement qui préexistaient : nous avons des densités oubliées, selon l'expression de Jay Pitter, où les gens vivent trop densément et ne sont pas en sécurité - souvent des nouveaux arrivants, souvent des personnes de couleur. Comment pouvons-nous améliorer la situation ? Et comme vous l'avez dit, Yasir, à propos de l'autorisation d'exercer - bon sang. Si, tout d'un coup, quelqu'un est autorisé à exercer, mais qu'ensuite il ne l'est plus, pouvons-nous trouver des moyens d'utiliser l'expérience COVID pour nous catalyser vers un meilleur endroit, en ce qui concerne les densités, en ce qui concerne l'autorisation d'exercer ? Que faire d'autre ? Qu'en est-il de la reprise des activités ? Au sein de CUI, nous dirigeons un projet appelé Bring Back Main Street, qui se concentre sur les entreprises de la rue principale, dont beaucoup sont détenues et gérées par des immigrés. Quelqu'un veut-il, Queenie, parler un peu de cela ? Du genre de...

Queenie Choo [00:49:52] Bien sûr. Vous savez, le logement est fondamental pour permettre aux gens de développer une communauté et des opportunités de liens sociaux et de savoir où ils vont résider. L'autre élément est le transport. Vous savez, surtout dans une zone urbaine, comment les transports en commun vont pouvoir aider les gens à aller d'un point à un autre, du point A au point B, surtout pour l'emploi des nouveaux arrivants. La mobilité est donc d'une importance vitale. Je voudrais donc aborder un peu la question des familles, des familles d'immigrés et de nouveaux arrivants. Comment allons-nous les soutenir, en tant que parents ? Comment allons-nous les aider à s'intégrer dans la société canadienne ? C'est d'une importance vitale. Qu'il s'agisse des soins de santé, des transports, de l'éducation, tout cela est très important. L'autre élément que vous avez abordé de manière très importante est la reconnaissance des diplômes étrangers. En tant qu'immigrante, j'ai été formée au Royaume-Uni, et lorsque je viens au Canada, je dois encore passer par le processus de reconnaissance des diplômes. Absolument, n'est-ce pas ? Parce que le Canada veut protéger la sécurité du public en termes de soins de santé. Je comprends parfaitement cela. Mais je pense que l'ensemble du système doit être réexaminé afin d'éviter que les nouveaux arrivants ne se heurtent à des obstacles pour obtenir leur autorisation d'exercer. C'est très réel, et j'en ai l'expérience personnelle. Même en déménageant de l'Alberta à la Colombie-Britannique, je dois m'assurer que j'obtiens la transférabilité, vous savez ? Comme je pratique en tant qu'infirmière autorisée, vous savez, comment se fait-il que ce soit différent d'une province à l'autre ? C'est un peu...

 Mary W. Rowe [00:51:54] Pensez-vous que nous pouvons accélérer les choses ? Je veux dire, pensez-vous que COVID a créé une sorte de crise et que soudainement nous l'avons fait. Nous avons également proposé un dispositif de revenu annuel. Il y a certaines choses que nous semblons soudainement pouvoir faire. Queenie, pensez-vous qu'il y ait - pensez-vous qu'il y ait une chance que nous soyons capables de faire perdurer ces choses ?

Queenie Choo [00:52:10] Eh bien, j'espère... il y a un certain nombre de choses qui, je l'espère, resteront. L'une d'entre elles est la prise en charge des personnes âgées. Il faut vraiment se pencher sur l'ensemble du système de soins de longue durée, sur la façon dont nous nous occupons de nos aînés. Deuxièmement, la manière dont nous délivrons les diplômes. Est-ce que ce sera la même chose qu'avant, qu'après le COVID ? Je pense donc que toute la question de la délivrance des diplômes et de la manière de procéder nous aidera à aider les nouveaux arrivants ou les Canadiens de souche à réussir. Je pense qu'il s'agit d'une question fondamentale : si le système fonctionne pendant la crise COVID, comment se fait-il qu'il soit différent après COVID ? Voilà donc les choses que nous devons examiner et nous demander fondamentalement ce qui a du sens et comment nous allons apporter de la valeur à la communauté plutôt que de semer la discorde.

Mary W. Rowe [00:53:03] Je l'ai. Ratna.

