Comment redonner vie à nos rues principales ?

Avec Charles Montgomery, directeur fondateur, Happy City ; Michael Shuman, directeur des projets d'économie locale, Neighbourhood Associates Corporation ; Jake Stacey, vice-président, VanCity Community Investment Bank ; et Judith Veresuk, directrice exécutive, Regina Downtown BID.

5 Les clés
à retenir

Un tour d'horizon des idées, thèmes et citations les plus convaincants de cette conversation franche.

1. L'intersection de la santé publique, de l'équité et de l'économie locale

Nombreux sont ceux qui considèrent les rues principales comme de simples centres commerciaux, mais COVID-19 nous a montré que les rues principales sont le point d'intersection de la santé publique, de l'équité et de l'économie locale. Les rues principales sont au cœur des communautés de toutes tailles et peuvent prendre de nombreuses formes (des centres commerciaux aux grandes intersections). En rendant les rues principales praticables, connectées et abritant une variété d'entreprises locales, les villes peuvent favoriser un accès social et physique sain aux biens, aux services et aux espaces publics dont les gens ont besoin.

2. Nous devons repenser l'utilisation de l'espace public dans les rues principales.

En repensant la manière dont l'espace physique est utilisé dans les rues principales, les villes peuvent utiliser des interventions urbaines tactiques pour rendre les rues principales plus équitables, plus accessibles et plus rentables. Des "zones flexibles" ont été introduites dans des villes californiennes (Oakland et Mountain View) afin de permettre aux propriétaires de commerces locaux d'utiliser les trottoirs et les places de stationnement devant leur établissement pour mieux répondre aux besoins de leur communauté, que ce soit en augmentant l'espace des terrasses, l'accès des piétons ou le nombre de places de stationnement. La crise actuelle de la santé publique a mis en évidence la nécessité pour les villes de réfléchir à la manière dont les rues principales peuvent être conçues de manière plus créative afin de desservir plus de personnes de manière sûre et efficace.

3. Les entreprises d'ancrage en tant que commodités

Les entreprises locales sont souvent citées comme des commodités dans les quartiers, par les copropriétés et les nouveaux développements, et définissent généralement le contexte de l'identité locale. Ces entreprises piliers sont bien plus que des cafés, des épiceries, des restaurants ou des commerces de détail. Elles soutiennent souvent d'autres petites entreprises de la communauté en attirant des clients locaux et en encourageant les partenariats locaux. Il est nécessaire d'adopter une approche plus intentionnelle pour soutenir les entreprises piliers en tant que telles, afin d'assurer la succession de ces entreprises et le bon fonctionnement d'une rue principale.

4. La récupération ne sera pas une réplique de ce qui a été

Alors que de nombreuses entreprises de la rue principale se tournent vers les plateformes numériques, la question se pose de savoir si les vitrines numériques et physiques peuvent coexister. La rue principale numérique marque-t-elle la fin de la brique et du mortier ? Le rétablissement des rues principales à la suite de l'épidémie COVID-19 exigera des entreprises locales qu'elles développent de nouvelles approches de leurs modèles d'activité et de service, ce qui rendra impératif le développement d'une fonctionnalité en ligne, quelle que soit la suite des événements. Alors que les villes modifient les modes d'accès aux espaces publics, les entreprises devront se développer en parallèle.

5. Les rues principales fonctionnent au flux de trésorerie

Le soutien fédéral aux petites entreprises ne suffira pas à aider les rues principales à survivre COVID-19. Les entreprises locales auront besoin d'investissements directs provenant de la mobilisation de la communauté avant que le gouvernement ne soit en mesure d'introduire de nouvelles politiques progressistes qui répondent au besoin d'investissement direct en capital et de réforme fiscale. L'investissement dans les rues principales par le biais de l'approvisionnement local, de taux de crédit réduits et d'une approche d'investissement communautaire dans les achats aidera les petites entreprises grâce à une augmentation des flux de trésorerie directs.

Panel complet
Transcription

Note aux lecteurs : Cette session vidéo a été transcrite à l'aide d'un logiciel de transcription automatique. Une révision manuelle a été effectuée afin d'améliorer la lisibilité et la clarté. Les questions ou préoccupations concernant la transcription peuvent être adressées à events@canurb.org en indiquant "transcription" dans la ligne d'objet.

Mary Rowe [00:00:51] Hello, everybody, it’s Mary Rowe from the Canadian Urban Institute. Welcome to the Tuesday edition of City Talk. It’s the Tuesday after what was to be the May 24th weekend or the May or the May Victoria Day weekend. Kind of odd to have May 24th on May 18th. But there we are. We did and we’re back at it, trying to wake ourselves up and get back at what is happening to cities in the time of COVID. I’m the president of the Canadian Urban Institute, we’re the connective tissue business and we, since COVID have been responding to the need for information and sharing and understanding what’s actually happening around us. With three platforms CityWatchCanada.ca, CityShareCanada.ca, and this one we’re on today, CityTalk.ca, where we invite people like these brave four to talk to us about a particular aspect of urban life and what they’re observing, what they see is really happening, what they think is likely to happen and what do they think needs to happen. So today it’s all about main streets. And in fact, CUI is leading an effort across the country, across Canada called Bring Back Main Street. You can go find it that BringBackMainStreet.ca. And in fact, what we’re keen on is to hear stories about how your main streets are coping and what do you see ahead in your neighborhood. So one way that listeners could help us is if you would send us some photos of what you’re seeing on your main streets and you can send those on Twitter. You can email them to covidresponse@CANURB.org. or you can put them on Twitter with the hashtag #BringBack MainStreet and then tag us @CanUrb so that we can see what’s going on on your main streets. And we recognize that main streets take different forms. They may be a traditional block, but they may also be a four corners or they may be a strip mall or they it’s the place where you go and where others go to meet one another, have some kind of exchange, some kind of communal experience. And what you would sort of call is the heart of your community. Where is the main street that you gravitate to? And what’s it going to take for these places to come back? These broadcasts initiate where I am anyway in Toronto, which is the traditional territory of the Mississaugas of the Credit, the Annishnabek, and the Chippewa and the Haudenosaunee and the Wendat peoples. And it’s now home to many diverse First Nations in Inuit, in Métis peoples from across Turtle Island. Toronto is covered by Treaty 13, signed with the Mississaugas of the Credit and the Williams treaties signed with multiple Annishnabek nations. And we are very aware that the Indigenous communities across the country are having their own particular experience and struggle with COVID and particularly urban Indigenous. And so we’re interested in that. How is the urban Indigenous community responding in particular urban Indigenous businesses, many of which are on main streets, one near me a couple blocks over Bannock House is an Indigenous business. So we want that to be part of our inquiry as well. The conversations always begin here, but they never end. There are endless conversations. So please continue on Twitter with #CityTalk. We will record this session as we are now and we will post it with a summary. And the other thing is, as anyone who’s been on a city talk knows, we have a very active chat community. There’s a lot of life in the chat. So please group chat away, use the setting on the bottom of your screen that says “to all panelists and everyone”, because what happens is chatters end up answering each other’s questions much more quickly than sometimes the panel can get to them. And the other thing is, as we’ve said, anything that goes on, that chat is on that chat. It stays there. So just keep that in mind. The world will see it because we’ll post it afterwards. And we appreciate that, that we have some really robust conversations and we learn a ton from these things, not just from the folks that come on us like these folks, but also the people like you who are listening in and asking questions and and really making clear what your experience is. I think if there’s anything we want to derive from the COVID experience it’s that we all have our experiences of our communities and we need to give voice to those and learn from each other and create the kind of peer to peer opportunities in Canada with city voters across the country. So please tell us what you’re seeing on your main streets. We have three sessions this week. This one, one on Thursday where we’re going to hear from voices from abroad and then on Friday when we will be with yet another esteemed mayor of a Canadian city. So the other thing we always want to acknowledge is that we recognize that cities are still in tight, dire straits. Municipal governments are still struggling with how they’re going to pay their bills. They’re facing extraordinary expectations being placed on them both fiscally and just in terms of manpower, municipal governments are having to lay staff off. We’re very cognizant of this that we are having these conversations. But it’s a luxury because lots and lots of Canadians around the country and in Michael’s world, the US engaged in frontline service work, keeping people alive, keeping people safe. So we always want to be acknowledging that this conversation is no substitute or intended to in any way distract us from the matters at hand which is keeping people alive and safe. OK, so bring back Main Street. Let’s hear from our four gang here. I’m going to call you I was gonna call a gang of thieves, but that’s not right. You’re not thieves. You’re probably the opposite of thieves. You’re you’re believers. You’re people that have been invested for some time in why the local economy matters and what the role of the main street is in actually creating vibrant urban life. And we have people coming from quite different perspectives with us today. So we post their bios online. So I don’t do much of an introduction other than their names and their cities. So the first person I’m going to ask to just fill us in on what he’s seeing from his perch is our friend Michael Shuman with, I see a Canadian prop behind him. Michael Shuman from Washington, DC. So talk to us, Michael, about what you’re seeing in terms of Main Street impacts and what what’s your sense?

Michael Shuman [00:06:41] Oui. Il est donc évident que l'impact est grave. Et l'une des conséquences est que le soutien fédéral, même après trois lois de relance, est bien trop faible pour aider les rues principales. Et bien trop peu pour les gouvernements locaux et d'État ici aux États-Unis. Ce que je constate, c'est que nombre de ces municipalités et de ces États examinent des idées qui, il y a à peine trois mois, étaient considérées comme farfelues. Aujourd'hui, ils en font leur cheval de bataille, car ces idées peuvent en fait stimuler l'économie à un coût nul ou nul, voire même rapporter de l'argent. Je vais vous donner quelques exemples. Les gens pensent beaucoup plus sérieusement à l'investissement local, qui apporterait de l'argent aux entreprises locales. L'État du Michigan, par exemple, vient d'introduire un projet de loi visant à accorder un crédit d'impôt de 50 % aux personnes qui investissent dans des entreprises locales. Les gens réfléchissent davantage à des services bancaires publics qui permettraient d'utiliser les recettes excédentaires dans les banques et les coopératives d'épargne et de crédit locales. Les gens parlent de changements dans la politique d'approvisionnement qui favoriseraient davantage les entreprises locales et conduiraient en fait à des appels d'offres moins chers. Et les gens parlent de programmes d'achat local initiés par la base qui impliquent des choses telles que l'adoption d'une entreprise et l'animation de cette entreprise par le biais du soutien des consommateurs.

Mary Rowe [00:08:19] J'allais vous demander quelle est la différence entre les achats locaux et les marchés publics locaux. Les achats locaux, c'est le secteur public, le secteur public qui achète ?

Michael Shuman [00:08:26] Oui. Tout à fait. Les achats locaux sont effectués par des particuliers ou des entreprises.

Mary Rowe [00:08:33] C'est vrai. C'est vrai. Bon, eh bien, allons-y. En fait, je vais changer l'ordre que j'avais initialement prévu. Jake, c'est à toi que je veux m'adresser ensuite, parce que tu travailles dans le secteur financier. Jake vient de Toronto et elle travaille à la Vancity Community Investment Bank. Michael vient de vous faire un discours parfait sur les banques locales, les banques publiques. Alors, dites-nous quel est le point de vue de Vancity. Dites-nous quelle est la perspective de Vancity.

Jake Stacey [00:08:55] Merci, Michael, de l'avoir lancé en plein milieu. Je l'ai même écrit. Je l'ai même écrit. J'apprécie. Nous allons donc nous appuyer sur ce qu'a dit Michael. Tout d'abord, Mary, merci pour l'invitation. C'est une conversation très importante. Et je pense que ce que nous observons, en plus de tout ce que Michael a mentionné, c'est la rapidité. Le processus de mobilisation, de stratégie et de stabilisation s'est accéléré d'une manière que je n'aurais pas anticipée en tant que professionnel des services financiers. L'une des choses dont nous nous sommes très vite rendu compte dans notre organisation, c'est que nous voulions prendre les devants. Nous voulions donc lancer des produits très rapidement. Cela permettrait de répondre aux questions soulevées par Michael. En effet, comment apporter rapidement des capitaux aux organisations et aux personnes qui en ont absolument besoin ? Nous ne l'avons pas fait. Nous savions que notre gouvernement, ici au Canada, se mettrait à la table, mais nous voulions vraiment prendre les devants pour nous assurer que, comme Michael l'a fait remarquer, nos électeurs, nos membres et nos clients savaient que nous étions là et prêts. Du point de vue du leadership, nous avons donc cherché à savoir qui allait avoir besoin de quoi. Rapidement, nous nous sommes penchés sur la question de l'aide, c'est-à-dire sur les familles qui pourraient avoir besoin d'une réduction des taux d'intérêt sur les cartes de crédit, ce qui a été l'une de nos premières discussions. Nous sommes très vite passés à zéro. Nous sommes également allés sur le marché des organisations avec Unity Deposit, puis pour les membres de détail, les particuliers, et ensuite avec un pour les organisations, parce que nous savions qu'il n'y aurait pas que des particuliers qui voudraient investir pour aider les organisations locales de base dont Michael a parlé et qui sont si importantes. Nous voulions donc nous assurer que les particuliers et les entreprises auraient accès à ce type d'information. L'étape suivante a été la suivante. Si nous avons levé ce capital, comment allons-nous le déployer d'une manière significative ? Nous avons donc un prêt pivot, un prêt unité, un prêt unité, qui sont, vous le savez, deux produits différents répondant à deux types de besoins différents. L'un pour les organisations qui ont besoin de pivoter et qui ont pivoté. Par exemple, Mary, vous connaissez cela. Vous savez, à Toronto, on voit beaucoup de distilleries qui ont pivoté très rapidement et très tôt pour fabriquer des désinfectants pour les mains. Nous avons donc cherché à savoir ce dont les organisations et les individus allaient avoir besoin et nous avons très rapidement procédé nous-mêmes à la mobilisation, à la diffusion, à l'élaboration de stratégies et à la stabilisation. L'autre chose que j'ajouterais pour compléter ce qu'a dit Michael, c'est que nous avons commencé par nos collaborateurs. Nous avons examiné les personnes au sein de nos organisations. Et comment pouvons-nous nous mobiliser rapidement ? Ainsi, même nous, en tant qu'institutions financières, vous savez, certaines de ces choses qu'il nous faudrait trois à six mois pour mettre en place, nous avons dit que nous avions trois à six mois pour les mettre en place. Nous avons dit que nous avions trois à trois à six jours. Nous nous sommes donc mis au défi et nous nous sommes montrés à la hauteur en travaillant en parallèle. Mary, vous connaissez les équipes de communication de nos organisations. Elles ont très vite commencé à travailler avec le gouvernement fédéral pour s'assurer que les programmes qu'elles allaient mettre en place s'accorderaient bien avec les objectifs de l'Union européenne. Ces programmes s'accordaient parfaitement avec ce que nous faisions en veillant à ce que ce type de capital soit disponible au niveau local dans les petites et moyennes entreprises que nous servons.

