Enregistrement en direct de la ville — St. Le maire de John, Danny Breen, et le maire de Barrie, Jeff Lehman

Une conversation franche avec Jeff Lehman, maire de la ville de Barrie, et Danny Breen, maire de St. John's, sur la façon dont leurs villes font face aux défis de COVID-19 et quels pourraient être les impacts à court, moyen et long terme comme

5 Clé
Plats à emporter

Un résumé des idées, des thèmes et des citations les plus convaincants de cette conversation franche

1. Plus d'une pandémie  

Les impacts différentiels de la pandémie de COVID-19 deviennent plus clairs. Des taux d'infection et de transmission très différents sont observés dans les grandes régions métropolitaines comme la région du Grand Toronto par rapport aux régions urbaines voisines comme Barrie. Pour St. John's, «les défis sont devenus des avantages» lorsque l'isolement du fait d'être une île semble avoir contribué au faible nombre de cas qu'ils ont subis. Mais le maire Lehman et le maire Breen se demandent tous les deux si les taux de transmission sont simplement un facteur de densité et tous deux attribuent la réponse de leurs communautés à l'aplatissement de la courbe de la pandémie.

2. Impacts et résilience

Malgré la baisse des taux d’infection, l’impact de la pandémie a été considérable. Les deux villes ont déjà connu des baisses dramatiques de leurs revenus et les dollars touristiques qu'elles attirent généralement ne seront pas là cette saison. St. John's a annulé ses trois grands festivals. Comme le dit le maire Breen, «2020 a été une année intéressante». Commençant par une chute de neige record qui a fermé la ville pendant huit jours et une baisse substantielle des prix du pétrole, COVID -19 n'est que le dernier choc à absorber par la ville. Les deux maires ont exprimé une nouvelle appréciation pour la résilience de leurs électeurs.

3. Soutenir la récupération

Le maire Lehman a identifié les trois éléments de la reprise comme étant la confiance, le capital et la capacité. La confiance est quelque chose qui devra venir de tous les membres de la communauté, de la capitale, des gouvernements fédéral et provincial, et la capacité est quelque chose que les deux gouvernements municipaux travaillent d'arrache-pied pour soutenir les entreprises locales dans le nouvel environnement. Beaucoup reste cependant inconnu, car les économies sont progressivement ouvertes en l'absence d'écoles et de garderies d'enfants, de systèmes de transport en commun restreints et de la menace permanente d'une éventuelle deuxième vague. «Il n'y a pas de livre de jeu sur ce qu'il faut faire dans cette pandémie», déclare le maire Breen.

4. Villes à l'avant

Le maire Lehman a noté que lorsque la pandémie a été déclarée pour la première fois, les villes ont agi «à la vitesse de l'éclair» pour fermer les choses avec une efficacité qui en a surpris beaucoup et ont pu empêcher les pires effets du COVID -19. Les villes sont à nouveau appelées à surprendre par leur agilité et leur innovation pour répondre aux besoins des entreprises et des communautés locales dans les premières étapes de la réouverture. Le maire Breen appelle les autres niveaux de gouvernement à reconnaître la capacité unique des villes à mener la reprise en fonction des forces et des priorités locales, en rappelant que «la construction de la ville est la construction de la nation».

5. Changements nécessaires pour aller de l'avant

Le maire Lehman a parlé de la nécessité de relèvement, de secours et de réforme après la pandémie. La situation que le maire Breen décrit où «le gouvernement fédéral a le financement, la province a la compétence et les villes ont les problèmes» n'est plus une option pour aller de l'avant. Les possibilités de changement structurel découlant de cette crise comprennent une certaine forme de «modernisation de la crise» du fédéralisme. Un transfert massif de résilience canadienne du gouvernement fédéral, de nouvelles capacités fiscales pour les villes ou le partage d'une partie fixe de la TVH sont toutes des options. La conversation n'est pas nouvelle, mais l'opportunité d'un changement significatif l'est.

Panneau complet
Transcription

Note aux lecteurs: Cette session vidéo a été transcrite à l'aide d'un logiciel de transcription automatique. L'édition manuelle a été entreprise dans le but d'améliorer la lisibilité et la clarté. Les questions ou préoccupations concernant la transcription peuvent être adressées à events@canurb.org avec «transcription» dans la ligne d'objet. 

Mary Rowe [00:00:40] Salut tout le monde, c'est Mary Rowe. Président de l'Institut urbain canadien. Merci de vous joindre à nous pour un autre épisode, épisode, édition de City Talk.

Mary Rowe [00:00:49] J'ai des notes que j'ai commencées quand nous avons commencé celles-ci et j'y fais référence à chaque fois lors de l'introduction. Et c'était à ce moment-là que nous faisions notre premier. Et je pense que vous êtes nos vingt-deuxièmes. Vous pourriez être notre vingt-troisième conférence sur la ville. L'appétit de ce pays pour essayer de comprendre quel a été l'impact du COVID 19 sur nos villes et nos gouvernements municipaux et ce qu'il est susceptible de se produire. Est-ce juste des tas de questions? Nous sommes donc très reconnaissants que des personnes comme vous prennent le temps de partager vos propres pensées et vos propres observations sur ce que vous avez vu et ce que vous avez affronté et ce que vous pensez de l'avenir. Et nous lançons ces émissions depuis Toronto, qui est le territoire traditionnel des Mississaugas du Credit, des Anishnabek, des Chippewa et des Haudenoshaunee et des Wendat. Et il abrite maintenant de nombreux peuples des Premières Nations, Inuits et Métis de toute l'île de la Tortue. Nous reconnaissons également que Toronto est couverte par le Traité 13 signé avec Mississaugas of the Credit et les traités Williams, qui ont été signés avec plusieurs nations Anishnabek. Et nous prenons toujours au sérieux notre obligation d'accepter la réalité de notre ascendance et l'histoire des terres que nous avons le privilège d'occuper. Ce fut une période extrêmement difficile pour les administrations municipales. CUI dès le début de COVID, nous voulions créer des outils qui nous permettraient d'apprendre les uns des autres parce que nous sommes dans le secteur des tissus conjonctifs. Nous avons donc mis en place City Watch Canada, la SPCA et la ville se partagent les candidats et ce sont deux plates-formes qui continuent d'être fortement peuplées de bénévoles et de partenaires à travers le pays. En fait, faites attention à ce que les gouvernements comme le vôtre ont fait, mais aussi à ce que les groupes communautaires, les associations professionnelles et les individus et toutes les sortes de moyens solides par lesquels la communauté innove et réagit. Et nous prévoyons qu'ils seront beaucoup plus de cela parce que nous nous dirigeons vers la phase suivante, qui est, vous savez, j'ai utilisé cette anecdote avant d'être à la Nouvelle-Orléans après Katrina. Et j'ai finalement déménagé là-bas, je suppose, un an après les tempêtes. J'étais allé là-bas régulièrement, mais en fait, j'ai déménagé là-bas et je suis arrivé là-bas et les lampadaires étaient allumés et j'ai pensé, oh, m'a fallu trop de temps pour arriver ici. Mais ce que j'ai découvert, c'est qu'il a fallu beaucoup de temps pour que la récupération ne soit pas rapide. Et nous allons avoir beaucoup d'ajustements à faire et beaucoup d'autres quand nous quitterons la phase d'urgence. Et je veux aussi simplement reconnaître que nous sommes conscients que nous ne sommes pas parvenus à une étape d'urgence dans de très nombreuses régions du Canada. Nous avons des milliers de Canadiens qui sont toujours en première ligne, sauvant des vies et assurant la sécurité des gens. Et bien que ces conversations ne visent jamais à remplacer cela.

Mary Rowe [00:03:26] Si vous vous connectez de quelque part.

[00:03:29] Dites-nous où vous êtes. Il y a une fonction de chat vraiment robuste dans Zoom et je regarde le chat et les deux maires peuvent également regarder le chat s'ils le souhaitent. Mais vous pouvez y poster des questions. Et souvent, ce qui se passe, ce sont les gens dans le chat qui répondent aux questions les uns des autres et nous enregistrons la session en vidéo et nous archivons également le chat. Donc, tout ce que vous mettez dans ce chat, les gars, ça reste là. Sachez juste que. Donc, pas comme Vegas, cela vous accompagne et nous sommes vraiment intéressés à entendre les questions que vous avez pour les maires et les régions que vous pensez être ce à quoi vous prévoyez qu'ils devraient se pencher à l'avenir et ce genre de choses. Ce n'est donc que le début de la conversation et nous encourageons toujours les gens à continuer. Ainsi, la fonction de chat reste active et vous pouvez accéder aux médias sociaux en utilisant #CityTalk. Et continuons simplement à analyser cela les uns avec les autres et à déterminer quelle sera la prochaine étape de la nouvelle normalité. Nous sommes donc très heureux d'accueillir deux maires chevronnés qui relèvent un défi particulier, des défis particuliers à leur communauté, en particulier à la situation dans laquelle ils se sont trouvés. Un en Ontario, un à Terre-Neuve. Et donc, messieurs, merci d'avoir pris le temps et de participer avec nous. Donc, et je vais juste l'ouvrir en demandant à chacun de vous si vous pouvez simplement nous donner une idée générale de ce à quoi cela ressemble, je suppose, devant votre porte d'entrée? Et avec quoi avez-vous accepté ces derniers temps? Je n'arrive pas à y croire, mais je pense que c'est 10 semaines. Commençons donc par vous, maire Lehman. Si nous pouvions simplement nous donner une image de ce qui se passe à Barry.

Maire Lehman [00:05:06] Devant ma porte d'entrée de l'hôtel de ville.

Maire Lehman [00:05:08] C'est notre rue principale historique et elle est en construction. Nous avons en fait accéléré la construction de trottoirs plus larges, ce qui était un projet de construction planifié.