Sénatrice Ratna Omidvar [00:53:05] Je pense donc qu'il faut commencer par une observation éprouvée. Mais c'est vrai. Ne laissons pas une crise se perdre. Cette crise va nous apprendre des choses sur notre nation, sur nous-mêmes, sur la façon dont nous réagissons. Et je pense qu'il est important d'utiliser ce levier pour réfléchir et accélérer certaines des solutions qui ont été proposées. [Je pense que nous sommes tous d'accord sur le lien entre la population, la croissance et la prospérité. [Il y a maintenant un choix à faire. Nous pouvons être une nation plus petite. C'est une bonne chose. Il y a suffisamment de personnes dans le chat qui proposent, vous savez, une réduction de l'économie ou de la population. Mais je pense que cela a des conséquences. Nous sommes un très petit pays en termes de population, et si nous voulons que nos produits, nos biens et nos services attirent un marché, ce marché n'est pas au Canada. Il doit se trouver à l'extérieur. Et l'immigration nous rend globaux, elle nous rend pluralistes, elle nous rend partie intégrante du réseau mondial. Et je pense qu'un pays moyen, une puissance moyenne comme le Canada, doit en être doté. Je crois que la question des réfugiés, et je voudrais utiliser un peu de mon temps, Mary, pour y répondre. Je pense que chaque être humain est unique. Mais je pense que tout comme il y a un impact différencié sur certaines populations pendant la crise - pensons aux enfants et à la santé mentale, pensons aux femmes dans les refuges - il n'y a absolument aucun doute dans mon esprit que pour les réfugiés qui sont arrivés au Canada au cours de l'année ou des deux dernières années, qui luttent pour obtenir leurs jambes canadiennes un peu, cette crise a créé un défi important pour eux alors qu'ils vont de l'avant. Je souhaite donc que cette conversation prenne en compte ce contexte particulier de la vie des réfugiés. Ils ont moins de capital social, moins de capital économique. S'ils ont la chance d'avoir un parrain, un parrain privé, la situation est un peu différente. Mais, vous savez, supposer qu'ils maîtrisent la technologie après avoir vécu dans des camps pendant Dieu sait combien d'années, et j'ai parrainé une famille qui l'a fait, je pense que c'est un peu exagéré. Je pense donc que nous voulons reconnaître la réalité de l'isolement qui peut avoir un impact différent sur les familles de réfugiés. Et je pense que nous devons en être conscients. Enfin, vous savez, je voudrais dire qu'il y a des divergences d'opinion à ce sujet. Personnellement, j'ai été très soulagée que l'immigration n'ait pas fait la une des journaux lors des dernières élections. Entre-temps, j'ai appris qu'il s'agit d'une de ces questions pour lesquelles vous pouvez disposer de toutes les preuves, Lisa, Yassir, Queenie, de toutes les preuves du monde. Et il suffit d'une anecdote pour que la conversation soit détournée. Je suis donc personnellement heureux. Je ne crois pas qu'en tant que nation, surtout en période de crise, nous soyons en mesure d'avoir une conversation mûre et nuancée sur le long terme. J'espère donc que les affaires continueront, non pas "comme d'habitude", mais qu'elles continueront dans la nouvelle normalité. Et cette nouvelle normalité pourrait bien propulser les villes sur le devant de la scène. Elle pourrait bien nous amener à réfléchir différemment aux types de qualités et de compétences que les immigrants doivent posséder pour se hisser au sommet de la hiérarchie, et à repenser la façon dont nous les rémunérons, qu'il s'agisse de rémunérations privées ou de rémunérations publiques. Vous savez, on parle dans les forums de discussion de Mincome. Cinquante sénateurs exhortent le gouvernement à profiter de cette occasion pour lancer un programme de revenu minimum de base, comme le préconise l'ancien sénateur Arthur Eggleton de Toronto. Ce sont donc autant d'occasions de ne pas gaspiller une crise.

Mary W. Rowe [00:57:31] Et 30 secondes aux trois autres pour ne pas laisser cette crise se perdre. Lisa, s'il y a quelque chose que vous aimeriez voir perdurer, qu'est-ce que c'est ?

 Lisa Lalande [00:57:41] Oui. Eh bien, vous savez, je pense que je veux renforcer le fait que nous nous sentons tous très anxieux en ce moment. Nous sommes incertains de ce que l'avenir nous réserve. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'un pays plus grand offre une certaine sécurité sociale et économique. Si nous sommes plus grands, nous ne nous sentirons pas nécessairement petits face à des pays plus grands et plus dominants. [00:58:06] Et nous pouvons jouer un rôle de leader mondial, en particulier sur la question de l'immigration, en démontrant aux autres pays que nous pouvons être à la fois économiquement prospères et socialement inclusifs. Ces deux choses peuvent exister ensemble. Et ce rôle de leader, à mon avis, est plus que jamais nécessaire. [18.4s]

Mary W. Rowe [00:58:25] Yassir ?