Mary Rowe [00:12:38] J'aimerais revenir à Michael et Jake sur la question de l'argent et comment, parce que je pense qu'il y a beaucoup d'anxiété à propos de tout le soulagement. Et je sais que nous sommes dans des pays différents. Mais il y a des schémas que l'on peut observer et qui montrent que toutes les aides vont être récupérées par des entreprises plus importantes. Je reviendrai donc sur ce point avec Jake et Michael dans une seconde. Je vais maintenant passer à Judith, à Regina. Mais avant de vous donner la parole, je voudrais encourager tous les participants au chat à changer leur petit interrupteur pour le mettre sur tous les panélistes et participants, car même si les panélistes adorent vous entendre, le dilemme est que le reste du monde ne le voit pas. Si vous avez déjà envoyé un commentaire aux seuls panélistes, pouvez-vous revenir en arrière et l'envoyer à tout le monde pour que nous puissions tous le voir ? Par ailleurs, j'apprécie que les gens s'enregistrent depuis leur rue principale, ce qui est formidable. Alors si vous pouviez à nouveau vérifier et envoyer à tous les panélistes et participants, quelle est votre rue principale ? D'où écrivez-vous ? Je vois Roncy, je vois Halifax. Je vois divers endroits. Je vois une initiative intéressante à Calgary de la part de la capitale culinaire et culturelle de Calgary. Je vous remercie. Alors, encore une fois, faites-nous un clin d'œil. Si vous travaillez sur une rue principale ou s'il y a une association de rue principale avec laquelle vous avez des contacts. C'est bien. Cela incite de nombreuses personnes à venir nous voir et à nous dire : "Qui êtes-vous ? Quelle rue défendez-vous ? Nous voulons vous entendre. OK, Judith, Regina. Et aussi d'autres liens. Je crois qu'il y avait un site sur le centre-ville de Burough ou sur le nouveau site de Peterborough. Comme je l'ai dit, ces discussions sont très riches. Alors n'hésitez pas à nous en dire plus, mesdames et messieurs. Nous voulons savoir d'où vous venez. Judith nous parle depuis Regina.

Judith Veresuk [00:14:04] Merci, Mary. Je suis ravie de voir tous les participants au chat. Je sais que beaucoup d'entre vous sont des collègues que j'ai vus à diverses conférences. Encore une fois, c'est agréable de se connecter, même si c'est par le biais du virtuel. Les BID, les BIA, nous sommes ceux qui sont les plus proches de nos rues principales. Nous sommes la couche intermédiaire entre la ville et les entreprises elles-mêmes. Et lorsque vous êtes dans une entreprise et que vous devez faire face à une crise, vous n'êtes pas toujours en bonne santé. Vous ne faites pas attention à ce qui se passe autour de vous. Vous vous inquiétez de rester à flot, vous vous souciez de garder les portes ouvertes. C'est là qu'interviennent les DIS, qui permettent de communiquer aux décideurs municipaux, provinciaux et fédéraux ce qu'est le bien commun pour le centre-ville ou la rue principale. Ce que j'ai constaté ici, c'est que notre rôle, qui se concentrait à Regina sur la création de lieux, a évolué vers la défense des intérêts. Nous avons beaucoup travaillé dans ce domaine. Nous avons beaucoup travaillé sur la recherche, car nous avons affaire à de nombreuses entreprises dont l'anglais n'est peut-être pas la première langue. Elles flottent en quelque sorte dans cette zone grise où elles ne savent pas où accéder à l'information. Elles ne savent pas quelles informations sont importantes. C'est pourquoi nous nous sommes efforcés de passer au crible tout ce bruit et de le ramener à ce qui est important, à savoir les programmes existants. À quoi pouvez-vous prétendre ? Nous éduquons. C'est tout. Nous éduquons non seulement les entreprises, mais aussi les responsables municipaux. Voilà pourquoi c'est important. Voilà ce que nous constatons sur le terrain. Et voici ce que vous pouvez faire pour nous aider. En réalité, nous sommes des thérapeutes. Mais, vous savez, nous sommes au téléphone avec certaines de ces personnes qui risquent de tout perdre. Nous faisons de notre mieux pour les calmer, les orienter dans la bonne direction et être à leurs côtés. Nous avons donc été amenés à jouer un grand nombre de rôles dans lesquels nous n'aurions peut-être pas été présents auparavant. J'ai eu des conversations, je suis ici depuis 10 ans et j'ai eu des conversations ces huit dernières semaines avec des gens à qui je n'avais jamais eu l'occasion de parler, mais qui m'ont tendu la main parce qu'ils voient la valeur de ce que nous faisons pour eux. Et j'ai le sentiment qu'ici, à Regina, surtout en tant que capitale et en étant si proche de la législature, nous avons été en mesure d'opérer ce changement pour eux, de leur fournir des subventions et de faire connaître leur situation aux décideurs afin qu'ils puissent élaborer des programmes qui aideront les gens sur le terrain. Aujourd'hui, le lendemain de la fête de la Reine, c'est le premier jour d'ouverture de notre secteur de la vente au détail et des services personnels. Nous sommes donc très impatients de voir à quoi cela va ressembler. Je sais que la communauté est très enthousiaste. Vous savez, le commerce de détail peut ouvrir, et je pense que c'est ce que nous attendons tous. Mais les clients reviendront-ils ? Se sentent-ils en sécurité ? En faisons-nous assez pour qu'ils se sentent en sécurité ? Nous avons donc beaucoup travaillé au sein de notre BID pour améliorer la formation des membres de la BID, renforcer les capacités de nos entreprises et transmettre ce sentiment de sécurité. Et encore une fois, partagez simplement la façon dont vous pouvez interagir avec Main Street à votre niveau de confort, que ce soit en ligne ou en personne, mais un peu plus à l'écart. Nous sommes ici pour nous assurer que la communauté sait que Main Street est ouverte aux affaires et que vous devez continuer à la soutenir de toutes les manières possibles pour vous assurer qu'elle sera toujours là à la fin de tout cela.

Mary Rowe [00:17:51] Merci, Judith. Et bien sûr, vous êtes également présidente de l'Association internationale de développement, n'est-ce pas ? Vous avez donc un droit de regard sur l'ensemble du pays. Il y a beaucoup de points communs et de défis qui sont ressentis à différentes échelles par différentes communautés, évidemment. Michael, je ne sais pas si vous connaissez la nomenclature que nous utilisons. Le Canada a des zones d'amélioration des affaires, des districts d'amélioration des affaires et, dans certains cas, des zones d'amélioration des affaires. Mais vous connaissez l'essentiel, je suppose. Et Charles, nous recevons beaucoup de questions dans le chat que vous allez commencer à aborder, à savoir cette notion d'utilisation de la rue principale en tant que lieu et des différents acteurs de ce lieu. Parlez-nous donc un peu, si vous le pouvez, de Happy City et de votre point de vue, vous qui nous parlez depuis la vallée de Cowichan, en Colombie-Britannique.

Charles Montgomery [00:18:35] Oui. Je veux dire que dans le sous-sol de ma mère, si vous pouviez voir derrière l'écran, vous verriez des lits d'enfants. Je voudrais établir un certain contexte, puis parler spécifiquement et peut-être créer un menu pour vous de différentes initiatives qui se déroulent dans le monde entier avec le contexte, je pense que c'est vraiment important. Il faut voir les choses sous l'angle, certes, de l'économie, mais aussi de la santé publique et du bien-être. Pas plus tard qu'hier, j'étais au centre commercial local, où vous pouvez imaginer à quoi cela ressemble. Des grandes boîtes géantes. Nous passons d'un parking à l'autre. Les premières analyses montrent que ce type d'environnement est associé à la propagation virale dans l'État de New York et autour de la ville de New York. Par ailleurs, les quartiers connectés, accessibles à pied et bien délimités sont en fait le type d'endroits où la propagation virale est la plus faible. Si l'on considère la santé publique d'une manière plus générale, nous savons que le quartier piétonnier de Main Street remplit une fonction sociale, mais aussi une fonction sanitaire. Nous savons que les gens vivent plus longtemps malgré les catastrophes et les crises lorsqu'ils disposent de ces lieux accessibles à pied et reliés entre eux. Que se passe-t-il dans le monde aujourd'hui ? Malheureusement, vous savez, la pandémie n'est que l'essence qui a été versée sur le feu des problèmes de la rue principale. Ce qui est passionnant, c'est qu'en dépit de cette période difficile. Les villes du Canada et du monde entier utilisent l'espace différemment et deviennent plus flexibles. Donc, tout d'abord, oui, nous devons changer la façon dont nous utilisons les rues et l'espace public. C'est ce qui se passe à Paris, à Milan, à Auckland et même à Vancouver, où nous accordons plus d'espace aux personnes qui se déplacent à pied ou à vélo. D'ailleurs, si vous aviez acheté des actions de vélos il y a un mois, vous seriez riche aujourd'hui, car il devient difficile d'acheter un vélo en Amérique du Nord, ils s'envolent des rayons. Les entreprises ont besoin de plus d'espace. Il est important de prendre en compte la santé publique dans une perspective d'équité. Par exemple, la ville de Vancouver donne plus d'espace aux restaurants pour qu'ils puissent s'installer dans les rues. Mais qu'en est-il des personnes qui utilisent la rue en permanence et qui n'ont pas les moyens de s'offrir un restaurant ? La nouvelle règle sera donc que si vous n'avez pas les moyens de vous payer un restaurant, vous pourrez quand même vous y asseoir. Mais je pense que je ne vais pas étaler tout cela maintenant parce que je veux juste aborder un point important pour ouvrir la discussion. Mais nous devons aussi réfléchir à la manière dont nous utilisons nos terrains différemment. Je pense que la plus grande crise de Main Street est qu'il n'y a pas assez de personnes vivant à proximité de nos rues principales pour faire des achats dans ces endroits, pour s'y rendre à pied et y faire des achats. Alors, comment pouvons-nous utiliser différemment les terrains au-dessus de ces espaces et comment pouvons-nous modifier le zonage des espaces pour que davantage de personnes puissent vivre plus près de la rue principale. C'est également ce qui se passe sur le continent, pas encore déclenché par la pandémie, mais j'espère que cela va s'accélérer. Pensez à Portland, qui a légalisé les quatreplex dans toute la ville. Je m'arrêterai là pour l'instant.

Mary Rowe [00:21:33] Merci, Charles, et merci à tous. Je veux dire que c'est un ensemble de situations, n'est-ce pas ? Il n'y a pas qu'une seule chose. C'est probablement la raison pour laquelle nous sommes si intéressés par la question de Main Street à CUI, parce que c'est en quelque sorte une approximation pour toute une série de défis. Où se trouvent les logements abordables ? Comment les capitaux sont-ils dispersés ? Comment les gens se déplacent-ils ? Comment naviguer dans ce domaine public partagé et quelles sont les règles en place pour le faire ? J'ai donc l'impression que nous avons deux domaines. Le premier concerne l'argent et les capitaux qui vont circuler. D'autre part, il y a la question de l'espace et de la manière dont nous l'allouons. Il est évident qu'ils sont étroitement liés. Judith, je me demandais si je pouvais revenir un instant sur les types de conseils que les BID peuvent fournir à leurs membres et les BID et les BIA comptent des vendeurs parmi leurs membres, mais aussi des propriétaires, n'est-ce pas ?

Judith Veresuk [00:22:26] Absolument. Nous devons représenter les deux. C'est pourquoi la question des loyers est très délicate pour nous, car nous ne voulons pas choisir des gagnants ou des perdants. Mais pour en revenir à ce que dit Charles, j'adore l'idée de l'urbanisme tactique. Nous avons organisé des ateliers ici à Regina pour éduquer nos entreprises. Mais je pense qu'il faut aller encore plus loin dans l'éducation. Je suis à Regina. Nous sommes le pays des camionnettes. Tout le monde conduit. Personne ne prend le bus. Je suppose donc qu'il faut se mettre à la place d'un chef d'entreprise qui, depuis 20 ans, veut que la place de parking devant son bâtiment soit gratuite pour ses clients, et lui faire comprendre qu'à l'heure actuelle, il a probablement besoin de cet espace pour générer des revenus pour lui, et pas nécessairement pour la ville.

Mary Rowe [00:23:23] Mais qu'en est-il du défi de la livraison ? Je sais ce que vous suggérez et vous avez raison de dire qu'il y a malheureusement toutes sortes d'exemples de propriétaires d'entreprises qui veulent une place de parking pour eux-mêmes. Mais qu'en est-il s'ils veulent disposer d'un système de livraison commercial ? Vous savez, si nous avons eu toutes sortes de réactions négatives ici à Toronto, par exemple, où l'on a mené un projet pilote dans une rue qui minimisait la circulation des voitures, les commerçants ont fait valoir qu'il leur était très difficile d'obtenir des stocks et tout ce genre de choses. Que répondez-vous à cela en termes d'équité ?

Judith Veresuk [00:23:55] Ces conversations doivent avoir lieu. S'agit-il donc de pousser sur la voie de stationnement pour créer cet espace patio, mais peut-être de prendre une voie de circulation pour accueillir les livraisons ? Tout dépend de la section transversale, évidemment. Ensuite, il s'agit de dialoguer et de trouver les points communs au sein de votre quartier. De quoi vos voisins ont-ils besoin ? De quoi avez-vous besoin ? Et comment gérer ce côté trottoir ? Et ensuite, comment transmettre ces besoins à la mairie ? Au conseil municipal ? Pour qu'ils puissent prendre les décisions politiques qui vous permettront de le faire, même s'il ne s'agit que d'un projet pilote.

Mary Rowe [00:24:34] Et peut-être. Je veux dire que nous avons dit sur City Talk que COVID a mis le monde entier en pilote. Nous sommes un gros morceau de pilote en ce moment même. Et comme Michael l'a dit, vous savez, des choses qui n'étaient même pas considérées comme possibles. Tout d'un coup, elles sont devenues possibles. Qu'en est-il de l'idée proposée par Michael d'adopter un restaurant ? Michael, vous essayez de renforcer l'idée que j'aurais une relation personnelle et une obligation, je pense, envers un commerce dans mon quartier. Oui ?