Maire Lehman [00:05:18] Mais avec COVID, nous accélérons en fait le tout et espérons le faire à temps. Pour une partie de la récupération. Là où je suis, où je siège actuellement en Ontario, c'est en fait un peu l'histoire de trois pandémies. Nous avons entendu la discussion changer il y a environ un mois au sujet d'un problème qui se produisait dans les soins de longue durée avec des conséquences absolument tragiques. Et celui qui se produit dans la population générale, dont les efforts d'aplatissement de la courbe semblent fonctionner. Bien que nous ne soyons certainement pas sortis du bois. Et ce que je dirais, c'est que la troisième pandémie ou la troisième différence se situe en Ontario entre la RGT et tout le monde en dehors de la ceinture verte, les taux de COVID et leurs taux de transmission communautaire sont assez différents. Ils sont beaucoup plus élevés dans la région du Grand Toronto. Et pour cette raison, je pense que la province, sachant à juste titre que les gens se déplacent, est réticente à laisser rouvrir à un rythme différent les zones où la charge de travail est moindre. Et il y a beaucoup de problèmes qui vont de pair avec cela. Où nous sommes assis aujourd'hui. Nous sommes en train de rouvrir aujourd'hui. Nous permettons maintenant aux gens d'utiliser nos terrains de sport pour un usage individuel, absolument aucune activité de groupe. Les gens ne peuvent pas se rassembler en groupes de cinq, mais botter un ballon de soccer ou un frisbee et promener votre chien sur nos terrains de sport. Nous avons cent trente-deux parcs à Barrie, donc c'est une quantité importante d'espaces verts qui ouvre une voie piétonne de notre promenade Lakeshore pour permettre aux gens de marcher et de faire du vélo. Et lundi, nous avons la première de nos initiatives de rétablissement à venir. Il y a eu un effort depuis le troisième jour de la crise, le troisième jour de la crise, j'ai formé deux groupes de travail et un groupe de travail sur le soutien économique au sein d'un groupe de travail sur le soutien social. Et nous avons vraiment résolu des problèmes au cours des neuf dernières semaines en essayant d'aider les entreprises et de nous assurer que nos résidents les plus vulnérables reçoivent le soutien dont ils ont besoin. Mais en faisant cela, nous avons essayé de construire un peu d'infrastructure. La collecte de données sur les personnes vulnérables et ce dont elles ont besoin dans notre communauté a donc été formidable. Et je sais que vous entendez cela partout, mais la collaboration entre les niveaux de gouvernement et les organismes communautaires a vraiment été perceptible. Non seulement nous faisons les choses beaucoup plus rapidement dans certains cas, je pense que nous nous surprenons avec la rapidité avec laquelle nous déployons un programme pilote, mais la collaboration est bien meilleure. Alors. Donc, la première de nombreuses pièces de récupération en Ontario, ils ont permis une réouverture limitée du commerce de détail et de certaines installations extérieures, des terrains de golf, des choses comme ça. Mais nous attendons la réouverture des restaurants. Nous avons un secteur de la restauration très, très fort ici en ville, plus de 400 restaurants. Ils emploient des dizaines de milliers de personnes. Et nous voulons convertir les places de parking en patios, en aires de repos extérieures. Donc, notre programme pour faire cela va au conseil lundi soir. C'est un exemple du genre d'initiatives locales, d'efforts dirigés par les municipalités que nous essayons de déployer pour reconnaître que les clés de la reprise, et je m'arrêterai après cela, pour nous à bien des égards, sont la confiance, le capital et la capacité. Le capital devra provenir des gouvernements fédéral et provincial et ils transfèrent cet argent au secteur privé et aux organismes communautaires.

Maire Lehman [00:08:37] Cette confiance va devoir venir de nous tous qui essayons de lutter contre la propagation du virus et ensuite être en mesure d'opérer en toute sécurité avec distance. Et c'est là que ça arrive à pleine capacité. Et par capacité, j'entends à la fois le marché du travail, car il n'y a pas de véritable solution de garde d'enfants à l'heure actuelle et les écoles sont fermées à la moitié de la main-d'œuvre hors commission.

Maire Lehman [00:08:57] L'un des parents doit rester à la maison s'il travaille et ensuite et la capacité en termes d'espace physique dont nous aurons besoin dans les secteurs de l'économie qui ont été les plus durement touchés. Donc, cet espace physique est un élément que nous, les municipalités, pouvons vraiment aider à préserver.

Maire Lehman [00:09:13] Je pense que la garde d'enfants en est une dans laquelle au moins les municipalités ontariennes jouent un rôle majeur. Des choses comme les camps de jour et ainsi de suite pourraient finir par faire partie de la solution cet été. Mais dans tout cela, mon dernier commentaire de clôture sera que nous essayons de faire des choses qui renforcent la résilience en tant que communauté. Nous ne faisons donc pas que du soutien ou de la stimulation, bien que nous le fassions. Nous voulons également renforcer les capacités à la fois dans nos réseaux sociaux, notre tissu social, notre tissu physique et notre infrastructure économique qui durera parce que, comme vous l'avez dit au début, Mary, cela va être une longue et lente sortie. Ce n'est pas comme si vous remettiez un interrupteur en marche dans l'économie. Il est de retour. Ça va prendre du temps.

Mary Rowe [00:09:59] Nous écrivons des résumés de ces sessions, et c'est toujours génial quand nous avons Mariza parce que vous, messieurs, savez comment parler dans les extraits sonores. Donc, parce que vous avez du personnel là-bas qui vous transmet des messages clés de sorte que la confiance, le capital, la capacité, j'ai juste senti le petit cœur de mes collègues s'emballer qu'ils ont trois crochets pour écrire le résumé. Vous savez, votre commentaire, maire Lehman, est intéressant à propos de trois pandémies.

Mary Rowe [00:10:23] Je pense que les gens commencent à dire ceci et je suis sûr que le maire Breen va le renforcer, que l'expérience de COVID n'a pas été la même en fait. Tout le monde dit, oh, eh bien, c'est un excellent égaliseur, mais nous avons entendu constamment à travers tout le travail que nous avons fait, en fait, si vous vivez dans un type d'environnement particulier, vous êtes expérimenté. Et si vous disposez d'un ensemble particulier de ressources, votre expérience sera très différente de celle que vous ne possédez pas. Et donc, par exemple, les discussions sur la densité, si vous vivez dans des environnements denses où il y a des soutiens et des services publics autour de vous et des dispositions de sécurité que vous pouvez, votre expérience est assez différente de celle si vous viviez, vous vivez dans un pays à faible revenu. la densité qui a été mal conçue, n'a pas le genre de commodités qui l'entourent. Et c'est et vous êtes surpeuplé parce que l'immobilier est si cher que vous avez trop de gens qui vivent dans un petit espace. Donc, et je suis intéressé par votre commentaire selon lequel vous dites en fait qu'il y a une expérience urbaine, une expérience au centre-ville et ensuite une expérience en banlieue. Il y a une expérience rurale. Et l'une des choses que vous partagez tous les deux, c'est que vous êtes toutes les deux des villes qui ont tendance à attirer beaucoup de touristes. Et que va-t-il se passer dans ces circonstances? Je suis sûr que ce que cela a été, si vous voulez, j'adore votre idée de parking. C'est une idée formidable. Je pensais à ce genre de rhétorique l'autre jour qui imaginait si nous avions traité la question comme l'a fait l'Australie, où notre pire période, disons, était survenue en novembre. Et puis nous nous ouvrions en plein hiver.

Mary Rowe [00:11:50] Pouvez-vous imaginer? Oh, il n'y en aurait aucune possibilité. Nous serions tous blottis ensemble dans des parkas en essayant d'avoir du chocolat chaud sur la route.

Mary Rowe [00:11:59] Je ne sais pas comment cela fonctionnerait, mais c'est un petit hasard étrange, c'est que nous allons maintenant traverser une période où nous avons du beau temps. Alors, maire Breen, écoutons St John's, comme je vous l'ai dit lors de la conférence téléphonique. Je connais bien Terre-Neuve parce que je suis membre de Shore Fast, qui est ancré dans l'île Fogo, et je connais très bien l'importance des connexions et de la connectivité connectées pour le développement économique local. Et je sais que St John's a continué de jouer un rôle de chef de file dans ce domaine et de bâtir une sorte d'écosystème touristique durable pour l'ensemble de la province. Et je suis sûr que vous réfléchissez à la façon dont cela va être contesté. Mais parlez-nous un peu, si vous le pouvez, de ce que l'expérience et le COVID ont été à St. John's, car je pense que c'est assez différent de ce que cela a été dans le pays. Alors pouvez-vous nous le décrire?

Maire Breen [00:12:43] Oh, eh bien, 2020 a été une année intéressante pour nous. Nous n'en sommes qu'à cinq mois. Nous avons commencé l'année en janvier avec une chute de neige record, que nous appelons snowmageddon. Nous nous sommes donc retrouvés dans un état d'urgence de huit jours. En dehors de cela, nous avons également été soumis à des pressions continues sur le gouvernement provincial au cours des dernières années, avec nos finances provinciales, avec la possibilité d'avoir des tarifs d'électricité élevés dans notre avenir. Nous l'avons donc fait en janvier. Nous en sortions juste. Et les entreprises, vous savez, lorsqu'elles sont fermées pendant huit jours. C'est donc beaucoup à tout moment par an. Nous en sommes donc sortis dans COVID 19 au même moment ou à peu près au même moment. Bien sûr, les prix du pétrole ont baissé à environ 50 pour cent de ce sur quoi reposait le privilège. Ouais. Donc, sur le plan économique, nous avons eu une première partie de 2020 très, très difficile. Et je dirais que cela va continuer pendant un certain temps. Donc, en ce qui concerne COVID 19, nous vous le savons, nous n'avons jamais été assez chanceux car nous n'avons jamais eu un nombre élevé de cas. Mais nous avons fait un excellent travail et la communauté a fait un excellent travail. Les gens ont fait un excellent travail en aplatissant la courbe. Et nous avons pu réduire ces cas. Nous étions sous pour les 11, 12 dernières semaines. Nous avons été dans des conditions assez strictes. Certaines d'entre elles ont été allégées il y a quelques semaines et levées et autorisant certaines entreprises dotées de devantures de magasin, je pense qu'elles pourront ouvrir dans la phase suivante. Mais nous avons des bureaux qui s'ouvrent. Nous avons beaucoup de gens qui travaillent à domicile, ce qui, je pense, sera intéressant de voir l'impact que cela aura sur les municipalités en termes de finances à l'avenir. Comme vous le savez, nos revenus sont tous basés sur la valeur foncière des impôts fonciers. Donc tu sais. Demande. Que se passe-t-il avec les personnes travaillant à domicile? hors site va être ça va être intéressant. Nous en sommes donc à deux semaines dans la première phase et maintenant nous y sommes, nous allons entrer dans le genre de phase de réouverture. La plus grande partie bientôt. Cela a été assez difficile. L'impact sur l'économie lorsque vous prenez toutes ces choses ensemble a vraiment été vraiment important en ce moment en termes de COVID où nous sommes dans le fait que nous, vous savez, avons fait les choses que nous devions faire, comme le report des impôts. pour une période de temps. Je pense que nous sommes au trente et un août en ce moment. Le plus délicat, pour les municipalités, c'est que vous ne savez pas quel sera l'impact réel. Vous ne savez pas quand le quoi, quand tout va revenir à l'ouverture. Vous ne savez pas vraiment quel en sera l'impact. Nous essayons donc de le déterminer maintenant en examinant nos finances, en cherchant des moyens d'aider les entreprises à rouvrir et de les aider à prospérer. Nous cherchons des moyens d'étendre nos activités aux restaurants de notre centre-ville, des moyens d'accroître leur capacité en occupant de l'espace dans les rues pour les tables. C'est devenu une partie de notre aspect. Examiner comment nous pouvons les aider à résoudre certains de leurs problèmes afin de supprimer essentiellement certaines des approbations réglementaires dont ils pourraient avoir besoin pour que cela puisse fonctionner. Ainsi, par exemple, si vous avez un restaurant qui a des places de stationnement, alors peut-être qu'ils voudront peut-être dans le parking, ils voudront peut-être agrandir leur terrasse. Ensuite, nous devons être en mesure de réagir rapidement à cela. Je répondrai rapidement à nos entreprises pour les aider à les aider. Les résidents en termes de nous sommes juste maintenant. Nos parcs sont rouverts pour se promener et faire du vélo. Nous espérons les ouvrir bientôt pour que les gens puissent en profiter encore plus. Nous avons donc beaucoup plus de gens qui marchent. Nous allons fermer des sections de certaines rues, bientôt pour les marcheurs et les cyclistes à mesure que nous entrerons dans le meilleur temps. Je trouve donc qu'en termes de, nous devons réagir davantage en tant que municipalités aux besoins des résidents et aux besoins des entreprises en raison des mesures qui sont prises. Donc, nous avons tendance à que personne n'a besoin de jouer au livre ici pour dire que c'est ce que vous faites quand vous avez une pandémie et que nous n'en avons pas non plus parce que nous prenons les directives du gouvernement provincial et prenons les décisions que nous devons prendre. pour aider les gens à les traverser et se conformer à ces recommandations et directives.