Yasir Naqvi [00:58:26] Vous savez, être Canadien, c'est devenir compatissant. J'espère donc que nous ne perdrons pas cette compassion. Même si l'on nous a demandé de nous éloigner physiquement, c'est l'occasion d'être encore plus inclusifs socialement les uns envers les autres. Je continue à rappeler aux gens qu'il faut trouver des moyens de tendre la main. Oui, nous essayons de rester en contact avec les membres de notre famille par le biais de la technologie. Mais j'espère que nous faisons de même avec nos voisins à notre droite, à notre gauche, devant nous. Il faut leur tendre la main et s'assurer qu'ils vont bien. C'est ainsi que l'on construit une société. C'est ce qui a fait le succès de la société canadienne. Et nous devons nous concentrer encore davantage sur l'inclusion - veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte.

Mary W. Rowe [00:59:12] 30 dernières secondes pour vous, Queenie. 30 secondes, c'est tout ce que nous avons.

Queenie Choo [00:59:16] Merci. C'est un plaisir de parler de la diversité. Je vois la diversité comme un atout pour le pays plutôt que comme un obstacle. Je vois la diversité comme un moyen de parvenir à la prospérité économique. Et je pense que nous devrions l'embrasser plus que jamais après cette crise COVID-19 pour vraiment tirer parti de ce que nous avons, du talent que nous apportons à notre pays.

Mary W. Rowe [00:59:50] Merci. Je tiens à vous remercier de vous être joints à nous aujourd'hui. Il y a beaucoup de sujets sur lesquels vous allez stimuler la conversation et cette relation entre la croissance, l'équité, l'inclusion et la durabilité. Et nous pourrons continuer à parler de beaucoup de choses. Et vous savez, ce qui est bien, c'est que ces conversations ne sont pas terminées, nous ne les résoudrons pas en une heure. Il reste encore beaucoup de travail à faire. Demain, nous recevrons le maire de Winnipeg, M. Bowman. J'espère que, dans l'esprit du tissu conjonctif de ce pays, vous écouterez tous ce que le maire Bowman a essayé de faire avant le COVID. Il a fait beaucoup de choses intéressantes à Winnipeg autour de certains des thèmes dont nous venons de parler - l'équité, la justice, l'inclusion et la durabilité. Il sera parmi nous demain à midi pour un entretien individuel avec le maire Bowman. L'autre dernière chose à dire à ce sujet, c'est que nous avons fait une expérience cette fois-ci. Nous avons dû passer à 11 h 30 (heure de l'Est) en raison d'un conflit d'horaire avec l'un des participants. Nous avons reçu des commentaires de jeunes participants qui ont des enfants à la maison et qui nous ont dit qu'il leur était difficile d'écouter l'émission à midi, heure de l'Est. Ils aimeraient donc que nous changions d'heure. Voilà le dilemme. C'est l'heure du déjeuner quelque part, partout. Quelle que soit l'heure à laquelle nous diffusons l'émission, quelqu'un sera en train de déjeuner. Nous allons donc mélanger un peu les choses. Mais nous allons généralement essayer d'être à la mi-journée dans le fuseau horaire de l'Est afin de ne pas tirer les gens de Vancouver du lit trop tôt et de ne pas manquer la région de l'Atlantique qui voudra prendre son thé de l'après-midi. Nous continuerons donc à respecter ces horaires. Mais si vous avez des commentaires à ce sujet, veuillez remplir le questionnaire, le questionnaire d'évaluation. Il se trouve dans le chat. Vous pourrez ainsi nous faire part de vos commentaires. Et si je peux remercier Ratna, Lisa, Yassir et Queenie, merci de vous être joints à nous. C'est un sujet très important et nous sommes très heureux de vous avoir sur CityTalk et la conversation continue. Je vous remercie. Je vous remercie. Je vous souhaite bonne chance.

 Lisa Lalande [01:01:34] Au revoir à tous.

Audience complète
Transcription de la salle de discussion

Note au lecteur : Les commentaires sur le chat ont été édités pour faciliter la lecture. Le texte n'a pas été modifié pour des raisons d'orthographe ou de grammaire. Pour toute question ou préoccupation, veuillez contacter events@canurb.org en indiquant "Commentaires sur le chat" dans l'objet du message.

11:33:05 De Emily Wall, personnel de l'IUC : covidresponse@canurb.org

11:34:19 De Emily Wall, personnel de CUI : Veuillez sélectionner "tous les panélistes et participants" dans la fonction de chat afin que tout le monde puisse lire vos commentaires.