Michael Shuman [00:25:03] Oui. J'ai un restaurant, un bar et une librairie préférés dans la région de Washington, Busboys and Poets. Et je veux m'assurer que ce restaurateur survive. Je l'ai donc approché il y a deux semaines et je lui ai dit, Andy, Andy Shallal est le propriétaire. Je lui ai dit : "Andy, je veux faire de mon mieux pour te donner de l'argent maintenant. Puis-je vous acheter des repas d'une valeur de mille dollars tout de suite ? Andy m'a répondu que non seulement cela était possible, mais que nous étions très reconnaissants. Mais nous allons vous donner 20 % de plus. J'obtiens donc un retour sur investissement de 20 % en achetant des repas à l'avance auprès d'Andy. Je pense que nous devrions tous nous demander quelle est l'entreprise locale que nous aimons le plus et comment nous pouvons lui donner de l'argent. C'est très simple. Mais je tiens également à souligner que l'endroit où vous investissez votre argent est vraiment important. Je parie ici que si nous faisions un sondage auprès des plus de 300 personnes présentes à cet appel, nous constaterions que quatre-vingt-dix-neuf pour cent de vos investissements vont dans des entreprises mondiales, et non dans Main Street. Vous avez donc tous l'obligation de commencer à placer systématiquement vos économies, vos REER, dans des entreprises locales et dans Main Street.

Mary Rowe [00:26:35] Jake, Michael n'arrête pas de te faire des passes parfaites. Il n'arrête pas de te lancer des balles. OK, allons-y. Je veux dire, je pense, vous savez, juste pour le bénéfice des gens et vous savez, Vancity est la deuxième plus grande coopérative d'épargne et de crédit, je pense, dans le pays. N'est-ce pas, Jake ? Après Desjardins probablement ?

Jake Stacey [00:26:51] Oui. Le plus grand.

Mary Rowe [00:26:51] OK. Certainement en Colombie-Britannique. Mais dans tout le pays, Desjardins est le plus important au Québec. Et cette idée, est-ce qu'il y a des moyens d'investir votre argent plus localement ? Et Michael, vous avez suggéré un certain nombre de moyens, le public, l'idée de la banque publique, l'idée de l'approvisionnement local. Jake, avez-vous d'autres idées sur la façon dont vous, en tant qu'industrie, en tant que Vancity, en tant que leader de l'industrie, pouvez faire en sorte qu'une plus grande partie de cet argent soit investie localement ?

Jake Stacey [00:27:21] Oui. Et je pense que l'une des choses que j'ai envoyées au groupe pendant le week-end était la conception et la construction du produit. Il y a donc une intentionnalité, Mary, qui doit se manifester. Et je pense que, sur le plan organisationnel, c'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons commencé comme nous l'avons fait. Par exemple, vous savez, le fonds Unity, le dépôt à terme que Vancity a mis en place était vraiment intentionnel parce que l'intention était de lever le capital et de le déployer dans des organisations qui faisaient l'une des deux choses que j'ai dites, à savoir pivoter ou avoir besoin d'aide. Il s'agit donc d'une opération bancaire intentionnelle où j'ai la chance de travailler pour l'organisation avec laquelle je travaille. C'est ce que nous faisons. Nous sommes donc une organisation construite dans un but précis.

Mary Rowe [00:28:13] Mais comment faire pour que vous soyez plus nombreux ou pour que vos normes deviennent des normes plus courantes dans le secteur des services financiers ?

Jake Stacey [00:28:20] Oui, c'est vrai. C'est une conversation que nous avons souvent. Mary, et je pense que c'est pousser ce rocher en haut de la colline et que cela rejoint ce que Judith, Charles et Michael ont tous dit, c'est-à-dire que le COVID est la crise qui nous donne l'occasion de faire ce qui était impossible. Et donc, mais le défi que nous allons rencontrer est qu'il y aura des désirs contradictoires. Il y aura des gens qui font du vélo et qui ne veulent pas de cette partie, qui ne veulent pas de ce changement. Il y aura des conflits. Je pense donc que la solution en ce qui concerne Main Street est pour chaque groupe une partie prenante - Que signifie Main Street ? Et de comprendre à quoi cela ressemble pour eux afin de pouvoir parler de leur situation. Car si nous avons des conversations sur, par exemple, j'ai grandi à Stratford, en Ontario. C'est une ville de festivals, avec un tourisme important et des retombées économiques massives pour les petites entreprises. Ce qui différencie cette crise de la crise financière, c'est que les entreprises n'ont pas fermé leurs portes un certain jour en 2008. N'est-ce pas ? Ici, c'est le cas. En tant que financier, il m'arrive de ne même pas y penser parce que je pense que les flux de trésorerie se sont arrêtés. Donc, pour avoir une bonne conversation sur Main Street, nous devons comprendre l'impact de ce blocage des flux de trésorerie, parce que c'est différent. Judith en parlera. C'est différent pour chaque type d'organisation. Et beaucoup d'entre nous représentent les deux côtés. Nous traitons avec des propriétaires, nous finançons des entreprises ou nous travaillons avec des entreprises. Ce sont des conversations conflictuelles. C'est pourquoi, lorsque nous avons envisagé la question de manière globale en tant qu'organisation, nous avons réalisé que nous devions nous mobiliser au sein de la communauté, c'est-à-dire au niveau de la collectivité. Nous avons donc aidé à la construction. Vous connaissez sans doute la coalition pour un meilleur Toronto. Nous avons donc financé directement des fondations dont nous savions qu'elles disposaient des systèmes nécessaires pour déployer rapidement l'argent vers les entreprises de la rue principale qui en avaient potentiellement besoin. Nous savions qu'en tant qu'institution financière, nous ne pourrions pas déployer l'argent aussi rapidement. Nous avons donc mobilisé nos capitaux et nous nous sommes associés à des experts qui savent les mettre à la disposition des communautés dans différents domaines, qu'il s'agisse de la sécurité alimentaire, de la sécurité sanitaire, de la santé et du bien-être ou de l'argent liquide qui doit être versé aux entreprises. Ensuite, nous avons envisagé de travailler avec nos mandants actuels, c'est-à-dire les mandants dont les populations remplissent les rues principales avec des personnes, des ressources humaines, des idées ou des produits. Par exemple, nous avons travaillé et créé un fonds d'aide au loyer avec l'une des organisations de Toronto, CSI, Mary. Pour que les groupes qu'ils servent ne soient pas laissés pour compte et ne manquent pas de soutien. Nous avons donc envisagé la question de deux manières. La mobilisation de la communauté. Et comment travailler avec nos membres et comment travailler avec nos clients de deux manières différentes pour lever ces capitaux et les déployer là où ils doivent l'être. Mais je pense que Michael a dit quelque chose de très important et c'est l'élément, Judith l'a abordé et Charles l'a abordé. Et vous aussi, Mary. L'approvisionnement. Si nous voulons faire ce dont Charles a parlé en ce qui concerne les terrains et si nous voulons utiliser nos terrains différemment et utiliser nos biens immobiliers différemment, alors le processus d'acquisition dans nos municipalités doit absolument changer. Car si nous considérons l'accessibilité du point de vue d'un "pourcentage", si nous ne pouvons pas la mettre en correspondance avec l'accessibilité à perpétuité, qu'il s'agisse d'une entreprise ou d'une personne vivant sur place, alors tous les avantages que nous pourrions tirer de cette crise COVID ne se concrétiseront pas, car l'accessibilité est la vraie solution.

Mary Rowe [00:32:33] Oui, c'est vrai. Il y a quelque chose que nous allons appeler le dividende COVID. Peut-être que c'est le cas. Peut-être que nous allons sortir de là en faisant certaines des bonnes choses. Charles, vous avez dit qu'il s'agissait d'un paquet, n'est-ce pas ? C'est Main Street. Y a-t-il une communauté locale qui peut vivre autour de la rue principale pour la soutenir ? C'est vrai. J'étais à Scarborough ce week-end et j'ai vu certains centres commerciaux. Et je pense que nous devons reconnaître que, comme je l'ai suggéré, les rues principales ne sont pas les mêmes dans tout le pays. Dans certains endroits, on ne peut pas s'y rendre à pied. Et je tiens à avertir les urbanistes que nous avons tendance à être très snobs à ce sujet. Et si quelqu'un doit s'y rendre en camionnette, comme Regina, comme Judith l'a suggéré, nous avons tendance à le juger. Eh bien, soyons clairs, c'est parfois la seule option qui s'offre à eux. Mais quand j'étais à Scarborough, j'étais intéressé. Il faut conduire à Scarborough. Je ne sais pas si quelqu'un y est allé, mais il faut conduire. Et j'ai été très intéressé de voir que les gens qui faisaient leurs courses dans les centres commerciaux très animés avaient l'air de vivre dans les pâtés de maisons qui entouraient cette zone. Il semble donc que certaines communautés aient réussi à résoudre le problème de l'immobilier et de l'accessibilité. Charles, quel est votre point de vue sur la question ? Vous travaillez dans le monde entier. Qu'en pensez-vous ?

Charles Montgomery [00:33:39] Je pense que l'Amérique du Nord est un endroit remarquable pour la façon dont nous nous sommes enfermés dans des schémas qui nous privent de liberté et de flexibilité lorsqu'il s'agit de l'utilisation de l'espace, de l'utilisation de l'espace commercial et de l'utilisation de l'espace résidentiel. J'ai remarqué certains commentaires sur le côté. Gil Peñalosa. Bonjour, Gil ! J'ai remarqué que, vous savez, nous sommes complètement enfermés, même à proximité des zones commerciales, dans le modèle de la maison individuelle, et il faut que cela change. Les gens souffrent en ce moment. Ils doivent pouvoir faire plus avec le terrain sur lequel ils vivent. Nous devons permettre à un plus grand nombre de personnes sans lien de parenté de vivre dans la même maison à Vancouver, ce qui était interdit jusqu'à récemment. Et vous faites remarquer que, oui, de nombreuses personnes qui font leurs courses dans une rue ou un centre commercial sont arrivées là autrement qu'en voiture. Je tiens à souligner plusieurs initiatives prises dans le monde entier. Toutes n'ont pas été lancées récemment à Mountain View, en Californie. Vous savez, nous parlons du fait que les détaillants ont des préférences différentes quant à la manière d'utiliser la voie de stationnement. Dans les années 1980, la ville de Mountain View a mis en place une zone flexible. Vous en faites ce que vous voulez. Si vous voulez en faire votre patio, allez-y. Si vous voulez garder le parking, c'est très bien. Je pense également que nous pouvons faire beaucoup plus si les chaînes sont retirées de nos options d'action. J'ai appris un peu de James Rojas à Oakland.

Mary Rowe [00:35:04] Donnez-moi un exemple de chaîne. Vous ne parlez pas d'une chaîne de magasins. Quelles sont les entraves dont vous voulez nous débarrasser ? Qu'est-ce que c'est ? Donnez-m'en un.

Charles Montgomery [00:35:13] D'accord. Je vais vous donner un exemple de la façon dont nous utilisons l'espace des rues et des trottoirs. James Rojas m'a dit la semaine dernière qu'à Oakland, lorsqu'ils ont transformé 10 % des rues de la ville en rues lentes, les gens y font soudain ce qu'ils veulent, y compris du commerce. C'est ce qu'il appelle l'urbanisme latino. Si vous avez déjà été en Amérique latine, vous savez que les trottoirs et d'autres espaces sont utilisés différemment pour le micro-commerce. Lors d'un récent séjour à Shanghai, j'ai remarqué que les Shanghaïens adoptent cette approche. Mais d'une manière très sophistiquée, avec de belles et élégantes cabines de microcommerce le long des rues. Nous devons nous rappeler que pour attirer plus de gens dans les rues principales, les bandes ou ce type d'espaces, ils doivent répondre à plus de besoins et être plus agréables à vivre. Ils doivent être plus attrayants, car nous savons qu'il existe un lien étroit entre le sentiment d'attachement à un lieu et la croissance du PIB.

Mary Rowe [00:36:10] C'est vrai. Je veux dire qu'il y a quelque chose dans le fait de se sentir mieux, vous savez. Avant de vous quitter, pourriez-vous nous parler d'autres façons dont nous pourrions intervenir physiquement dans les rues principales pour attirer les gens et leur permettre de se sentir mieux ?

[00:36:26] Je vais vous donner un exemple tiré de nos recherches ici à Vancouver. Bien au-dessus de l'eau à Vancouver, dans le sous-sol de ma mère en ce moment même.

Mary Rowe [00:36:33] Je savais ce que vous vouliez dire. Oui.

Charles Montgomery [00:36:35] Il y a quelques années, Vancouver a mis en place un programme appelé Pavement to Plaza, dans le cadre duquel l'espace réservé aux voitures a été rendu aux gens et de petites, très petites places ont été créées. Nous avons étudié les effets de ces places et les résultats ont été remarquables par rapport aux endroits qui n'avaient pas été modifiés. Les gens s'y sentaient mieux accueillis. Les femmes s'y sentaient plus en sécurité et avaient plus de chances d'y revenir. Il s'agit donc également d'une question d'équité. Et les gens ont ressenti un sentiment plus profond d'appartenance et d'engagement à l'égard de la communauté. En d'autres termes, grâce à ce petit changement, les gens se sont sentis plus attachés au lieu, plus enclins à y revenir et à y dépenser de l'argent, ainsi qu'à nouer des liens de soutien entre eux.

Mary Rowe [00:37:17] C'est vrai. C'est vrai. Judith, en ce qui concerne la typologie d'une rue principale. Voulez-vous nous parler un peu de la façon dont elles ont évolué au fil du temps ? Je pense que c'est l'un des dilemmes auxquels nous sommes confrontés. Lorsque je dis aux gens que nous voulons ramener les rues principales, ils me répondent parfois avec cynisme que les rues principales étaient déjà en difficulté auparavant. Pensez-vous vraiment qu'il y a une chance de les faire revivre ? Mais elles ont changé. C'est vrai ? Les rues principales ont évolué.

Judith Veresuk [00:37:42] Absolument. Dans ma rue principale, nous avons notre premier centre commercial pour la communauté. Il s'étend sur tout un côté de notre rue principale. De l'autre côté. Nous avons des bâtiments patrimoniaux avec des commerces au rez-de-chaussée. Nous avons aussi de nouvelles constructions, de nouvelles tours de bureaux avec des commerces au rez-de-chaussée. Je pense donc qu'il y a un mélange de tout cela. Mon collègue, au nord de la voie ferrée, a d'anciens entrepôts qui ont été transformés en commerces, à usage mixte. Je pense donc que nous voyons tous les types et que l'expression "rue principale" est un terme traditionnel auquel nous revenons tous parce que nous avons tous la version hоkeу de ce qu'est une rue principale. Mais en réalité, il s'agit de nos quartiers commerciaux qui ont tendance à appartenir à des propriétaires locaux et à servir la communauté locale. L'appellation est donc facile à utiliser. Je pense qu'il évoque la même idée, mais il couvre en réalité un large éventail de types de zones d'amélioration commerciale, de quartiers d'affaires, de zones commerciales dans toute l'Amérique du Nord.