Mary Rowe [00:18:09] Oui, je pense, vous savez, nous avons utilisé cette expression que c'est un accélérateur de particules, vous savez, que les choses qui, des défis préexistants ou peut-être aussi des actifs préexistants dans les villes, pré-COVID et ont été complètement détruits. Et vous êtes vraiment, vous savez, tout d'un coup, vous êtes vraiment confronté à des inégalités, disons, ou des logements inadéquats ou ou de la même façon, si vous aviez des quartiers qui avaient de bons services publics et de bons équipements publics, si c'était le cas si il a été conçu de manière à ce que vous puissiez sortir, ces endroits se sont mieux comportés. C'est donc un moment très intéressant pour nous de faire une correction de cap. Je taquinais un maire Lehman que je sais que son père était un planificateur. Et donc, vous avez été élevé dans un foyer qui, je suppose, a eu beaucoup de conversations, Jeff, sur les raisons pour lesquelles l'environnement bâti est important et comment il fait une différence dans la qualité de nos vies. Et nous pouvons maintenant voir des zones qui étaient très mal planifiées et qui n'ont pas bien fonctionné et qui ont été plus en difficulté. Il sera donc intéressant de voir si nous changeons. Pouvons-nous revenir sur cette idée du maire Breen de votre point de vue, en avez-vous beaucoup et peut-être pas autant? Y a-t-il beaucoup de Terre-Neuviens qui vont dans le sud pour l'hiver et qui reviennent ensuite? As tu? Est-ce l'une des raisons pour lesquelles vous n'avez pas vu un afflux de cas, est-ce que les gens ne reviennent pas après le congé de mars comme l'ont fait l'Ontario?

Maire Breen [00:19:28] Je vous le savez, je ne sais pas ce qui s'est passé en termes de note la plus basse, le plus petit nombre de cas. Je pense que je pense que les résidents se sont vraiment réunis et ont vraiment fait un effort concerté pour aplatir la courbe. Et écoutez les recommandations et les avez prises très au sérieux. Je pense qu'il y a deux ou trois choses à propos de Terre-Neuve-et-Labrador qui fonctionnent à notre avantage étant une île, je pense que nous devons admettre que vous savez, car c'est une chose étrange, mais. Les choses qui étaient autrefois des défis que nous avions étaient maintenant des avantages dans ce cas.

Maire Breen [00:20:07] Et je pense aussi, faute de densité, que nous ne sommes pas une ville ou une région très densément peuplée.

Maire Breen [00:20:16] Ce manque de densité nous a donc également aidés.

Mary Rowe [00:20:21] Je me demande s'il s'agit d'un manque de densité ou simplement d'un manque de personnel, parce que nous avons des exemples dans d'autres juridictions où des environnements denses ont en fait des environnements moins denses et moins denses, mais peuplés. Donc, Peel, par exemple, en Ontario, est en tête en ce moment, je pense. N'est-ce pas le maire Lehman, je pense que près de 40 p. 100 des nouveaux cas se trouvent actuellement à Peel, à Brampton, à Mississauga.

Maire Lehman [00:20:45] Après Toronto, ils sont les plus élevés.

Mary Rowe [00:20:47] Et ils ne sont pas du tout denses. Il y a beaucoup de unifamiliales là-bas. C'est donc une conversation nuancée. C'est une chose délicate. Monsieur le maire Lehman, voulez-vous parler un peu des choses particulières que vous voyez et que vous diriez où Barrie est différente des autres endroits.

Maire Lehman [00:21:04] Bien sûr. Eh bien, je veux dire, encore une fois, pour revenir à ce genre d'histoire de deux pandémies, des environnements de soins collectifs, qui se sont révélés les plus dangereux pendant le COVID. Nous et moi, vous savez, frappons du bois en disant cela. Nous avons été assez chanceux. Un établissement de soins de longue durée a connu une épidémie aux conséquences tragiques. Mais même eux ont pu y arriver assez rapidement. Et nous avons eu de la chance parce qu'il y a 21 établissements de soins de longue durée dans la ville de Barrie.

Mary Rowe [00:21:37] permettez-moi de vous demander, maire Breen, combien d'établissements de soins de longue durée avez-vous à St. John's?

Maire Breen [00:21:42] Oh, il y en aura. Mais il y en a un qui appartient au gouvernement, puis il y en a plusieurs, privés et privés. Et là, il y a eu un gros problème.

Mary Rowe [00:21:59] Wow. Revenez donc à vous, maire Lehman. Parce que nous savons que cela a été le cas. Et c'est une autre situation où l'un des pires cas était dans une zone rurale, Bobcaygeon, un établissement de soins de longue durée en milieu rural. Droit.

Maire Lehman [00:22:11] Ouais. Et je vous le sais, je pense que s'il y a une leçon pour moi sur le COVID qui dépasse toutes les autres, c'est comment, franchement, nous avons laissé tomber nos personnes âgées en termes de soins de longue durée. Je veux dire, c'est une situation où l'infection, le contrôle des infections, ce qui aurait dû être quelque chose que nous aurions pu réussir à protéger, a échoué. Et il y a des raisons systémiques à cela. Soyons honnêtes avec nous-mêmes. Il y a des raisons systémiques à cela. Lié à qui et comment les soins de longue durée sont fournis dans ce pays. Nous savons tous que cela doit être à l'avant-garde du changement à mesure que nous progressons, mais nous sommes toujours au milieu de celui-ci. Comme tu le dis, Mary. Je pense que dans la population en général, pour revenir à la question que vous avez posée, je veux dire, pourquoi Barrie a-t-il eu si peu de cas ici, par rapport à d'autres villes de notre taille dans la RGT ou autrement? Je veux dire, il y a donc l'élément de soins collectifs, qui est une réponse évidente. Je pense qu'il y a une capacité de distanciation physique qui est plus grande dans certains environnements et oui, la forme construite en fait partie. Et maintenant, vous avez mentionné mon père. En fait, cette crise a fait de nous tous des épidémiologistes amateurs et nous nous souvenons tous comment utiliser à nouveau Excel. Lui et moi avons fait des allers-retours avec certaines des statistiques de cas et des choses comme la densité et la forme construite pour voir quelle est la corrélation. Et ce ne serait au mieux pas concluant. Il ne fait donc aucun doute que vos tarifs en Ontario. Et pas seulement pas seulement plus de cas, mais en fait des taux plus élevés. Il n'y a aucun doute là-dessus. C'est assez clair. Cependant, y a-t-il un lien entre la forme construite? Je pense que ce n'est pas encore clair. Et je pense que c'est un problème qui devra être examiné par la suite. Intuitivement, cependant, la population pense qu'il y a un lien. Et je pense que tu as raison. Vous avez raison de dire qu'il existe certains environnements où il est très difficile d'utiliser l'espace public et la distance. Et nous en avons vu des exemples qui ont même conduit le discours politique au niveau fédéral. Tu te souviens. Revenons à la célèbre photo d'un randonneur à Grouse Point à Vancouver, qui a apparemment déclenché le premier ministre. Et donc je pense que c'est un comportement plus que tout. Et je ferais écho au maire Breen et je ne dis pas que le comportement humain est différent à Brampton, à Toronto ou à Mississauga. Je pense, cependant, je pense aux incidences de rassemblement qui sont affectées par des choses comme la forme bâtie et la nature de l'économie. Dans certains cas, le comportement humain naturel se traduit simplement par une plus grande diffusion. Et c'est ma supposition. Et encore une fois, au mieux épidémiologiste amateur. Mais quand vous regardez dans la province de l'Ontario et que vous dites Kingston, vous savez, ils ont eu cette réponse incroyable dans le domaine des soins de longue durée. Ils ont demandé à un bureau de santé publique d'envoyer leurs inspecteurs dès le premier jour et ont procédé à des inspections très, très approfondies de toutes les mesures relatives à l'infection. Et oui, ils n'ont pas eu d'épidémie. Ouais. Donc, vous savez, ce genre de choses sont les changements que je pense que nous voudrons examiner. Tout d'abord. Et puis avec le temps, je pense que nous apprendrons quels sont les impacts de la forme bâtie et des facteurs démographiques et économiques.