11:34:50 De l'Institut urbain du Canada : #citytalk

11:35:10 De l'Institut urbain du Canada : https://canurb.org/citytalk

11:35:49 De Lynda Chubak : Bonjour à tous. Merci pour ce webinaire et pour votre travail.

11:37:18 D'Emily Wall, de l'équipe de l'IUC : Le panel d'aujourd'hui :

Queenie Choo - https://twitter.com/queeniechoo

https://www.successbc.ca/eng/

Lisa Lalande - https://twitter.com/lalandelisa

https://www.centuryinitiative.ca

Yasir Naqvi - https://twitter.com/yasir_naqvi

Homepage

Ratna Omidvar - https://twitter.com/ratnaomi

Accueil

11:42:54 De Patrick Kyba : Notre société a récemment achevé une importante étude COVID-19 et publié un rapport sur les nouveaux Canadiens qui fait écho aux commentaires de Queenie. Vous pouvez le consulter ici : https://portal.advanis.net/a/en/report/saas004950/MTIz.AXR33Quj4bRNCHzAXv2G_z0MdlA/

11:43:49 De Abigail Slater (SCT) : @Patrick il n'est pas disponible sans privilèges de connexion

11:47:57 De Yasir Naqvi : Pour suivre notre réponse au COVID-19 - "Debout ensemble pour l'inclusion" - veuillez nous suivre sur www.inclusion.ca/covid-19-response.

11:48:28 De Abigail Slater (SCT) : Et le rôle des travailleurs de la santé en première ligne dans une société vieillissante,... dont beaucoup sont de nouveaux arrivants.

11:49:20 De Queenie Choo à tous les panélistes : le racisme et les crimes de haine n'ont pas leur place dans notre communauté. Restez fermes sur ce sujet

11:50:03 De Patrick Kyba : @abigail Le site devrait être public. Quel identifiant vous demande-t-on ?

11:50:23 De Abigail Slater (SCT) : @Patrick Advanic

11:50:26 De Abigail Slater (SCT) : Advanix

11:50:32 De Abigail Slater (SCT) : Advanis (ugh)

11:51:17 De Queenie Choo : le racisme et les crimes de haine n'ont pas leur place dans notre communauté. Soyons forts sur ce sujet

11:52:13 De Abigail Slater (SCT) : Une grande partie de notre système éducatif repose également sur l'immigration et sur une voie d'accès à la citoyenneté.

11:54:13 De John Meyer à tous les panélistes : Pour Ratna, l'immigration a permis de développer l'économie commerciale, mais elle a nui au revenu par habitant et à l'égalité. En effet, notre position de numéro deux mondial au début des années 60 est tombée au milieu des années 20 en raison de la stagnation des revenus, de l'augmentation de l'endettement et du gonflement des coûts du logement.

11:54:36 De Abigail Slater (SCT) : @Ratna TOUT A FAIT !

11:54:45 De l'Institut urbain du Canada : Bienvenue aux nouveaux participants ! Nous vous rappelons que vous devez changer vos paramètres de chat pour "tous les panélistes et participants" afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

11:55:58 De Patrick Kyba : @abigail Merci de nous l'avoir fait savoir. Nous pensons connaître le problème. Veillez à ajouter le / à la fin de l'URL. Nous corrigerons ce problème ultérieurement, mais si vous ajoutez le / à la fin de l'URL, vous devriez pouvoir accéder au rapport : https://portal.advanis.net/a/en/report/saas004950/MTIz.AXR33Quj4bRNCHzAXv2G_z0MdlA/

11:56:24 De Emily Wall, personnel de CUI : Aidez CUI à améliorer sa programmation CityTalk grâce à un court sondage post-webinaire - https://bit.ly/3ceLSN9

11:56:57 De Leo Doyle à Tous les panélistes : Compte tenu de la faible rémunération et des conditions de travail difficiles des travailleurs agricoles et des aides à la personne, n'est-ce pas créer une plus grande vulnérabilité pour ces travailleurs que de les cibler intensivement pour l'immigration ? Le problème ne réside-t-il pas en partie dans le fait qu'il s'agit d'emplois mal rémunérés et que trop de personnes vulnérables travaillent dans ces secteurs ?

11:56:58 De Catherine Manson : Question également sur l'impact sur les préoccupations financières de l'aide sociale - si de nombreuses personnes sont touchées par une baisse de revenu - ne peuvent pas se rétablir rapidement - est-ce le moment de discuter du revenu de base pour tous, y compris nos travailleurs migrants ?

