Futures de villes alternatives: leçons du monde entier

Rejoignez Mary W. Rowe de CUI, Antonella Valmorbida, secrétaire générale de l'Association européenne pour la démocratie locale, Jean Pierre Mbassi, secrétaire général de Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique, et Rudi Borrmann, directrice adjointe de Open Government Partnership Local, comme ils discutent de la façon dont les municipalités du monde entier mènent une réforme de la gouvernance et de l'engagement des citoyens pour aider à réinventer d'autres futurs possibles des villes canadiennes.

Sommet Massey Cities 2021

Du 6 au 8 avril 2021, Le Sommet Massey Cities 2021 a réuni des dirigeants de partout au Canada et du monde pour réinventer le rôle des municipalités dans le fédéralisme canadien, tout en reconnaissant les droits constitutionnels des Premières Nations.

Organisé par Massey College et l'Institut urbain du Canada (avec le soutien très apprécié de la Fondation Maytree et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada).

5 Clé
Plats à emporter

Un résumé des idées, des thèmes et des citations les plus convaincants de cette conversation franche

1. La gouvernance locale concerne le peuple

Jean-Pierre Elong Mbassi de CGLU Afrique nous rappelle que la gouvernance locale ne concerne pas que les politiques et la législation; pour beaucoup de gens dans nos villes, c'est une question de vie ou de mort. Selon Jean-Pierre, «au-delà des statistiques, au-delà des lois, au-delà des cartes, il y a de vrais êtres humains qui ne peuvent être réduits à des moyennes, et dont la vie peut être détruite par le coup de crayon.

2. La responsabilité exige des pouvoirs décentralisés

Antonella Valmorbida, de l'Association européenne pour la démocratie locale, soutient que la responsabilité publique repose en partie sur la prise de conscience par les citoyens des autorités intégrées au sein de leurs gouvernements locaux. Mais si les responsabilités ne sont pas décentralisées et que les gouvernements locaux ne sont pas habilités à s'attaquer aux problèmes qui comptent pour leurs résidents, il n'y a aucune raison pour que les gens s'investissent dans l'avenir de la gouvernance locale. La subsidiarité est essentielle.

3. L'architecture de la gouvernance est devenue une «boîte noire»

Rudi Borrmann du Open Local Government Partnership affirme que la confiance du public est remise en question par le fait que l'architecture du gouvernement est devenue une «boîte noire». Sans les ressources et les occasions intentionnelles d'impliquer et d'expliquer aux résidents comment leurs impôts sont dépensés, comment les décisions sont prises et comment ils peuvent apporter leur contribution, les gens ne se soucieront pas de la gouvernance équitable. «La gouvernance locale est importante. Une gouvernance locale ouverte est essentielle. »

4. Des formes de gouvernance plus complexes sont possibles

Les autorités décentralisées ouvrent la porte à des formes de gouvernance plus complexes et plus alignées sur les expériences des résidents. Jean-Pierre donne l'exemple des villes africaines, où la légitimité des pouvoirs publics côtoie et parfois en concurrence avec les formes d'autorité traditionnelles, religieuses et autres. Le gouvernement local peut être renforcé par une «complicité positive» - par exemple, en faisant participer les autorités traditionnelles au gouvernement local.

5. Les gouvernements locaux doivent travailler différemment

Pendant le COVID, de nombreux gouvernements locaux se sont mobilisés pour s'attaquer aux problèmes différemment, avec des partenaires intersectoriels. Mais même lorsque la pandémie mondiale prendra fin, il y aura d'autres défis, tout aussi visibles et viscéraux, qui demanderont aux gouvernements locaux d'innover. La formation et le renforcement des capacités des gouvernements locaux seront essentiels.