Mary Rowe [00:25:23] Ouais, il y a ceci, il y a ceci si je peux juste encourager les gens sur la fonction de chat, j'aurais dû le dire lors de l'introduction. Pouvez-vous diriger vos commentaires, il y a un interrupteur à bascule en bas qui vous permet de choisir à qui vos commentaires seront envoyés. Des questions. Si vous pouviez envoyer à tous les panélistes et participants. Sinon, ce sont des gens comme Phillip Evans et eux qui voient un certain nombre d'entre vous ici qui ne sont que Chris Fraser. Vos commentaires interpellent le maire Breen. Il n'est vu que par les panélistes, vous pouvez donc les raisonner à l'ensemble du groupe. Ce serait génial. Tu sais qu'il y a ce terme intéressant dont je suis tombé amoureux appelé. Cela semble sinistre, mais ce ne sont pas des déviants positifs. Vous savez, vous regardez quand vous avez un événement massif de facteurs massifs. Vous allez trouver, eh bien, où est celui qui n'est pas conforme au modèle? Et que font-ils? Et comme vous l'avez suggéré, maire Lehman, et je m'intéresse également au maire Breen. Si vous regardez Kingston, c'est un bon exemple où ils ont fait tout un tas de bonnes choses et ont réussi à les contenir. Et pouvons-nous dépenser. Pouvons-nous être réfléchis? C'est ce que je pense que l'institut que je dirige doit être, attentif à ce que nous pouvons apprendre des gens qui l'ont fait différemment et qui ont obtenu de meilleurs résultats? Et comment cela nous aide-t-il à aller de l'avant? Donc, je suis intéressé par le tourisme, si nous pouvions en parler pour un deuxième maire Breen, vous avez une économie qui a traversé un tas de transitions et j'apprécie vos points que vous aviez déjà défis lorsque nous l'entendons maintenant dans d'autres régions du pays. Je veux dire, les villes de l'Alberta disent certainement la même chose que vous, qu'elles étaient déjà en difficulté et qu'elles ont ensuite fait un cratère de pétrole et qu'elles ont maintenant deux coups. Et puis nous avons des régions du pays qui font face aux inondations comme la vie continue, tous ces autres défis de résilience. Et vous êtes en quelque sorte au milieu d'une tempête parfaite et vous avez une économie qui est en train de passer de la dépendance aux ressources au tourisme, ce qui, je pense, signifie que les gens viennent à Terre-Neuve. Alors, à quoi cela va-t-il ressembler, pensez-vous, pour cela, pour l'été, pour vos entreprises? Pensez-vous que les communautés éloignées viendront à St. John's? Comment pensez-vous que cela va fonctionner?

Maire Breen [00:27:25] Je pense que vous allez voir beaucoup plus de tourisme dans la province. Vous allez voir des gens dans d'autres parties de la province alors que les séjours vont être grands, grands. Il n'y aura pas de gens, beaucoup de gens qui viendront, le cas échéant. Vous n'allez donc pas avoir les navires de croisière que nous avons eues à St. John's et qui offriront ce niveau d'activité dans le centre-ville et autour de la ville. Je pense donc que l'industrie du tourisme va être mise à rude épreuve. Quand je parle de tourisme, comme c'est le cas des restaurants et des bars, c'est l'activité qui se passe autour. Nous avons trois grands festivals en été consécutifs. Et trois d'entre eux sont annulés pour cette année.

Mary Rowe [00:28:19] À quel point vous pensez que l'économie locale est résiliente. Pensez-vous que là-bas, vous savez, à la Nouvelle-Orléans après Katrina, quand vous y travailliez, vous étiez sur le terrain pour faire votre travail pendant la journée?

Mary Rowe [00:28:29] C'était dur, crasseux et désespéré. Ensuite, vous revenez, vous prenez une douche, puis tout le monde est allé au restaurant pour manger. Et ces restaurants de la Nouvelle-Orléans étaient alimentés par le tourisme depuis des années. Mais il n'y avait pas de touristes.

Mary Rowe [00:28:39] Donc, tous les habitants ont tout simplement compris. Et nous n'avons pas cuisiné tous les soirs. Vous êtes allé fréquenter un restaurant local. Pensez-vous qu'ils le sont? Y a-t-il la volonté de le faire dans un endroit comme St. John's et les petits ports? Pensez-vous que vous pourrez continuer votre tourisme avec seulement votre marché local?

Maire Breen [00:28:56] Je pense que nous allons être mis au défi de faire cela, cette année, mais je suis sûr à 100 pour cent de la résilience des Terre-Neuviens du Labrador et des habitants de St. John's pour y arriver. Regardez, si vous regardez ce que les entreprises ont fait pendant tout cela et la façon dont elles ont changé, par exemple, le ramassage en bordure de rue dans les restaurants fera maintenant partie de l'offre régulière des restaurants, du moins dans le futur proche.

Mary Rowe [00:29:28] Je ne sais pas pour janvier. Allons-nous le faire? Peut-être.

Maire Breen [00:29:32] Eh bien, vous savez quoi? Nous l'avons fait dans une tempête de neige. Vous pouvez. Vous pouvez faire fonctionner les choses pour vous. Et je pense que nous pouvons, nous pouvons le faire fonctionner. Les choses vont être différentes là-bas. Comme tout le monde parle d'une nouvelle normalité. Eh bien, je ne sais pas si c'est nouveau et ce qui ne sera certainement pas normal parce que les choses vont être très différentes. Juste le fait que si vous regardez le nombre de vidéoconférences qui se déroulent, c'est simplement d'une manière différente que nous faisons ces choses maintenant. Est-ce que tout cela restera? Probablement pas. Mais nous avons quelques certitudes. Et je pense que l'une des certitudes est que les entrepreneurs vont trouver un moyen de faire fonctionner leur entreprise. Ce que nous devons faire en tant que municipalités et gouvernements, gouvernement fédéral, c'est leur donner les outils pour pouvoir les aider à le faire fonctionner lorsqu'ils en ont besoin.

Mary Rowe [00:30:28] Parlons donc, si nous le pouvons, du type de capacité de vos trois CS, le maire Lehman, de quel genre de capacité les administrations municipales ont-elles ou doivent-elles avoir à l'avenir? Je veux dire, je sais que vous avez dû faire des licenciements, maire Lehman. Je ne sais pas si le maire Breenm a dû faire des licenciements?

Maire Breen [00:30:46] Nous avons mis à pied des travailleurs saisonniers et, vous savez, des gens de loisirs, des gens qui travaillent dans les centres saisonniers et nos centres de loisirs, et cetera. Mais nous avons aussi embauché des gens pour l'été ou nos travailleurs saisonniers, parce que nous devons ouvrir nos parcs. Ils doivent être entretenus et gardés en sécurité pour les personnes qui en ont besoin.

Mary Rowe [00:31:06] Mais vous ne disposez pas des sources de revenus auxquelles vous êtes habitué. Vous n'avez pas les frais d'utilisation. Vous avez reporté l'impôt foncier. Je ne veux donc pas simplement dire que vous faites partie des grandes municipalités urbaines. LUMCO, ils ont publié une déclaration. Vous faites tous les deux partie de la fédération des municipalités canadiennes.

Mary Rowe [00:31:20] Ils ont publié une déclaration très audacieuse sur les ressources dont ils estiment avoir besoin. Tu veux m'en parler. Quelles en sont les implications financières? À quoi faites-vous face en ce moment, monsieur? Nous avons donc réduit à zéro trois grandes lignes de revenus, à savoir les frais récurrents, les frais de programme, ce genre de choses. Et puis nos tarifs de transport en commun et ce sont des tarifs de transport en commun très importants, sept, huit millions de dollars. Rec frais un montant similaire. Donc c'est juste parti, c'est ça. Et c'est parti tant que nous ne sommes pas en mesure d'exécuter le programme. Donc, malheureusement, nous avons également dû faire des mises à pied pour essayer de réduire certains coûts. Ouais. Le problème plus général ici, Mary, c'est que nous, vous le savez, notre fédéralisme fiscal a été façonné au 19e siècle pour un pays agraire. Nous sommes ici confrontés à un défi du 21e siècle, des défis du 21e siècle, qu'il s'agisse du changement climatique, des revenus, de la polarisation et de l'itinérance ou maintenant d'une pandémie. Nous manquons terriblement d'outils fiscaux, mais même de certains des outils réglementaires pour être en mesure de faire face à ces circonstances.

Maire Lehman [00:32:23] Donc, ce que vous avez vu, c'est du travail depuis des décennies maintenant dans ce pays, à commencer par les programmes d'infrastructure et la taxe sur l'essence, puis la collaboration provinciale, le transfert de plus d'autorité par le biais de la Loi sur la ville de Toronto pour Toronto et ensuite les changements revenir sur. Tout cela est symptomatique de la désuétude de notre fédéralisme. Et si je peux donner une note d'espoir, c'est qu'en cas de crise, il y a la possibilité de se moderniser. Et si le gouvernement fédéral veut réagir et que les gouvernements provinciaux de tout le pays veulent réagir de manière réfléchie pour créer de la résilience dans les collectivités, il est temps d'apporter un changement fondamental. Et ce que cela signifie, ce n'est pas des transferts de financement ponctuels, mais un transfert peut se faire en termes de transferts d'argent entre les niveaux de gouvernement pour nous permettre de relever les défis d'aujourd'hui. Et cela peut aussi signifier, dans de nombreux cas, que le pouvoir législatif est délégué des provinces aux municipalités. Maintenant, laisse n'importe qui penser que je fais maintenant une affaire au nom de LUMCO pour une prise de pouvoir ou quelque chose comme ça. Il s'agit d'une conversation qui, de toute évidence, se poursuit dans le cadre de la FCM et des associations provinciales et territoriales depuis un certain temps. Et nous avons été retenus, je pense, en tant que maires de grandes villes de l'Ontario par la vision des gouvernements Martin et Harper d'élargir le financement de la taxe sur l'essence, ce qui nous a permis de faire de bonnes choses. Mais cela fait vraiment partie de la solution. Donc, je pense que, vous savez, si vous regardez dans tout le pays, vous regardez différents secteurs de l'économie. Le gouvernement fédéral a bénéficié d'un soutien financier pour pratiquement tous les secteurs qui ont été durement touchés, mais pas pour les villes. Et nous avons besoin qu'ils viennent à la table et nos provinces devront se joindre à nous, car la réalité est que vous savez, les services qui sont fournis et les déficits dont souffrent les municipalités sur le plan financier sont partout au pays et ils sont des services essentiels. Nous avons besoin de nos services de transport en commun pour continuer à fonctionner, permettre aux gens de se rendre au travail. Je veux dire, là, nous aimons dire à la FCM, il n'y a pas de reprise sans les villes canadiennes. Mais aujourd'hui, nous allons être mis au défi de faire ce dont nous avons besoin au Canada pour soutenir la reprise.