11:59:24 De Leo Doyle à Tous les panélistes : M. Naqvi, en quoi la création d'un étalement urbain plus coûteux aide-t-elle les immigrés, dont au moins 25 à 40 sont des personnes à faible revenu ? Plus de terrains exurbains permettent de construire des maisons pour des personnes aisées à double revenu. Cela absorbe les recettes fiscales nécessaires pour soutenir les communautés urbaines, où les pauvres sont concentrés ?

11:59:31 De Angela Kiu à tous les panélistes : Il n'y a pas de mal à s'étendre un peu - l'essentiel est d'intégrer la planification et la conception des transports et de l'aménagement du territoire, avec de solides applications en matière de conception et de développement durables. Il suffit de laisser l'immigration se poursuivre comme d'habitude, afin de maintenir la croissance démographique pour contrer le vieillissement de la population. Oui, je suis tout à fait d'accord avec Lisa !

11:59:52 De Joseph Jozsa à Tous les panélistes : Je n'ai pas entendu parler des réfugiés ! Ils sont encore plus touchés...

11:59:57 De Donna Bolton-Steele : La vidéo "You clap for me, now" aborde les questions dont parlait Ratna. https://youtu.be/gXGIt_Y57tc

12:00:10 De l'Institut urbain du Canada : Chers amis, veuillez changer vos paramètres de chat pour "tous les panélistes et participants" afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

12:01:12 De Abigail Slater (SCT) : @patrick...il y avait le / (suis-je la seule ?)

12:04:48 De Angela Kiu : Il suffit de laisser l'immigration se poursuivre comme d'habitude. pour maintenir la croissance démographique afin de contrer le vieillissement de la population. Oui, je suis tout à fait d'accord avec Lisa ! Un équilibre doit se perpétuer. Les objectifs à plusieurs volets fonctionnent toujours mieux que les approches à un seul volet. Nous devons être stratégiques.

12:05:39 De Abigail Slater (SCT) : Dans quelle mesure le statut socio-économique disproportionné des nouveaux arrivants est-il systémique ? S'ils sont placés dans des emplois sans protection, et comme nous le savons, les établissements de soins de longue durée ne permettent pas le plein temps, ils doivent donc se déplacer d'un endroit à l'autre, etc.

12:06:12 De Phil Chalk : Le fait d'accorder le droit de vote, au moins au niveau municipal, aux nouveaux arrivants qui ne sont pas encore citoyens, favoriserait-il des résultats politiques plus équitables et plus efficaces pour les nouveaux arrivants ?

12:06:40 De Angela Kiu : Malheureusement, à propos de ce que Yasir vient de dire ...., beaucoup oublient que l'immigration est à l'origine de la création de nouvelles nations dans le monde entier.

12:06:42 De Patrick Kyba : @abigail Pouvez-vous essayer un autre navigateur ?

12:06:51 De John Meyer : Le vieillissement ? Le vieillissement est inévitable et l'immigration ne fait pratiquement rien pour modifier notre structure d'âge, même au taux le plus élevé au monde. Essayer d'anticiper le vieillissement revient à imposer des niveaux d'immigration extrêmement élevés et toujours croissants - la durabilité est extrêmement difficile à atteindre, même avec le niveau actuel de la population. Le vieillissement a été enterré il y a des décennies comme un problème à résoudre. Il s'agit d'un phénomène auquel nous devons nous adapter dans le cadre de la transition démographique entamée dans les années 1700. La structure par âge comprendra inévitablement une proportion plus élevée de personnes âgées. D'autres pays gèrent bien cette situation.

12:07:33 De Abigail Slater (SCT) : @patrick....Safari a fonctionné ! Merci d'avance !

12:07:35 De Carmichael Polonio : **Ovation debout pour Yasir**

12:07:48 De Angela Kiu : Oui, l'immigration est aujourd'hui le seul moyen d'assurer la croissance économique et la durabilité - une compréhension économique assez rudimentaire.

12:08:58 De Angela Kiu : @ Yasir - bien dit en ce qui concerne l'immigration et l'assiette fiscale, etc.

12:09:23 De Amy Calder : qu'en est-il des aides supplémentaires pour soutenir les jeunes qui fondent une famille ? indépendamment de leur statut d'immigrant ou de Canadien "local". Nous considérons l'immigration comme un moyen d'augmenter notre population et de soutenir l'économie, mais comme le dit @John Meyer ci-dessus, l'immigration ne résout pas le problème du vieillissement. Nous devons également augmenter nos taux de natalité

12:09:36 De Meghan Hollett à Tous les panélistes : Oui, parlons du droit de vote et du sentiment d'appartenance à votre ville.