Mary Rowe [00:38:50] Avez-vous une idée sur les entités clés d'une rue principale ? Vous savez, si nous parlons de la façon dont elles vont se revitaliser, y a-t-il des types particuliers d'occupants des rues principales sur lesquels vous pensez qu'il faut se concentrer en premier lieu, par exemple ?

Judith Veresuk [00:39:07] Je pense que cela dépend de votre entreprise, j'utilise toujours BID, mais cela dépend aussi de votre quartier, car pour revenir à ce que disait Michael, il y a généralement une affinité de la communauté pour une ou deux entreprises, et si cette entreprise s'effondre, le reste de la communauté s'effondre aussi. Il faut donc vraiment identifier cette affinité. Dans certains endroits, ce sera différent pour tout le monde. C'est le restaurant. Dans d'autres, c'est le détaillant qui est là depuis toujours. Alors vraiment, je déteste dire ça, mais parfois il faut vraiment choisir celui qu'on ne peut pas laisser couler et lui donner tout ce qu'on a et lui apporter tout le soutien possible, être au téléphone avec lui à minuit s'il le faut, pour lui expliquer ce qu'il faut faire, parce que s'il coule, les deux ou trois entreprises qui se trouvent de chaque côté couleront aussi.

Jake Stacey [00:40:02] Je pense que c'est vraiment lié à un état d'esprit sur l'objectif social, l'immobilier. Vous savez, qu'est-ce que c'est ? Est-ce un espace de travail ? Est-ce que c'est, vous savez, insérer une organisation à but non lucratif dans une rue principale et partager ? Charles et moi en parlions justement avant de prendre l'appel, partager un espace. Vous savez, et heureusement, il y a des institutions financières, pour répondre à Michael, qui sont plus proches de la base. Et nous pouvons trier ces modèles de revenus partagés et y jeter un coup d'œil pour s'assurer que les flux de trésorerie sont plus résistants, parce que franchement, même si nous parlons de Main Street avec, vous savez, les Main Streets fonctionnent sur les flux de trésorerie. La résilience des flux de trésorerie est donc essentielle. Si nous savons que nous disposons d'un levier, nous pouvons tirer sur Judith pour faire en sorte que le mécanisme de survie s'enclenche dans la rue principale ou dans les communautés que vous connaissez, dans la zone commerciale dont parle Mary. Nous aurons alors un quartier plus résilient, capable de s'autofinancer. C'est donc à l'utilisation mixte que nous devons nous intéresser et être vraiment attentifs à la manière dont nous utilisons nos biens immobiliers et aux choses que nous en faisons, ainsi qu'à l'identité des locataires dans un endroit donné.

Mary Rowe [00:41:23] Oui. Il s'agit de savoir si nous devons formaliser l'immobilier à but social. Avons-nous besoin de différents types de règles pour le permettre ? Vous savez, l'un des dilemmes auxquels les villes sont confrontées, c'est que leurs impôts, ils s'appuient sur l'impôt foncier pour financer leurs services. Est-ce que cela nous met dans une situation où les gouvernements municipaux sont moins intéressés à rendre les espaces commerciaux abordables dans les rues principales parce que l'impôt est un fardeau pour eux ?

Jake Stacey [00:41:49] Et elles ne peuvent pas supporter les déficits, vous savez, ce qui met les municipalités dans une situation, qui est en ce moment, dans notre état actuel, presque impossible. Presque impossible.

Mary Rowe [00:41:59] Les laisseriez-vous porter, vous savez, en Colombie-Britannique, ils sont maintenant autorisés à avoir un déficit. Les laisseriez-vous faire ?

Jake Stacey [00:42:08] Oui, je le ferais si c'était spécifique à certains types de développement en rapport avec la terre. Tout à fait. Je ne les laisserais pas, vous savez, sortir et, vous savez, créer des lignes de crédit géantes pour financer leurs opérations. Mais s'il s'agit d'un projet par projet, et que vous voulez commencer, vous savez, Charles a mentionné des fonds propres équivalant à deux fois la valeur de ce terrain et de ce bail de quatre-vingt-dix-neuf ans sur ce terrain, vous savez, je veux dire, nous pouvons mieux travailler cela au niveau municipal en ce qui concerne, vous savez, l'émission d'une obligation, puis avoir un prix abordable. Mary, je pourrais en parler pendant des heures. Vraiment. Michael aussi.

Mary Rowe [00:42:46] Prochain webinaire. Michael. Vous avez mentionné des macro-interventions et des micro-interventions, vous savez, parce que vous avez adopté l'arrêt de bus du poète. Oh, je ne me souviens plus du nom.

Michael Shuman [00:43:01] Les garçons de bus et les poètes.

Mary Rowe [00:43:03] Vous adoptez, c'est votre engagement personnel. J'ai vu certains discours suggérant que les consommateurs soient mis au défi d'allouer un pourcentage de leur revenu disponible tel qu'il apparaît pour le dépenser dans leur communauté locale.

Michael Shuman [00:43:17] Oui, c'est toujours bon pour l'économie. Mais je pense qu'aujourd'hui, les gens voient vraiment l'intérêt de se pousser un peu plus dans cette direction.

Mary Rowe [00:43:28] Vous suggérez presque un modèle d'agriculture soutenue par la communauté pour un restaurant afin de pouvoir acheter des parts à l'avance, n'est-ce pas ?

Michael Shuman [00:43:38] Ouais. Je veux dire, je veux dire, nous ne pouvons pas nécessairement le rendre complètement formel. Nous ne pouvons pas dire à un restaurant de se convertir en un modèle complet soutenu par la communauté. Mais je pense que nous pouvons leur demander de le faire pour une centaine de personnes. Cela ferait une grande différence dans leur trésorerie. Je signale qu'une entreprise canadienne située à Winnipeg a mis en place un programme appelé Local Future, qui est une plateforme destinée à aider les communautés à effectuer ce type de préachat en masse. Je pense que c'est une très bonne chose à envisager.

Mary Rowe [00:44:15] J'allais vous poser une question sur l'aspect numérique parce que, vous savez, cette vieille histoire, que la technologie est notre amie et peut-être pas toujours notre amie. Il y a beaucoup d'entités comme celle qui a été mise en avant à Winnipeg, puis il y a Distantly et quelques autres qui sont en train de naître où je peux réellement faire un investissement par le biais d'une plateforme numérique dans une entreprise locale qui me donne un produit en retour. Et puis, bien sûr, de très nombreuses entreprises se sont soudain mises au diapason et sont passées au numérique. Considérez-vous que le numérique menace à terme le commerce de proximité ? Je veux dire qu'Amazon est là depuis un certain temps. Ou pensez-vous qu'il peut y être intégré de manière positive ? Judith, vous voulez commencer ? Qu'en pensez-vous ?

Judith Veresuk [00:44:58] Je pense qu'en voyant ce qui s'est passé maintenant et en sachant que les entreprises que nous avons ici à Regina luttent contre l'effondrement soudain, les patrons doivent passer au numérique, surtout si nous atteignons une deuxième ou une troisième vague et que cela se reproduit. C'est maintenant qu'il faut commencer à les habituer à faire du commerce en ligne. Et c'est là que certains BID, en particulier en Ontario, je sais que la plateforme Digital Main Street va probablement être sursouscrite maintenant. Compte tenu de l'importance de ces boutiques familiales qui se tenaient probablement à l'écart du commerce en ligne parce que c'était nouveau et effrayant pour elles et qu'elles estimaient peut-être que leur gamme de produits ne s'y prêtait pas, elles doivent maintenant s'y mettre. Maintenant, ils doivent le faire. Je pense donc que c'est là que les BID et les BIA doivent pivoter pour devenir soit le connecteur entre les entreprises et les fournisseurs comme Digital Main Street, soit les éducateurs eux-mêmes et devenir des experts.

Mary Rowe [00:46:06] Peuvent-ils coexister ? Je pense que c'est la question. Nous avons tendance à être tout ou rien. Oh, non, non. Je ne fais jamais de numérique ou je ne fais pas ça. S'il y a un moyen d'utiliser cette technologie pour améliorer ma communication avec quelqu'un, ce peut être une entreprise, ce peut être à un pâté de maisons. N'est-ce pas ? C'est possible.

Judith Veresuk [00:46:24] Je pense qu'ils peuvent tout à fait coexister. Il y aura toujours des gens qui voudront un service personnalisé. Et je pense que si les BID, les BIA et les entreprises font un bon travail de personnalisation, en mettant un visage sur le nom. Vous savez, c'est Comic Readers downtown et c'est l'homme qui le possède. C'est son gagne-pain. C'est ce qu'il fait tous les jours. Je pense qu'une fois que les gens ont un lien personnel avec le propriétaire, que ce soit en ligne ou en personne, ils continueront à soutenir ce monsieur, parce qu'ils connaissent Chad de Comic Readers.

Mary Rowe [00:46:58] Vous savez, nous sommes de nouveau à Bring Back Main Street, le projet que nous lançons à CUI avec toute une série de partenaires à travers le pays, y compris Charles, Vancity, l'IDA et Judith. Vous tous, sauf vous, Michael, nous allons vous faire participer aussi. Mais ce que nous nous demandons en partie, c'est comment soutenir un changement évolutif qui était en train de se produire de toute façon. J'ai un salon de coiffure ici. J'habite dans une rue principale, à ma gauche, il y a un coiffeur. Il tient ce commerce depuis quarante-cinq ans et il le fait. Il ne veut plus venir ici. Mais il n'a pas de moyen facile de reprendre cette affaire, d'en tirer la valeur et de trouver quelqu'un pour le faire. Et je sais que dans les petites communautés, c'est encore plus difficile. Il n'y a peut-être pas d'acheteur pour ces services. Comment pouvons-nous soutenir la succession naturelle qui se produit ? Existe-t-il des mesures que les pouvoirs publics, la communauté financière ou la communauté des concepteurs, Charles, pourraient prendre ? Existe-t-il des moyens de faciliter ces transitions ? Quelqu'un a-t-il réfléchi à cette question ?

Michael Shuman [00:47:59] Je peux ajouter quelque chose : un groupe de collaborateurs et moi-même avons rédigé un manuel sur les fonds d'investissement communautaires, principalement aux États-Unis. L'une des choses que nous avons remarquées, c'est que certains de ces fonds d'investissement communautaires de nouvelle génération se concentrent sur les questions de succession. Ils acquièrent donc des entreprises comme celle que vous avez mentionnée, où l'homme veut prendre sa retraite. Et d'une certaine manière, ils réinventent ces entreprises, les ouvrent à l'investissement communautaire et, en fin de compte, les font redémarrer. Je pense que les municipalités, en collaboration avec les banques et les coopératives de crédit locales, pourraient faire un excellent travail en reproduisant ce type de fonds à travers le Canada.

Mary Rowe [00:48:49] Oui, plusieurs d'entre vous ont mentionné les fondations communautaires, les fonds d'actifs communautaires, la communauté. L'idée d'un fonds de financement communautaire est expérimentée à Terre-Neuve dans le cadre du Fogo Shorefest. Je remarque que nous avons des participants de Letterkenny, en Irlande, et de Riga, en Lettonie. Il s'agit de vieilles rues principales traditionnelles dans ces régions d'Europe. Nous savons que les pubs, par exemple, ont commencé à avoir du mal à survivre. Les communautés se sont alors organisées pour faire plus qu'adopter Michael, je crois qu'elles ont pris des parts et que l'établissement est devenu une entreprise appartenant à la communauté. Avons-nous besoin de plus de modèles de ce genre ? Charles, vous êtes dans la partie du pays qui est la plus réputée pour ce type de modèle de propriété. Voulez-vous nous parler de ce que vous observez ?

Charles Montgomery [00:49:36] Eh bien, je pense que vous venez d'exposer votre point de vue. Je ne vais donc pas aller plus loin. C'est en train de se produire. Les fonds fonciers communautaires le font et cela se passe à la base. Je tiens donc à souligner ce que j'ai lu de Chris, de Resonance, qui a fait remarquer que les petites entreprises locales sont désormais considérées comme une commodité pour les nouveaux quartiers résidentiels à haute densité. Mais le problème, c'est qu'elles supportent une terrible charge fiscale. Chris a donc suggéré deux choses. Tout d'abord, en fait, non, il s'agit d'une suggestion de ma part et de celle de beaucoup de vos commentateurs dans le chat, nous devons transférer la charge fiscale des petites entreprises locales. Cela les tue. Cela fait des années que c'est le cas. Et ce n'est pas une mince affaire. Il faut faire preuve de courage politique. Mais pour ce qui est du second point, Chris a fait remarquer que s'il s'agit d'une commodité, pourquoi les copropriétaires de l'immeuble n'en seraient-ils pas propriétaires et ne la géreraient-ils pas comme une commodité ? Si vous voulez un café, ayez votre propre café. Je veux dire que c'est une sorte de méga réponse parce que vous avez besoin d'un grand bâtiment avec beaucoup de choses qui se passent dans la copropriété. Mais je tiens également à souligner une autre chose : nous sommes encore, vous savez, les entreprises sont assez paralysées par les exigences en matière de stationnement, par exemple. Et nous avons ces rues principales qui ont et auront de plus en plus de dents cassées. Nous devons combler ces lacunes. Et nous pouvons le faire avec les gouvernements locaux et les entités qui soutiennent les espaces commerciaux pop-up pour ensemencer la prochaine génération d'entrepreneurs entre les deux, afin qu'ils ne tombent pas ensemble, vous savez ?