Mary Rowe [00:34:51] Vous savez, je ne sais pas si nous avons gagné cette bataille en termes de communication de ce que nous suggérons les villes. Vous savez, dans mon rôle, je fais connaître les médias, m'interroge sur ces diverses choses, et ils diront des choses comme, eh bien, pourquoi le gouvernement fédéral devrait-il renflouer les administrations municipales? Et j'ai l'impression que le grand public pense que les villes et les administrations municipales sont comme un autre groupe d'intérêt. Eh bien, ils ont fait quelque chose pour les affaires. Ils ont fait quelque chose pour les soins de longue durée qui ne commencent pas maintenant, ils doivent faire quelque chose pour les villes, au lieu que les villes concernent en fait la façon dont nous vivons tous et l'infrastructure dont nous dépendons.

Mary Rowe [00:35:34] Et ici, vous avez été en première ligne pour faire face aux défis de la pandémie. Mais même avant cela, comme l'a dit le maire Breen, les gouvernements musicaux ont été contraints d'avoir été mis au défi par tout un tas de choses qui ont conduit à cela. Je ne sais pas si nous avons vraiment persuadé les gens que c'est en fait le fondement de la vie communautaire lorsque 80 p. 100 des Canadiens vivent dans une ville.

Mary Rowe [00:35:55] Et comme vous le suggérez, nous sommes dans des structures de gouvernance du 19e siècle. Je ne sais pas si, quand vous regardez depuis combien de temps vous êtes, vous dites publiquement que vous n'avez plus d'argent depuis un certain temps, n'est-ce pas? Quatre ou cinq semaines, je pense.

Maire Lehman [00:36:10] Eh bien, juste une pensée et je vais la remettre au maire Breen. Vous savez, je pense que vous avez tout à fait raison sur la question structurelle, Mary, et c'est pourquoi je dis que ce n'est pas un plan de sauvetage qui est nécessaire, c'est une réforme du fédéralisme fiscal. Et cela peut être accompli rapidement. Et quand mieux qu'à une époque où il y a des gouvernements fédéral et provinciaux, je veux dire que je pense que cela s'érode, mais ils ont relativement bien travaillé ensemble au cours de cette pandémie. Je suis donc d’accord avec la nécessité d’une solution à long terme.

Mary Rowe [00:36:40] Ouais. Maire Breen, quel est votre point de vue là-dessus? Je pense que l’un des dilemmes, cependant, est l’échelle. Donc, si vous êtes une ville comme Toronto, Calgary ou Vancouver qui exploite un grand réseau de transport en commun, alors votre hémorragie est d'une ampleur beaucoup plus grande que je suppose que la vôtre l'est, maire Breen?

Mary Rowe [00:36:58] Oui. Nous pouvons arriver à un point où il ne s'agit pas d'une solution universelle, où nous avons besoin d'un autre type de mécanisme de transfert fiscal. Que dites-vous à ce maire Breen quand vous y réfléchissez?

Maire Breen [00:37:12] Oh, absolument. I. Eh bien, tout d'abord, je fais partie du caucus des maires des grandes villes. Et nous parlons de ces problèmes depuis plusieurs années. Et il y avait un vieil adage qui disait que le gouvernement fédéral a l'argent, la province a la compétence et la ville a le problème. Et c'est ainsi que cette structure a fonctionné. Les villes et toutes les municipalités du pays sont donc en première ligne dans ce domaine. Et je pense que ce qui doit arriver, c'est, tout d'abord, le recours aux impôts fonciers en tant que revenu, en tant que moyen de revenus, doit être déplacé parce que nous sommes en ce moment, je veux dire, dans les municipalités, je pense que nous sommes dans le 83 , 80 pour cent, 83, 84 pour cent de nos revenus proviennent des impôts fonciers. Ce dont nous avons besoin, c'est que nous avons besoin d'une autre forme de revenus qui nous permettrait de faire des investissements si nous pouvons obtenir un retour sur investissement. Donc, si vous envisagez des investissements dans le développement économique, il faut beaucoup de temps pour que cela apparaisse dans les impôts fonciers. Mais si vous obteniez un pourcentage de la TVH, par exemple, nous pourrions alors retirer une partie de l'impôt foncier. Pour pouvoir avancer. Notre structure, et, vous savez, avoir un budget équilibré avec lequel je suis d'accord, vous ne pouvez pas emprunter pour fonctionner, mais c'est dans des moments comme celui-ci qu'ils nous causent vraiment des problèmes. Et c'est pourquoi nous avons besoin de leur aide, du gouvernement fédéral. C'est intéressant de le regarder. Oui. Si vous exploitez l'un des principaux réseaux de transport en commun, vous avez raison. Vous allez avoir des défis très, très importants à travers cela. Tout est également relatif. À l'heure actuelle, nous envisageons un déficit d'environ 16 à 17 millions de dollars alors que nous terminons l'année. Nous avons eu la chance de prendre de bonnes décisions en cours de route. Lorsque nous avons eu des surplus, nous avons conservé une partie de ces surplus. Mais je peux vous dire par expérience que lorsque vous utilisez votre si vous utilisez tout cela, quelque chose d'autre peut arriver demain. Cela nous est arrivé. Nous avons eu une grosse tempête de neige, puis une pandémie. Donc, ces choses, vous ne pouvez pas simplement utiliser toutes vos ressources pour vous aider à traverser cela. Je pense donc que le gouvernement fédéral a un rôle très important à jouer pour fournir une aide au fonctionnement aux municipalités. Et les plans de relance sont excellents si vous et si le gouvernement provincial, si la ville et le gouvernement provincial peuvent se permettre d'y participer.

Mary Rowe [00:39:57] Drôle. Ouais. Je veux dire, qui a l'argent? C'est vrai. Ou qui peut emprunter de l'argent est vraiment la question. Et l'un des dilemmes est que vous ne pouvez pas le savoir, les municipalités n'ont pas de fonds pour les jours de pluie. Vous n'êtes même pas autorisé à les accumuler. Donc, Jeff, ce que je pense que vous suggériez ici, c'est que c'est le moment où nous sommes en crise? C'est incontestablement une crise. Quelqu'un s'adressant aux gouvernements fédéral et provincial devra répondre d'une manière ou d'une autre.

Mary Rowe [00:40:22] Vous réduisez déjà le personnel. Vous êtes confronté à une réduction des services, j'en suis sûr. Et nous avons donc ici une fenêtre où quelque chose va devoir céder dans l'immédiat.

Mary Rowe [00:40:33] La question est: cela pourrait-il conduire à un changement structurel systémique? Vous obtenez une autre source de revenus et je ne sais pas ce que vous pensez que ce serait. Allez-y, Jeff.

Maire Lehman [00:40:45] Eh bien, quelques réflexions à ce sujet. Première étape, tout d'abord, en ce qui concerne le pouvoir législatif, je pense qu'il y a certains domaines où les municipalités pourraient se voir transférer davantage de pouvoirs, et ce serait avantageux.

Mary Rowe [00:41:00] Dans chaque municipalité ou simplement dans celles qui le souhaitent?

Maire Lehman [00:41:04] Et c'est tout de suite là que ça devient complexe parce que ça diffère particulièrement selon les provinces, mais même selon la taille de la municipalité. C'est donc probablement le sujet d'un webinaire de huit heures plus tard.

Mary Rowe [00:41:16] Un vrai passionnant aussi.

Maire Lehman [00:41:20] Très excitant, nous aurons beaucoup d'avocats.

Maire Lehman [00:41:23] Mais sur le volet fiscal et le vôtre. Merci de pousser pour comment. Parce que, vous savez, il y a tellement de discussions à ce sujet. Oh, nous devons utiliser de nouveaux revenus. A quoi cela ressemble-t-il? Alors quelques réflexions. La première est que vous pouvez effectuer un transfert en masse. Le gouvernement fédéral a donc le transfert de la santé, les transferts sociaux.

Maire Lehman [00:41:40] Il y a eu des transferts massifs au fil des ans que le gouvernement fédéral a utilisés pour financer des priorités comme les soins de santé à d'autres paliers de gouvernement. Et ils peuvent attacher des critères à ce troisième Healt Act par exemple. En ajoutant des critères qui permettraient au gouvernement fédéral de continuer d'exercer une certaine influence sur la façon dont l'argent est dépensé. Alors, voici une pensée.

Maire Lehman [00:42:00] Qu'en est-il d'un transfert de résilience canadien qui est transféré aux communautés et qui est assorti de certains critères selon lesquels vous devez le dépenser pour des travaux d'immobilisations, par exemple, qui assurent un bon état de fonctionnement, qui traitent des changements climatiques , qui créent du capital humain, quoi que cela puisse ressembler. Vous savez, si nous devions simplement les aider.

Mary Rowe [00:42:19] Ce serait un transfert direct du gouvernement fédéral? Ce serait l'une de ces solutions de contournement que vous avez décrites au départ. Ils sauteraient au-dessus de la province ou est-ce que ce serait comme les fonds d'investissement dans l'infrastructure maintenant où il y a un match? Comment serait-il?

Maire Lehman [00:42:31] Je me souviens en avoir parlé au Premier ministre. Et je me souviens qu'il a dit que si vous vous attendiez à ce que j'ouvre la constitution, vous vous trompez de Trudeau.

Maire Lehman [00:42:40] Et je pensais que c'était parce qu'il avait tout à fait raison, bien sûr. Et il a tout à fait raison. Je veux dire, je pense que maintenant, idéalement, vous le faites avec les provinces, mais c'est peut-être le moyen le plus sûr de s'enliser, vous savez?

Maire Lehman [00:42:51] Vous savez, j'espère qu'il y en aura à ce moment-là si nous sommes sincères à propos de la modernisation du crash ou si nous nous y intéressons. Qu'il y aurait suffisamment de consensus pour travailler à la solution. La deuxième pensée que je voudrais proposer est que, oui, vous faites une loi de transfert direct qui a des avantages politiques, comme le sait M. le maire Breen, pour les niveaux supérieurs de gouvernement qu'ils n'ont pas à être ceux à imposer. La taxe. S'ils nous donnent de la place, nous devons dire, oui, nous allons augmenter la TVH et partout à Toronto d'un pour cent. Et donc c'est attrayant, je suppose, politiquement à ce niveau. C'est bénéfique à notre niveau parce que nous sommes en mesure de dépenser l'argent comme il est le mieux nécessaire dans nos communautés. Mais c'est politiquement difficile et cela se traduit par une couverture fiscale disparate. Et vous savez, les défis comme allez-vous voir le comportement d'achat?