12:11:08 De Juliana Dutkay à Tous les panélistes : La participation est-elle suffisante ? ou l'agence !

12:11:48 De Leen al zaibak à Tous les panélistes : Bien dit Yasir, ce qui est assez bien aujourd'hui devrait être assez bien demain. Un article intéressant qui parle de la nécessité de permettre aux médecins formés à l'étranger, dont on a grandement besoin, d'avoir un avenir dans le domaine médical après la crise. https://bit.ly/3cfgjTo

12:12:05 de Jelena Garic : Je suis d'accord pour l'autorisation d'exercer - d'où vient cette restriction à l'autorisation d'exercer et à l'éducation à l'étranger ? Pour le domaine médical en particulier, d'où vient cette restriction ? Du lobbying de l'industrie ou s'agit-il plutôt d'un jeu politique ?

12:12:11 De Juliana Dutkay : la participation est-elle suffisante ? ou l'agence est-elle réellement nécessaire ?

12:12:49 De Abigail Slater (SCT) : @Jelena l'octroi de licences est un magasin fermé !

12:13:17 De Angela Kiu : Augmenter les taux de natalité - c'est un choix qui appartient en grande partie aux individus. Cela correspond-il à son mode de vie, à ses attentes ? Bien sûr, les réductions d'impôts pour les enfants, etc. pourraient être des incitations... mais la meilleure approche est l'équilibre entre l'immigration et l'augmentation des taux de natalité naturelle. Il s'agit d'une stratégie à plusieurs volets, afin d'avoir les meilleures chances d'obtenir les résultats souhaités.

12:13:51 De Angela Kiu : Il n'y a pas de mal à s'étendre un peu - l'essentiel est d'intégrer la planification et la conception des transports et de l'aménagement du territoire, avec de solides applications en matière de conception et de développement durables.

12:14:00 De Bruce Newbold : Augmenter les taux de natalité ne marchera pas - il y a de nombreux exemples de pays ou de régions qui ont essayé en vain. L'augmentation de la population - indépendamment du vieillissement - doit se faire par le biais de l'immigration.

12:14:30 De Angela Kiu : @ Bruce - oui, c'est exact

12:14:54 De Abigail Slater (SCT) : (Lire Kate Raworth-Donut Economics)...la croissance du PIB est le moteur et personne n'a remis cela en question.

12:15:05 De Carmichael Polonio : https://timjackson.org.uk/ecological-economics/pwg/

Recommander ce livre

12:15:10 De Karandeep Singh à tous les panélistes : En tant qu'immigré, j'aimerais souligner à quel point il est difficile de mettre la main sur les opportunités qui existent sur le marché. Bien qu'il faille se mettre en réseau et en relation, mettre en avant ses qualifications et ses compétences, je connais tant de personnes qui luttent pendant de longues périodes pour décrocher un emploi digne de ce nom. Que ce soit parce que les entreprises finissent par embaucher en interne, parce qu'il y a suffisamment de demandeurs d'emploi issus des écoles canadiennes avec lesquels les immigrants sont en concurrence, ou parce qu'il y a tant d'autres facteurs qui entrent en ligne de compte. La recherche d'un emploi est devenue une science compliquée qui épuise mentalement, émotionnellement et financièrement...

12:15:15 De Abigail Slater (SCT) : Kate Raworth s'est interrogée sur l'incessante quête de croissance au détriment de tout le reste.

12:15:23 De Angela Kiu : @m Lisa - oui, c'est tout à fait vrai - la réalité et le pragmatisme que nous devons mettre en place.

12:15:44 De Brian Moss : La plupart des professions "protègent" les nouveaux venus dans leur domaine, et ce depuis de nombreuses décennies... je doute que cela change facilement...

12:15:57 De Karandeep Singh : En tant qu'immigré, j'aimerais souligner à quel point il est difficile de mettre la main sur les opportunités qui existent sur le marché. Bien que l'on fasse tout ce qu'il faut pour nouer des contacts, mettre en valeur ses qualifications et ses compétences, je connais beaucoup de personnes qui luttent pendant de longues périodes pour décrocher un emploi digne de ce nom. Que ce soit parce que les entreprises finissent par embaucher en interne, parce qu'il y a suffisamment de demandeurs d'emploi issus des écoles canadiennes avec lesquels les immigrants sont en concurrence, ou parce qu'il y a tant d'autres facteurs qui entrent en ligne de compte. La recherche d'un emploi est devenue une science compliquée qui épuise mentalement, émotionnellement et financièrement...