Jake Stacey [00:51:03] Et je pense que, vous savez, l'une des choses avec lesquelles nous devons travailler, et c'est là où je pense que certains de ces désirs concurrents vont se heurter, c'est que nous devons accepter que le modèle de taxation qui existe actuellement est généralement la source de revenus pour les municipalités. C'est soit l'impôt, soit le stationnement. Et donc, vous savez, pour répondre à votre question, elles sont tellement paralysées, Charles. C'est un peu comme, vous savez, vous souvenez-vous du modèle P3 en Colombie-Britannique, lorsqu'ils ont envisagé de construire le nouveau pont de Port Mann et que tout le monde est venu à la table, a dit, faisons-le tous ensemble, et puis ça a explosé. Comme moi, il y a un certain niveau de territorialisme, et Judith, je suis sûr que vous vous reconnaissez là-dedans, c'est la fierté de posséder et de lancer une entreprise. Je me débrouille tout seul. Je vais réussir par moi-même. C'est mon entreprise. C'est mon flux de trésorerie. Il y a donc cette chose où, vous savez, se rassembler et partager les revenus ou les modèles ou, vous savez, la mentalité coopérative dans les affaires, vous savez, n'est pas encore tout à fait là. Et je pense que cette crise crée potentiellement un peu plus d'urgence pour certaines des choses dont Charles parle. Alors comment la politique peut-elle se réunir avec, vous savez, les organisations d'une rue principale, quelle que soit la définition de cela, pour avoir ces conversations significatives et dire à une municipalité, nous obtenons tout, vous obtenez de l'argent du stationnement et de la taxe. Alors, comment pouvons-nous tous travailler ensemble pour nous assurer que nous mobilisons ces choses d'une manière qui fonctionne. L'investissement communautaire, vous savez, en tant qu'investissement communautaire, inscrit dans notre nom, vous savez, je comprends l'importance de cela en ce qui concerne la façon dont nous encourageons ces transitions et ces conversations et dont nous avons des parties prenantes à la table qui ne parlent peut-être pas le même langage. Car, Mary, vous l'avez vu si souvent à Toronto. Nous nous asseyons à une table et tout le monde parle une langue différente. Vous avez un type comme Charles qui parle de villes heureuses, vous savez, et les gens qui sont dans les bureaucraties municipales se demandent qui est ce type ? Qu'est-ce qu'il dit, je ne comprends pas. Je pense donc qu'il y a une question de nomenclature et de langage. Nous devons nous réunir et dire, par exemple, de quoi nous parlons tous vraiment ici pour que nous soyons tous au même endroit. Michael, qu'en pensez-vous ? Pensez-vous que cela joue un rôle dans la mauvaise communication potentielle et la mobilisation ?

Michael Shuman [00:53:31] Absolument. Nous représentons des milliers de tribus et c'est notre vocation de nous rassembler et de commencer à parler ensemble. Je pense aussi que c'est vrai au niveau international et j'aime la façon dont tout le monde ici a mentionné des exemples internationaux parce que nous avons tellement à apprendre à l'étranger. Je veux dire que je cite, croyez-le ou non, des exemples canadiens lorsque j'essaie de convaincre les villes américaines d'investir davantage au niveau local. Le Michigan, avec son crédit d'impôt pour l'investissement local, peut remercier le Nouveau-Brunswick pour cette idée.

Mary Rowe [00:54:09] Bien. C'est une bonne chose. Nous aimerions que l'apprentissage aille dans les deux sens, Michael. Nous sommes un peu à la bourre sur ce sujet, et j'apprécie que nous ayons essayé d'équilibrer les conversations sur l'espace et le lieu, l'investissement, la politique publique et l'argent. Alors que vous vous projetez dans l'avenir et que je crains que nous n'ayons affaire à des médias très cyniques qui pensent que c'est la fin de Main Street. Et chaque fois que quelqu'un dit cela, vous savez, une partie de moi a envie de dire, oh, ne comptez pas si vite. Avez-vous chacun une minute pour parler de ce que doivent être les priorités pour l'avenir ? Si nos auditeurs avaient trois choses sur lesquelles ils se concentreraient pour faire revenir leur mainstream, quelles seraient-elles ? Judith.

Judith Veresuk [00:54:57] Trouvez cette idée, trouvez des idées, lancez-les contre le mur, essayez et le temps est essentiel. Vous savez, cette citation, la vitesse, pas la perfection. Faisons-le maintenant, car si nous attendons trop longtemps, si nous étudions la question à fond, nous aurons manqué le coche. Il sera trop tard.

Mary Rowe [00:55:16] Oui. Je veux dire que je pense comme vous que nous allons trouver des choses intelligentes que les communautés locales vont faire. Vous en avez tous cité des exemples. Et comment pouvons-nous ensuite les diffuser pour que quelqu'un entende, hé, ils ont essayé cela à Abbotsford, hé, nous allons l'essayer aussi. Trouvez donc l'idée. Voyez si vous pouvez la réaliser. Voyez si vous pouvez l'attacher.

Judith Veresuk [00:55:32] Oui, vous avez tout à fait raison. Il est évident que la santé et la sécurité sont primordiales, mais il ne faut pas avoir peur d'expérimenter. C'est maintenant que les gens sont prêts à pardonner les choses qui ne fonctionnent pas. Profitons donc de cette vague de fond, car si nous attendons trop longtemps, vous serez critiqués pour avoir attendu trop longtemps et tous les regards seront braqués sur vous si les choses ne fonctionnent pas. Alors, oui, profitons du sentiment qui se manifeste en ce moment.

Mary Rowe [00:56:04] Oui, je veux dire que c'est en partie de l'agilité. Je le fais souvent. Je parle souvent de la façon dont on peut essayer dans les petites communautés avant qu'une grande ville ne le fasse, parce que la petite communauté est plus agile, elle essaiera quelque chose que la grande ville pourra ensuite copier. Il en va de même pour les entreprises. Si vous avez un personnel de dix, douze, trente personnes, vous pouvez essayer certains employés beaucoup plus facilement qu'une entreprise qui a des milliers d'employés. Michael, qu'en pensez-vous ? Deux ou trois choses sur lesquelles vous voudriez que les gens se concentrent.

Michael Shuman [00:56:26] Oui. Déterminez dans votre communauté les entreprises, les projets ou les éléments de la rue principale qui valent le plus la peine d'être concrétisés. Déterminez comment les convertir en un produit local investissable, puis commencez systématiquement à transférer votre épargne à long terme dans Main Street, où elle a sa place. Et le plus important, c'est que par rapport à une perte de 20 % sur le marché, ce qui est le cas de la plupart des gens en ce moment, je pense que c'est une bonne affaire. Je pense que c'est une bonne affaire.

Mary Rowe [00:57:01] Voilà. Le risque est donc plus modeste au niveau local. C'est l'autre point que vous avez soulevé. C'est vrai. D'ACCORD. Jake.

Jake Stacey [00:57:10] Je dirais qu'il faut regarder ce que vous faites, ce que fait votre entreprise et où vous vous situez par rapport à la communauté des affaires. Avec qui pouvez-vous vous associer ? Nous parlons de capital stack dans le secteur bancaire, mais je considère le business stack. Avec qui pouvez-vous vous associer dans votre rue principale pour amplifier ce que vous faites ? Je vais vous donner un exemple concret à Stratford, en Ontario. Il y a un magasin de crème glacée phénoménal qui a pignon sur rue. Les gens y entrent. Au bout de la rue, il y a un fabricant de thé. Ces deux entreprises sont allées sur le trottoir en contrôlant, vous savez, les environnements avec leur communauté locale. Et elles ont co-créé des produits ensemble. Par exemple, un thé au lait avec une boule de crème pâtissière, puis la vendeuse de cupcakes s'en est mêlée. Et je pense que c'est ça le truc. Vous savez, plus il y a de voix avec lesquelles vous pouvez vous associer et plus vous vous débarrassez de vos œillères de peur, parce que, vous savez, je ne vais pas discréditer les œillères de peur. Mais si vous vous concentrez uniquement sur ce qui se passe pour vous, vous passez à côté des opportunités qui s'offrent à vous. Allez donc voir votre groupe de pairs, dans votre BIA local et votre communauté d'affaires locale et dites, hé, je fais ceci, que faites-vous ? Pouvons-nous combiner, vous savez, votre poterie avec ma crème glacée et nous délibérerons ou les gens pourront venir la chercher.

Mary Rowe [00:58:41] Il s'agit de l'approche de l'innovation économique fondée sur la coupe au beurre de cacahuètes Reese's. Le chocolat a rencontré le beurre de cacahuètes. Le chocolat a rencontré le beurre de cacahuètes et puis, par accident, et puis vous avez, seules certaines personnes savent de quoi je parle, mais voilà. Merci, Jake. Charles, quel est votre mot d'ordre ? Qu'est-ce que vous encouragez les gens à faire ?

Charles Montgomery [00:59:00] Premièrement, je vais suivre le conseil de Michael. J'adore votre article sur le fait de consacrer mille dollars à une entreprise locale que vous soutenez à long terme. Je vais le faire. Merci, Michael. Je pense que nous devons nous rappeler que les budgets de tout le monde sont serrés. Mais devinez quoi ? Il existe des réponses tactiques dans les rues locales et les rues principales. Elles sont presque gratuites. Il suffit de quelques cônes de signalisation et d'un peu de peinture pour y parvenir. Et nous sommes en train d'expérimenter. Faisons-en plus. Faisons-le rapidement. Deuxièmement, je pense que nous devons dire et reconnaître que le redressement n'est pas la reproduction de ce qui existait. Nous nous dirigeons vers quelque chose de nouveau. Soyons ouverts à l'expérimentation. Je dis donc qu'il faut laisser les choses se dérouler davantage sur terre. Peut-être que votre prochaine entreprise préférée émergera dans le garage de votre voisin, par exemple. Soyons donc plus flexibles. Soyons plus ouverts. Enlevons les chaînes.

Mary Rowe [00:59:49] Les chaînes sont libérées en ce moment même. Le sous-sol de Charles a été libéré et ensemble, nous ramenons Main Street, tout le monde. Merci de vous être joints à nous. Si vous pouviez nous envoyer des photos, s'il vous plaît, avec le hashtag bring back Main Street et en nous taguant à @CanUrb ou en nous les envoyant par e-mail à covidresponse@CANURB.org. Nous voulons vraiment voir ce qui se passe. Encore une fois, le chat d'aujourd'hui a été un véritable coup de tonnerre, avec un milliard de personnes qui ont proposé des idées, des rapports, des options et des idées géniales, et la conversation ne s'arrête jamais. Nous parlons des villes et de leur évolution à l'heure du COVID. Je vous remercie. Je vous remercie. Vous êtes très nombreux à vous joindre à nous. Nous sommes très heureux de vous accueillir. La conversation sur ce sujet va durer longtemps.

Jake Stacey [01:00:39] Merci, Mary.

Mary Rowe [01:00:44] De retour pour City Talk jeudi à midi, heure de l'Est. Merci à tous. Au revoir. Au revoir.

Audience complète
Transcription de la salle de discussion

Note au lecteur : Les commentaires sur le chat ont été édités pour faciliter la lecture. Le texte n'a pas été modifié pour des raisons d'orthographe ou de grammaire. Pour toute question ou préoccupation, veuillez contacter events@canurb.org en indiquant "Commentaires sur le chat" dans l'objet du message.

12:02:38 From Canadian Urban Institute:Folks, please change your chat settings to "all panelists and attendees" so everyone can see your comments.

12:03:16 From Canadian Urban Institute:Keep conversation going #citytalk #bringbackmainstreet@canurb

12:04:54 De Venczel Gloria:Bonjour de North Vancouver !

12:04:58 De l'Institut urbain du Canada : Vous trouverez les transcriptions et les enregistrements de la conférence d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à l'adresse suivante

https://www.canurb.org/citytalk

12:05:18 De Lisa Mactaggart : J'arrive de Guelph, une ville aux rues principales magnifiques.

12:05:21 De Sakshi Nanda:Bonjour de Mumbai ! J'ai hâte de participer à cette conférence !

12:05:28 De alison à Tous les panélistes:Bonjour de l'avenue internationale de Calgary

12:05:50 De paul mackinnon:Les idées de Micheal sur le soutien aux communautés locales comme meilleure stratégie se concrétisent ! Michael, quels changements de POLITIQUE pouvons-nous demander pour soutenir cet effort, alors que le gouvernement est vraiment à l'écoute.

12:05:54 De Maureen Luoma : Heureuse d'être parmi nous depuis la ZAC de Sudbury

12:06:16 De Janette MacDonald:Bonjour de London, Ontario. Hey Paul & Maureen !

12:06:26 From Gillian Mason:Hello from Scarborough with its abundance of strip malls and local spaces at the heart of multiple communities.

12:06:29 De l'Institut urbain du Canada:L'IUC est à la recherche de bénévoles pour nous aider à poursuivre l'excellent travail de nos initiatives COVID-19. Si vous pouvez nous aider, veuillez nous contacter à l'adresse suivante : covidresponse@canurb.org

12:06:31 De Emily Wall, personnel de l'IUC : Le panel d'aujourd'hui :

 

Charles Montgomery - https://twitter.com/thehappycity

https://thehappycity.com

 

Michael Shuman - https://twitter.com/smallmart

Accueil

 

Jake Stacey - https://twitter.com/akajacquelyns

Accueil

 

Judith Veresuk - https://twitter.com/downtownjudith

Personnel du centre-ville de Regina

12:07:06 De 0 Jamieson à Tous les panélistes:Walter est ici de l'Université Ryerson.

12:07:30 De Frances Wilbur à tous les panélistes : bonjour de Peterborough. Un nouveau site Web pour aider notre centre-ville, theboro.com, vaut la peine d'être consulté.

12:08:22 De Kay Matthews:Bonjour de l'Ontario BIA Association (OBIAA). www.obiaa.com. Kay Matthews - kay.matthews@obiaa.com

12:08:51 De Brian Yeomans:Bonjour de Brian Yeomans, Downtown Windsor BIA (DWBIA)

12:09:58 De Jonathan Giggs:de Port Credit à Mississauga

12:10:16 De Alyssa Valente:Bonjour de Toronto !

12:10:33 De Amy Calder à tous les panélistes : bonjour de l'ouest de Toronto !

12:10:41 De Howaida Hassan à tous les panélistes : Bonjour ! Howaida de la ville d'Edmonton.

12:10:55 De Michael Shuman:Vous pouvez en savoir plus sur mes points de vue sur mes blogs à l'adresse suivante : www.michaelhshuman.com

12:11:11 De l'Institut urbain du Canada : Nous rappelons aux participants qu'ils sont priés de changer les paramètres de leur chat pour "tous les panélistes et participants" afin que tout le monde puisse voir leurs commentaires.

12:11:35 De Laurel Davies Snyder:Bonjour de London, ONT où se trouvent 5 BIA et de nombreuses rues principales traditionnelles.

12:11:36 De Chinelo Enemuo:Bonjour du Nigéria !

12:11:58 De Howaida Hassan:Bonjour ! Howaida Hassan de la ville d'Edmonton

12:12:34 De alison:Re-bonjour de l'avenue internationale à Calgary. La capitale culinaire et culturelle de Calgary.www.intlave.ca

12:12:49 De Lenore Swystun : J'apprécie vraiment ces sessions. Judith, c'est un plaisir de vous voir représenter la Saskatchewan. - Lenore de Saskatoon

12:12:55 De Mark Campbell:Bonjour de Roncesvalles Village, à Toronto.