Mary Rowe [00:43:45] Vont-ils aller conduire pour obtenir de l'essence moins chère?

Maire Lehman [00:43:48] Oui, des taux différentiels, la taxe de vente d'un autre côté de la route. Droit. Donc, toutes ces choses peuvent diaboliser est certainement dans les détails. J'aime l'idée de transfert en masse. Et j'espère que cette discussion se poursuivra car nous avons besoin d'un changement permanent.

Mary Rowe [00:44:04] Je me demande si cela fait partie de la confiance. Vous savez, l'une des choses qui a été rapportée de façon anecdotique est que les Canadiens apprécient le fait qu'il y ait beaucoup moins de rancœur politique en ce moment. Au moins il y en a eu au cours des 10 dernières semaines, il y a eu beaucoup moins de cela et plus de type de collaboration. Et les gens étaient à l'écoute du premier ministre, puis de leur premier ministre, puis du maire. Et il semblait y avoir toujours un alignement. Et je me demande si dans le cadre de ce processus, ces 10 dernières semaines, pensez-vous que le public a fait confiance au gouvernement et en particulier à son gouvernement local? Y a-t-il une chance qu'il soit accru? Et par conséquent, il pourrait y avoir plus de volonté de dire, eh bien, oui, je pense que ma municipalité devrait avoir plus de ressources et être transférée à partir d'autres transferts en vrac, potentiellement d'autres niveaux, mais peut-être aussi que les gens diront qu'ils sont prêts à envisager un nouveau prélèvement sur eux-mêmes, une taxe de congestion ou d'autres types de redevances ou une sorte de tout et d'autres types d'instruments fiscaux. Pensez-vous que le public vous fera davantage confiance pour gérer son argent? Maire Breen, y avez-vous déjà pensé?

Maire Breen [00:45:11] Je pense qu'en ce moment, je pense que l'une des choses qui doit vraiment se produire est que je pense qu'il faut reconnaître ce que les municipalités et les villes peuvent générer pour le pays si elles sont correctement légiférés et financés pour ce faire. Et je pense que, vous savez, il y a ce vieux dicton ou slogan, que la construction d'une ville est la construction d'une nation. Eh bien, c'est vrai. Vous construisez votre pays une communauté à la fois, et plus vous les renforcez, plus le pays sera fort. Et je pense en termes, par exemple, de la TVH, si si une ville envisage d'investir dans le développement économique et qu'elle sait que cet investissement lui rapportera immédiatement, et même pas une augmentation de la TVH , mais en prenant une partie de la TVH existante, ils seront alors plus enclins à investir là-bas parce qu'il y a un retour sur investissement plus immédiat. C'est la même chose que la taxe sur l'essence du gouvernement fédéral, les taxes sur l'essence, alors que l'un des moyens les plus efficaces de transférer de l'argent aux municipalités que nous avons, il y a des restrictions sur ce à quoi il peut être utilisé, mais elles sont larges. suffisamment pour que ce soit utile aux municipalités et prévisible. C'est donc ce dont vous avez besoin, c'est que vous devez être en mesure de planifier et vous devez être en mesure de prendre des décisions au niveau local plutôt que d'avoir les critères établis pour vous et de toujours me ramener à des critères étroits.

Mary Rowe [00:46:44] Mais, vous savez, monsieur le maire Breen, ce que je me demande, c'est: avez-vous un moment maintenant pour communiquer cela à vos électeurs?

Maire Breen [00:46:52] Absolument.

Mary Rowe [00:46:53] Si je puis en tant que constituant, je peux vous tenir responsable. Le maire Lehman suggérait que Barrie devrait assumer certains types de responsabilités. Et je pense qu'en tant qu'électeur, si je vivais à Barrie, je saurais que nous n'avons pas assez de logements abordables à Barrie et je vais demander des comptes au maire.

Mary Rowe [00:47:11] Alors que pour le moment c'est bien, c'est un peu le maire. C'est en quelque sorte le premier ministre. Eh bien, en fait, c'est le fédéral. C'est un gros comme vous le dites, je le sais, maire Lehman, et nous sommes censés apprécier la complexité, mais en tant qu'électeurs, il est vraiment difficile de savoir qui blâmez-vous quand quelque chose ne fonctionne pas?

Maire Breen [00:47:26] Vous savez, une des choses que je déteste faire en tant que maire, c'est que je dois dire à quelqu'un, vous savez, ce n'est pas vraiment de notre responsabilité, car à la personne qui est assise là à vous poser la question, c'est est notre responsabilité et vous vous attendez à ce que les municipalités aient beaucoup plus d'autorité que nous n'en avons en réalité. Et, vous savez, leur expliquant que dans notre cas, nous essayons de faire adopter une nouvelle loi sur les municipalités depuis environ 20 à 25 ans, avec une loi désuète qui ne nous donne pas le pouvoir de faire les choses que notre les résidents s'attendent à ce que nous puissions le faire. C'est une frustration. Donc, l'ensemble du cadre doit être repensé. Et tu sais quoi? Parfois, de gros problèmes comme la pandémie en sont le catalyseur. Il est donc temps de s'asseoir et de dire que cela ne fonctionne tout simplement pas comme cela fonctionne.

Mary Rowe [00:48:24] Vous canalisez, votre, votre ADN territorial là-bas, le maire Breen. Et ce ne serait pas la première fois que Terre-Neuve contesterait l'organisation des choses.

Mary Rowe [00:48:34] Et, vous savez, en ce qui concerne ce que vous avez dû faire, comme vous le suggérez au maire Lehman, pendant cette pandémie. Vous ne pourriez pas passer une seconde à dire, en fait, non, ce n'est pas notre compétence. Nous allons laisser cette crise se dérouler devant nous. Vous avez été obligé d'être réactif, de réaffecter les ressources. Pensez-vous que c'est une chose qui vous donne plus de pouvoir maintenant pour être en mesure de communiquer ces changements systémiques, parce que vous avez en fait sauvé les environnements urbains d'une horrible tragédie, vraiment bien pire.

Maire Lehman [00:49:12] Ouais, je veux dire, si je reviens aux premiers jours de la crise, la vitesse à laquelle nous avons fermé nos opérations dans tant de nos opérations publiques, centres de loisirs, immenses installations, parcs publics , Modifications des transports publics, publics et ainsi de suite. C'était rapide comme l'éclair. Et si quoi que ce soit, je ne suis pas sûr qu'il y ait une appréciation générale de la rapidité avec laquelle nous avons pu agir en tant que municipalités et nous avons tous été en mesure de le faire très, très rapidement. Et c'était comme d'habitude, je pense, pour les gens qui sont habitués à ce que le gouvernement avance lentement dans cette vieille croyance. J'espère que ce fut une surprise positive. Nous devons maintenant les ravir par notre agilité et notre réactivité. Alors que nous en revenons. Et le maire Breen a donné un excellent exemple plus tôt sur la réglementation autour des patios, les espaces extérieurs pour les restaurants. Et au fait, vous pourriez faire cela pour bien plus que de simples restaurants. Les détaillants peuvent utiliser les espaces extérieurs.

Mary Rowe [00:50:21] Nous allons avoir, allons-nous avoir des vestiaires dans les parkings?

Maire Lehman [00:50:24] Je n'irais pas aux vestiaires. C'est je veux dire, mais idée intéressante. Je veux dire, vous avez probablement beaucoup plus de spectateurs.

Maire Lehman [00:50:32] Je pense, vous savez, peut-être des ventes sur le trottoir, de meilleures ventes sur les parkings. Droit. Beaucoup de parkings. Eh bien, je veux dire, les ventes de camions, je pense que vous avez raison.

Maire Lehman [00:50:43] Ce n'est donc pas un grand saut. Mais le point que je pense est maintenant que nous devons vraiment montrer que le gouvernement local, en étant plus proche de la population, en étant géré localement, peut agir très, très rapidement pour faire des choses innovantes pour soutenir la reprise. Nous avons regardé ce débat très public sur la conversion des espaces publics à la marche, au cyclisme et à la transprotatine active en Ontario. Nous avons en quelque sorte plongé notre orteil. Nous ne sommes certainement pas un leader ou un retardataire. Je ne pense pas à Barrie. Mais nous en avons fait un peu. Et au fait, c'était, oui, c'est nous qui lançons des barrières en béton sur un camion, les sortons, les posons et installons les panneaux au cours d'un après-midi pour fermer cent trente-deux terrains de jeux. Je veux dire, nous l'avons fait.

Maire Lehman [00:51:28] Nous devions faire cela. Ouais.

Maire Lehman [00:51:29] Vous faites cela pour protéger les enfants. Et j'espère que nous pourrons démontrer un degré similaire de motivation et d'énergie dans la façon dont nous pouvons déployer certaines des choses qui peuvent aider les gens et aider la communauté des affaires au fur et à mesure que nous sortons.

Mary Rowe [00:51:45] Donc, vous savez, nous avons commencé ce truc appelé Bring Back Main Street avec tout un tas de partenaires à travers le pays, parce que nous pensons que cela touche le cœur de votre communauté. . Et comment soutenez-vous le retour de votre rue principale? Les entreprises dessus. Toutes ces fonctions communautaires qui y sont. Et nous travaillons avec des partenaires de partout au pays pour poser beaucoup de questions sur les principales interventions que nous devrions faire maintenant.

Mary Rowe [00:52:09] Donc, si vous deviez choisir une priorité, chacun de vous dans vos juridictions de ce que vous oubliez, supposons que le problème de l'argent soit résolu. Toucher du bois. Et et cela et vous êtes dans votre crise financière aiguë comme cela est traité. Et puis vous allez commencer à penser à l'avenir. Où voyez-vous les besoins prioritaires? J'assume l'espace public dans le cadre de cet accès à l'espace public. Mais quoi d'autre le maire Breen? Selon vous, quelle sera la chose sur laquelle vous allez doubler pour le reste de votre mandat que vous voulez vraiment accomplir? Après avoir traversé COVID, avez-vous une idée à ce sujet?