12:15:58 De A A : Pour les nouveaux arrivants, il s'agit d'un endroit unique où ce label existe. S'il s'agit d'une catégorie, il doit y avoir une raison à la ségrégation signalée par la catégorie.

12:16:08 De Emily Wall, personnel de CUI : Aidez CUI à améliorer sa programmation CityTalk grâce à un court sondage post-webinaire - https://bit.ly/3ceLSN9

12:16:09 De l'Institut urbain du Canada : L'IUC est à la recherche de bénévoles pour nous aider à poursuivre l'excellent travail de nos initiatives COVID-19. Si vous pouvez nous aider, veuillez nous contacter à l'adresse suivante : covidresponse@canurb.org

12:16:11 De Catherine Manson : Comment s'assurer que le gouvernement a ces conversations - Le Sénat peut-il prendre l'initiative alors que le gouvernement tentera de défendre la protection de l'économie et le contrecoup de la dette nationale ?

12:16:39 De Carmichael Polonio : Mais COVID va-t-il aussi provoquer un pic migratoire, dans quelques mois, alors que les pays émergents connaissent des difficultés....

12:16:40 De Amy Calder : Si l'augmentation des taux de natalité "ne fonctionne pas", que se passera-t-il après quelques générations lorsque les immigrés auront moins d'enfants ? Il n'y aura que plus d'immigrés ? Voyez-vous le défi que cela représente ?

Un équilibre est certainement nécessaire, mais si les nouveaux arrivants ont du mal à vivre en raison des possibilités économiques limitées qui leur sont offertes à leur arrivée, comment pourront-ils continuer à contribuer à la croissance de la population à l'avenir ?

12:17:38 De A A : Je me demande si les nouveaux arrivants/immigrés sont inclus dans les plans destinés aux nouveaux arrivants/immigrés ?

12:17:50 De John Meyer : La taille de l'économie commerciale n'est pas pertinente. Le revenu par habitant est l'indicateur d'une économie saine. Le seuil de rentabilité pour les emplois à fiscalité positive est d'environ 43 000 dollars par an. La qualité de l'emploi importe peu, pas le nombre d'emplois créés, car les déficits augmentent et le filet de sécurité sociale se dégrade sur le dos d'un nombre croissant de travailleurs pauvres.

12:18:00 De Samira Farahani : Qu'en est-il de l'utilisation injuste du système par les immigrants ? Tous ceux qui gagnent des millions, des millions d'argent dans leur pays et qui viennent ici en prétendant n'avoir aucun revenu et qui, malheureusement, utilisent l'argent des impôts pour obtenir des services d'aide à la famille autant qu'ils le peuvent.

12:18:08 De Abigail Slater (SCT) : Les politiciens ont peur de dire la réalité. Le mouvement anti-impôts a délivré un message qu'il est très difficile de contrer. La valeur des impôts n'a jamais été communiquée de manière efficace.

12:18:57 De Jiya Benni : @Karandeep - et Covid a rendu les choses encore plus difficiles !

12:19:39 De Melda Tanrikulu : J'ai étudié l'urbanisme pendant 9 ans + 14 ans d'expérience.

12:19:49 De l'Institut urbain du Canada : Vous trouverez les transcriptions et les enregistrements du webinaire d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à l'adresse suivante

https://canurb.org/citytalk

12:20:37 De Melda Tanrikulu : Le pays m'a acceptée en tant que travailleuse qualifiée, mais mes compétences ne sont pas prises en compte. Je suis heureuse de reprendre mon travail au restaurant, mais est-ce durable ?

12:20:55 De Abigail Slater (SCT) : L'ensemble des soins de santé (établissements de longue durée) doit également être réformé... des salaires qui reflètent le service essentiel et des conditions de sécurité pour les travailleurs et les résidents.

12:21:02 De A A : en effet, et cet élargissement de la catégorie des travailleurs de la santé agréés peut s'appliquer à un plus grand nombre de secteurs.

12:21:23 De Sandy Agnew à Tous les panélistes : Yasir a tort. La croissance continue n'est pas possible. Nous vivons déjà au-delà de la capacité de la planète à supporter notre mode de vie. Regardez la perspective globale.

12:21:50 De Jelena Garic : @Abigail C'est juste et il y a des avantages à cela, mais cela ne signifie pas que le nombre de membres ne peut pas être augmenté. Ou avoir un système pour incorporer les nouveaux venus dans le système d'une manière plus équitable - en fournissant des programmes de formation jusqu'à ce qu'ils soient prêts à pratiquer ici, etc.