12:13:41 De paul mackinnon:Bonjour de Halifax ! C'est un plaisir de "voir" des visages et des noms familiers !

12:13:46 De Mike Mattos:Veuillez expliquer comment le commerce de détail sur la rue principale peut survivre avec une circulation réduite et des loyers élevés/des augmentations drastiques d'impôts. Tout promoteur voudra construire des condos près des transports en commun, PAS des commerces. Les détaillants sont donc condamnés tant que ces problèmes ne sont pas réglés.

12:14:18 De Alyssa Valente:Queen St West !

12:14:19 De Chantal Tranchemontagne à Tous les panélistes:Bonjour de Cornwall, ON !

12:14:19 De Mary Kenny:Halifax

12:14:21 De Frances Wilbur:Bonjour de Peterborough. Un nouveau site web pour aider notre centre-ville theboro.com, qui vaut la peine d'être consulté.

12:14:21 De Mariyan Boychev:Bonjour de Toronto

12:14:24 De Melissa L à Tous les panélistes:Bonjour de Vancouver !

12:14:31 De Michael Gallant:Bonjour de Peterborough !

12:14:33 De Christy Chrus à tous les panélistes : Bonjour de la ville de Whitby (deux rues principales historiques - le centre-ville de Whitby et le centre-ville de Brooklin).

12:14:34 De Debi Croucher : Bonjour de la part de Downtown Windsor BIA

12:14:34 De Dominic Ali à Tous les panélistes:Yonge Street à Toronto

12:14:37 De Belinda Wick-Graham:petite ville de Minto Ontario (Clifford, Harriston et Palmerston)

12:14:39 De Lisa Thomson-Roop:Bonjour du centre-ville d'Orillia (Ontario) !

12:14:41 De Tanya FInk:Bonjour de Vancouver

12:14:41 De Heather Bennett:Bloor Street Toronto

12:14:41 From Mike Mattos:De Mount Dennis à Toronto, une zone d'intérêt pour le réaménagement du TLR Crosstown

12:14:42 De Gillian Mason:Bonjour de Scarborough avec son abondance de centres commerciaux et d'espaces locaux au cœur de multiples communautés.

12:14:42 De Diane Kalen-Sukra à tous les panélistes : Bonjour des Kootenays, en Colombie-Britannique !

12:14:42 De reg nalezyty:Bonjour de Thunder Bay

12:14:43 De Sara Hines à tous les panélistes : Bonjour de Bloordale à Toronto !

12:14:44 De Eric Bergeron:Bonjour de Cornwall

12:14:44 De Jennifer Roth:Bonjour du centre-ville de Hamilton !

12:14:46 De Valerie Fox:Bonjour de Cabbagetown Toronto

12:14:55 De Francesca MacKinnon:Bonjour de Montréal !

12:14:57 De Felipe Canavera:Bonjour de Edmonton Alberta !!!!!!

12:14:58 De Kitty Yung:Bonjour de la ville de Vaughan

12:15:00 De Jean-Marc Mangin:Bonjour de Montréal

12:15:00 De Claudia McKoy:Bonjour de Brampton

12:15:01 From Nancy Arsenault:Comox BC, la formation et le développement de l'industrie du tourisme en point de mire

12:15:02 De Ralph Cipolla à Tous les panélistes : bonjour d'Orillia (Ontario)

12:15:03 De James Vaclavek:Bonjour du comté de Wellington !

12:15:09 De Katherine Danks:Bonjour du centre-ville de Toronto

12:15:12 De Tanya FInk:Bonjour de Vancouver !

12:15:16 From alison:Ma préoccupation est que le commerce électronique pourrait supprimer le besoin de magasins en briques et en mortier, ce qui entraînerait encore plus de problèmes.

12:15:16 De Donald McConnell : Bonjour du centre-ville de Sault Ste. Marie

12:15:17 De Olusola Olufemi à Tous les panélistes : Oakville downtown

12:15:20 De Robyn Small à Tous les panélistes:De la ZAC du marché St.

12:15:24 De Tracy Tang:Bonjour, de la charmante ville de Burlington, au bord du lac. Allez à Brant Street et au centre-ville de Lakeshore.

12:15:26 De Dana Kripki:Bonjour de Saskatoon

12:15:27 De Trevor Davison:Bonjour de Calgary !

12:15:32 De Ivana Osojnicki:Bonjour de Kitchener !

12:15:32 De Wendy Gaertner à tous les panélistes : Bonjour d'Aurora,

12:15:54 De Nora Cottrill à Tous les panélistes:Bonjour du front de mer de Toronto !

12:16:07 From Eunan Quinn:Checking in from Letterkenny, Ireland....'énorme parallèle avec les expériences vécues ici, notamment en ce qui concerne la rapidité de la mobilisation des acteurs locaux.

12:16:14 De Leasa Gibbons:J'adore cette discussion - bravo Judith ! C'est Leasa Gibbons, du Regina's Warehouse Business Improvement District. Nous faisons bouger les choses !

12:16:17 de Dave Waldron:Je me demande ce que pensent les panélistes pour décider de la part de l'espace public (voirie, etc.) qui devrait être utilisée pour les restaurants/cafés/commerces de détail tout en tenant compte de toutes les utilisations nécessaires, y compris la mobilité et l'accès aux entreprises ? Quels seraient vos critères ?

12:16:20 De alison:Plus de 40 langues sont parlées sur notre site.

12:16:25 De alison:t

12:16:49 De Gil Penalosa:Bonjour Gil Penalosa, 8 80 villes et vivant à Toronto, au milieu de 3 grandes rues principales : Roncy, Bloor West, Junction. Toutes souffrent, les commerces locaux ferment.

12:16:53 De RANDALL SHARP à Tous les panélistes:Randy Sharp West Broadway Vancouver

12:16:55 De Lester Brown : Pourquoi le système de caisses d'épargne et de crédit de Vancouver est-il plus solide que celui de Toronto ? Nous avons des caisses d'épargne et de crédit à Toronto, mais ayant vécu en Colombie-Britannique, je sais que les caisses d'épargne et de crédit y sont plus solides.

12:16:59 De Nadine Tischhauser:Bonjour de Riga, Lettonie !

12:17:15 D'alison:il est très stressant de voir la souffrance des magasins de papa et maman

12:17:29 De James McCallan:Bonjour à tous ! Je viens de la ville de Montréal-Ouest et j'encourage les centres communautaires et les entreprises de Westminster.

12:17:32 De Frank Miele:Bonjour du programme de certificat de développement économique local de Ryerson qui a pour principales activités de discussion avec nos participants les ZAC et la revitalisation des centres-villes.

12:17:38 De Maureen Luoma:Question de la ZAC du centre-ville de Sudbury (www.downtownsudbury.com) - comment pouvons-nous élargir efficacement l'utilisation de l'espace public (pour les restaurants et les détaillants) tout en n'ayant pas d'impact ou en ne créant pas une perte de stationnement dans la rue, en renforçant la possibilité de se déplacer en toute sécurité, etc.

12:17:45 de Lester Brown:Dans la Distillerie, mais intéressé par des rues principales robustes dans tout Toronto.

12:18:10 De Abby S:Si nous reconnaissons l'importance des indépendants et le rôle que jouent les restaurants en particulier, à la fois en termes de soutien aux familles, de point d'entrée pour les nouveaux arrivants qui peuvent ouvrir de petits établissements et de contribution à la vitalité de la rue principale, comment changer le modèle en ce qui concerne l'immobilier et les locations, alors que la propriété de la rue principale passe d'un propriétaire à un plus grand propriétaire et la rend inabordable pour tout établissement autre qu'une chaîne de magasins ?

12:18:20 de Marty Williams:Bonjour du centre-ville de Guelph (Ontario).

12:18:20 De 0 Jamieson:Walter, de l'Université Ryerson, étudie la relation entre l'industrie du tourisme et des visiteurs et Man Streets.

12:18:22 De alison:Sudbury, notre ville a assoupli les trottoirs pour les patios

12:18:23 De Joanne Pickard à tous les panélistes : Bonjour de Midland Ontario.

12:19:02 de Maureen Luoma:Merci Alison - nous sommes actuellement en discussion avec la ville et il semblerait que nous soyons dispensés des frais pour cette année.

12:19:09 De alison:Les zones de revitalisation commerciale aussi

12:20:15 De Paul Mackinnon : Judith est l'excellente présidente de l'IDA (International Downtown Association) Canada. Si des DIS présents à cet appel ne sont pas impliqués, n'hésitez pas à contacter Judith. Nous voulons nous assurer que nous sommes bien connectés.

12:20:17 De alison:Hourra !

12:20:44 De LoriAnn Girvan:Salutations d'Artscape - les artistes et les organisations culturelles font partie du cœur, de la santé et de l'espoir des rues principales sous toutes leurs formes !

12:21:38 De alison:Notre magasin de vélos est très occupé - bonne nouvelle

12:21:39 De Geraldine Cahill:Bonjour, Geraldine Cahill, en direct de Toronto. Directrice de UpSocial Canada et présidente du comité directeur de Jane's Walk. Je suis très intéressée par le soutien à la survie et à l'épanouissement des rues principales.

12:21:46 From Jennifer Roth:Hamilton vient également d'adopter une politique visant à ouvrir les rues et les parkings aux terrasses.

12:22:26 De alison:Quelle est l'expérience de chacun en matière de désordre social dans sa rue pendant la pandémie ?

12:22:31 de Lester Brown:Heureux de voir Charles dans ce panel. Excellentes idées.

12:22:43 De Sara Udow à tous les panélistes:Bonjour - Sara de PROCESS ici à Toronto. J'ai travaillé avec les ZAC touchées par la construction à Toronto et avec les arts et la culture dans la RGTH. Intéressée par le rôle des rues principales dans les banlieues (en plus de Toronto).

12:22:46 From Abby S:How does food security play into this conversation...there are neighbourhoods with no access to services at all...walkable or not.

12:22:50 De Maureen Luoma:Bonjour Jennifer - auriez-vous par hasard un lien que vous pourriez partager pour cette information ?

12:22:55 De Mike Mattos:L'ordre social se porte bien

12:22:56 De Sara Udow:Bonjour - Sara de PROCESS ici à Toronto. J'ai travaillé avec les ZAC touchées par la construction à Toronto et avec les arts et la culture dans la RGTH. Je m'intéresse au rôle des rues principales dans les banlieues (en plus de Toronto).

12:23:23 De alison:pas en Alberta seulement les affaires

12:23:40 de Gillian Mason:Ordre social à Scarb

12:24:11 From Venczel Gloria:Les petites entreprises, fournisseurs d'espaces publics ou de "troisième lieu" où les gens peuvent rencontrer leurs voisins et construire une communauté dans MetroVancouver, étaient déjà sur le point de fermer à cause de la spéculation/des taxes et des baux à triple net qui en résultaient. Aujourd'hui, avec le covid - un autre grand coup, les quartiers peuvent-ils se permettre d'abandonner les espaces publics et la résilience sociale fournis par les petites entreprises à l'heure du changement climatique et du covid ?

12:24:20 De Mike Mattos:Les fusillades et la violence domestique ont diminué à Scarboro ?

12:24:22 De 0 Jamieson:Compte tenu de l'élargissement de la discussion de Mary, pouvons-nous aborder la question de la pauvreté dans le cadre de l'agenda Main Street ?

12:24:33 de Robert Plitt:Avons-nous une idée des villes du pays qui ont ou n'ont pas un nombre important de "rues principales".

12:25:02 De Abby S:@Robert excellente question. Définir la rue principale

12:25:16 De Abby S:vs quartier

12:25:21 De Nadine Tischhauser:Ici, dans les pays baltes, il y a un bon article sur la façon dont la capitale Vilnius, en Lituanie, accorde plus d'espace aux cafés et aux bars pour permettre la distanciation sociale. https://www.theguardian.com/world/2020/apr/28/lithuanian-capital-to-be-turned-into-vast-open-air-cafe-vilnius

12:25:33 From alison:Nous avons des trottoirs de 10 pieds depuis notre nouvelle conception, les patios sont donc plus faciles pour nous.

12:25:45 De Robert Plitt:On pourrait suggérer que les rues principales de Calgary sont des centres commerciaux des années 1950 qui ne sont pas praticables à pied. Comment associer des solutions de mobilité créatives à ce type d'environnement ?

12:25:47 De Kay Matthews : OBIAA a une liste des communautés de l'Ontario qui n'ont pas de rues principales et la téléchargera dans ARCGIS au cours de l'été.

12:26:11 De Marisa Williams:Marisa de Caledon - Comment pouvons-nous encourager les propriétaires fonciers à louer leurs vitrines vacantes plutôt que de les laisser vides dans l'espoir de les vendre à des promoteurs immobiliers ?

12:26:24 De Abby S:CSA-model

12:26:42 De Abby S:Il y a quelques personnes dans la région de Toronto qui ont fait cela...(Montifiore Cheese)

12:26:43 De Venczel Gloria:J'aimerais en savoir plus sur la gestion des trottoirs de la rue principale et sur les possibilités offertes par covid dans le nouveau contexte ?

12:26:58 From Mike Mattos:La politique fiscale doit pénaliser les bâtiments vides

12:27:11 De Amy Calder à tous les panélistes : Qu'est-ce qui est préférable pour un restaurant de la rue principale pendant la période de récupération des covidés : faciliter les livraisons et le ramassage sur le trottoir, ou augmenter le trafic piétonnier et permettre la création d'espaces dédiés aux terrasses ?

12:27:20 De Tim Lee:Bonjour à tous ! Le règlement de zonage complet de Hamilton a introduit de nouvelles zones commerciales et à usage mixte en 2017, où l'intention est d'être flexible. Les commerces de détail sont tous les commerces de détail ! Les restaurants sont tous les types de restaurants ! Toutes les zones commerciales, sauf une, autorisent les utilisations résidentielles. L'objectif est d'améliorer nos rues principales commerciales https://www.hamilton.ca/city-planning/official-plan-zoning-by-law/commercial-and-mixed-use-zones

12:27:22 De Jennifer Roth:Marisa - baux de location à court terme, faible risque de ventes futures à des promoteurs.

12:27:35 De Olusola Olufemi à tous les panélistes : La plupart des rues principales des pays en développement sont désordonnées et chaotiques en raison du secteur informel et des activités de commerce de rue informel et de vente à la sauvette qui ont envahi ces rues, brouillant ainsi la signification de l'espace et du lieu et reléguant les entreprises locales organisées au second plan. Comment pouvons-nous commencer à mettre de l'ordre dans ces rues et à séparer intentionnellement le commerce informel de la circulation des piétons et des véhicules ? Je sais que ces questions sont très différentes de celles qui se posent ici en Amérique du Nord.