Maire Breen [00:52:45] Il se passe tellement de choses et il y a tellement de priorités à traiter ici. Mais la chose que vous savez, je pense que nous devons obtenir l'entreprise. Nous devons ramener les entreprises à fonctionner de la manière dont elles fonctionneront. Je vais vous donner un exemple de quelque chose qui, vous le savez, nous essayons de nous faire une idée en ce moment . Quand vous regardez les universités et que nous avons une ville universitaire très forte à St. John's. Nous avons, je pense, environ huit virgule huit pour cent de notre population, l'un des plus élevés des pays du pays. Et si vous regardez l'apprentissage en ligne et les gens qui ne viennent pas vivre en ville? Eh bien, qu'est-ce que cela fait pour les affaires en ville? Ils ne vendent pas leurs produits. S'il y en a si les étudiants ne sont pas là, des locations de maisons, d'appartements en sous-sol,.

Mary Rowe [00:53:39] Qui va manger tous ces burritos.

[00:53:41] L'impact est énorme. Donc, je pense que pour le moment, essayer de savoir quels sont les impacts et où cette concentration doit aller est le plus grand défi parce que nous ne savons pas où cela se trouve, où cela va se terminer maintenant. Je veux dire, nous retournons à notre tempête de neige. Nous savions que la neige allait fondre et ensuite nous allions passer à autre chose. Mais pour le moment, nous ne savons pas combien de temps quel sera l'impact final. Je pense donc que pour tout le monde, vous savez, que les résidents puissent reprendre lentement leur vie vers la normale et que les gens s'adaptent aux nouvelles réalités économiques et aux nouvelles réalités commerciales de la ville est un défi gigantesque. .

Mary Rowe [00:54:30] Allez-vous investir dans une infrastructure? Allez-vous, par exemple, être en mesure de diriger l'approvisionnement dans de nombreux marchés publics municipaux pour ne pas encore acheter des produits à vos entreprises locales?

Mary Rowe [00:54:40] Pensez-vous à cela?

Maire Breen [00:54:41] Vous savez, nous fonctionnons en vertu d'une loi sur les appels d'offres publics, que nous devons faire tout ce que nous devons faire là-bas. Mais je veux dire, nous faisons un projet d'infrastructure principal sur notre rue principale Water Street. C'est que nous saisissons l'occasion maintenant pour être en mesure de le faire et de le terminer pendant que les entreprises sont fermées. Nous en commençons un autre dans une autre rue. Donc, nos grands projets ont été continuellement réalisés parce que le partage des coûts est en place et l'infrastructure nécessaire à faire. Mais où nous allons devoir examiner nos autres projets d'immobilisations parce que nous ne savons pas combien de cet argent nous devrons passer des immobilisations de l'exploitation à l'exploitation.

Mary Rowe [00:55:21] Encore une fois, cela dépend de la question de savoir s'il existe ou non un programme de secours ou un autre type d'outil financier.

Maire Breen [00:55:26] En vous rappelant également que le service de votre dette coûte, même s'il est en train de baisser. Nous travaillons sur un plafond de 18%, de sorte que nos coûts de service de la dette peuvent être de 18%. Cela ne peut pas représenter plus de 18% de nos revenus. Donc, si vos revenus commencent à baisser à cause de cela, même si vous dépensez le même montant, vous continuez d'augmenter.

Maire Breen [00:55:48] Ce pourcentage.

Mary Rowe [00:55:51] Maire Lehman, Barrie était sous une pression de développement extraordinaire avant COVID.

Mary Rowe [00:55:56] Je suis intéressé par la façon dont vous prévoyez répondre à cela. Y a-t-il un moyen, par exemple, a demandé l'un de nos interlocuteurs avant votre arrivée, qui était en fait curieux de savoir si oui ou non il y aura la capacité d'avoir des normes écologiques plus élevées pour la construction à l'avenir?

Maire Lehman [00:56:09] Vont-ils être un moyen de prendre en quelque sorte l'intervention maintenant et de dire, oui, nous allons continuer à construire, mais de cette manière, comment prévoyez-vous faire face à ce que je suis en supposant qu'il y aura une résurgence de la demande de développement. Qu'en penses-tu?

Maire Lehman [00:56:21] Eh bien, je dois vous dire qu'il n'y a pas eu de décalage. La construction de développement ici s'est largement poursuivie et progresse maintenant rapidement. Je veux dire, il y a eu des problèmes d'approvisionnement. Il y a eu des pratiques de travail qui ont dû changer. Mais dans de nombreux cas, cela a pu continuer.

Maire Lehman [00:56:39] Étonnamment, le prix moyen des maisons à Barrie au cours des deux derniers mois a augmenté, et non de plus de 10%, ce qui signifie que seuls les ménages plus élevés et très stables financièrement achètent parce que l'activité de vente a été réduite. moitié. Mais cela reste un très, très grand nombre de ventes. Donc, toute cette partie de l'industrie continue de fonctionner non sans ses défis, mais elle fonctionne uniquement sur la question générale que vous avez posée.

Maire Lehman [00:57:07] Je veux dire, cette récession résultant du verrouillage et de la lutte contre le COVID est tout à fait différente de toute récession précédente. Ce n'est pas celui qui appelle vraiment une relance des infrastructures, bien que ce soit un élément important. Ça aidera. Nous avons besoin d'une infrastructure, mais je dirais que cette fois-ci, elle doit être beaucoup plus ciblée. Et le logement serait ma réponse à votre question. Vous avez dit que s'il y a une chose à long terme dans laquelle nous pouvons investir, ce changement, la mienne serait le logement. C'est une opportunité pour nous, par exemple, d'acheter des hôtels et de les convertir en établissements pour sans-abri pour rénover d'anciens motels et ce genre de choses pour acheter ou construire des logements supervisés dans nos communautés, mais surtout pour regarder de nouveaux modèles de soins de longue durée. . Et je pense que cela doit être modernisé. Donc, si j'étais le gouvernement fédéral qui concevait des fonds d'infrastructure de relance, je mettrais beaucoup l'accent sur le logement et je le serais aussi. Je pense en regardant les déterminants sociaux de la santé et comment nous pouvons utiliser de nouveaux modèles qui peuvent évaluer ce dont nous avons besoin pour rétablir cette confiance dans l'économie.

Mary Rowe [00:58:22] Andy Thompson est déterminé à obtenir une réponse à cette question et je ne l'ai pas suffisamment posée. Et il demande, pourriez-vous envisager d'accélérer le processus de SPA afin que les développeurs aient plus d'argent et qu'ils obtiennent les rabais pour les bâtiments écologiques là-bas? Comprenez-vous quelle est cette question? Vous savez peut-être ce qu'il demande.

Maire Lehman [00:58:41] Oui. Et j'apprécie les questions intelligentes d'Andy. Il les demande souvent lors de réunions publiques ici au conseil municipal. Il est super.

Maire Lehman [00:58:48] Ouais. Accélérer le processus d'approbation est certainement une chose à laquelle nous nous penchons depuis le début. Le conseil municipal de Barrie a commencé à se réunir il y a un mois avec des réunions régulières et nous avons relancé le comité de planification pour permettre à ce processus de développement de se poursuivre, car il y a tellement de pression. Et j'ai en fait ajouté une réunion supplémentaire au calendrier en juin. Nous allons faire des gangbusters pour nous assurer qu'il y a une ambiance cohérente. Mais son argument est bien compris.

Maire Lehman [00:59:15] Je veux dire, les lettres de crédit étaient quelque chose que nous avons fait très tôt pour soutenir les constructeurs et essayer de garder les projets liquides et en mouvement. Essayer de rendre certains de ceux plus tôt et avec des conditions plus favorables.

Mary Rowe [00:59:29] Messieurs, vous avez soulevé des questions si importantes qui résonnent partout au pays, même si vous ne venez que de deux des 10 provinces et des onze territoires du pays. Mais vous parlez de situations réelles auxquelles sont confrontées les personnes vivant en milieu urbain partout au pays. Nous voulons simplement reconnaître à quel point nous apprécions le leadership que les maires comme vous ont pris et vos collègues du conseil et qui travaillent dans des circonstances extraordinaires et ne passent pas une seconde à se demander si vous pouviez vous permettre de faire quelque chose, vous venez de l'avoir fait. . Et maintenant, nous avons ce moment de calcul très intéressant où nous déterminons comment combler les ressources que vous avez dû dépenser, puis nous préparer pour l'avenir alors que nous continuons, espérons-le, à construire des communautés urbaines plus vivables et plus résilientes à travers le pays. .

Mary Rowe [01:00:12] Alors, maire Breen, un dernier mot de votre part, tout ce que vous vouliez, avez-vous une belle anecdote que vous voulez raconter au reste du Canada depuis Terre-Neuve?

Maire Breen [01:00:19] Je pense juste qu'à mesure que nous nous en sortons et que nous entrons dans la phase post COVID 19, tout est sur le pont. Nous devons tous travailler ensemble pour surmonter cela et pour pouvoir profiter de l'opportunité que nous avons pour pouvoir aller de l'avant et nous assurer que nous développons au mieux nos opportunités économiques. aptitude. Vous savez, c'est vraiment la clé ici, c'est que nous devons travailler ensemble, car si nous ne le faisons pas, nous allons rater beaucoup de choses et ce sera un réel problème à l'avenir.

Mary Rowe [01:01:04] Ne gaspillez jamais une crise. Droit. Comme ils disent.

Mary Rowe [01:01:07] Eh bien, écoutez, merci à vous deux, le maire Lehman et le maire Breen. Nous vous avons demandé une heure et vous l'avez donnée. Maintenant, nous l'apprécions. Cela a été CityTalk. Surveillez vos boîtes aux lettres, tout le monde, car lundi matin, clair et tôt arrive la liste de la semaine prochaine. Je vais vous donner un indice. La mobilité, ce qui préoccupe tout le monde. Transport mardi et jeudi, on parle d'espace public. Et comment cela est-il réellement parcouru? Et puis nous avons un autre invité vendredi, un autre maire. Eh bien, merci, messieurs, de vous joindre à nous et de nous donner cette perspective vraiment importante sur la façon dont le leadership municipal est mis en œuvre et tous les défis auxquels vous avez été confrontés et que vous continuez d'anticiper. Qu'est-ce que c'était?

Mary Rowe [01:01:43] Je veux leur répéter la confiance, le capital et la capacité. Est-ce que je les ai, le maire Lehman?