12:22:34 De Lorne Cutler : L'un des principaux attraits de l'immigration au Canada est l'espoir d'une meilleure situation économique pour eux-mêmes ou leurs enfants. Si l'on ne fait pas croître l'économie, le gâteau restera de la même taille, voire se rétrécira, et le nombre de personnes essayant de manger le gâteau ne fera qu'augmenter. Comment le fait de ne pas faire croître l'économie pourrait-il permettre de maintenir les niveaux d'immigration actuels, sans parler de les augmenter ? Nous avons vu en 2008/2009, alors que l'économie ne s'est contractée que de 2 %, combien de personnes se sont retrouvées dans une situation économique désastreuse ?

12:22:36 De A A : si les soins de santé sont si vitaux et les répercussions si fatales, d'autres secteurs ont des conséquences moins fatales.

12:23:26 De Abigail Slater (SCT) : @Jelena... Je suis d'accord avec vous, je ne fais que refléter la nature fermée des diplômes. Je ne dis pas que c'est une bonne chose... le système médical ne dispose que d'un espace limité pour les étudiants en médecine (par exemple) et l'augmentation des diplômes signifie un financement plus important de la part des gouvernements... il s'agit donc d'une question à la fois politique et économique... il s'agit d'une réserve de financement limitée.

12:25:14 De Angela Kiu : Nous espérons que Covid-19 permettra de combler les lacunes et d'instaurer un nouvel ordre mondial pour une meilleure répartition de l'équité pour tous, dans tous les sens du terme.

12:25:25 De Emily Wall, personnel de CUI : Aidez CUI à améliorer sa programmation CityTalk grâce à un court sondage post-webinaire - https://bit.ly/3ceLSN9

12:25:46 De Jelena Garic : @Abigail Tout à fait - je ne pensais pas que vous étiez d'accord ou non. Je pense que les limites actuelles sont ce que nous devons examiner pour aller de l'avant. Je pense que nous devons redéfinir les capacités de ce système.

12:27:02 De l'Institut urbain du Canada : Continuez la conversation #citytalk

12:28:15 De Abigail Slater (SCT) : @Jelena "pouces en l'air"

12:28:39 De Jelena Garic : En ce qui concerne la croissance démographique, il y a aussi la question du changement climatique. L'avantage économique de la croissance est évident, mais je pense qu'il y a aussi cette perspective intéressante de ce qu'il advient des objectifs climatiques avec une population réduite. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas continuer à avoir de l'immigration, car notre population actuelle est en déclin, mais c'est un autre sujet de discussion intéressant.

12:29:08 De Jelena Garic : @Abigail haha, *pouces en l'air*

12:29:21 De John Meyer : Nous avons besoin d'une réinitialisation verte, et non d'une tentative de reconstruire l'économie des années 1950 dans la réalité environnementale des années 2020.

12:29:23 De Angela Kiu : Merci à tous les intervenants pour leur partage aujourd'hui ... et à tous ceux qui ont participé à ce webinaire. Prenez soin de vous tous ! Restez en sécurité!! :)

12:29:52 De Jelena Garic : @John Meyer Tout à fait !

12:30:30 De Shannon Markle : Merci pour cette excellente discussion aujourd'hui !

12:30:43 De Patrick Kyba : Merci à tous !

12:30:51 De Lynda Chubak : Merci !

12:31:09 De Charles Crenna : Merci d'avoir organisé cela !

12:32:03 De Abigail Slater (SCT) : C'est un grand pays !

12:32:08 De leen al zaibak à Tous les panélistes : Merveilleux webinaire, merci à tous les participants !

12:32:12 De Stephanie Gonos à tous les panélistes : merci.

12:32:12 De Queenie Choo : Merci pour votre temps

12:32:18 De Jelena Garic : Merci !

12:32:25 De Emily Wall, personnel de CUI : Aidez CUI à améliorer sa programmation CityTalk grâce à un court sondage post-webinaire - https://bit.ly/3ceLSN9

12:33:06 De Joseph Jozsa à Tous les panélistes : opportun ... .précieux ... orienté vers l'avenir ... il y a de l'espoir.

12:33:09 De Kellie Grant : Merci à tous - cette conversation donne matière à réflexion.

12:34:05 De Francis Wallace à tous les panélistes : Merci.

12:38:20 De l'Institut urbain du Canada : Veuillez laisser vos derniers commentaires dans le chat - nous fermerons dans quelques minutes.