12:27:59 De alison:Nous avons fait des recherches sur les sociétés de développement communautaire pour réaménager le terrain dans notre rue.

12:28:12 From Amy Calder:Qu'est-ce qui est préférable pour un restaurant de la rue principale pendant la période de convalescence : faciliter les livraisons et le ramassage sur le trottoir, ou augmenter le trafic piétonnier et permettre la création d'espaces dédiés aux terrasses ?

 

12:28:16 De alison:Ce sera dans notre timonerie ici

12:28:34 De Lester Brown:Je suis l'un des fondateurs de CCEC, une coopérative de crédit communautaire en Colombie-Britannique. Nous avons besoin d'un plus grand nombre d'entre elles.

12:29:03 From alison:Les entreprises coopératives appartenant à la communauté sont la voie à suivre.

12:29:37 De Dave Waldron:Le fonds Unity de Vancity est une excellente idée ! Je suis heureux d'y investir dans le cadre d'un REER ! Quand Vancity s'étendra-t-elle (ou du moins ses valeurs) à travers la Colombie-Britannique, etc.

12:29:47 De Patty Cuttell:Je m'inscris tardivement, mais je tiens à saluer Radish, à Montréal, qui a mis au point une plate-forme / un service de livraison coopérative consolidé(e).

12:30:05 De Patty Cuttell:Examinez comment faire quelque chose de similaire à Halifax.

12:30:33 De Mike Mattos:Un revenu annuel garanti est-il un besoin fondamental pour permettre à la rue principale de survivre ?

12:30:47 de Robert Plitt:Kay, j'aimerais beaucoup voir cette étude et en savoir plus sur la méthodologie. Peut-elle être reproduite dans tout le pays ?

12:31:11 De alison:J'adore avoir VanCity dans notre rue ! Besoin de s'étendre à l'Alberta s'il vous plaît

12:31:55 de Gil Penalosa:Charles, vous avez soulevé un point important. Sans densité, les rues principales disparaîtront ; COVID ne fait que les accélérer. Comment " tirer parti " de la crise pour modifier les réglementations en matière d'utilisation des sols, comme Minneapolis l'a fait à l'échelle de la ville et l'Oregon à l'échelle de l'État. Nous devons être en mesure de diviser les maisons actuelles, facilement et rapidement. Il faut également promouvoir des immeubles de 4 à 10 étages sur toutes les artères. C'est une question de développement économique, de santé physique et mentale, ET de changement climatique. Il y a urgence.

12:32:45 De LoriAnn Girvan : peu d'entreprises des rues principales sont propriétaires, mais elles subissent le coût élevé des taxes sans bénéficier de la valeur qu'elles créent - il est possible d'élargir les possibilités comme les fiducies foncières communautaires pour acquérir et gérer l'accessibilité pour les entreprises commerciales et de détail indépendantes et sans but lucratif.

12:33:27 De alison:Problème des accords commerciaux en matière de marchés publics.

12:33:37 De Ronny Yaron:Pourquoi les gouvernements fédéral et provinciaux ne peuvent-ils pas faire quelque chose pour affecter les loyers énormes du commerce de détail qui sont la plus grande dépense des entreprises de commerce de détail ? Les propriétaires sont souvent des spéculateurs qui ne se soucient pas de la faillite de leurs locataires ?

12:34:05 De Gillian Mason:Oui : une vie à Scarborough

12:34:17 De Gillian Mason:oui : nous vivons dans les blocs qui entourent... ce sont nos rues principales.

12:34:37 de ALAN KAN:Mississauga a très peu de rues principales, sauf dans les zones isolées.

12:34:38 From Michael Shuman:Lancer plus de community land trusts pour le logement ET les centres commerciaux...

12:34:43 de Robert Plitt:J'aimerais en savoir plus sur les coopératives. Je pense qu'il s'agit d'une opportunité énorme. Selon Future of Good, 70 % des petites et moyennes entreprises au Canada seront transférées au cours de la prochaine décennie. C'est une opportunité énorme pour les nouveaux modèles de coopératives détenues par les travailleurs.

12:35:26 De alison:Robert Pitt me parle plus tard. J'ai travaillé avec d'excellents partenaires sur ce projet.

12:35:41 De Jennifer Roth:Où était la "zone de flexibilité" ?

12:35:46 de Sara Udow : D'accord avec LoriAnn. Nous explorons les possibilités de fiducie foncière communautaire avec certains de nos clients municipaux dans la région du Grand Toronto, mais ce n'est pas quelque chose dont beaucoup sont conscients, et la façon de le faire est perçue comme un énorme obstacle ou une difficulté.

12:35:55 De Venczel Gloria : Pour que les petites entreprises prospèrent, les villes ont besoin de nouvelles sources d'imposition, les villes ont besoin d'un "new green deal" ! Les villes ont des revenus provenant uniquement de l'impôt foncier pour gérer un ensemble de services sauvagement élargi, comme téléchargé des gouvernements supérieurs parce que les villes sont le partenaire junior, en dehors des routes, des égouts et des parcs pour inclure le logement abordable, le financement des services sociaux pour les programmes de jeunesse, etc.

12:35:56 de Robert Plitt:Pour répondre à la remarque de Mary, il s'agit d'un défi à solutions multiples. La densité est liée à l'augmentation de l'immigration.

12:36:18 de Trevor Davison:Robert Plitt ce dernier point était pour vous. Vous pourriez vous renseigner sur les projets Main Streets de Calgary.

12:36:37 De Abby S:@alison J'aimerais aussi avoir plus d'informations sur les coopératives de travailleurs comme Arizmendi à Oakland... et Hot Bread Kitchen à New York.

12:36:43 From Jake Stacey:Nous avons l'habitude de travailler avec des fiducies foncières - n'hésitez pas à me contacter pour savoir comment nous procédons.

12:37:02 From alison:Nous avons un accord avec notre ville pour contrôler notre place publique. Nous pouvons l'utiliser comme bon nous semble pour créer de l'animation.

12:37:11 De Trevor Davison : https://www.calgary.ca/PDA/pd/Pages/Main-Streets/Main-Streets.aspx?redirect=/mainstreets

12:37:15 De Samira Farahani à Tous les panélistes : perfectionnez Charles, sentez-vous mieux et fournissez plus de choses

12:37:20 De Gillian Mason:La ville de Toronto envisage de tirer parti de son investissement dans le prolongement du métro léger à Scarborough pour donner vie aux rues principales !

12:37:36 De Heather Bennett:Toutes les épiceries de quartier qui existaient à TO et dont les clients pouvaient se rendre à pied là où les propriétaires vivaient à l'étage ont toutes été transformées en maisons individuelles ; la banlieue pourrait adopter ce "vieux modèle" !

12:37:54 From Gillian Mason:Le Centre for Connected Communities a travaillé avec les communautés locales et les places locales pour qu'elles expriment leurs préférences pour leur communauté.

12:38:07 De Jake Stacey : https://vancitycommunityinvestmentbank.ca/parkdale-neighbourhood-land-trust-affordability-through-community-ownership/

12:38:10 De Venczel Gloria:@Heather- 100%

12:38:25 From Gillian Mason:Oui : le fait d'être en contact les uns avec les autres, et d'avoir des endroits pour le faire, est essentiel et manque dans beaucoup de nos cœurs de détaillants de Scarborough.

12:39:05 From Kay Matthews:La beauté des rues principales réside dans leur résistance. C'est pourquoi elles existent depuis que le Canada existe.

12:39:20 De Leasa Gibbons:Woot ! Woot ! Merci Judith ! Mainstreet est la zone de confort où les gens cherchent à soutenir le local.

12:39:29 De Sara Udow:Merci Jake !

12:39:48 De Ralph Cipolla : l'embellissement est-il la clé de la survie des rues principales ?

12:40:24 From Antoni Wisniowski:Est-il temps pour les gouvernements locaux de repenser le ratio fiscal entre les propriétés commerciales et résidentielles. Bien qu'il en résulte un transfert vers les propriétaires résidentiels, cela peut être considéré comme une forme d'investissement dans les entreprises locales. Cette crise peut être une occasion unique de discuter d'une remise à zéro.

12:40:24 De Lester Brown:Quel sera l'impact sur les zones commerciales si davantage de personnes travaillent à domicile. Je trouve que l'activité commerciale, plus que l'activité résidentielle, attire de nouvelles entreprises ou maintient celles qui existent.

12:40:29 De Gillian Mason:L'affinité de la communauté avec une ou deux entreprises : il est essentiel de la comprendre.

12:41:17 De Bernard Hellen à tous les panélistes:Je suis en retard sur le sujet, mais Amazon et les autres détaillants en ligne ne sont-ils pas le problème ? Après quelques mois en ligne, comment convaincre les gens de revenir aux achats hors ligne ?

12:41:37 De Leasa Gibbons:Bien dit Judith - tant d'heures passées à trouver des solutions pour les petites entreprises. Elles sont tellement occupées à se battre pour rester en vie qu'elles ont besoin d'un soutien à long terme (ce qui, de nos jours, ne peut se faire qu'au bout d'une semaine).

12:41:42 From Canadian Urban Institute:Bienvenue aux nouveaux participants ! Nous vous rappelons que vous devez changer vos paramètres de chat pour "tous les panélistes et participants" afin que tout le monde puisse voir vos commentaires.

12:41:50 de Lester Brown:Excellent point Antoni. Les gens de North Bay n'en reviennent pas de voir à quel point nous, les Torontois, payons peu d'impôts fonciers résidentiels.

12:42:00 De Ronny Yaron:Personne n'a réagi à ma question de savoir si une législation gouvernementale pourrait affecter les loyers exorbitants que les détaillants doivent payer......la plus grande dépense.....aaawpourquoi n'est-ce pas un sujet de discussion ?

12:42:14 de Gillian Mason:Merci Jake. Par ailleurs, la Scarborough Business Ass'n propose une session sur les flux de trésorerie pour les petites et moyennes entreprises demain matin.

12:42:32 De Heather Bennett:Nous voulions des endroits pour s'asseoir et regarder le monde passer, mais ces endroits sont considérés comme "attirant les sans-abri" et n'ont donc pas été installés. Il me semble que l'embellissement et l'accueil sont essentiels !

12:42:48 From Venczel Gloria:Main Street a besoin d'un point d'ancrage local et d'une myriade de petites entreprises locales qui connaissent parfaitement les besoins du quartier.

12:43:25 De Sakshi Nanda:Bonjour Charles ! Que pensez-vous des villes à haute densité dans le monde entier et de leur impact sur les transports publics ? J'ai récemment lu Happy City, un livre formidable ! Je suis une architecte récemment diplômée de Mumbai.

12:43:48 De Caitlin Ottenbreit:Comment les espaces "gratuits" tels que les parcs et les bibliothèques s'intègrent-ils dans les rues principales ? Les bibliothèques publiques attirent une grande partie de la population et toutes sortes de personnes dans un même centre - cela a-t-il un impact sur la façon dont les rues principales se développent ?

12:43:55 De Ralph Cipolla : le mélange de locataires est-il le sauveur des rues principales ?

12:44:17 De Elizabeth Jassem à tous les panélistes:Bonjour à tous, vous êtes les meilleurs Jake ! PARTAGER L'ESPACE est une super idée... et même si elle est connue depuis des décennies, elle est toujours déroutante...

12:44:42 De alison:J'adore cette discussion. Vous parlez comme mon mantra !

12:45:02 De Janell Ranae Rempel:@CaitlineO : Je pense aussi au grand potentiel des partenariats avec les bibliothèques publiques...

12:45:13 De Abby S:Il s'agit presque d'un modèle de carte-cadeau élargi...acheter à l'avance....

12:45:33 De Elizabeth Jassem à tous les panélistes : Merci Mary pour votre travail...

12:45:52 From LoriAnn Girvan:Re commercial taxes - City of Toronto is expanding its Creative Co-location Facilities property subclass champions by arts hubs in Toronto in 2018 to music venues for covid recovery - opening in the window further on tax tools https://www.toronto.ca/legdocs/mmis/2020/ma/bgrd/backgroundfile-147293.pdf

12:46:13 de Jaffer M:De l'autre côté de l'Atlantique, à Londres, nous avons plusieurs "rues principales", pas seulement des endroits situés dans le centre absolu de la ville, mais des quartiers qui ont leur propre "rue principale", de sorte que nous n'avons pas besoin de prendre la voiture ou le train pour aller au centre pour les choses essentielles de la vie quotidienne. La polycentricité... contribue également à la COVID, c'est-à-dire à la proximité des choses.

12:46:26 De Patty Cuttell:@LoriAnn - c'est incroyable.

12:46:46 De l'Institut urbain du Canada : Vous trouverez les transcriptions et les enregistrements de la conférence d'aujourd'hui et de tous nos webinaires à l'adresse suivante

https://www.canurb.org/citytalk

 

12:46:54 De Michael Shuman à Patty Cuttell et à tous les panélistes : Heureux de vous voir ici !

12:47:19 De Geraldine Cahill:Excellente nouvelle @LoriAnn

12:47:20 De Patty Cuttell:Bonjour Michael !

12:47:38 From alison:Discussion intéressante, mais je pense que le commerce électronique constitue également une menace considérable.

12:47:41 From Christy Chrus to All panelists:Les entreprises peuvent être amenées à repenser l'utilisation de leur espace de briques et de mortier - peuvent-elles envisager des espaces flexibles pour regrouper plusieurs entreprises au sein d'une même vitrine ? Ou utiliser une partie du magasin comme espace d'entreposage et de vente au détail ?

12:48:00 De Antoni Wisniowski à tous les panélistes : Je pense que les déficits municipaux sont une pente glissante. Les municipalités ont la possibilité de financer des investissements par le biais d'obligations, qui sont limitées par la capacité des municipalités à assurer le service de leur dette dans le cadre de leurs budgets existants. Je pense que nous devrions épuiser le concept de soutien de la part des niveaux provincial et fédéral, qui ont déjà la capacité de gérer des déficits.

12:48:34 De KIERON HUNT:Je pense qu'il est important de définir les rues principales selon qu'elles se trouvent dans un environnement urbain au centre-ville ou dans des communautés secondaires ou rurales plus petites. Au Canada, il y a tant de petites communautés qui ont des "rues principales" qui doivent être examinées pour voir comment elles peuvent être revigorées d'une manière qui soit compatible avec les besoins de la communauté. Dans une petite communauté, les promoteurs sont généralement des acteurs locaux et non de grands acteurs dotés d'un savoir-faire financier et capables de réaliser des projets à usage mixte. Dans les petites rues principales des petites communautés rurales, il n'est pas toujours possible d'imposer des constructions intercalaires à usage mixte, mais elles peuvent constituer un bon usage à un seul niveau si les lignes directrices en matière de conception sont bien définies dans le contexte de rues et de trottoirs plus sûrs et plus sains. Si COVID nous a appris quelque chose, c'est à quel point les entreprises locales rendent à leurs communautés ce qu'elles leur ont donné, et j'ai le sentiment qu'à l'issue de COVID, les rues principales devraient bénéficier du fait que les consommateurs rendent à ces entreprises locales ce qu'elles leur ont donné.