Maire Lehman [01:01:51] Vous l'avez. Conduisant à la résilience.

Mary Rowe [01:01:53] J'ai compris, cette note résiliente. Je vous laisse souhaiter un bon week-end. Et merci encore, messieurs, de vous être joints à nous. Merci à tous pour votre écoute. Au revoir. Merci.

Audience complète
Transcription du chat

Note au lecteur: les commentaires de chat ont été modifiés pour plus de lisibilité. Le texte n'a pas été modifié pour l'orthographe ou la grammaire. Pour toute question ou préoccupation, veuillez contacter events@canurb.org avec «Commentaires de chat» dans la ligne d'objet.

12:04:02 De l'Institut urbain du Canada: Mes amis, veuillez modifier vos paramètres de clavardage sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

12:04:12 De Chris Fraser à tous les panélistes: Toronto

12:04:14 De Kate Gunn à tous les panélistes: salutations d'Edmonton AB!

12:04:14 De Andy Thomson (OAA) à tous les panélistes: Bonjour MAry, Jeff, de la rivière des Outaouais au QC :)

12:04:21 D'Alan Kan: Je viens de Mississauga, mais je regarde du travail à Richmond Hill en ce moment

12:04:24 D'Alan McNair: Salutations au maire Danny Breen et à notre maire de Barrie Jeff Lehman!

12:04:26 De Abby S: écoute depuis Toronto… Tdot

12:04:28 De Patricia Lewis: Bonjour d'Alliston, Ontario!

12:04:31 De Heather Bennett: magnifique centre-ville de Toronto

12:04:31 De l'Institut urbain du Canada: Vous pouvez trouver les transcriptions et les enregistrements des webinaires d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à https://www.canurb.org/citytalk

12:04:44 De Laurel Davies Snyder: À l'écoute de Stratford, ON - Je travaille pour London, ON.

12:04:48 De l'Institut urbain du Canada: Poursuivez la conversation #citytalk @canurb

12:04:48 De Lauren Jessop à tous les panélistes: Bonjour de Barrie, Ontario!

12:04:52 De Mark Woodgate: a grandi à Barrie mais travaille dans Urban Research à Londres, Royaume-Uni

12:05:06 D'Emily Wall, personnel de CUI: La conversation d'aujourd'hui est avec le maire Danny Breen, St. John's, T.-N.-L., et le maire Jeff Lehman, Barrie, ON.

http://www.stjohns.ca/council-member/Mayor

https://www.barrie.ca/City%20Hall/MayorCouncil/Mayor/Pages/default.aspx

12:05:08 De PATRICIA RUNZER à tous les panélistes: Je viens de Mississauga et j'aimerais en savoir plus sur les transports en commun et ce que font ces villes

12:05:10 De Gary Bell: Bonjour de Gary Bell dans la belle Barrie

12:05:14 De Susan avant tous les panélistes: Sunny St. John's!

12:05:22 De Kory Chisholm: Salutations de Barrie, ON

12:05:25 De l'Institut urbain du Canada: CUI est à la recherche de bénévoles pour nous aider à poursuivre l'excellent travail de nos initiatives COVID-19. Si vous pouvez aider, veuillez nous contacter à covidresponse@canurb.org

12:06:07 De Mary Kenny: Mary Kenny de Halifax. Bonne discussion du vendredi!

12 h 11 h 30 De Chris Fraser à tous les panélistes: le maire Danny Brean - veuillez saluer l'ancien maire Dennic «Doc» O'Keefe »et Kelly Mansell de Rocket Food. St. John's est l'une des meilleures villes du Canada - que tous les Canadiens devraient visiter. Le grand Noel O'Dea salive probablement l'occasion de faire plus de publicité incroyable pour attirer les Canadiens.

12:12:42 De Abby S: Ouvrir les parkings aux patios est une excellente idée.

12:13:01 De Emily Wall, membre du personnel de CUI: Mes amis, veuillez modifier vos paramètres de discussion sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

12:13:02 De Philip Evans à tous les panélistes: d'accord !!

12:16:12 De Philip Evans à tous les panélistes: Je suis curieux de savoir si les résidents des petits ports de la baie fréquentent davantage St. John's?

12:19:02 De Chris Fraser: le maire Danny Brean - veuillez saluer l'ancien maire Dennic «Doc» O'Keefe »et Kelly Mansell de Rocket Food. St. John's est l'une des meilleures villes du Canada - que tous les Canadiens devraient visiter. Le grand Noel O'Dea de Target Advertising est probablement en train de saliver l'opportunité de faire de la publicité plus étonnante pour attirer les Canadiens.

12:23:00 De Abby S: C'était un appel de clairon il y a longtemps ... et a été malheureusement ignoré

12:32:51 De Philip Evans: Je me demande si un virage vers une économie culturelle (au-delà du tourisme) est motivé par des entrepreneurs créatifs individuels… des pratiques agricoles créatives en réponse à la sécurité alimentaire en Terre-Neuve?

12:33:16 De PATRICIA RUNZER: Avez-vous mis à pied des opérateurs de transport en commun? Offrez-vous également un transit gratuit?

12:35:02 De Emily Wall, personnel de CUI: Veuillez aider CUI à améliorer sa programmation CityTalk avec une courte enquête post-webinaire - https://bit.ly/2zcc2SA

12:36:03 De Abby S: Eh bien, mettez Mary…

12:36:27 De Claudia McKoy: Aux maires, la recherche d'investissements directs étrangers dans vos villes jouera-t-elle un rôle dans vos stratégies de reconstruction de vos économies après le covid-19?

12:36:40 De Philip Evans: wow. D'accord Mary!

12:36:58 D'Abby S: Les villes ne sont pas un «groupe d'intérêt»… Et elles sont également bloquées en ce qui concerne les budgets et la génération de revenus

12:38:10 De Ralph Cipolla: avons-nous une obligation en tant que municipalité pour une augmentation d'impôt pour 2021

12:38:36 De Sheila Perry à tous les panélistes: Très heureux d'entendre un accent sur le fédéralisme avec un soutien aux municipalités. La réalité de 80% vivant dans les villes est un facteur énorme auquel nous sommes tous confrontés.

12:39:01 De l'Institut urbain du Canada: Rappelez aux participants de modifier vos paramètres de chat sur «tous les panélistes et participants» afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

12:40:01 D'Abby S: Pourquoi ne pas permettre aux villes d'émettre des obligations d'infrastructure pour créer une connectivité totale?

12:40:23 De Abby S: Le besoin d'un accès complet et équitable alors que nous nous déplaçons de plus en plus en ligne (que cela nous plaise ou non) ne fera qu'augmenter

12:44:28 De Kay Matthews à tous les panélistes: Merci à tous pour cette conversation très intéressante. Je suis désolé de devoir partir car les informations sont si intéressantes. Maire Lehman, toujours un plaisir. Kay Matthews, OBIAA

12:45:41 De Philip Evans: Imaginez si la tempête de neige frappe APRÈS la pandémie. Nous avons encore la saison des inondations que nous allons entreprendre ici à Toronto… nous ne sommes pas prêts… les investissements en résilience ne seront pas gaspillés dans les villes.

12:46:08 De l'Institut urbain du Canada: Vous pouvez trouver les transcriptions et les enregistrements des webinaires d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à https://www.canurb.org/citytalk

12:47:49 D'Alan McNair: Il y a surtout eu moins de rancœur publique au cours des derniers mois, mais l'opposition conservatrice a été cinglante dans ses attaques contre le premier ministre Trudeau pour liquider sa base dans sa course à la direction. Cela n'augure rien de bon pour un changement de culture politique et une coopération à long terme.

12:50:12 De Jared Dielwart à tous les panélistes: Quel rôle la structure de financement actuelle joue-t-elle dans l'exécution de projets localisés de logements abordables? (Les villes ont et connaissent le besoin, mais le financement doit provenir de la province et du gouvernement fédéral)

12:50:22 De Abby S: Je pense que la vitesse a été reconnue.

12:50:53 De Abby S: Coiffure?

12:51:13 De l'Institut urbain du Canada: Poursuivez la conversation #citytalk @canurb

12:52:06 De Chris Fraser: Il serait peut-être sage de chercher à l'extérieur du Canada des idées dans des villes qui fonctionnent (en gardant à l'esprit l'échelle et la taille). Je suis très impressionné par Copenhague - où l'idéologie fait partie du processus électoral et une fois les élections terminées - les dirigeants de la ville se réunissent pour faire bouger les choses. Pouvez-vous imaginer cela au Canada?

12:54:11 De l'Institut urbain canadien: CUI est à la recherche de bénévoles pour nous aider à poursuivre l'excellent travail de nos initiatives COVID-19. Si vous pouvez aider, veuillez nous contacter à covidresponse@canurb.org

12:55:13 De Emily Wall, personnel de CUI: Veuillez aider CUI à améliorer sa programmation CityTalk avec une courte enquête post-webinaire - https://bit.ly/2zcc2SA

12:57:31 De l'Institut urbain du Canada: #citytalk

12:58:04 De Andy Thomson (OAA) à tous les panélistes: @Jeff, certains architectes ont suggéré qu'un processus SPA accéléré pourrait faire économiser aux développeurs plus de $ que les rabais DCC pour les bâtiments écologiques. Barrie envisage-t-il une réforme pour accélérer le SPA? Qu'en est-il des remises CDC partielles pour les constructions vertes?

12:58:52 De Andy Thomson (OAA) à tous les panélistes: Haha :)

13:00:54 Du maire Jeff Lehman: Merci à tous d'avoir écouté!

13:01:45 De Mary Kenny à tous les panélistes: Nos maires sont tellement impressionnants. Chapeau à eux!

13:01:51 De Francis Wallace à tous les panélistes: Merci à tous.

13:01:51 De Jared Dielwart à tous les panélistes: Merci à tous!

13:01:55 De Andy Thomson (OAA) à tous les panélistes: Passez un excellent après-midi / soirée / fin de semaine - merci les maires et Mary!

13:02:00 De Abby S: Merci à Mary, au personnel du CUI et à ces deux merveilleux maires!

13:02:12 De Andy Thomson (OAA) à tous les panélistes: Et le personnel de CUI bien sûr! @

13:02:16 De Maureen Shuell: Merci pour vos idées!

13:02:18 De Philip Evans: Merci Mary et maires!

13:02:39 De Ralph Cipolla: de Ralph Cipolla d'Orillia merci