12:48:36 De Gil Penalosa:Une action facile et simple consiste à supprimer les parkings et à doubler la taille des trottoirs pour maintenir une distance physique. Cela semble évident. Mais des maires comme celui de Toronto préfèrent les parkings aux piétons, à quelques exceptions près. Les ZAC et les entreprises non organisées doivent faire preuve d'une plus grande ouverture d'esprit, procéder par essais et erreurs et faire pression sur les politiciens. Faire en sorte que les voitures se garent dans les rues secondaires ou à l'arrière des magasins. Rendre le shopping amusant, excitant, joyeux.

12:49:17 From Canadian Urban Institute:Keep conversation going #citytalk #bringbackmainstreet @canurb

12:49:22 De Geraldine Cahill : L'université de Waterloo organise un laboratoire sur le leadership en matière d'héritage qui se penche précisément sur cette question https://uwaterloo.ca/legacy-leadership-lab/

12:49:32 De Venczel Gloria:Sans un "New Green Deal pour les villes", seules les chaînes de magasins pourraient payer les loyers. Une rue principale remplie de chaînes de magasins, qui sont les seules à pouvoir se permettre des taux d'imposition élevés, ont généralement leur origine dans les centres commerciaux, ont de gros budgets de marketing, ne comprennent pas le "sens du lieu" et les espaces publics qui construisent la résilience sociale et renforcent la société civile dans les périodes de changement, comme la covid + la crise climatique. Quelqu'un peut-il nous en parler ?

12:49:48 From Mike Mattos:Main Street a besoin du commerce électronique, le shopping est la béquille du 21ème siècle. La rue principale, c'est maintenant les services

12:49:50 From Eunan Quinn:La vitesse à laquelle de nombreuses entreprises locales se sont adaptées à une présence en ligne a été spectaculaire. Comme le dit Mary, cela ne convient pas à toutes les petites ou microentreprises, c'est-à-dire celles qui ont besoin que les gens franchissent la porte pour obtenir un service particulier.

12:50:16 De Geraldine Cahill : "Le Legacy Leadership Lab développera des interventions sur le marché et des prototypes qui permettront aux acteurs de la finance conventionnelle et sociale, aux fournisseurs de services aux entreprises et aux dirigeants communautaires de faciliter la conversion à des fins sociales d'entreprises existantes dans leurs propres villes." https://uwaterloo.ca/legacy-leadership-lab/

12:50:48 From Canadian Urban Institute:Pour plus d'informations, voir : https://bringbackmainstreet.ca/

12:50:59 From Heather Bennett:Il a été suggéré que les personnes âgées de plus de 50 ans déménageront dans des centres plus petits. Comment pourraient-elles être encouragées/soutenues pour revitaliser ces communautés ?

12:51:00 De Michael Shuman:Voici le manuel que j'ai mentionné:https://comcapcoalition.org/cifhandbook/

12:51:08 De Mike Mattos:Il est essentiel de pouvoir se garer dans un rayon de 50 mètres, pas nécessairement dans la rue. Mais certainement PAS dans les rues résidentielles adjacentes !

12:51:42 De alison:100% Charles-tax est la clé

12:52:08 de paul mackinnon:La recherche (Gehl, etc.) montre que le rez-de-chaussée génère de la valeur pour les étages supérieurs. Nous avons besoin d'une restructuration des loyers et des taxes pour alléger le fardeau des coûts au rez-de-chaussée.

12:52:25 From Kay Matthews:En plus de niveler les niveaux de paperasserie - provinciale, fédérale, municipale et régionale...

12:52:30 De Mike Mattos : les impôts et le stationnement sont les faces opposées d'une même pièce - les budgets municipaux !

12:52:46 De Venczel Gloria:@Charles M.- il est très difficile pour une municipalité de décider qui est une petite entreprise et qui ne l'est pas. Beaucoup l'ont refusé en Colombie Britannique. Il faut un "New Green Deal pour les villes".

12:53:14 From Kay Matthews:Il devrait y avoir une "classe d'entreprises de la rue principale" - officiellement...

12:53:24 de Gil Penalosa:Promouvoir le vélo dans les rues principales.

Le blocage est une occasion unique pour les pistes cyclables" http://bbc.in/2AyUQHj

12:53:47 De Robert Plitt:Alison, comment puis-je vous joindre ?

12:53:59 Depuis alison:intave@shaw.ca

12:54:00 From Emily Wall, CUI Staff:Aidez-nous à améliorer notre programmation CityTalk et dites-nous ce que vous voulez voir - https://bit.ly/2Xa2AXY

12:54:13 De LoriAnn Girvan : nous nous concentrons sur l'avenir des rues principales vis-à-vis des consommateurs, mais COVID a mis en lumière la vulnérabilité des travailleurs essentiels qui sont l'épine dorsale de ces entreprises - de nouveaux modèles - comme les coopératives de travailleurs - doivent également intégrer des salaires décents et l'accès à la santé.

12:54:51 De Ronny Yaron:Qu'en est-il des loyers exorbitants dans les rues principales ? Seules les francises peuvent survivre ! !!

12:54:54 De alison:Joli ! Michael Shuman : très vrai

12:54:55 De Heather Bennett:Main Street doit être vraiment attrayante pour les baby-boomers vieillissants qui ne pourront/devront plus conduire dans les années à venir !

12:55:18 From Venczel Gloria:Notre système fiscal canadien a été mis en place en 1867, avec quelques petites mises à jour depuis, à l'époque où nous étions une nation agraire et de traite des fourrures. Nous sommes aujourd'hui une nation urbaine, les villes étant les principaux moteurs économiques du pays. Nous avons besoin d'un "New Green Deal pour les villes".

12:55:29 De l'Institut urbain du Canada:L'IUC est à la recherche de bénévoles pour nous aider à poursuivre l'excellent travail de nos initiatives COVID-19. Si vous pouvez nous aider, veuillez nous contacter à l'adresse suivante : covidresponse@canurb.org

12:56:40 From Ariana Holt:Consultez notre mémo sur les types de rues principales au Canada. Dites-nous ce que vous en pensez. Est-ce que cela couvre les types de rues principales de votre communauté ? https://bringbackmainstreet.ca/memos-from-main-street/memo-4-main-streets-across-canada

12:56:48 From Antoni Wisniowski:Les ratios fiscaux actuels sont une aberration et un anachronisme. Il faudra un leadership très audacieux pour rééquilibrer les comptes. C'est le moment et l'occasion de le faire.

12:56:49 de Frank Murphy:Tant de bonnes idées. La relocalisation de l'investissement et de la finance en est une. Excellente discussion, merci à tous.

12:57:06 de Samira Farahani:exactement Judith ! attendre trop longtemps et trop étudier

12:57:15 De Lester Brown:En 1974, plusieurs d'entre nous se sont assis et ont réalisé que personne, y compris Van City, n'était prêt à prendre le risque de financer des entreprises communautaires/coopératives. Nous avons créé la CCEC, qui fonctionne encore aujourd'hui.

12:57:33 De TJ Maguire:Le programme Broedplaats à Amsterdam est un exemple inspirant de revitalisation des espaces par les arts et la culture. "Chaque année, un bureau spécial du conseil municipal, le Bureau Broedplaatsen, crée plus de 10 000 m2 de nouveaux espaces pour les artistes. Un Broedplaats est toujours temporaire et dure de 3 à 10 ans." : https://whatsupwithamsterdam.com/broedplaats-amsterdam/

12:57:37 De Abby S:@Robert aimerait discuter davantage des coopératives.

12:57:55 De Gil Penalosa:3 actions ? Densité, densité, densité dans les rues principales et toutes les artères. Autoriser les maisons derrière la rue principale, avec quelques divisions, mais changer et promouvoir les 4-10 étages là où il y en a 1-3.

12:57:59 From alison:Sautez sur les opportunités dès qu'elles se présentent. La plupart des organisations sont agiles

12:58:25 De Nader Shureih:Je suis tout à fait d'accord avec le sentiment concernant l'agilité. L'agilité dans la prise de décision peut venir avec les bonnes informations. Il existe de nombreuses données. En les exploitant, les municipalités et les ZAC de toutes tailles peuvent prendre des décisions plus souples.

12:58:39 De Eunan Quinn:C'est formidable de voir ce qui dynamise le chat outre-Atlantique....et de savoir qu'il y a des similitudes partout.

12:59:39 De Abby S: :) @mary

12:59:40 From Tim Lee:Pour l'avenir, un zonage flexible est essentiel dans les rues principales. Le zonage est la dernière chose que les entreprises veulent voir comme un problème. Les utilisations autorisées doivent être aussi flexibles que possible.

13:00:21 From Tracy Tang:La pandémie a été un facteur de perturbation des affaires comme on n'en a jamais vu de mémoire récente, à l'exception de la récession de 2008. Peut-être devrions-nous repenser les entreprises et le commerce par le biais de l'esprit d'entreprise, de l'innovation et de la multiplicité des centres-villes. Développer le commerce électronique, les systèmes de livraison, davantage de services à domicile (entreprises à domicile), la propriété de plusieurs espaces, le retour des personnes à domicile plus près des centres-villes, une meilleure utilisation des terrains (immeubles de faible hauteur avec des résidences et des entreprises en dessous, un financement unique avec des partenaires.

13:00:25 From Amy Calder:la densité le long des rues principales est une bonne chose, mais il faut s'assurer qu'il s'agit d'une densité vivable. l'augmentation des normes pour gérer le bruit des rues principales pour les résidents, comme une meilleure insonorisation des bâtiments résidentiels. Nous pouvons réduire certains des conflits qui surgissent souvent entre les entreprises des rues principales, la vie de la rue et les résidents.

13:00:29 From Patty Cuttell:La fiscalité en fait partie, mais c'est aussi le cas de l'ensemble du marché. Qu'est-ce qui fait vraiment grimper les coûts de location sur Mainstreet ? Les taux d'intérêt sont très bas, il y a plus d'espaces commerciaux sur Mainstreet que jamais auparavant grâce aux codes de construction urbaine qui exigent des commerces au rez-de-chaussée, etc. Je pense qu'il faut reconsidérer l'ensemble du système, de fond en comble. Les banques, les propriétaires et les municipalités doivent travailler ensemble. Il faut que les petites entreprises de la rue principale deviennent une priorité économique.

13:00:31 De LoriAnn Girvan:@Mary - Tu as mis du beurre de cacahuète dans mon chocolat !

13:00:35 De Abby S:Cette pandémie a montré que si la volonté existe, les choses peuvent se produire à la vitesse de la lumière.

13:00:36 De alison:Merci CUI pour cette session géniale ! Bien joué.

13:00:41 From Venczel Gloria:Bien que les outils financiers soient importants, il faut une vision pour réinventer Main avec covid + changement climatique. Ensuite, il faut y injecter de l'argent.

13:00:49 From Ryan Walker:Excellents panélistes ; le fait d'entendre Judith à Regina a été un véritable moment fort.

13:00:59 Abby S:@patty...yes...it est l'ensemble du système

13:01:00 De Lester Brown:La librairie Glad Day a été créée par de nombreux membres de la communauté LGBTQ qui ont chacun versé 1 000 dollars.

13:01:03 De Alyssa Valente:merci à tous les panélistes !!! une discussion si intéressante !!!

13:01:05 de Janette MacDonald:Excellente session.

13:01:07 De Sara Hines à tous les panélistes : C'était génial ! Je vous remercie.

13:01:11 De Camila Uriona à Tous les panélistes:Excellente conversation ! Merci à tous !

13:01:13 De Eva Salinas à Tous les panélistes : Excellente discussion - merci !

13:01:16 De Laurel Davies Snyder à Tous les panélistes : Excellente session. Nécessité d'une deuxième partie.

13:01:17 de Lester Brown:Merci aux intervenants.

13:01:21 de Catherine Creager:Excellente table ronde, merci à tous !

13:01:22 De Abby S:Merci aux panélistes !

13:01:22 De alison:Bye All !!!

13:01:24 de Todd Mitchell : Merci aux intervenants.

13:01:25 De Dawn Pond:excellent panel ! Je vous remercie !

13:01:25 De Eva Salinas à tous les panélistes : J'espère que Hamilton nous écoute !

13:01:26 De Eva Chu:J'ai vraiment apprécié cet exposé !!! Merci beaucoup 🙂 .

13:01:27 de LoriAnn Girvan : merci - excellent panel !

13:01:27 de Eunan Quinn:Merci à tous.

13:01:28 From Emily Wall, CUI Staff:Aidez-nous à améliorer notre programmation CityTalk et dites-nous ce que vous voulez voir - https://bit.ly/2Xa2AXY

13:01:28 De Patty Cuttell:merci !

13:01:29 De Elizabeth MacLeod:Merci à tous !

13:01:30 De Tracy Tang:Merci. Un excellent webinaire. marsha à Burlington.

13:01:30 De James McCallan:Merci !

13:01:32 De Amelia Hall:Merci !

13:01:33 de Amy Calder : merci à l'animateur et aux panélistes !

13:01:39 De Ramyata Ambilwade à Tous les panélistes:Merci

13:01:50 De Ralph Cipolla:merci d'orillia

13:01:51 De Carley Bringeland:Merci à tous !

13:01:55 De Lisa Mactaggart : la Guelph Box est un service innovant destiné à aider les petites entreprises à survivre.

13:02:04 De Lisa Mactaggart:merci

13:02:15 De Chinelo Enemuo:Merci à tous. J'ai vraiment apprécié !

13:02:17 De Maureen Luoma:Merci à tous - - une seule plainte - c'était trop court LOL

13:02:20 De Elizabeth Jassem à tous les panélistes:SUPER DISCUSSION MARY - TOUT LE MONDE ! MERCI

13:08:38 From Canadian Urban Institute:Merci d'avoir participé au chat ! Veuillez laisser vos derniers commentaires, liens et références maintenant car nous fermerons le chat dans quelques minutes.

13:11:07 De Mary Shaughnessy à Tous les panélistes : Le chat peut-il être téléchargé d'une manière ou d'une autre ?

13:13:00 De l'Institut urbain du Canada : Oui ! Il sera disponible à l'adresse https://www.canurb.org/citytalk dans les 48 heures.